En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 23e journée
  3. // Monaco/Lyon (0-0)
  4. // Les notes

Raggi et Bisevac quittent le navire

‏Bien conscients que le match allait être pénible au possible, les deux vieux briscards ont décidé de rapidement rentrer au vestiaire, s'inventant tous deux une blessure. On peut pas vraiment leur donner tort, tant personne n'a tiré son épingle du jeu.

Modififié
  • AS Monaco


    ‏Subašić (+90) : Le Croate a encore réussi à garder son but inviolé, et dépasse ainsi Stéphane Ruffier. Il lui reste encore un peu temps avant d'aller chercher Enyeama et surtout Huard, mais sans faire de bruit, il se rapproche.

    Fabinho (7) : Probablement le Monégasque le plus dangereux, notamment par ses centres. Il aurait pu inscrire le but de l'année, un peu à la Gourcuff-PSG, mais son pointard a fini sur Lopes.

    ‏Raggi (4) : Blessé, l'Italien trouve le moyen de sortir du terrain en marchant normalement, d'arracher la protection de la guérite, tout colère, pour finir par rentrer aux vestiaires en boitant. Drama queen pour lui. Remplacé par Ricardo Carvalho, pour un match à la mesure de sa lenteur.

    Wallace (7) : William Braveheart a rendu toute sa fierté au peuple écossais en écrasant la cheville d'Umtiti, et il ne s'est même pas donné la peine de se peinturlurer la gueule pour cela.

    Kurzawa (5,5) : Retour en petite forme, d'autant plus quand il a tenté une déviation de volée de l'extérieur du gauche, ratée bien sûr, et qu'il s'est tenu la tête comme si c'était l'occasion du siècle. Calme-toi petit.

    ‏Toulalan (1918) : Pendant que France 2 diffusait Benjamin Button, l'homme à l'origine de l'histoire se donnait en spectacle à Louis-II.

    Moutinho (5-7) : Rien à voir avec une aventure extra-conjugale, le Portugais a simplement été bien meilleur en deuxième période.

    ‏Bernardo Silva (6) : Dans un match muet, Bernardo était dans son élément.

    ‏Dirar (0,0925) : Le dirham marocain a beau être en hausse par rapport à l'euro, le Dirar est en chute libre.

    Ferreira Carrasco (5,5) : Ce soir, YFC était beaucoup plus AFC qu'UFC. Un mec encore plus bidon que la CAN donc.

    ‏Berbatov (6,5) : Dimitar est un esthète qui refuse de marquer sous prétexte que c'est trop facile. Seul face au but vide, il préfère placer sa tête sur le poteau.


  • Olympique lyonnais


    ‏Lopes (7) : Anthony n'est pas grand, mais il est vaillant. Il a fait les arrêts qu'il fallait, et n'a pas hésité à aller cueillir des ballons dans les airs.

    ‏Jallet (5) : Totof était contrôlé par un mauvais joueur de FIFA, celui qui n'arrive pas à ne pas sortir systématiquement le ballon en touche.

    Biševac (4) : C'est sympa de faire le guerrier à ne pas sortir quand on a le genou en vrac, mais plomber son équipe en s'effondrant sur l'action d'après, c'est quand même moyen. A donc cédé sa place à Rose, qui n'a pas vu la vie comme ça.

    Umtiti (5) : Voilà ce qui arrive quand on simule et qu'on retient le joueur derrière en douce : on se fait marcher dessus. Un rucking dans les règles, qui fait plaisir à voir.

    ‏Dabo (5) : À un moment donné, le dribble contrôle du gauche-je m'amène le ballon du droit va finir par se voir. Surtout que les centres, c'est pas trop son truc.

    ‏Gonalons (7) : Alors oui, dans la relance, le capitaine lyonnais a connu un déchet inhabituel, mais il s'est rattrapé en récupérant des ballons à la pelle. Donnez-nous une paire avec Toul en EdF qu'on rigole un peu.

    Tolisso (6) : On dit souvent d'un milieu central à tendance défensif que si on ne l'a pas vu, c'est qu'il a fait un bon match. Bah on l'a pas vu, et le milieu de Monaco non plus. Doit être fort à cache-cache.

    ‏Ferri (6,5) : Si ses transversales n'arrivent pas toujours à bon port, elles ont le mérite d'exister. Et puis c'est pas facile de jouer avec son copain devant soi.

    ‏Gourcuff () : Même le staff lyonnais en a marre de lui : « Yoann est venu nous dire qu'il ressentait une gêne à la cuisse. On lui a dit que c'était juste une béquille » . En revanche, le vrai frisson du match est venu de sa passe à Fekir. Amour.

    ‏Fekir (5) : Rater une offrande de Sa Majesté Gourcuff est un crime de lèse-majesté.

    ‏Benzia (4) : Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait du joueur si fort dans Football Manager il y a quelques années ?

    À lire : le compte-rendu du match

    ⇒ Résultats et classement de L1

    Par Charles Alf Lafon
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 2
    il y a 3 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 10
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
    À lire ensuite
    Messi torpille Villarreal