1. //
  2. // 25 mars 1981
  3. // Le jour où...

Quini : la rançon du succès

Quini a été l'un des buteurs emblématiques de la Liga, des mid-seventies aux mid-eighties. En 1981, celui qui défendait alors le maillot du Barça, sera enlevé. Vingt jours de captivité, avant d'être libéré, le 25 mars.

Modififié
Le sous-sol d'un atelier mécanique de Saragosse. C'est là où la vie de celui qui dominait alors le classement des buteurs de la Liga sera confinée pendant 25 jours. Enrique Castro Gonzalez, dit Quini, était arrivé au FC Barcelone sur le tard, à trente ans, moyennant un chèque rondelet pour l'époque de 82 millions de pesetas. Dès sa première saison blaugrana, il enfile les buts, comme il en avait pris l'habitude sous les couleurs du Sporting Gijón, au point d'être sacré Pichichi à trois reprises (1974, 1976, 1980). Homme timide, humble, attaché à son Asturie natale, Quini n'avait toutefois rien d'une star, mais ses buts valaient cher, comme sa vie. C'est, en tout cas, le raisonnement tenu par trois jeunes hommes de Saragosse qui peinaient à joindre les deux bouts.

Dans le coffre d'une fourgonnette


En 1981, se rendre au Camp Nou pouvait déjà vous valoir de repartir avec une addition salée. Quand Quini se fait kidnapper, il vient ainsi d'inscrire deux des six buts encaissés par Hercules Alicante. Au terme de la rencontre, le goleador est interrogé par quelques journalistes sur le choc à venir, le dimanche suivant, face au leader, l'Atlético de Madrid. Il se rend ensuite à son domicile, avant de sortir pour aller chercher sa femme et son fils à l'aéroport. Mais un pistolet collé entre le cou et l'oreille lui fera comprendre qu'il ne dînera pas en famille. Quini venait alors de prendre place dans sa voiture et n'avait pas encore eu le temps de refermer la porte qu'on lui ordonne, sous la menace, de passer sur le siège passager. Ligoté dans la foulée, un bout de toile scotché à son cou l'empêche de voir ses agresseurs. Le reste du voyage vers Saragosse – trois heures de route –, il le fera dans le coffre d'une fourgonnette, confortablement installé dans un meuble en bois rembourré de coussins... Les kidnappeurs avaient observé les mouvements de Quini depuis deux semaines pour bien cerner ses habitudes. Une période pendant laquelle ils avaient notamment assisté à plusieurs entraînements du FC Barcelone.


En Espagne, démocratie naissante où les enlèvements d'hommes d'affaires ou de politiciens, notamment par l'ETA, sont alors monnaie courante, l'émoi est immense. D'autant que le motif des ravisseurs, encore inconnu, laisse la place à toute sorte de conjectures. Le lendemain de l'enlèvement, un prétendu groupe anti-séparatiste contacte ainsi le journal La Vanguardia assurant avoir kidnappé le buteur du Barça pour empêcher le porte-drapeau en crampons de la Catalogne d'être champion. La revendication s’avérera fausse. Quoi qu’il en soit, le Barça souffrira sans son buteur. Touché, le groupe demande d'ailleurs à ne pas jouer contre l'Atlético, mais la Fédération refuse. « Je ne jouerai pas, avait pourtant assuré Bernd Schuster, coéquipier et proche du goleador. J'ai des jambes, mais aussi un cœur, je veux seulement que Quini revienne. » Sans son buteur, le Barça s'inclinera à Vicente-Calderón (1-0), et l'Atlético de Madrid prendra cinq longueurs d'avance sur son dauphin. Le jour du match, 5000 Culés se rassemblent au centre d'entraînement aux cris de « Liberté pour Quini » . La semaine suivante, Barcelone perd à nouveau, à Salamanque (2-1), avant de concéder le nul à domicile, face à Saragosse (0-0), le 22 mars. Le public scande à nouveau le nom du buteur kidnappé.

