Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Qui pour remplacer Cheick Diabaté à Bordeaux ?

La nouvelle est tombée ce 1er janvier. Terrible. Plus efficace que n'importe quel menu McDo pour faire disparaître la première et pire gueule de bois de l'année. Cheick Diabaté s'est résigné à faire opérer ce genou qui le fait tant souffrir et sera absent des terrains pendant quatre mois. Alors, qui les Girondins vont-il choisir pour remplacer leur buteur et terminer ce championnat qui n'a plus vraiment de sens, sans l'immense Malien ?

  • Yaya Sanogo


    Annoncé comme acté le 30 décembre par France Télévisions, le prêt de l'attaquant d'Arsenal tarde à se concrétiser. Titularisé à seulement six reprises cette saison par Arsène Wenger, toutes compétitions confondues, l'international espoirs reste la piste la plus évidente pour remplacer Cheick Diabaté à la pointe de l'attaque bordelaise. D'abord, parce que Willy Sagnol porte sur lui un regard plein d'amour. Et tant pis si tous ces petits cœurs troublent sa vision. « Devant, il y a un gamin que j'aime beaucoup, c'est Yaya Sanogo. Dans son nouveau club d'Arsenal, il doit pouvoir continuer sa progression. Toutes proportions gardées, il possède un profil comparable à Van Basten » , s'enflammait en août 2013 le Stéphanois, alors manager des équipes de France de jeunes. Ensuite, parce que le gars Yaya possède un profil assez similaire à celui du grand Cheick. Malhabile en apparence, le joueur de 21 ans se débrouille souvent pour claquer un but de renard. Ne lui reste plus qu'à s'exprimer à la troisième personne.

  • Jussiê


    Cette saison encore, Jean-Louis Triaud a fait sa spéciale : le coup de la recrue interne, ce joueur pété depuis le début de la saison qui effectuera son retour après la trêve. Cette année, elles sont deux. Théo Pellenard en défense, et Jussiê partout ailleurs. Les ligaments croisés du genou droit rompus durant la préparation estivale, le Brésilien a repris l'entraînement et ne devrait pas tarder à être opérationnel. Si son jeu n'a rien à voir avec celui de Diabaté, l'ancien Lensois est, de l'avis de tous les Bordelais, le plus adroit devant le but. Lorsqu'il le décide.

  • Fernando Cavenaghi


    Cavenagol est un homme de missions. En juillet 2011, il rompt à l'amiable son contrat avec les Girondins pour se rendre au chevet de River Plate, son club formateur, fraîchement relégué. Trois saisons plus tard, le contrat est largement rempli. River fait bien partie de l'élite argentine et vient même de remporter la Sudamericana, l'équivalent de notre Ligue Europa. Avec El Millonario, le Cave a même récemment passé la barre des cent buts claqués. Son devoir accompli, San Fernando peut désormais porter secours à l'autre club de sa vie. Celui dans lequel il est toujours adulé, là où aucun autre joueur n'a eu droit à son chant depuis son départ. Et réparer sa plus grosse erreur, comme il le confessait en mars dernier : « Quitter Bordeaux, c'est le pire choix que j'ai fait durant ma carrière. Les dirigeants m'avaient proposé de rester et de prolonger de trois ou quatre ans. Aujourd'hui, le championnat français fait partie des meilleurs. » Avec les Girondins, Fernando a déjà planté 47 fois. Plus que 53.

    Vidéo

    Vidéo

  • Adriano


    Attendu au Havre depuis des semaines, Adriano Leite Ribeiro est las d'attendre l'arrivée des fonds dont dépend sa signature. L'Imperatore est sur le territoire, Bordeaux a besoin d'un attaquant. L'histoire semble évidente, elle l'est. Pour le convaincre, Jean-Louis Triaud n'a pas à forcer. D'abord, un petit tour sur le bassin d'Arcachon, autre chose que les plages de galets havraises. Puis, une dégustation de quelques grands crus locaux : le Président sait parler aux sentiments. Une fois son contrat paraphé, le Brésilien est tout de suite à l'aise dans cette équipe qui a toujours su accueillir ses compatriotes de la meilleure des manières. Mariano, Jussiê et lui-même aujourd'hui, Eduardo Costa, Denilson, Henrique, Wendel, Fernando, Marcio Santos ou Savio par le passé. Là encore, autre chose que le HAC, dont Carucio Severo reste l'unique Brésilien à voir porté les couleurs. C'était lors de la saison 1954-1955. Surtout, lorsqu'Adriano prend place aux côtés de Cédric Carrasso, personne ne lui parle de son ventre. Et ça, ça n'a pas de prix.

  • Alain Juppé


    Il est partout, Alain. Alors pourquoi pas à la pointe de l'attaque girondine ? Excédé par les promesses non tenues par Willy Sagnol, qui promettait un jeu porté vers l'offensive lors de son arrivée à Bordeaux, le maire décide de prendre lui-même les choses en main. À mi-championnat, le Bordeaux de Sagnol a marqué un but de moins que celui de Gillot la saison passée. Un scandale que le futur candidat aux présidentielles ne peut tolérer dans sa cité. Il en va de son image. À 69 ans, l'ancien Premier ministre chausse les crampons, bien décidé à botter des culs. Une façon également de signifier à Nicolas Sarkozy que ses footings n'impressionnent personne.

    Par Mathias Edwards
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


  • il y a 5 heures La drôle de liste d'invités de la finale 17
    Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 56 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
    Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique