1. //
  2. // Amical
  3. // France/Espagne

Qui sont les nouveaux de la Roja ?

Ils sont quatre néophytes à s'être glissés dans la première liste post-Mondial de Vicente del Bosque. En provenance de Bilbao, de l'Atlético, de Valence et de l'Espanyol, ils ne répondent pas à l'archétype du joueur de toque. Focus sur les nouveaux larrons de la Roja.

Modififié
4 12

Kiko Casilla, sans S (Espanyol Barcelone)


Un patronyme dérangeant. Voilà ce qui a longtemps troublé la carrière de Kiko Casilla. À un "S" près, le natif de Tarragone se retrouvait avec le même blaze que sa sainteté Iker. Un fardeau plus qu'un heureux hasard pour un jeune portier. À 14 ans, la comparaison est devenue encore plus gênante. En ce début de millénaire, il intègre le centre de formation du Real Madrid. Les comparaisons un tantinet lourdes fleurissent. Lui poursuit son travail de sape. Et ça marche. International espagnol U19 et U20, un bel avenir lui est promis. En 2005, patatras. Une lourde blessure le relègue troisième gardien du Real Madrid Castilla. Quelques feuilles de matchs avec l'équipe première et deux saisons plus tard, il rentre dans sa Catalogne. À l'Espanyol, les galères ne s'estompent pas. Successivement prêté en Segunda Division à Cadix puis Carthagène, il ne baisse pas les bras, qu'il a par ailleurs longs. Il y a de ça trois ans, la récompense tombe : il devient le gardien titulaire des Pericos. Grand (1,92m), « il est également très rapide et a su grandir dans des équipes qui n'étaient pas en Première Division » , juge Toni Grande, adjoint de Del Bosque, dans les colonnes du Pais. Une surprise de 27 ans qui devra se dépatouiller des jeux de mot qui le précèdent depuis son adolescence. Suerte.

Mikel San José (Athletic Bilbao)


Mikel San José est basque. Forcément, Mikel San José évolue à l'Athletic Bilbao. Pourtant, son parcours est bien moins linéaire que les autres pensionnaires du centre de Lezama – centre de formation de Bilbao. Débarqué en 2005 dans la capitale d'Euskadi, ce longiligne défenseur central – qui peut également évoluer au poste de latéral droit – pense suivre le chemin tout tracé de ses comparses. Il y croit dur comme fer jusqu'en 2007, année où Liverpool fait part de son intérêt. Pas même une apparition avec l'équipe fanion de l'Athletic, et le voilà avec une nouvelle liquette rouge sur le dos. Du côté d'Anfield, il continue à faire ses gammes avec la réserve. Sans vraie opportunité d'intégrer l'effectif des grands, il demande à revenir en prêt au Pays basque en 2009. Son prêt devient un transfert définitif en janvier 2010. Depuis, Mikel a atteint la barre des cent matchs en Liga et s'est découvert un talent de buteur grâce à son excellent jeu de tête (19 en cinq saisons). Sa polyvalence lui assure un nombre important de matchs, mais pas un poste de titulaire. Ainsi, il n'était pas aligné lors de la récente double confrontation face au Napoli. Un pari de Vicente del Bosque, donc.

Paco Alcácer, le but hasta la muerte (Valence)


Du rire aux larmes, il y a un but et un père. Le 12 août 2012, Valence affronte la Roma lors du traditionnel tournoi Naranja – de l'Orange en VF. Paco Alcácer, 18 ans au compteur, y inscrit son premier but à Mestalla, un stade auquel il se rend depuis sa naissance en compagnie de son paternel. Sitôt le coup de sifflet final, il apprend que son père, son plus fidèle supporter, est décédé d'une crise cardiaque en sortant de l'antre des Chés. Rideau noir. Cet épisode ô combien sinistre a forgé un mental d'acier à Paco Alcácer. Après des débuts professionnels lors de la saison 2010/11, il doit se contenter de bouts de matchs et d'un prêt à Getafe. La faute à la valse des entraîneurs sur le banc des Chés et une confiance perdue avec ces dits techniciens depuis le départ d'Unai Emery. En janvier dernier, l'arrivée de Pizzi change la donne. Alcácer devient une alternative crédible aux flops Postiga et Pabón. International espoir, il est un buteur, un vrai. Malgré son gabarit de poche, il comprend « qu'il faut mettre le pied » . Cet été, malgré une énième valse d'entraîneur, il obtient une place de titulaire. Tant mieux, il ne s'arrête plus de marquer. Pour le plus grand plaisir de son père.

