1. //
  2. //
  3. // Leicester-West Ham

Qui veut la peau des renards ?

Il y a le tableau d'ensemble et ce qu'il se passe derrière. Cette semaine, le Guardian révélait que la Football League venait d'ouvrir une enquête autour d'un montage financier obscur caché dans les comptes de la saison 2013-14 de Leicester. Hier, c'était une sombre histoire de dopage. Comme si le succès des hommes de Ranieri dérangeait. Alors, vraiment ?

Modififié
1k 8
Leicester est une secousse. Elle est terrible, destructrice et illogique. Rien ne devait se passer comme ça. Mais le football vit pour ce genre d'histoires, ces moments classés hors du temps. Dimanche dernier, sur les coups de 16 heures, en sortant de la pelouse du Stadium of Light de Sunderland, il y avait un peu plus que des larmes derrière les lunettes de Claudio Ranieri. Concernant l'entraîneur italien, on peut parler d'une revanche contre le temps. À 64 ans, ses traits n'ont jamais semblé aussi creusés. Pourtant c'est un vent de fraîcheur. Il y a trente ans, Ranieri débutait sa carrière de professeur au niveau inter-régional avec l'équipe de Vigor Lamezia à Lamezia Terme, en Calabre. L'homme a traversé un pan de l'histoire du football, a dirigé des équipes dans quatre championnats majeurs (Serie A, Premier League, Ligue 1 et Liga) et a même mené la barque d'une sélection nationale, la Grèce, pendant quatre petits matchs. C'était sa dernière expérience avant d'atterrir, finalement, à Leicester l'été dernier.

La bousculade de l'establishment


Le propriétaire thaïlandais des Foxes, Vichai Srivaddhanaprabha, avait alors été clair avec lui : « Claudio, c'est vraiment une année très importante pour le club. C'est très important pour nous de rester en Premier League. On doit se sauver. » La barre avait été placée à quarante points. Aujourd'hui, à cinq journées de la fin du championnat, Leicester affiche 72 points au compteur et tabasse la logique en dominant la Premier League alors qu'un auparavant, le club se battait pour ne pas sombrer en Championship. Dans une lettre ouverte publiée sur The Players' Tribune, Ranieri a donc dû s'expliquer. « Je pense que notre histoire est importante pour tous les supporters de football à travers le monde. Cela donne de l'espoir pour tous les jeunes joueurs qui ont déjà entendu qu'ils n'étaient pas assez bon. Ils peuvent se dire : "Comment puis-je arriver au top niveau ? Si Vardy peut le faire, si Kanté peut le faire, peut-être que je peux le faire aussi." De quoi avez-vous besoin pour y arriver ? Un gros nom ? Non. Un gros contrat ? Non. Il suffit simplement d'ouvrir son esprit, d'ouvrir son cœur, d'avoir les batteries rechargées et de courir libéré. »


La suite est un problème culturel. Partout, ce qu'il est en train de se passer à Leicester est perçu comme un rêve éveillé. En Angleterre aussi, par endroits. Sauf que la belle histoire dérange aussi, beaucoup. « Oui, c'est une situation qui vient perturber l'establishment. En France, quand Montpellier a terminé champion devant le PSG, dans notre esprit cocardier qui aime l'histoire de David contre Goliath, quasiment tout le monde était ravi. La mentalité britannique est différente » , pose Vincent Chaudel, consultant chez Kurt Salmon. Car cette saison, Leicester a réalisé un peu plus qu'un exploit. Hier, on aimait parler d'un Big Four qui se partageait chaque saison la couronne. C'est désormais terminé. Il n'y a qu'à regarder le tableau pour s'en rendre compte : désormais, West Ham, Liverpool, Tottenham, Arsenal, Manchester United, Manchester City, Arsenal et Chelsea, voire Leicester, peuvent décrocher la timbale. Le tout dans une période où les droits TV explosent dans le Royaume. Vincent Chaudel : « Les clés de répartition du football anglais sont assez égalitaires. Le dernier touche environ 130 millions alors que le premier récupère 230 millions concernant les droits télés. Le niveau augmente avec l'argent, c'est normal. Et quand on rajoute l'aventure humaine, la gestion, on peut avoir un scénario à la Leicester. »

