1. // Ligue 2 – 29e journée – Lens/Nantes

Raspentino, l’homme pressé

Débarqué de nulle part ou presque l’été dernier, Florian Raspentino s’est vite imposé comme la révélation de la saison du côté du FC Nantes. En fin de contrat en juin, il tarde à prolonger, attiré par la L1 et convoité par de nombreux clubs. Dernier en date : Marseille, dans ses Bouches-du-Rhône natals.

15 9
Interrogé hier sur le plateau de Stade 2 à propos de la présence de deux clubs non pros en demi-finale de Coupe de France, Régis Brouard, l’entraîneur de Quevilly, a estimé que c’était au moins autant la conséquence d’une hausse du niveau des divisions inférieures qu’une déliquescence de l’élite. Possible. En tout cas, ce resserrement est une tendance lourde qu’on observe cette saison en France. En plus des performances de Quevilly et du GFCO Ajaccio en Coupe, il y a aussi la manière dont Patrice Carteron se débrouille cette saison en Ligue 1 avec un effectif dijonnais composé pour partie d’anciens joueurs amateurs, dont Benjamin Corgnet est la tête de gondole.

Autre illustration : la trajectoire de Florian Raspentino, pur produit de l’amateurisme, aujourd’hui cible de nombreux clubs de L1. Né en juin 1989 à Marignane d’un père algérien et d’une mère française, le gamin prend sa première licence à l’AS Gignac, non loin de chez lui, dans la banlieue marseillaise. A sa majorité, il tente une première incursion dans le monde pro, à Ajaccio, sans succès. Retour à la case départ, Marignane, où il fait ses débuts avec les seniors en CFA. Il s’y aguerrit deux ans, avant de partir pour la concurrence, au RCO d’Agde, toujours dans le Championnat de France Amateur, à l’été 2010. Positionné attaquant axial, il y réalise une belle saison, inscrivant 17 des 37 buts de son équipe.

Un profil à la Moussa Sow

Sébastien Pérez, l’ancien joueur de l’OM (qui vient d’être nommé directeur sportif à Dijon), repère le talent et en parle à une connaissance, Jean-Carl Tonin, ami de Guy Hillion, alors directeur sportif du FC Nantes. Tonin va le voir à Agde, en revient convaincu et lui obtient un essai en Loire-Atlantique. Deux jours seulement suffisent à séduire Hillion, pas le moins réputé pour repérer des futurs très bons… Avec un bien maigre CV, Raspentino débarque sur la pointe des pieds, et l’on ne sait pas bien au départ s’il a été recruté pour la réserve ou l’équipe première. L’interrogation va vite être levée.

Après une bonne préparation à l’intersaison et quelques semaines à attendre qu’on lui donne sa chance, il est lancé dans le grand bain de la L2 le 22 août à la Beaujoire, lors d’un match face à Guingamp. Score final, 4-0 pour les locaux, dont un amour de but du petit nouveau : aligné au poste d’ailier, il est trouvé côté gauche, fixe son défenseur, se décale vers l’axe avec élégance, trouve un angle de tir et saisit l’occasion pour nettoyer la lucarne. La suite de la saison permet de confirmer qu’on a bien affaire à un sacré talent offensif. Un joueur d’instinct, spontané, que son entraîneur Landry Chauvin n’hésite pas à comparer aux meilleurs éléments qu’il a eus sous ses ordres au centre de formation du Stade Rennais : Moussa Sow, Jimmy Briand, Jirès Kembo.

La prudence de Kita

Avec déjà 10 buts inscrits toutes compétitions confondues, Florian Raspentino a d’ores et déjà atteint l’ambitieux objectif qu’il s’était fixé l’été dernier, au moment de débuter sa première saison chez les pros. Débarqué chez les Canaris avec un modeste contrat d’un an, il attire forcément aujourd’hui la convoitise de nombreux clubs. Caen, Saint-Etienne, Lorient, Brest et l’Udinese ont dégainé les premiers dès la fin d’année dernière, mais rien n’est encore fait. Le joueur a récemment clamé son désir de disputer la L1 avec Nantes. Mais de une, la montée du club ligérien est loin d’être acquise (le FCN compte 5 points de retard sur le podium avant le match de ce soir), de deux, les négociations coincent avec les dirigeants, qui estiment le joueur trop gourmand. Waldemar Kita serait peu enclin à signer un gros chèque pour un indéniable talent, certes, mais qui n’a pas encore une saison de professionnalisme derrière lui.