Raúl García, la chose du Cholo (Atlético Madrid)


« Qu'il était mauvais... Une vraie buse qui ne mettait pas un pied devant l'autre. Il était lourd, ratait tout. Un mauvais joueur parmi les mauvais. Du jour au lendemain, Simeone est arrivé et s'est dit qu'il allait faire de Raúl García un bon joueur. Et ça a marché ! » La légende au sujet de Raúl García habite les arcanes du Vicente-Calderón et tous ses supporters depuis décembre 2011. À vrai dire, personne n'ose la contredire tant la mue du plus long tarin de Liga frôle le conte de fées. Quatre ans avant l'arrivée de Diego Simeone sur le banc de l'Atlético Madrid, Raúl García débarque chez les Colchoneros avec un statut de recrue vedette (13 millions d'euros pour le rapatrier d'Osasuna). Totalement à côté de ses pompes et de son football, il devient rapidement la tête de Turc d'un public habitué aux déceptions. Puis le Cholo est arrivé et a transfiguré de fond en comble Raúl. La hargne d'un roquet, la condition d'un marathonien, le physique d'un déménageur et le flair d'un renard le propulsent parmi les titulaires matelassiers. Le printemps dernier, il termine la saison aux côtés de Diego Costa sur le front de l'attaque, mais peut aussi bien être utilisé sur un côté. Sa convocation est la plus juste des récompenses pour un athlète ne pratiquant pas le toque.



Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

AirForceOne Niveau : CFA2
C'est Francisco une bonne fois pour toute personne ne disait titi Henry h24 personne ne disait Yazid voilà.
Pour tous les fans de FM (je sais qu'il y en a beaucoup ici) nous savions tous depuis 4 ans que le génial Alcacer était un crack.
Raul Garcia, des coups de pute de tres tres haut niveau!
ça peut être judicieux de faire évoluer un peu le style de jeu. En gardant le "toque" mais en ayant un plan B, en étant capable de mettre du muscle et en ayant davantage d'agressivité. En gros, en prenant exemple sur l'Allemagne, qui peut jouer de différentes manières et a su allier physique et technique.
Et dire qu'il reste encore Bernat, Thiago, Jesé, Moreno, De Marcos et j'en oublie qui d'ici 2016 seront des gros joueurs.
Note : 1
"Alcacer devient une alternative crédible aux flops Postiga et autres Pabon"...
Franchement, recruter un mec qui est Pabon et s'étonner qu'il soit un flop... ok, je sors
"Mikel San José est Basque. Forcément, Mikel San José évolue à l'Athletic Bilbao."
Pas parce qu'il est Basque qu'il évolue forcément à Bilbao. Xabi Alonzo, Prieto, Zurutuza et bien d'autres sont Basques mais n'y jouent pas.
Et puisqu'on en est au Pays-Basque, la capitale c'est Vitoria, pas Bilbao...
ClchnrAtm7 Niveau : DHR
Raul Garcia... Quand il est arrivé, je pensai qu'il serait le futur de l'Atlético, j'ai arrêté d'y croire quand il est reparti en prêt à Osasuna.

Et ce prêt (+ l'arrivée d'el cholo) l'a littéralement transfiguré. C'est un autre joueur depuis!

A croire que c'était son cousin qui jouait à sa place (coucou N'Koulou). Désormais il mérite même sa place de titulaire avec la Roja selon moi.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Toujours pas de Gabi ??? Gabi >>>>>>>>>Raúl Garcia. Mais ça c'est une autre histoire.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Message posté par AirForceOne
C'est Francisco une bonne fois pour toute personne ne disait titi Henry h24 personne ne disait Yazid voilà.
Pour tous les fans de FM (je sais qu'il y en a beaucoup ici) nous savions tous depuis 4 ans que le génial Alcacer était un crack.


Exact !

D'ailleurs je savais depuis les années 80's que Mario et Luigi allaient devenir des cracks de la plomberie !!
Ce qui va relancer cette équipe selon moi c'est le départ de Fabregas à Chelsea, qui va dégager quelqu'un dans l'entre jeu de Roja (Xavi au hasard) et l'état de forme de Diego Costa.

Cette équipe doit absolument varier son jeu, et en alignant les nouveaux qui à mon avis auront plus la dale que les vieux, il y aura de beaux résultats.
Belle recompense pour Raul Garcia. Le type a commence recuperateur aux cote de Pablo Garcia et il s'est transforme lors de son pret a Osasuna ou il a fini meilleur buteur du club. Avec San Jose, ca fait deux nouveaux basques en selection
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 12