Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe du Roi
  3. // 1/2 finale aller
  4. // FC Barcelone/Villarreal

Rafinha, la victoire de Lucho

Buteur face à Villarreal il y a une dizaine de jours, Rafinha est en train de troquer son statut d'espoir de la Masia pour celui de titulaire en puissance au Camp Nou. Une mutation naturelle qui doit beaucoup à la confiance et au plan de jeu de Luis Enrique, amoureux du fils de Mazinho.

Modififié
« Rafinha sera très important pour le futur du Barça. » Quelques instants après la victoire face à Villarreal, cette affirmation de Luis Enrique était à conjuguer au présent. Il y a très précisément une semaine et demie, le cadet de la fratrie Alcántara délivrait une partition majuscule face au sous-marin jaune. Sa meilleure, sans doute, sous la liquette barcelonaise. Titulaire surprise en lieu et place de Rakitić, l'Hispano-Brésilien a couru, pressé, défendu, distillé, provoqué et marqué. Un pion importantissime, celui du 2-2, qui a remis dans le sens de la marche des Blaugrana surpris par le contre éclair de Giovani dos Santos conclu par Vietto. Et qui met en exergue le changement de style prôné par Luis Enrique. Profil rare dans ce Barça qui a vécu sa dernière décennie sous le sempiternel refrain du toque, Rafinha apporte de la diversité. « C'est un joueur plus direct, qui aime la profondeur et le jeu vertical, entame Javier Lago, son premier entraîneur. Avec Rafinha, Luis Enrique peut espérer arriver rapidement dans la surface adverse. » L'éclosion du rejeton de Mazinho, c'est un peu la victoire de Lucho.

Un gardien extraverti


« Rafinha, on le garde. » Pour l'une de ses premières réunions avec Luis Enrique, Andoni Zubizarreta, l'alors directeur sportif blaugrana, savait à quoi s'en tenir. En allant dégoter Lucho au Celta de Vigo, il ramenait par là même le jeune Hispano-Brésilien de 21 ans. Prêté durant une saison en Galice, l'intéressé a eu le temps de conquérir le Balaídos et de glaner le titre honorifique de meilleur espoir de Liga. Vigo, justement, Rafinha y a grandi. Né à São Paulo, il rejoint rapidement la côte galicienne en compagnie de son paternel et de son aîné, Thiago. Javier Lago, son formateur à l'école sportive Val Miñor Nigrán, se rappelle « d'un gamin extraverti, plus que son frère » : « Il a toujours fait des blagues. Pour grossir le trait, il a plus un caractère brésilien, plus que Thiago. Tu pouvais le remettre en place, son sourire ne s'effaçait jamais de son visage » . Étrangement, c'est au poste de gardien qu'il entame son histoire avec le football. Mais, « rapidement, il est devenu un joueur de champ exclusif » , affirme le señor Lago. À 13 ans, alors que son frangin s'installe à la Masia, Rafinha prend le même chemin.

De sa formation barcelonaise, Rafinha apprend la rigueur du placement et l'intelligence de jeu. La technique, il l'avait déjà intrinsèquement. Sa précocité lui fait alors grimper les échelons blaugrana. Il y a tout juste quatre ans, il commençait ainsi sa carrière en senior avec la réserve barcelonaise sous la houlette de Luis Enrique. Au Mini Estadi, il s'impose comme un incontournable et s'étrenne dès novembre avec l'équipe-fanion. Les mois passent, il fait partie intégrante des entraînements de Tito Vilanova, mais ne joue peu. En deux exercices, il ne compte que trois petites apparitions avec les A. Pour glaner du temps de jeu, l'opportunité du Celta s'offre à lui. « Au Celta, il a fait de très bons matchs sur le côté comme au milieu, juge Javier Lago, spectateur ponctuel du Balaídos. Mais il a surtout fait une super deuxième partie de saison. Au début, il a eu du mal à rentrer dans l'équipe. Physiquement, il n'était pas en forme. » Lors de son passage galicien, il affiche quatre buts, sept passes et, surtout, une marge de progression énorme et excitante pour le Mes que.

Bruno : « Il est différent »


« Cette année, à Barcelone, il monte encore en gamme avec le temps. Et c'était pareil lorsqu'il jouait dans les catégories inférieures. Il a toujours fait de meilleures secondes phases. Il a besoin de prendre le rythme, de trouver la confiance, de comprendre ses partenaires » , relance Javier Lago. Cantonné au banc de touche, il intègre peu à peu le roulement imposé par Luis Enrique. Il y a peu, sa polyvalence et son profil aurait été un frein à son intégration. Avec le jeu plus de « ida y vuelta » prôné par Lucho, le milieu de terrain azulgrana n'en reste pas moins primordial, mais a un rôle de piston plus que d'organisateur. Cela tombe bien, Rafinha « conduit très bien le ballon, sort facilement du pressing, dispose d'un bon un-contre-un : il est différent du reste » , selon Bruno, capitaine de Villarreal. Alors, Luis Enrique, gourou et père footballistique de Rafinha ? Pas vraiment pour celui qui l'a fait enfiler sa première chasuble : « C'est un joueur qui a besoin de la confiance, mais plus celle de ses coéquipiers que de son entraîneur. Il a besoin de bien se sentir dans le groupe, pour pouvoir blaguer et sourire en permanence. » Une risette qui ne quittera de toute façon jamais Rafinha.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25