Gros montage et fausse seringue


Culturellement, l'Angleterre aime son nombril et préfère son championnat à la Coupe d'Europe. C'est comme ça. Reste que depuis quelques semaines, derrière le rêve actuellement traversé par les hommes de Claudio Ranieri, des affaires naissent dans la presse britannique dont la dernière en date, révélée par le Guardian cette semaine, a poussé les responsables de clubs anglais à demander des réponses. En cause : une enquête ouverte par la Football League autour des résultats financiers du club lors de la saison 2013-14 et la suspicion d'un montage financier créé par Vichai Srivaddhanaprabha pour surfacturer les revenus liés aux sponsorings et à la vente de maillots. Pour expliquer le problème clairement, le propriétaire thaïlandais de Leicester détient la société King Power qui gérait, depuis son arrivée à la tête du club 2010, les intérêts commerciaux de l'institution. En janvier 2014, ces droits ont été réattribués à la société Trestellar Ltd. Le hic est là car aussitôt cette société a revendu ces mêmes droits à King Power pour le triple de la somme initiale. Un montage qui aurait permis au club de réduire son déficit annuel de 11 millions de livres, soit 13,7 millions d'euros. « C'est pour faire des jeux d'écriture. Cela peut expliquer différentes choses et différentes pratiques. Parfois, ce n'est que pour faire un ajustement au niveau d'un groupe, d'autres fois, cela peut aussi cacher des pratiques plus illicites, ce que l'enquête doit maintenant expliquer  » , détaille Vincent Chaudel.

L'affaire est financière, sombre, mais ne peut en rien gâcher ce qu'il est en train d'arriver aux hommes de Ranieri. Depuis plusieurs semaines, plusieurs enquêtes tournent pourtant autour du club anglais. Car avant cette histoire de montage financier, Leicester avait dû démentir par communiqué les informations révélées par le Sunday Times, autour des pratiques du docteur Bonar. Un dossier qui a depuis été passé sous silence - merci Panama Papers - mais qui pourrait bien rebondir avec violence dans les prochaines semaines. D'ici là, Leicester sera probablement champion et Ranieri aura séché ses larmes. Ce qui était hier « un rêve » s'est transformé en objectif. Rien, ni personne, ne pourra y faire quelque chose. C'est la logique irrationnelle du sport même si la claque est cette saison à la fois violente et agréable. Personne ne peut attraper la queue des renards. Pour le moment ?


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
Autant j'ai du mal avec la theorie du complot, autant la sortie d'un dossier vieux de deux ans a ce moment-la de la saison, cest une bien belle coincidence...

"Renards chenapans, chacripouilles, sacres vauriens"

Leur statut de "petite" équipe leur évite quand même certaines polémiques. Ulloa, le 3e attaquant de Leicester, est concerné par les Panama Papers. L'ampleur médiatique aurait été tout autre si on avait vu le nom de Walcott ou Nasri par exemple.
Top-player Niveau : CFA
La PL est sur le point de changer.

Si l'on prend les deux premiers, on a un club qui réalisé la saison de son histoire techniquement comme mentalement et derrière on a un club qui a planifié son succès et qui travaille dessus depuis plusieurs années mais le point commun de ces deux équipes a été d'acheter des joueurs méconnus et pas chers qui se sont révélés (Alli, Alderweireld, Mahrez, Kante,..)

Ces deux clubs nous montrent que les gros ont été beaucoup trop prétentieux/idiots dans leurs recrutements. Le prochain enjeu de la PL sera d'acheter malin car bientôt tous les clubs du Royaume pourront mettre 40M sur un joueur
On parle de Leicester comme s'ils étaient déjà champions....
Cafu crème Niveau : DHR
J ai quand même le sentiment que Leicester est un parfait cache misère de la tristesse de la bpl cette saison.

La sauce mediatique a pris, tout le monde cause de ça mais au final ça restera une surprise comme on en voit tous les 20 ans dans à peu près tous les championnats.

Pendant ce temps la ça parle pas des masses de la lente reculade d'Arsenal, de Chelsea qui ne sera pas en Europe, de ManU qui est pas au mieux etc.

Pas sur que Leicester fasse rêver tout le monde en ldc l an prochain quand les branlees vont arriver.

Et surtout....Ils ne sont pas encore champions.
Arrêtez de vous leurrer.. Leicester sera champion c'est certain. Par contre moi leur histoire ne me fait ni chaud ni froid, mais en tout cas si ils savent garder leurs joueurs + quelques recrues de qualité cet été ils pourraient poursuivre leur dynamique. Je les vois bien etre emmerdant l'an prochain en champions League.
Message posté par TheGoatKeeper
Autant j'ai du mal avec la theorie du complot, autant la sortie d'un dossier vieux de deux ans a ce moment-la de la saison, cest une bien belle coincidence...

"Renards chenapans, chacripouilles, sacres vauriens"


C'était pas sacripouille plutôt ? J'ai toujours cru.
Message posté par Milenko
Leur statut de "petite" équipe leur évite quand même certaines polémiques. Ulloa, le 3e attaquant de Leicester, est concerné par les Panama Papers. L'ampleur médiatique aurait été tout autre si on avait vu le nom de Walcott ou Nasri par exemple.


j'avoue
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 8