Libération et pardon


Finalement, les ravisseurs se font connaître en appelant au domicile de Quini. Ils demandent 100 millions de pesetas. Leur motivation est uniquement financière. Après négociation, il est finalement convenu que la rançon serait payée par un partenaire suisse du Barça (Omega), qui devait de l'argent au club catalan. Les ravisseurs, sans antécédents judiciaires, et au profil de pieds nickelés, ne se méfient pas, et l'un d'eux, Víctor Manuel Díaz Esteban, fait le voyage à Genève. Le 25 mars, les polices espagnole et suisse obtiennent la levée du secret bancaire, et quand la rançon est retirée, le titulaire du compte est identifié. Víctor Manuel Díaz Esteban est détenu dans la foulée à Genève, alors qu'il s'apprête à prendre un avion pour Paris, et ne tarde pas à donner la localisation de Quini. Libéré sans heurts du sous-sol de l'atelier mécanique où il était retenu depuis 25 jours, El Brujo (le sorcier, son surnom) rejoint Barcelone dans la nuit. Plus de 1000 fans se réunissent pour accueillir l'homme aux traits fatigués et à la barbe désordonnée. « Avec Quini, la Liga n'est pas perdue » , scande les aficionados. Mais le Barça ne reviendra finalement jamais dans la course au titre, remportée par la Real Sociedad.


Quini continuera toutefois de faire trembler les filets. Au point d'emporter un nouveau titre de Pichichi, après avoir inscrit vingt buts en trente matchs. Il sera aussi l'acteur principal de la victoire du Barça en finale de Coupe du Roi (3-1). Face au Sporting Gijón, son club de cœur, qui disputait la première finale de son histoire, il inscrit les deux premiers buts des siens. Loin de se montrer traumatisé par son enlèvement, Quini, qui emportera un dernier titre de Pichichi en 1982, appela même, après sa libération, à la compréhension envers ses ravisseurs. « C'étaient des gens simples, sans grandes possibilités, assurait-il. Ils m'alimentaient avec des sandwichs, parce qu'ils n'avaient rien d'autre à m'offrir. » El Brujo retira sa plainte, mais pas le Barça. Ses trois ravisseurs seront condamnés à dix ans de prison, et à verser cinq millions de pesetas à leur victime. Une somme que le Pichichi refusa de recevoir. Grand seigneur.

Par Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin Sources : Quini : Del secuestro a la libertad, et La Vanguardia.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Dans la série "les grands hommes méconnus", voici quini.
Ah non, quand même pas !

Dans les joueurs kidnappés plus "connus", il y a eu Di Stéfano (cité par l'amigo Fred Astaire plus bas), Fabrice Fiorèse ou récemment le joueur mexicain Alan Pulido. Il parait même que c'était une des règles d'or du championnat colombien dans les années 80/90.

Et quand ce ne sont pas les joueurs, ce sont les membres de leur famille, comme Robinho, Riquelme ou encore Ian Wright. Un ancien article de So Foot raconte tout ça: http://www.sofoot.com/top-10-ces-joueur … 96894.html .

Et je ne parle même pas des car-jackings ...
1 réponse à ce commentaire.
Un léger syndrome de Stockholm quand même.
Non,juste une conscience de classe .
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
Effectivement, :).
Le gars a une femme et un gosse.
Il est séparé d'eux de force pendant trois semaines.
Et il pardonne tranquille.

Syndrome de Stockholm.

Si les pieds nickelés qui l'ont enlevé avaient choppé un patron ou un politique le geste aurait eu une connotation lutte des classes.

La ils ont kidnappé une cible facile juste pour la thune.
Cet enlèvement n'a rien de politique.
T'as rien compris mec .
4 réponses à ce commentaire.
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
Dommage que l'article ne soit pas assez rigoureux quant audit kidnapping: Perpignan; les 50 millions ... et les journaux en plus; Casaus avec sa casquette et lumières de soleil, le rôle de la police espagnole, les difficultés pour récupérer la somme (les 500.000 ptas. "perdues"...), etc.
@Pepèrearnaud : raconte moi ça si tu as le temps ça m'intéresse !
Pepèrearnaud, tu en as trop dit ou pas assez. Après un tel teasing, on veut les détails !
En tout cas, je l'admire d'avoir pardonné et refusé l'indemnisation qu'il était censé recevoir. C'est beau, c'est noble.
2 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Ça me rappelle l'enlèvement de Di Stefano

C'est un véritable tremblement de terre qui secoue le monde du football ce 24 aout 1963 lorsqu'on apprend que tôt dans la matinée, 4 hommes armés ont fait irruption dans la chambre d'hôtel de Caracas au Vénézuela d'Alfredo Di Stefano, buteur du Real Madrid.
Profitant des projecteurs qu'offrait la venue du club Madrilène pour un tournoi amical l'opposant au FC Porto et Sao Paulo, des membres du Front National de Libération du Vénézuela décident de kidnapper le double ballon d'or 1957 et 1959. Tout le monde craint le pire, le FNLV ayant déjà tenté d'assassiner le président vénézuélien, Romolu Betancourt, 1 mois plus tôt.
2 jours durant, on restera sans nouvelle de l’icône du Real Madrid. Il sera finalement relâché le 26 aout devant l'ambassade d'Espagne au Vénézuéla sans que l'on connaisse immédiatement les dessous de l'opération appelée « Julian Grimau », par les ravisseurs, du nom d'un communiste espagnol fusillé par un peloton d'exécution en avril 1963.

