1. // Journée mondiale
  2. // Kiss a Ginger Day

Qui sont les roux du football ?

Ce 12 janvier, les roux sont célébrés à l'occasion du Kiss a Ginger day. Une belle fête pour une branche capillaire trop souvent moquée, et dont certains éminents représentants foulent les prés verts. Mais puisque le roux ne saurait être réduit à sa seule couleur, tour d'horizon des différents spécimens qui peuplent les championnats du monde entier de leur rouquinerie.

Modififié
3k 18

Le roux-gueux : Paul Scholes


Des genoux cassés, une lutte de tous les instants, mais surtout, une puissance folle : dans la communauté rousse, le rougueux est une idole qui a fait de ses complexes un moteur. Évidemment, le fait d'évoluer dans une équipe qui affiche sa tolérance jusque dans son surnom a facilité son éclosion. Mais si le rougueux Paul Scholes est devenu icône, il le doit avant tout à son implication permanente, et surtout, à une rouge de vaincre dont peu peuvent se targuer. Le chef de l'armée rousse, c'est lui.

Le roux-tourne : Jérémy Mathieu


Popularisé par un ami de la cause rousse qui s'ignore, le roux-tourne est une espèce pour laquelle la vie n'a jamais été un long fleuve tranquille. Estimé par certains, repoussé par d'autres qui n'ont pas su déceler en lui un talent au-delà de la couleur, il a dû batailler avant qu'on lui reconnaisse le statut de véritable joueur de foot en Catalogne. Un asile mérité, mais surtout la preuve que l'intégration n'est pas qu'un îlot utopique.

Le roux-noi : Wes Brown


Souvent le fruit d'une fantaisie capillaire incroyable, à l'instar de Louis Saha durant son passage à Everton, ou encore David James, le roux-noi est un joueur destiné à être mis en lumière sur le terrain. Se démarquer des autres, aussi bien par son style que ses qualités, puisqu'une telle prise d'initiative ne peut être l'œuvre que d'un génie. Alors, quand Wes Brown et sa couleur de cheveux naturelle ont éclos au grand jour, les espoirs étaient logiquement immenses : même dégaine, et même numéro que Rio Ferdinand à ses débuts, le 6, et un joueur présenté par Ferguson comme le défenseur du futur. Dix ans et un transfert à Sunderland plus tard, ses tresses plaquées orange restent comme la plus belle initiative capillaire du XXIe siècle.

Le roux-illé : John-Arne Riise


Même si le roux fait preuve d'une flamboyance à toute épreuve, le talent qui l'anime fane, comme pour les autres, avec le temps. Témoin du poids des années et de la flamme qui ternit, John Arne Riise, Norvégien de droit, mais roux de cœur, a vu sa carrière se déliter après des beaux passages à Monaco, Liverpool ou Rome. Désormais à Nicosie, le roux-illé, qui n'a rien à voir avec Olivier, traîne sa peine sur une île où sa différence ne saurait être appréciée à sa juste valeur. Gageons que cette escale ne soit qu'une courte étape avant une routraite bien méritée.

Le roux-quin : Alexi Lalas


Dans la communauté, il fait tache. Parce qu'il l'a poussé à son paroxysme, en l'affichant sans vergogne des cheveux à la barbe, Alexi Lalas gênerait presque par sa véhémente revendication du rouquinisme. Peu aidé par ses origines américaines, le privant naturellement de bon goût, Lalas pourra toujours arguer de son patronyme « difficile » pour expliquer son extrémisme en la matière. Sans tromper personne.

Le roux de secours : Matthieu Chalmé


Le roux sympa par excellence. Celui qui a compris qu'être roux ne lui octroyait pas plus de passe-droit que de handicaps. D'ailleurs, il fut un temps où le roux de secours aspirait à une carrière en Bleu. Mais choc de niveau (de couleur aussi) oblige, il est rapidement revenu dans le rang pour dépanner, à sa façon, des clubs qui ont vu de la générosité dans ce cadeau de la nature, là où bruns ambitieux et blonds prétentieux auraient quitter le véhicule. D'où l'avantage de toujours disposer d'un roux de secours dans son coffre.

Le roux-leau de printemps : Ki Sung-yueng


Puisque les modes se font et se défont, et que le football est avant tout le sport universel par excellence, pas étonnant de voir des footballeurs de toutes les parties du globe oser la teinture rousse, et célébrer ainsi le Kiss a ginger day. Robuste milieu de terrain défensif de Swansea, le Sud-Coréen Ki Sung-yueng, en plus d'être l'un des joueurs asiatiques les plus célèbres du moment, est également l'un des seuls à s'être aventuré vers une couleur de cheveux originale. Un hommage caché à ses prédecesseurs ? Peut-être. En tout cas, son roux intense ferait passer Mylène Farmer pour une blonde vénitienne. Chapeau, l'artiste.

La roux-lette : Zbigniew Boniek


« Les Blancs ne savent pas danser. » Une phrase aussi cliché que de dire que les roux ne savent pas dribbler. Car le dribble n'a pas de couleur, de peau ou de cheveux, c'est simplement l'apanage des artistes. Véritable Van Gogh du football, l'homme au prénom le plus imprononçable de l'histoire du football s'est chargé de montrer à la face du monde que les roux savent aussi casser des reins. Pendant parfait de Michel Platini à la Juventus de Turin, Zbigniew Boniek ramasse les trophées à la pelleteuse de 1982 à 1985. Scudetto, Coupe d'Italie, C1, C2 et une troisième place au classement du Ballon d'or 1982. Le roi des roux.