Depuis début 2012, c’est donc le statu quo. Raspentino continue d’être aligné par Landry Chauvin en attaque au côté de Filip Djordjevic, Kita et l’agent du joueur campent sur leurs positions respectives et la drague des clubs de l’élite se poursuit. Dernier en date à tenter le coup : l’OM. Ce serait un retour dans les Bouches-du-Rhône par la grande porte pour Raspentino, qui a toujours évoqué son amour du maillot marseillais.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
il restera si on monte quoi. pas gagnéééé
Je ne sais pas ce qu'il vaut mais l'OM pourrait le signer tout en le prêtant un an à Nantes si les canaris montent ou sinon à un autre club de L1, histoire d'être fixé sur sa "vraie" valeur.

Parce qu'à l'OM c'est du lourd qu'il va falloir devant la saison prochaine, pas des "paris sur l'avenir" ou des "peut-être que".
Y'a du talent a Nantes cette saison (et ça fait longtemps qu'on en avait plus vu!)ça fait plaisir. Enfin.
En même temps, on part de teeellllllement loin.

LC fait du bon boulot, j'espère que Kita appuiera pas sur le buzzer si on ne monte pas.

Mais bon, depuis le limogeage de Denoueix(6 mois après avoir été champion de france avec un effectif loin d'etre fantastique : http://www.footballenfrance.fr/page2.ph … =Effectifs , excusez du peu), on en a vu tellement des conneries# de faite que ça m'étonnerais même pas!

Faut vaincre ce soir pour continuer à croire à la montée en tout cas.
Phallus Majestueux le Franc-Maçon Niveau : District
Quelle différence technique entre un joueur de L1 et de DH ? Le bagage physique est différent oui, eu égard aux nombres d’entraînements et à la batterie de préparateurs, nutritionnistes... mais techniquement ? Ces mecs ont, pour la plus part, connu la même formation. Pour avoir joué ou cotoyé des types qui n'ont pas pu passé pro, j'en viens à me dire qu'ils n'y a que très très peu de différences sur le plan technique entre un pro et un mec de DH ou CFA2.
Phallus : et le mental ! C'est souvent ce qui fait la diff entre deux joueurs aux qualités techniques et physiques équivalentes. Je pense à un mec comme Valbuena, refusé par Bordeaux. Quand tu fais 1,50 et que tu essuies un refus, c'est chaud de se relever. Après je ne suis pas forcément fan du joueur, mais je lui reconnais cette envie.
Après je pense aussi que l'intelligence (bien s'entourer, faire les bons choix...) joue (un peu).
Et il y a aussi un peu de chance (blessures, être repéré ou pas, être dans le bon club au bon moment...)
Bref, on comprend pourquoi sur 30 types à niveau équivalent à 16 ans, il n'y en a que 2 ou 3 qui percent finalement.
@ louison

Tout a fait d'accord avec toi sur le rôle du mental, de l'envie et du culot. Par contre je me pose la question sur l'intelligence, je me demande s'il ne vaut mieux pas, au contraire, être un peu limité de ce côté là pour laisser place à une sorte de hargne un peu égoïste.

Sinon, je crois savoir reconnaître un joueur qui sort du lot à un niveau ou une tranche donné mais je trouve moins évident de dire jusqu'où peut aller un joueur (adulte) qui surnage dans les catégories inférieures. J'ai vu des mecs se promener en PHA mais pouvait-il assurer en DH ou en CFA, d'autres surnager en CFA pouvaient-ils prétendre au monde pro ? Pas évident, certains techniciens/recruteurs ont vraiment du mérite de ce point de vue là.
bien d'accord avec toi. Ce qui explique aussi en partie je pense la part de déchets dans les transferts "hasardeux". Même quand tu recrutes des espoirs ayant déjà un pied dans le monde pro, il n'est pas garanti que les mecs supportent la pression, la répétition des matchs, le melon éventuel...donc je suis d'accord, le boulot de scout n'est pas franchement facile.
Après, ce qui a tendance à me faire marrer, c'est quand je vois des mecs venir superviser des stars sur le mode : "on a besoin de savoir ce qu'il vaut". Vieira avait donné une itw dans so foot papier en parlant de Lyon qui lui avait demandé une vhs...réponse de Vieira : "oh, t'as besoin de voir une vidéo pour savoir si tu veux Patrick ou si tu veux pas Patrick ? Lyon ils se sont pris pour un autre club". Ca m'avait tué...
A propos de VHS et puisqu'on parle de Nantes au départ, ça me fait penser à un attaquant argentin acheté par le FCN. Au bout d'un an d'échec les dirigeants du club avaient reconnus : "qu'il avait l'air terrible sur la vidéo, on s'est pas rendu compte que son agent avait du trafiquer la vitesse de défilement"....
c'est bon ça...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
15 9