1. //
  2. // Match amical
  3. // France/Pays-Bas
  4. // Absence Nasri

Qui es-tu, le sacrifié de sélection?

Boudé par Didier Deschamps pour la rencontre de l'équipe de France face aux Pays-Bas, Samir Nasri risque bien de rater l'Airbus direction Rio. Malgré le niveau affiché, le joueur de Manchester City paie ses écarts passés et pourrait bien être le grand sacrifié de la liste de 23. Une situation bien connue par d'autres footballeurs de renom par le passé.

Modififié
7 38
Cette année, c’est décidé : les vacances se feront entre potes. La famille mise au ban, la copine sur la touche, l’opération sea, sex and sun peut enfin se mettre en place. Au fond, la destination importe peu, bikinis et vodka red bull étant les seuls critères indispensables au bon déroulement de cette escapade. Du moins, le croit-on à la sortie de l’agence Marmara. Car une fois installé sur cette plage de sable fin, il est déjà trop tard. À peine arrivé, il révèle sa vraie nature, se plaint de la chaleur, critique l’appartement de location et, imbibé, provoque ce groupe de 10 Hollandais en tongs à l’entrée du «  Space  » . Lui, c’est ce pote relou capable de te pourrir un séjour entier et avec qui finalement, tu aurais souhaité ne jamais partir. Cet ami que tu côtoies chaque week-end et dont la proximité t’est devenue insupportable, fallait pas l’inviter.

Pour l'équipe de France - qui a réservé pour le Brésil au dernier moment - le problème s’appelle Samir. Si le talent est indéniable, Samir n’a eu cesse au cours de ses précédentes escapades avec les Bleus de décevoir et surtout, de casser l’ambiance. Pour ces raisons (et d'autres peut-être), le GO Didier Deschamps a écarté l’élément perturbateur de ses 23 compagnons. Un choix dont on jugera de l’opportunité d’ici quelques mois mais qui est loin de constituer une exception. Car avant Samir, nombreux ont été les sacrifiés pour le « bien » du groupe.

Les sacrifiés colériques

Une place dans le bus, un « ta gueule  » cinglant : il aura suffi de quelques incartades pour que Samir Nasri devienne l’ennemi public numéro 1, porte-drapeau d’un coq aux valeurs si souvent décriées et malmenées. Malgré des performances de bonne facture sous le maillot des Citizens, Samir Nasri comprend désormais que son entente avec le groupe est un critère primordial. Écarter plutôt que risquer l’implosion : telle semble être la devise de certains sélectionneurs, plus soucieux de l’équilibre d’une équipe que de la qualité intrinsèque de ses éléments. Pour Guus Hiddink, le choix s’est fait dans le sang. À l’orée de l’Euro 96, les Pays-Bas sont au bord de l’implosion jusqu’à ce que le jeune Edgar Davids se charge d’allumer la mèche : «  Il (Hiddink) est manipulé par les frères De Boer et Bergkamp. C’est un incapable. Il faut qu’il cesse de suivre les conseils de certains trous du cul.  » En réalité, le groupe batave est scindé entre deux clans : celui originaire du Surinam (Seedorf, Davids, Kluivert) et les stars de l’époque (De Boer, Bergkamp, Blind). Témoin et victime de cette guerre intestine, Guus Hiddink n’aura d’autre choix que d’exclure la grande gueule qui ne porte pas encore ses drôles de lunettes. Si Davids s’était fait le porte-parole d’une contestation interne, les cas Romario ou Ginola témoignent d’une autre réalité. Génie au caractère porcin, Romario sera progressivement écarté de la Seleção en raison de ses accès de colère à répétition. Pour le beau David Ginola, l’épisode bulgare conjugué à une inimitié avec Didier Deschamps auront raison de son avenir en Bleu.

Les sacrifiés tactiques

Mais pire est le sort réservé à celui exclu pour des raisons de tactiques pures. Pour Raúl, l’histoire est celle d’une lose à l'espagnole. En sélection, l’attaquant du Real Madrid n’aura rien glané. Pas un titre majeur, pas une consécration. En 2008, à quelques mois de l’Euro, Luis Aragonés décide de se passer de ses services et s’attire les foudres de tout un pays. Soucieux d’offrir à l’Espagne une consécration trop attendue, le défunt sélectionneur confie les clefs du camion au milieu barcelonais Xavi-Iniesta. Une situation inacceptable pour les supporters de la Roja, qui poussent la Fédération à organiser une conférence de presse en février : « Le fait qu’on soit tous les deux là, ça ne veut pas dire que j’ai baissé mon pantalon, c’est juste qu’on veut régler une situation » , justifie Aragones, qui tiendra bon et se passera des services d’un joueur peu adapté à son nouveau système. Pour le succès que l’on connaît.

