En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Qui pour remplacer Villas-Boas à Chelsea ?

Le « Special Two » voulait son gros chèque, il l’a eu. Roman Abramovitch a cédé. Et comme on en est plus à un près, il va maintenant falloir trouver un nouveau technicien à mettre sur le banc, à la place d'André Villas-Boas.

Modififié
Roberto Di Matteo
Comme un clin d’œil du destin, Chelsea s’est crashé à West Bromwich Albion, le club coaché par l’Italien l’an dernier. Les ritals chez les Blues, ça marche, Vialli et Zola peuvent en témoigner. Comme Ciro Ferrara l’avait fait à la Juve, Di Matteo peut donc être l’ancien joueur qui redonne le sourire dans un vestiaire ravagé. Par contre, s’il reste trop longtemps en poste, ça va se voir que le costume est trop grand, il va dire qu’il encaisse les coups comme Rocky à chaque conférence de presse, et ça va faire perdre un an à son club. Il ne faudra pas longtemps à Terry, Lampard et Ashley Cole pour le surnommer « l’Adjoint  » . La mission s’arrêtera en juin. Et après ?

José Mourinho
Il en a marre de l’Espagne, il veut retrouver la Premier League. Ça tombe bien, le banc du stade où l’on scande son nom à chaque match vient de se libérer. C’est simple, non ? Sauf que Mourinho n’aime pas les vieux encombrants. Une de ses conditions pour signer à Madrid était de dégager Raul et Guti. Il n’hésitera pas à faire de même cette fois-ci. Et il ne faudra pas longtemps à Terry, Lampard et Ashley Cole pour le surnommer « le Traître » . Sans compter que Mourinho sera sans cesse comparé par les tabloïds à… lui-même, lors de son premier passage. Pas un cadeau.

Pep Guardiola
Il est en fin de contrat en juin, et a ouvert la porte à un départ. Guardiola, l’apôtre du beau jeu, un sacré rêve pour Abramovitch, qui n’osait jamais trop se l’avouer. Sauf que la mayonnaise est loin de prendre. Les passes courtes, ce n’est pas vraiment la tasse de thé d'Obi Mikel ou de Malouda. Et le vestiaire n’a pas oublié la « fucking disgrace » de 2009. Il ne faudra pas longtemps à Terry, Lampard et Ashley Cole pour le surnommer « Claude Onesta » . Si joueur, Pep n’est jamais passé par la Premier League, ce n’est peut-être pas un hasard.

Rafael Benitez
Le technicien espagnol n'a toujours pas digéré son passage à l'Inter. Pour se venger, il veut convaincre Abramovitch qu'il peut enfin triompher sur les terres de Mourinho. Sauf qu'il va devoir faire face à un vestiaire qui a appris à le détester, à le voir comme un adversaire. Il ne faudra pas longtemps à Terry, Lampard et Ashley Cole pour le surnommer « Ranieri » , avec un R bien raclé, ce qui n'augure rien de bon. Et puis tant qu'à avoir un jeu ultra-défensif, autant avoir un entraîneur qui a un peu de classe sur le banc.

Frank Rijkaard
Autre vieux rêve d’Abramovitch, qui s’était surpris à applaudir lors de la victoire de Barcelone à Stamford Bridge l’année du sacre en Ligue des Champions de Ronaldinho. Près de quinze ans après le passage de Gullit sur le banc des Blues, Rijkaard retrouverait l’ivresse des sommets européens, lui qui s’est un peu perdu en Turquie et en Arabie Saoudite. Pas facile d’ailleurs de se remettre de
telles expériences. Il ne faudra pas longtemps à Terry, Lampard et Ashley Cole pour le surnommer « Football Manager 2006 » . Certes c’est toujours mieux que Van Basten mais bon…


Didier Deschamps
L’an dernier, DD a auditionné pour devenir coach de Chelsea. Il était aussi annoncé du côté de la Roma. On lui a préféré de jeunes coachs qui en jettent. Résultat, les deux clubs perdent leur année alors que la Dèche va ramener une nouvelle coupe de la Ligue à l’OM et le scalp de l’Inter en Ligue des champions. Puis avoir un propriétaire russe, ça ne lui fait pas peur. Mais attention, il risque de vite bouder si quelqu’un propose de recruter des joueurs à sa place. Il ne faudra donc pas longtemps à Terry, Lampard et Ashley Cole pour le surnommer « José Anigo » . En même temps, les indemnités de départ seront moins importantes.

Roman Abramovitch
Entre le départ d’Ancelotti, le débauchage de Villas-Boas et le licenciement de ce dernier, Roman a mis près de 40 millions d’euros sur la table. Alors merde, tant qu’à faire, autant mettre soi-même les mains dans le cambouis. Mis en confiance par la réélection de Poutine, il rappelle Ray Wilkins, l’ancien adjoint historique, se rabiboche, et se met à côté de lui sur le banc. Au moins, Terry, Lampard et Ashley Cole ne vont plus la ramener.


Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 53 minutes Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 2
il y a 3 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 5 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 6 il y a 7 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 15
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4
À lire ensuite
On était au derby de Rome