La roux-pture : Jack Colback


Comme dans la vie, le football est malheureusement aussi fait de divorces, de ruptures, et de déceptions sentimentales. Un truc universel, qui prend aux tripes, et qui mêle incompréhension, tristesse et colère. Ça, c'est ce qu'ont vécu les supporters de Sunderland l'été dernier, lorsqu'ils ont vu leur petite pépite, Jack Colback, partir libre chez l'ennemi suprême, Newcastle. Boss du Roux game actuel, Colback a même eu l'honneur d'être présenté par Roy Hodgson comme le « Pirlo roux » . L'équivalent de Christina Hendricks en crampons. On comprend mieux les larmes du Stadium of light.


Pour en savoir plus, passez votre roux-lette ici

Le roux-ga bonito : Elierce Barbosa de Souza


Qui dit Brésil dit football, beau jeu et gestes techniques. Mais aussi multiculturalisme. Roux le plus célèbre du football brésilien, Elierce Barbosa de Souza, dit Souza, défend avec ardeur la chevelure orange dans un pays ou celle-ci se fait rare. Champion du Brésil en 2013 avec Cruzeiro, le polyvalent milieu de terrain attend toujours d'être convoqué en sélection nationale, pour entrer définitivement dans l'histoire de son pays. Et fêter ça lors du carnaval de Rio de Janeiroux.



Par Paul Piquard et Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous avez oublié le Roux-per Sub : David Fairclough
GenzoLloris Niveau : DHR
La phobie des roux aka le racisme des gens non racistes
Vous oubliez le plus grand roux de l'histoire du foot.

Le Roux-leau Compresseur : Le Grand, l'Unique, l'Inimitable

<3 Charles KABORE ! <3
Jacquietmichelderzakarian Niveau : CFA2
Alors qu'il brille en Europa League,même pas un mot sur le Roux Dourou?
Kit Fisteur Niveau : Loisir
et y a pas de Roux-main ?
Je ne suis pas roux et je n'appartiens à aucun parti Pro-Ginger, mais ça me choque toujours quand les commentateurs, notamment un certain Stéphane G., décrit un joueur en l'appelant: "Le Rouquin de (insérer un club anglais)."

Est ce qu'il se permettrait de dire "Le noiraud de (insérer un club)" ou bien "le basané de (insérer un club)" ?

Je suis pas une vierge effarouchée, mais j'aime pas la stigmatisation.
bergkamp-laudrup Niveau : CFA2
vous êtes sérieux avec le supposé mauvais goût de Lalas ? Un des rares footeux musicos-rocker avec Slaven Bilic, qui plus est à pas mal se démerder:

https://www.youtube.com/watch?v=m_-WF_qLQsM reprise des Duran Duran

https://www.youtube.com/watch?v=em-PxpstTZM des Primitives


Rien que pour ça, et pour son originalité dans son look, il mérite d'être sacré roi des roux-cool !
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 3
Merci pour cet article ou enfin on parle de nous. Et vous auriez ou parler de xabi Alonso juste pour sa barbe légendaire.
AirForceOne Niveau : CFA2
Et le roux te Moute Sylvain Armand
SuperPippo1897 Niveau : District
Le ROUX-FE TOP AKA PUYGRENIER
Quand on y pense Colback a vraiment zéro dégaine c'est affligeant
Note : 1
Moi, tant qu'on me met pas de baton dans les roux..
Robbie_Slater Niveau : DHR
Le seul, le vrai, l'unique Roux-gueux est et restera à jamais : John HARTSON !!!
Message posté par KDurant
Je ne suis pas roux et je n'appartiens à aucun parti Pro-Ginger, mais ça me choque toujours quand les commentateurs, notamment un certain Stéphane G., décrit un joueur en l'appelant: "Le Rouquin de (insérer un club anglais)."

Est ce qu'il se permettrait de dire "Le noiraud de (insérer un club)" ou bien "le basané de (insérer un club)" ?

Je suis pas une vierge effarouchée, mais j'aime pas la stigmatisation.


Je trouve que ça fait quand même vachement vierge effarouchée pourtant...
Tu t'offenses quand on dit "le blond de..." ? C'est clair que c'est moi pratique de dire "le black de..." parce que y en a quand même pas mal de blacks qui jouent au foot, alors que les roux professionnels et connus bah y en a pas des milliers!

Quand les roux se verront refuser des emplois, ou des logements pour leur couleur de cheveux là on pourra parler de réelle stigmatisation... Parce qu'à ce moment là on dit pas "le gros" ou "le petit" ou "le grand" etc...
Faut arrêter un peu franchement (et je suis "chocolat" donc qu'on vienne pas me faire de grands discours sur la souffrance des stigmatisés par pitié)
AirForceOne Niveau : CFA2
Hartson the poète of the ballon rond
Et Roux-nald Koeman?
Sinon au Maghreb, y a le Roux Tunisen, Fakredine Benyoussef qui vient de signer a Metz. Et aussi un Roux Algérien, Ziri Hammar (Arles Avignon L2)
Reste a trouver un Roux Marocain, une idée ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3k 18