1. //
  2. // 33e journée
  3. // Qualification pour la Ligue des Champions

Qui veut prendre la troisième place ?

A priori, le destin de l'Hexagoal se jouera entre Montpellier et le Paris-SG, mais le troisième accessit pour la prochaine Ligue des Champions est également très courtisé. Ils sont cinq à lorgner dessus. Avec plus ou moins d'envie...

0 8
Le favori : Lille (59 points)

A la différence de leurs quatre poursuivants, les Dogues sont les seuls à regarder surtout devant. Leur troisième place, ils peuvent la considérer comme presque acquise. Sauf effondrement de dernière minute, le LOSC devrait assurer la fin de championnat en costaud. D'autant que les champions de France ont la chance de recevoir le Paris-SG dans quinze jours et de se déplacer à Montpellier durant le mois de mai. Secrètement, ils rêvent de coiffer tout le monde sur le fil et de faire le back-to-back. Ils en sont capables. Autant dire que la troisième place est le minimum syndical pour les ouailles de Rudi Garcia. Eden Hazard et ses potes possèdent six points d'avance sur le quatrième. A priori, l'inquiétude n'est pas trop de mise à Luchin. On s'apprête à bouffer la dernière ligne droite sans trop de pression. Même Laurent Bonnart est à la cool lors des mises au vert à l'hôtel, c'est dire.

L'outsider : Toulouse (53 points)

Mercredi, les Toulousains ont giflé l'OL sans trop forcer sur la cadence (3-0). Sans bruit, le TFC se retrouve quatrième – a égalité de points avec l'OL et seulement distancé d'un but. L'ensemble dégage une impression de force tranquille mêlée à une assise tactique proche de la perfection dans le cadre de la L1. La meilleure défense du championnat n'ouvre pas trop sa gueule, se la joue détendue tout en restant compétitive. Mercredi, même Umut Bulut a trouvé les filets de Lloris, cela montre la force de ce groupe. Une équipe très peu médiatique, en plus. Pour aspirer à plus grand, Toulouse devra surtout négocier au mieux la réception de l'ogre héraultais dans deux semaines. Après tout, Casanova s'était payé le luxe de finir troisième avec Mauro Cetto dans son onze. Tout est possible.

La bête blessée : Lyon (53 points)

"Aujourd’hui, on a six chances sur dix de se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. On va jouer quatre des sept derniers matches chez nous". Ça, c'était Bernard Lacombe, le conseiller du Président Aulas, avant la finale de Coupe de la Ligue de samedi dernier. Oui, Bernard n'a pas visiblement pas dit non à la drogue dure. Actuellement, avancer que l'OL a 60% de chances de finir troisième, c'est aussi sûr que d'investir dans les subprimes en plein milieu de l'Ohio en 2000. L'équipe de Rémi Garde est usée. Mentalement et physiquement. Plus rien ne tourne. Les mines sont fatiguées et le collectif rouillé. C'est clairement une année de transition. Et pour la première fois depuis longtemps, Lyon aura du mal à jouer la Ligue des Champions. L'OL a six points de retard sur Lille et n'a qu'un but d'avance sur Toulouse pour sauver sa quatrième place. Certes, les Gones ont encore le joker de la Coupe de France dans leur manche, mais ce n'est pas suffisant pour sauver une saison. A la rigueur, si la chance devait finalement sourire aux Lyonnais, c'est surtout via leur calendrier ultra abordable (pas une seule équipe du top 10 sur les six derniers matches). Mais bon, depuis Nicosie, on se méfie de tout avec eux.

Les "sur un malentendu, ça peut marcher" : Rennes et Saint-Étienne (51 et 50 points)

Que vaut réellement cette équipe rennaise ? Souvent séduisants en début de saison, les Bretons ont la fâcheuse tendance à systématiquement coincer avec l'arrivée du printemps. Cette année, ils ont même balancé la Coupe de France en laissant Quevilly gambader jusqu'au Stade de France. Un couac qui a laissé des traces, notamment dans leur relation – déjà glaciale – avec le public du Stade de la Route-de-Lorient. A un moment donné, les promesses ne suffisent plus. Yann M'Vila, par exemple, traverse la saison péniblement. Mais personne ne dit rien. Hormis Costil et Danzé, les autres lascars sont également dans le dur. Lâchés par les gros braquets du Royaume. Il faut également composer avec la rumeur qui télégraphe Frédéric Antonetti à Marseille. Et pour corser le tout, Rennes enchaîne Montpellier et le Paris-SG lors des 36 et 37e journées. Et les Stéphanois dans tout ça ? Difficile à dire. Quatrième à un moment, les Verts se sont fait dessus. Trop de pression. Trop gros pour eux. Leur jeu est séduisant, dynamique, sympatoche, mais quand il faut tuer, ils n'y arrivent pas. Ce n'est pas encore la mentalité. L'ensemble est encore un peu tendre. Mais bon, on ne sait jamais avec cette folie stéphanoise. Pour ce faire, il faudra gérer au mieux les trois matches couperets contre Paris, Marseille et Bordeaux. Honnêtement, ça semble compliqué. Même si Aubameyang cadre toutes ses frappes. Ce qui serait déjà un premier miracle.

Pronostics :
Lille: 80%
Lyon: 5%
Toulouse: 10%
Rennes: 1%
Saint-Etienne: 4%

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Note : 1
Ouais, enfin, plus que Bernard Lacombe, c'est surtout le rédacteur qui a fumé de la drogue.

Car avant le match de coupe de la ligue, je vous rappelle le contexte, on avait une équipe de Lyon qui revenait très bien, qui restait sur 7 matchs sans défaites dont 6 victoires, tous juste revenue à 3 points du troisième avec un calendrier bien meilleur, et ayant deux finales de coupe à jouer. A ce moment là, on pouvait considérer Lyon presque favori pour la troisième place à la faveur du calendrier.

Mais en foot tout change vite et deux matchs moisis plus tard, l'OL est soudainement au fond du gouffre, même Toulouse qui doit affronter Montpellier serait apparemment mieux placer pour cette troisième place. Allez comprendre.

ET aler, imaginons deux secondes que ce week end Lyon gagne contre Lorient à Lyon (pas inenvisageable tout de même) et que Lille et toulouse ne gagnent pas à Dijon et à Annecy (pas inenvisageable non plus), et vous nous réécrivez le même article la semaine prochaine?

EN fait, je crois que d'ici la fin du championnat, vous aurez 5 occasions de le mettre à jour avec des conclusions différentes.
je crois me souvenir que c'est Elie Baup qui a fini 3ème avec Toulouse. Après on avait eu droit à un beau carnage contre Liverpool et son terrible buteur Andreï Voronin.
Tout à fait d'accord avec Brice_I
C'est marrant de faire un article intitulé "Qui veut prendre la troisième place" et d'écrire, dès la seconde ligne "Leur troisième place, ils peuvent la considérer comme presque acquise"

Bon bah c'est pesé, on remballe, on signe l'article et merci pour votre attention! :)
Effectivement, c'était Baup qui avait amené le Téf en Champion's League, s'en est suivie la fessée contre Liverpool (0-1 au Stadium, but de Voronin puis 4-0 à Anfield).
Dernière année de Baup au club, Casanova est arrivé l'année suivante (où on a terminé 4°, avec Gignac et ses 24 buts, j'ai l'impression de parler d'une autre dimension).
caca_mou_ Niveau : DHR
Ouais, pas mal le but de Voronin, j'étais juste en face (a côté des mecs de Liverpool)...

Je vois pas Toulouse accroché la Champion's, a moins d'une victoire contre Montpellier et d'une dynamique folle, même si ça parait improbable tout est possible avec cette équipe (cf: le dernier match contre Bordeaux, triplé d'Elmander et le but de Lille à la fin qui nous envoie à la 3ème place)
zubrowska je m'étais fait exactement la même remarque ;-)
Putain ce match contre Bordeaux, j'en revenais pas...

Ouais tout est possible, la preuve, je me tape deux matchs tout pourris au Stadium (contre Lorient et Auxerre) et je me dis qu'on marquera pas plus d'un but à domicile d'ici la fin de l'année, et c'est le moment que Dallard a choisi pour ne pas m'offrir de places contre Lyon...

On est foutu de gagner contre Montpellier et de perdre contre Ajaccio, magic as usual...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8