1. //
  2. // Le joueur de la 14e journée

Raphaël Guerreiro et la nouvelle gauche portugaise

Un but contre l'Argentine à Manchester, un autre samedi face à Lens en Ligue 1, Raphaël Guerreiro a vécu la semaine dernière sur un nuage. À bientôt 21 ans, le Lorientais est en train de se faire un nom au Portugal où même Cristiano Ronaldo l'a pris sous son aile.

Modififié
478 33
La gauche portugaise vit ces derniers jours une crise sans précédent. Vendredi, l'ancien Premier ministre socialiste, José Sócrates, était arrêté dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale. La gauche de la Selecção, elle, se porte beaucoup mieux depuis qu'elle a trouvé sa nouvelle étoile montante. Une étoile venue du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. D'Old Trafford au Moustoir, Raphaël Guerreiro a traversé la semaine dernière comme dans un rêve éveillé. Tout juste descendu de son nuage après sa tête victorieuse contre l'Argentine mardi, le latéral gauche lorientais a récidivé samedi contre Lens et offert la victoire aux Merlus de son pied gauche cette fois. Les journaux portugais n'ont pas manqué de souligner la performance d'un garçon dont ils ignoraient encore l'existence un an plus tôt. « Personne ne connaît Lorient au Portugal, on se posait forcément des questions sur lui, resitue Nuno Raposo, journaliste pour A Bola. Mais Guerreiro avait déjà montré avec les espoirs portugais qu'il avait des qualités. Le voir débuter avec les A contre l'Arménie a quand même été une surprise.  »


Fábio Coentrão blessé, le sélectionneur Fernando Santos a donné sa chance au « Français » . Et ce dernier n'a pas manqué de la saisir. « Sur ce qu'il a montré, je pense qu'il est déjà la principale alternative derrière Coentrão à gauche. En deux sélections, il est passé devant des joueurs contre Antunes ou Eliseu » , assure Raposo. Guerreiro réalise, lui, à peine ce qui lui arrive. « Il y a deux ans, quand j'étais à Caen en Ligue 2, c'était inimaginable de vivre ça. Vendredi, j'ai vécu ma première sélection au stade de l'Algarve, à Faro. Un stade devant lequel je passais quand j'étais petit pour aller en vacances  » , raconte-t-il dans Ouest-France. Son histoire est celle d'un pur produit de la formation française (il est passé par l'INF Clairefontaine) dont le cœur bat pour la sélection du pays de son père. À Caen, il entame les démarches pour obtenir la nationalité portugaise. Tout sauf un choix par défaut pour celui qui est barré dans sa génération par Digne, Kurzawa ou Mendy. « Depuis que je suis tout petit, j'ai toujours préféré le Portugal à la France, clame-t-il dans un entretien à Eurosport. Dans ma famille, c'est comme ça. Mes frères, c'est pareil. Je ne parle pas trop la langue, mais j'apprends.  »

Anthony Lopes pour traducteur


Reste donc ce petit détail à régler, Raphaël ne parle pas vraiment la langue de Pessoa. S'il promet de s'y mettre sérieusement, l'enfant du 92 tente de communiquer tant bien que mal avec son espagnol de lycéen. Heureusement, il peut compter en sélection sur les deux autres Franco-Portugais de l'équipe, le Lyonnais Anthony Lopes et le milieu du Sporting Adrien Silva (né à Angoulême) pour assurer la traduction et l'intégration. À en croire Nuno Raposo, les Portugais ne paraissent pas choqués de compter dans leur équipe nationale un joueur qui ne maîtrise pas encore leur langue. « Sa sélection a provoqué moins de polémique que celle des Brésiliens. Au contraire, les Portugais sont assez fiers qu'il ait choisi de jouer pour le pays de son père. »

Dans son pays de cœur et de sélection, Guerreiro fait parler ses qualités. Celles d'un ancien ailier reconverti latéral, pas embêté avec le ballon, mais catalogué comme fragile dans le duel. Le Lorientais compense son physique de poids plume par son intelligence de jeu et sa capacité à lire les trajectoires. Un profil à la Coentrão qui lui permet de combiner techniquement avec ses attaquants ; comme face à l'Arménie avec Cristiano Ronaldo, son capitaine et idole. Selon Guerreiro, CR7 s'est même chargé du comité d'accueil. « À un moment, on était ensemble à une sorte de mini-réunion entre joueurs. Il n'y avait pas beaucoup de "jeunes" à être là et il m'a regardé et m'a lancé en plaisantant : "Tu vois, on est les seuls jeunes de l'équipe !" Ça m'a fait drôle, quand même. Il m'a aussi demandé où se trouvait Lorient.  » S'il continue sur sa lancée, Cristiano et ses compatriotes devraient très vite savoir placer la sous-préfecture du Morbihan sur une carte.

