En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // David Moyes viré

Qui pour remplacer Moyes ?

Après des mois de galère et de mauvais résultats, David Moyes s'est enfin fait lourder du banc de United. Pour occuper cette place, pour le moment attribuée à Ryan Giggs, certains noms reviennent déjà avec insistance. L'occasion de se pencher sur les profils de ces coachs qui pourraient faire leur entrée dans le Théâtre des Rêves.

Modififié

Louis van Gaal


Points forts

C'est évidemment LE dossier chaud pour la succession de Moyes à Manchester United. Dans les tuyaux depuis un petit moment déjà, son arrivée à Old Trafford serait l'assurance pour les supporters des Red Devils de voir débarquer un ponte du football mondial : vainqueur de la Ligue des champions avec l'Ajax Amsterdam en 1995, double champion d'Espagne au FC Barcelone, champion d'Allemagne avec le Bayern Munich... Le mec a la culture de la gagne. Et on ne va pas se mentir, c'est autre chose qu'un titre de champion de D3 anglaise en 2000 avec North Preston End.

Points faibles

À vrai dire, on n'en voit pas trop. Le complexe de la Premier League ? Non, sûrement pas quand on connaît le personnage. Car si Van Gaal est un coach qui remporte des titres, il a aussi un caractère bien trempé : au Bayern, le Batave est allé jusqu'à baisser son pantalon devant Luca Toni pour montrer qu'il avait des couilles. Et puis, il ne faut pas oublier que José Mourinho était l'un de ses élèves : «  Il m'a surtout laissé un conseil : il a été franc, il m'a dit qu'il fallait travailler comme un chien, et je l'ai fait, toujours avec plaisir.  » Pour des Diables, ce serait l'assurance de retrouver Lucifer sur le banc.

Et ça donne quoi ?

Devant les progrès de Giggs, le board prend du temps avant de faire signer Van Gaal. Arrivé à Old Trafford tardivement, Louis van Gaal part cependant avec le soutien des supporters. Mais dès le début de saison, Van Persie et Rooney, pourtant irrésistibles à l'époque de Sir Alex, ne se trouvent plus. Pire, ils s'embrouillent. Battus sèchement par Liverpool à domicile lors de la dixième journée sur un doublé de Borini (2-1), les dirigeants se souviennent que Van Gaal n'a pas qualifié les Pays-Bas pour la Coupe du monde 2002 avec Kluivert et Van Nistelrooy en pointe. Sacrilège. À la mi-saison, Van Gaal est déjà viré. MU, le nouvel OM.

Sir Alex Ferguson


Points forts

Mieux que quiconque, Sir Alex Ferguson connaît les rouages du club mancunien. Pendant 27 ans, l'Écossais a traîné sa ganache de pilier de bar dans les couloirs d'Old Trafford sans jamais se départir de la victoire. Meneur d'hommes et lanceur de chaussure hors pair(e), la légende de United dispose de toutes les qualités pour remettre cette équipe à la dérive sur les flotteurs.

Points faibles

À bientôt 72 ans, Sir Alex commence en revanche à sucrer les fraises. En abandonnant le club aux mains de David Moyes, il a fait preuve d'une irresponsabilité uniquement justifiable par la démence qui caractérise ces personnes usées par la vie et le temps. Face à la situation des Red Devils, un semblant d'énergie serait pourtant nécessaire.

Et ça donne quoi ?

Accueilli en héros lors de son entrée dans Old Trafford en voiturette de golf, Sir Alex dispose du soutien inconditionnel du public. Malheureusement, la suite est moins rose. Après 21 journées de championnat, United pointe à une indigne 12e place au classement. Marouane Fellaini, titulaire en raison de la longue absence de l'héritier du trône, Darren Fletcher, en fait les frais et voit Fergie s'en prendre à sa chevelure splendide à coups de sécateur après une défaite contre Everton. Un excès sanctionné par le board de la FA, qui suspend Sir Alex pour 15 rencontres et provoque sa démission dans la foulée.