Di Stefano indiquera quelques années plus tard dans son autobiographie qu'il a pensé au début que le groupe rebelle le tuerait, mais que, rapidement, il s'est rendu compte des intentions pacifiques de ses ravisseurs, au point de jouer aux cartes et aux échecs avec eux pour faire passer le temps.
« Le commandant du groupe rebelle, Maximo Canales, était avec moi tout le temps. Il est excusé mille fois pour la gêne occasionnée. J'étais inquiet à cause de l'angoisse que ça a dû provoquer chez ma femme et mon fils de huit ans. Le lendemain de l'enlèvement ils m'ont laissé écouter la radio, j'ai pu apprendre que mon équipe avait battu le FC Porto ».

Il faudra attendre plus de 40 ans pour que Maximo Canales, dirigeant de l'opération, dévoile en 2005 les véritables raisons de l'enlèvement, à l'occasion de la sortie d'un film sur l'histoire du Real Madrid, revenant brièvement sur cette histoire :
« Nous l'avions kidnappé en raison de sa renommée au Real Madrid (...). L'équipe est venue jouer un match amical et nous avons, malheureusement, dû lui infliger un carton rouge à quelques heures du coup d'envoi ».


Cette affaire a permis de révéler à quel point le footballeur est devenu plus qu'une icône sportive, et la médiatisation de l'affaire a pu donner des idées par la suite. Récemment, des histoires similaires ont pu être enregistrées, telles que l'enlèvement du père de John Obi Mikel en 2011, de Fabrice Fiorèse en 2012, ou encore du père de Carlos Tévez en 2014. Les exemples ne sont pas rares, mais la plupart se différencient de « l'opération Julian Grimau » par leur objectif, puisque la grande majorité des kidnappings de sportifs ont pour but l'obtention d'une rançon aujourd'hui.

Et aussi l'enlèvement de Fangio, 23 février à Cuba par des hommes de Castro, et du fils de...Sinatra.
Je me souviens de cette histoire. C'était une des premières saisons de foot que j'ai suivi assidûment. Et j'étais pour le Barça. Helenio Herrera était revenu sur le banc et l'équipe tournait super bien. Nul doute que sans cet enlèvement, le club aurait été champion.

Il remportera tout de même la coupe et la coupe des coupes l'an suivant.

Quini, grand buteur et grand bonhomme! Il personnifiait le Sporting Gijon et c'est lui qui les crucifie pourtant en finale! Grand pro!
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Et nous en France, on paierait bien une rançon aux ravisseurs pour que Giroud disparaisse juste quelques jours.
Ouh la arrête tu vas donner des idées au Front de Libération de Karim Benzema.
1 réponse à ce commentaire.
"La revendication s’avérera fausse." Un barbarisme sans nom ! Mon dieu.

S'avérer (de verus : vrai ne peut être suivi de quelque chose qui est faux).

Les joueurs du Barça ne s'entraînaient plus, ils vivaient dans l'angoisse d'une information funeste.

Avec 409 buts inscrits en matchs officiels (club et sélection confondus), Quini est le 3e plus grand buteur espagnol de tous les temps derrière Isidro Lángara et Raúl.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
409 buts pour Quini ? je trouve 319. Pour Langara, tu inclus ses périodes argentine et mexicaine ? parce que je ne retrouve pas du tout tes chiffres.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Belle leçon de sémantique sur le verbe avérer.
2 réponses à ce commentaire.
macshetland Niveau : DHR
Ca me rappelle un Eric Castel.

Souvenirs d'enfance...
Hier à 19:38 Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 22
Hier à 16:06 Le fils de Pelé retourne en prison 5 Hier à 15:15 La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 18 Hier à 14:32 Le beau geste de Boateng pour Nouri 8
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:17 Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 13 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9
vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14