Par Alexandre Pedro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est quoi ce sponsor Jean Roch sur le maillot ??
Être l'invité surprise et planter à Old Trafford contre l'Argentine, niveau destin c'est pas mal.
steven.mugiwara Niveau : DHR
Pas mal le jeu de mots sur la nouvelle gauche et l'actuelle situation politique au Portugal (si tant est que cela soit fait exprès !)
steven.mugiwara Niveau : DHR
Oui c'était fait exprès ... après lecture on s'en rend compte
Haha bien joué de faire semblant d'avoir compris le jeu de mot avant et "découvrir" en lisant l'article que c'était fait exprès! J'aurais pas fait mieux
giggs-rules-my-life Niveau : DHR
Le débat sur la double nationalité me gave au plus haut point mais, franchement, on peut aimer un pays dont on ne parle pas la langue davantage que le pays où l'on a passé sa vie ?

Je trouve ça sidérant de dire ça...
Comment comprendre / aimer un pays / une culture sans sa langue ?...
Avoir des parents qui ont passés une grande partie de leurs vies dans un autre pays est une piste. :-)
Message posté par giggs-rules-my-life
Le débat sur la double nationalité me gave au plus haut point mais, franchement, on peut aimer un pays dont on ne parle pas la langue davantage que le pays où l'on a passé sa vie ?

Je trouve ça sidérant de dire ça...
Comment comprendre / aimer un pays / une culture sans sa langue ?...



La langue tes parents et tes grands -parents la parlent .
Guerreiro a baigné dans la culture portugaise par sa famille .

Donc je pige pas ton incompréhension .

Le vrai scandale c'est qu'un mec comme ça n'ai même pas été sélectionné en espoir.

Bizarrement les gens sont bien moins indignés d'etre représentés en coupe davis par des mecs qui ne payent pas leurs impôts en france.

Moi ça me troue le cul.
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Ouuuch ce qu'il dit sur le Portugal, imaginez que l'on remplace le mot Portugal par Algérie, il serait déjà émasculé en place publique...

Algériens, portugais, italiens ou que ne sais-je encore... Si, étant né en France, votre coeur bat néanmoins beaucoup plus fort pour votre pays "d'origine", rien ne vous retient vous savez... L'autre qui déclare que depuis tout petit il a toujours préféré le Portugal à la France, alors qu'il est un pur produit des centres de formation français et ne parle même pas portugais, ça me fout presque la gerbe.
C'est peut-être typiquement portugais... Je suis dans le même cas que lui, mes parents sont portugais, j'ai vécu toute ma vie en France, je parle assez peu le portugais (je le parle surtout pas souvent, mais je me débrouille), cependant je le comprends très bien.
Mais même en ayant vécu toute ma vie en France, je me sens beaucoup plus portugais, et si j'avais été dans le même cas que lui, je n'aurais pas hésité à choisir la sélection portugaise également. On l'a dans le sang, ou je ne sais pas, mais c'est une évidence.
Master Cookie Niveau : National
Note : 1
En plus dans le cas de guerreiro c'est juste son père qui est portugais, sa mère étant française. Mais plus globalement, des "franco-portugais" que je connais, c'est vrai que l'attachement à leur pays d'origine est vraiment très fort, limite touchant. Beaucoup plus fort que des gars ayant d'autres origines européennes ( jparle pas du Maghreb et de l'Afrique noire, la colonisation toussa..). Quelqu'un aurait des explications à cela?
Ici il y a des mecs qui ont quand même un problème de perception du monde...
Le foot c'est la représentation numéro de votre pays?
Perso si j'avais été footballeur pro je n'aurais même pas hésité une seconde et j'aurais joué pour la seleçao! Et ce n'est pas pour ça que je renie la France. C'est juste que ma "culture foot" j'ai l'ai eu par mon grand père portugais, qui petit m'a fait jouer au foot. Que ma vision du foot passionnée est plus celle du portugal que de la France où le foot est un sport "de beauf".
Après j'aime la France et je penses bien plus la respecter qu'une grosse partie des mecs qui critique des joueurs comme guerreiro.

Si je suis votre raisonnement, un mec qui sort "de toute façon la France c'est de la merde il y a trop d'impôts!" ou "de toute façon c'est typique de la France, il y a trop d'aides/cotisations sociales...etç" ou pire les mecs qui crachent sans cesse à la gueule des politiques élus par les français est-il un bon français? Si je suis votre raisonnement il a qu'a se casser?
Et vu que vous devez typiquement être ce genre de réacs, je vous pose la question "si la France ne vous plait pas , pourquoi ne pas partir?"