Ole Gunnar Solskjær


Points forts

12 saisons à inverser des scénarios improbables. Autant dire que Solskjær a du crédit auprès des supporters. Mieux, le Baby Face assassin est à Carrington comme à la maison. Deux raisons suffisantes pour convaincre les frères Glazer.

Points faibles

La réserve des Red Devils, Molde, Cardiff City. Solskjær est bien gentil, mais son manque d'expérience ferait presque passer Laurent Blanc pour Giovanni Trapattoni. Pas super rassurant quand on vient de virer un mec qui n'a pas réussi à faire le fameux « grand saut » .

Et ça donne quoi ?

Acheter la paix sociale comme nouveau mot d'ordre. Pour cela, les frères Glazer se tournent finalement vers Solskjær, qui a réussi son opération maintien à Cardiff. Et ça marche. Son équipe se retrouve en finale de Ligue des champions face au Bayern. Menés 1-0 dès la sixième minute, les Red Devils sont à court de solutions. Solskjær trépigne d'impatience sur son banc, puis choisit d'entrer lui-même sur la pelouse. Résultat : deux buts de raccroc dans les arrêts de jeu et la confirmation que l'histoire ne fait que se répéter. Furieux, Rummenigge dépose une plainte auprès de l'UEFA, qui tranche pour une défaite sur tapis vert du club mancunien. Le lendemain, l'éternel Super Sub, licencié pour faute grave, effraie tout le monde en conférence de presse en hurlant des insultes en norvégien. La presse tabloïd l'affuble d'un nouveau surnom : « Ole Gollum » .

Éric Cantona


Points forts

De 1992 à 1997, King Éric a su gagner le cœur des fans, et des titres en réalisant des saisons exceptionnelles sur le front de l'attaque des Red Devils. Armé de son passé de manager de l'équipe de France de beach soccer, il pourrait être tenté de délaisser le sable fin pour retrouver les pelouses grasses de Premier League.

Points faibles


Occupé par ses activités cinématographiques, Canto aurait du mal à revenir sur le devant de la scène, qui plus est dans un club qui doit se refaire une santé. Ce baptême du feu pourrait être trop brûlant au vu de sa faible expérience et de son tempérament volcanique.

Et ça donne quoi ?

Le King débarque à United avec son ancienne équipe de beach soccer, car l'effectif mancunien ne lui inspire rien, mais décide de garder Moyes comme adjoint pour pouvoir lui dire : « This is how we do.  » Lors de sa première défaite contre Crystal Palace, Éric perd ses nerfs et envoie un kung-fu kick à l'entraîneur en guise de poignée de main. Canto is back !

Sean Connery


Points forts

Né à Édimbourg il y a de cela 83 ans, Sir Thomas Sean Connery s'inscrit dans la lignée des Écossais qui ont fait la renommée des Red Devils. Issu d'un milieu modeste, comme Sir Alex, Sean possède la sagesse des anciens et l'expérience des plus grands. Sa botte secrète ? Le Sir a incarné à sept reprises l'agent 007 au cinéma. D'où l'assurance de gagner à tous les coups.

Points faibles

Son grand âge. Même si, à plus de 80 printemps, l'Écossais demeure racé et élégant, la fraîcheur de l'ancien James Bond reste à vérifier. Lui qui a joué pour les plus grosses productions hollywoodiennes, incarné des rôles impossibles et récolté des trophées à la pelle, pourrait toutefois avoir du mal à endosser une nouvelle casquette. Gare au syndrome Bouteflika.

Et ça donne quoi ?

Surfant sur la vague du renouveau, United se remet à gagner sous la houlette de son entraîneur/acteur. Contre toute attente, le Sir triomphe là où personne ne l'attendait. David Moyes, vert de honte, part élever des moutons dans son Écosse natale, tandis que Sean Connery refait de Manchester une machine à titres. Demain ne meurt jamais. Les légendes, non plus.



Par la rédaction de Sofoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 50 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7