Succès toujours, Aimé Jacquet fait le pari à la même époque d’écarter le monstre Cantona. Trop électron libre sur le front de l’attaque, trop impressionnant pour la jeune garde qui se hissera sur le toit du monde en 98 et privé de sélection après high-kick légendaire à Crystal Palace, le King aura tout de même droit à une visite pour se voir expliquer ce choix. Jacquet souhaite jouer avec un meneur de jeu, un certain Zidane, et veut lui faire de la place. Le sélectionneur lui pose ses conditions : Canto sera son avant-centre ou rien du tout. On connaît la réponse de l'intéressé. Mal perçu par les supporters, le choix de Mémé s’avérera pourtant gagnant. Mais les sacrifices ne sont pas toujours synonymes de victoires. Ainsi, Matt le Tissier, buteur prolifique de Southampton, ne s’attirera jamais les grâces des Three Lions malgré quelques performances de choix. La faute à une faible exposition médiatique mais surtout à la concurrence de Paul Gascoigne, meneur attitré d’une équipe d’Angleterre qui a enchaîné les désillusions et s’est privée pendant des années d’une fine gâchette pour préserver son 4-4-2. Un exemple s’il fallait en trouver, de footballeur sacrifié sur l’autel du néant.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

The Aurelio Niveau : Loisir
Jusqu'à preuve du contraire, le foot est un sport co.

En EDF, un mec qui déséquilibre le collectif n'a pas sa place. POINT BARRE.

Cantona s'est fait dégager par Mémé et l'EDF a tout cassé sur son passage. Quand Nasri aura le quart de son talent/efficacité, on pourra éventuellement en reparler, là, le mec a montré depuis longtemps qu'il n'avait rien à faire dans cette équipe.

Puis bon, s'il y a bien un secteur de jeu où on n'est pas mal branlé en EDF, c'est bien le milieu non? Quoi que quand je vois que Guilavogui est appelé, le doute m'habite...

Bref, rien à foutre que le mec flambe avec City, l'important est qu'il soit bon en EDF. Et Nasri bon en EDF, j'ai pas trop souvenir là...
bah il a quand même marqué ce fameux but égalisateur contre l'Angleterre. C'est clairement le meilleur joueur de l'equipe derriere ribéry.
Je vois pas pourquoi lui ne serait pas selectionné moins qu'un Benzema qui se fiche de l'equipe de France aussi bien dans ces déclarations que dans son football.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Michael Laudrup, pour l'Euro 1992. Que le Danemark remportera sans lui
Lou Cévenol Niveau : Loisir
C'est pas aussi lui qui obtient le penalty et le transforme, contre la bosnie , au dernier match des qualifications de l'euro en pologne/ukraine?
Si on le laisse plus jouer il sera plus décisif. Et ce serait con de pas s'appuyer sur lui pour tout casser au prochain Euro. M'enfin, DD le prendra si il termine bien la saison.
Go Nasri!
J'ai lu 3 phrases, j'ai senti le parti pris; j'ai arrêté. Concrètement, je viens ici parce que je vous estime au dessus de la moyenne dans la presse sportive; au dessus des buzz et des analyses prémâchées. J'aime bien quand vous allez au fond des choses mais la ligne éditoriale semble avoir changé et c'est de moins en moins le cas.

Pourquoi analyser ça sous l'angle de son clash (qui soit dit en passant est un pétard mouillé devant knysna) et ne parlez vous pas de tactique? Quand on part en coupe du monde, on ne part pas qu'avec les meilleurs joueurs; on part avec les meilleurs joueurs du système de jeu qu'on met sur pieds. Système qui parfois s'articule autour d'un joueur central je vous l'accorde.
Et dans ce que la dèche propose on le met ou Nasri? Il sert à quoi Gignac? Cabella, Lacazette Ca s'appelle un choix tactique et ça va nous faire discuter tout l'été mais arrêtez d'enfoncer Nasri et de faire de lui un bouc émissaire (et pourtant j'aime vraiment pas ce type). Tirer sur l'ambulance c'est digne de l'Equipe ou de FF; abstenez vous.
Vous pensez sincèrement qu'Evra est plus apte à réagir face aux critiques? Voire même un certain Pogba?
Et on parle déja de sacrifiés alors que la liste est loin d'être définitive.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Message posté par The Aurelio
Jusqu'à preuve du contraire, le foot est un sport co.

En EDF, un mec qui déséquilibre le collectif n'a pas sa place. POINT BARRE.

Cantona s'est fait dégager par Mémé et l'EDF a tout cassé sur son passage. Quand Nasri aura le quart de son talent/efficacité, on pourra éventuellement en reparler, là, le mec a montré depuis longtemps qu'il n'avait rien à faire dans cette équipe.

