En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Osasuna

Rakitić revient dans la danse

En retrait lors de la première partie de saison, Ivan Rakitić retrouve de sa superbe depuis le passage en 2017. Un retour en forme que symbolise sa performance lors du dernier Clásico et que récompense sa prolongation de contrat jusqu’en 2021.

Modififié
D’une frappe soudaine et imparable, Ivan Rakitić se mue en climatiseur du Santiago Bernabéu, lui qui inscrit le second pion barcelonais de ce dernier Clásico. Par là même, il se rappelle au bon souvenir des supporters blaugrana qui, trop souvent en cet exercice, le réduisent à un simple rôle de sparring-partner de la MSN. À tort, donc, puisque depuis le début de l’année civile, le Croate retrouve de sa superbe et de son influence dans un milieu de terrain azulgrana dépeuplé par les meilleures versions d’Andrés Iniesta et Sergio Busquets. Des performances en hausse et une activité inestimable qui conduisent, il y a de ça plus d’un mois, la direction de Josep Bartomeu à prolonger son contrat avec le Barça jusqu’au 30 juin 2021 et à faire grimper sa clause libératoire à 125 millions d’euros. Autant dire qu’après une entame de saison délicate, l’ancien Sevillista se retrouve conforté au sein d’un vestiaire qui s’apprête à connaître un grand lavage estival. Pour Luis Enrique, il est tout bonnement « un joueur top qui dispose d’une mentalité collective et individuelle qui fait de lui l’un des joueurs les plus utilisés  » .

La valeur refuge de Luis Enrique


De fait, durant ce mandat de trois exercices de Luis Enrique, Ivan Rakitić est le joueur le plus utilisé de l’effectif. Avec pas moins de 153 matchs disputés, il devance dans ce domaine deux piliers fondamentaux du Barça, Lionel Messi (152) et Sergio Busquets (142). Une statistique qui met autant en exergue son importance dans le collectif barcelonais que son physique à l’épreuve des balles. Mieux, depuis son arrivée sur les bords de la Méditerranée, le Croate est également le volante – appellation espagnole des milieux relayeurs – disposant du temps de jeu le plus conséquent lors de chacun de ses trois exercices blaugrana. Un statut de premier homme dans la hiérarchie des pistons du milieu de terrain qui affirme un peu plus encore son importance au sein du vestiaire du Camp Nou. Car à un poste existentiel dans l’ADN du club, où le FCB compte pas moins de sept solutions – Iniesta, André Gomes, Denis Suárez, Rafinha, Arda Turan, Sergi Roberto –, l’exploit est de taille que de se hisser au-dessus du capitaine Don Andrés. En somme, il est le garant de l’équilibre, certes précaire, entre phases offensive et défensive du Barça.


Selon Luis Enrique, définir le rôle d’Ivan Rakitić est encore plus simple. « Joueur exceptionnel » , « authentique leader » et « crack de niveau mondial » , le natif de Bâle, débarqué à Barcelone à la même période que son entraîneur asturien, est l’un de ses relais prioritaires sur le pré. Et qu’importe si, lors de la première partie de cette saison, son activité perd en intensité. Car même si un coup de moins bien s’est fait ressentir dans l’organisation collective des Culés, il n’en demeure pas moins une pièce fondamentale. Ce coup de mou s’explique d’ailleurs par le gros travail de fond qu’il fournit l’été dernier. À la sortie d’un Euro raté avec la sélection à damier, il décide, pourtant en vacances, d’avancer et d’intensifier son programme de reprise. L’objectif est alors de perdre entre quatre et cinq kilos pour pouvoir avaler plus de kilomètres à son retour de compétition. Dans un système où la MSN ne remplit que le minimum syndical dans les tâches défensives, son abattage se retrouve décisif pour combler les brèches. De fait, chaque baisse de régime de sa part s’accompagne d’un retour du bancal dans l’équilibre catalan...

Le retour d’Ivan le buteur


Reste que, depuis le début de l’année civile, le Croate digère enfin sa (trop ?) lourde préparation physique estivale et renfile sa cape de « Crakitic » . Illustration de ce retour en forme en est donnée par ses quelques banderilles de 2017. Au nombre de cinq, la dernière lors du Clásico, elles racontent son retour sur le devant de la scène et rappellent tout le talent qui est sien. Car avant de venir se dédoubler au centre du pré du Camp Nou, Ivan Rakitić reste un meneur de jeu à la technique léchée et doté d’une vision à 360 degrés. Bref, un crack, comme son surnom l’indique, qui n’hésite pas à se mettre au service entier de ses stars sud-américaines. Cet alliage de talent intrinsèque et de sens du collectif explique pour beaucoup cette prolongation jusqu’en 2021, et ce, malgré l’insistance de la Juventus et de Chelsea, prompts à lui offrir un pont en or pour venir garnir leurs effectifs. Que nenni, leur rétorque le Catalan d’adoption et Andalou de cœur qui souhaite rester « jusqu’à la fin de sa carrière dans le meilleur club du monde » .

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
il y a 4 heures Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 19
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90