Bref un mec qui choisi la sélection de ces origines n'est pas un mec qui choisi d'aller faire la guerre contre son pays...Ce n'est que du foot et on a le droit de ne pas tout aimer dans son pays...
En fait, il choisit pas un pays, mais "un club".
Il renie pas son pays (la france), il choisit juste l'équipe qu'il supporte depuis l'enfance.
Heiseinberg Niveau : CFA
"mais catalogué comme fragile dans le duel. Le Lorientais compense son physique de poids plume par son intelligence de jeu et sa capacité à lire les trajectoires."

Willy Sagnol like this
Pour conclure, c'est comme dire à un breton/lorrain/limousin ou autre qui bosses sur paris mais qui aime retourner chez lui en vacances "ben retournes chez toi si t'aimes pas paris!"

C'est quelque chose qui a l'air difficile à comprendre pour les autres, mais quand tu as des origines (regionales, étrangères) tu y restes attaché.
Après il y a deux mécanismes différents qui l'expliquent:
-Soit tu as beaucoup d'attaches dans ta terre d'origine (famille, maison) et tu as une vraie double culture. Et la lourdeur des blagues sur ces origines est le principal catalyseur de ce renforcement à tes attaches. Vu que je n'ai pas du tout une "tête stéréotypée" (ni un nom) de portugais quand je fais mon coming out, je vois bien une petite "déception" de l'oeil de mon interlocuteur. Dans ces moments j'aimerais être argentin (même italien) c'est bien mieux vu!!
-Soit tu as très peu d'attaches mais cette origine est la chose qui permet de te différencier et t'y rattacher te permets de te construire une identité "singulière".
Ce sont d'ailleurs les plus "radicaux" quand à leurs attaches car elles sont très faibles et plutôt factices, donc par la revendication ils renforcent leur "personnage".
Heiseinberg Niveau : CFA
Message posté par giggs-rules-my-life
Le débat sur la double nationalité me gave au plus haut point mais, franchement, on peut aimer un pays dont on ne parle pas la langue davantage que le pays où l'on a passé sa vie ?

Je trouve ça sidérant de dire ça...
Comment comprendre / aimer un pays / une culture sans sa langue ?...



mais ferme la crétin il y a quoi de sidérant ? C'est l'origine de ses parents donc grands parents et quasiment 99,99% de ses ancêtres. L'immigration qui a amené beaucoup d'étrangers sur les terres Françaises tu penses que c'est parce que c'est parent trouvait un charme a la Bretagne qu'ils sont venus s'installer ici ? 99% c'est par soucis de survie car pas de métier dans leur pays d'origine.

Après il a jamais été sélectionnés en Espoirs il a toujours joués avec les jeunes portugais.

Le truc sidérant c'est que des mecs comme toi crois que pour les bi-nationaux ils sont obligés d'être reconnaissant envers la France donc jouer pour la France et rien d'autres mais fonce dans un mur mec.
Dance Crasher Niveau : CFA
Je pense un peu comme RuiCosta10 ci-dessus.

Message posté par giggs-rules-my-life
Le débat sur la double nationalité me gave au plus haut point mais, franchement, on peut aimer un pays dont on ne parle pas la langue davantage que le pays où l'on a passé sa vie ?

Je trouve ça sidérant de dire ça...
Comment comprendre / aimer un pays / une culture sans sa langue ?...



Famille, potes, cuisine, paysages, vacances, idéalisation, singularisation...

Personnellement, j'ai été au lycée avec un futur footballeur pro qui ne m'avais jamais parlé du pays de son grand-père paternel (pays francophone, hein), qui ne se voyait pas étranger non plus, et qui en 2002 a été sélectionné par le pays en question pour le mondial en Corée/Japon, même qu'il a mis pour la première fois les pieds dans ledit pays devant les caméras de F2.

Sinon, sur la question de la langue, pour te rejoindre, il est vrai que selon un adage salazariste, le fait de parler portugais fait de toi un portugais, chose que l'on m'a souvent sortie au Portugal, hésitant que j'étais parfois puisque là-bas, je suis plus en français. Comme ici un portugais. Entre les deux, faut faire un choix, mais je comprends que ça soit pas facile de comprendre pour un gars qui à priori n'a pas ce "problème".
Putain Heinsenberg quand tu parles Messi Ronaldo tu m'fais gerber mais la tu m'as fais triquer !
Comme quoi dans certains sujet ont peut être d'accord !
Pas mieux
Note : 1
ba ouai Ryan Giggs pourquoi il a joué avec l'Angleterre, après tout c'est le pays qui l'a élevé a son statut de star et je suis pas sur qu'i parle le patois et le gaélique tous les jours..
Note : -1
Les Albanais sont pareils que les Portugais sur cette appartenance à leur pays d'origine plutôt qu'à celui de naissance. Même si bon, beaucoup se sont dit que jouer avec la Suisse, c'est plus sympa pour disputer des Coupes du monde et des championnats d'Europe qu'avec l'Albanie (voire le Kosovo).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
478 33