En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Anzhi Makhachkala

R. Carlos croit en Messi à l’Anzhi

Modififié
Roberto Carlo a confiance en son club mais aussi et surtout en Suleyman Kerimov, le propriétaire de l’Anzhi Makhachkala.

Interrogé par un journaliste de la CNN, l’ancien maître du côté gauche de Bernabeu explique que le boss du club est capable de tout. Y compris de faire signer Messi. A la question : « Comment avez-vous fait pour convaincre Samuel Eto’o ? » , le Brésilien répond en livrant un petit secret : « Suleyman Kerimov pensait à trois joueurs : Neymar, Messi…  » .

Aussi surpris que vous, le journaliste le coupe : « Messi ? Mais c’est insensé ? C’est de la folie ! » . On est du même avis que le journaliste mais Roberto Carlos répond simplement : « Oui, mais vous ne connaissez pas Suleyman Kerimov ! Et il a encore cité le nom d’Eto’o. Tous les trois étaient sous contrats avec leurs clubs. Il a réfléchi longtemps. Le temps a passé et Samuel Eto’o m’a appelé. Je lui ai expliqué la structure du club ici, ce qu’il représenterait pour le club. Je lui ai dit qu’il s’y sentirait plus important qu’à l’Inter. On a attendu jusqu’à ce qu’il signe. Des trois joueurs sollicités, il a été le seul à l’avoir fait. Espérons à présent que les deux autres signent bientôt » .

Messi, Eto’o et Neymar à l’Anzhi ? Roberto Carlos ne sera sûrement plus là pour voir ça.


CG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
La blague de Commons