Puis bon, s'il y a bien un secteur de jeu où on n'est pas mal branlé en EDF, c'est bien le milieu non? Quoi que quand je vois que Guilavogui est appelé, le doute m'habite...

Bref, rien à foutre que le mec flambe avec City, l'important est qu'il soit bon en EDF. Et Nasri bon en EDF, j'ai pas trop souvenir là...


Justement si, c'est bien le côté créatif qui peut manquer à notre milieu et Nasri est tout simplement une gâchette rare dans ce profil. Sans doute par parcimonie, mais ce joueur peut rendre de grands services, comme il l'a déjà fait de manière ponctuelle.

Alors oui Nasri est pour l'instant un très bon joueur de grand club. Deschamps va lui réserver un traitement spécial afin qu'il soit présent dans les meilleures conditions mentales.

Nasri sera là en juin. J'en suis persuadé.
Je pense que c'est très bien joué de la part de la Dèche de le laisser de côté pour ce match-là. Cela va permettre à Samir de joindre la parole aux actes et de montrer sur le pré qu'il mérite vraiment d'en être. A lui de prouver que sa rédemption n'est pas seulement une opération de comm' en maintenant son niveau en club. Et puis vu son orgueil, il vaut mieux le récupérer quelque peu "vexé" et déterminé à prouver sa valeur en début de compétition que de le laisser s'installer (à nouveau) dans un acquis qui réveillera sa sale gossitude.
Sa deuxième (troisième ?) chance est à ce prix-là et, même si je ne suis pas un grand fan du personnage, je pense qu'un Samir au top peut faire partie de ceux qui vont tirer cette équipe techniquement vers le haut.
Arrêtez avec vos "Où est Schnederlain ?!" quand , pour la plupart , vous n'avait regardé aucun de ses match en intégralité...

Je poste ce commentaire au cas où quelqu'un venait à en parler :)
ParisianoLF Niveau : Loisir
Si on se base sur les retours de Clairefontaine, ce mec est un poison pour le groupe.. Pas à Man City où Yaya Touré a assuré qu'il n'y avait aucun problème Nasri, mais en EDF la donne est différente, le mec n'accepte pas de jouer remplacant et chambre ceux-ci lorsqu'il est titulaire. Ajoutez à ça que Ribéry est insupportable quand se pointe son pote Samir, et on se demande si sa venue dans le groupe vaut le coup. Surtout, pour jouer où dans le 4-3-3 ? Le milieu à 3 semble indéboulonnable et en ailier droit, Valbuena/Griezmann ça va être dur à déloger.
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Ne pas sélectionner Nasri, c'est effectivement lui envoyer un signal. Mais, c'est aussi permettre d'observer des jeunes (Van Gaal fait la même chose avec les Oranje).

Deschamps a fait sa liste avant de connaître sa performance de dimanche où il a été élu homme du match. S'il enchaine les perfs et si en plus City gagne la Premier League, il sera en EDF.
Il est donc trop tôt d'interpréter une non sélection de Nasri pour le Brésil. Personne ne peut prédire ses performances en PL (et même pas lui), c'est l'incertitude du football. En juin, Deschamps prendra sa décision, essentiellement sur des critères sportifs. Et, il est quasiment sûr que si Samir a sa chance, il se tiendra à carreau. Nous verrons...
Message posté par ParisianoLF
Si on se base sur les retours de Clairefontaine, ce mec est un poison pour le groupe.. Pas à Man City où Yaya Touré a assuré qu'il n'y avait aucun problème Nasri, mais en EDF la donne est différente, le mec n'accepte pas de jouer remplacant et chambre ceux-ci lorsqu'il est titulaire. Ajoutez à ça que Ribéry est insupportable quand se pointe son pote Samir, et on se demande si sa venue dans le groupe vaut le coup. Surtout, pour jouer où dans le 4-3-3 ? Le milieu à 3 semble indéboulonnable et en ailier droit, Valbuena/Griezmann ça va être dur à déloger.


Je pense en effet qu'il faut préserver Ribery. Ce mec est extrêmement influençable, et il faut le mettre dans une albiance positive si on veut qu'il ait le même rendement qu'au Bayern, car des joueurs de son niveau, capable de nous faire gagner un match, on n'en a pas 50. Nasri, lui, en plus d'être toujours nul en bleu, va rendre nul Ribery.
Il n'y a donc pas d'autre solution que de le laisser sur le carreau.
Note : 1
On aime ou on déteste Aragones mais il fallait une grosse paire de couilles pour se passer de Raul alors que ce dernier n'avait que 29 ans lorsqu'il a cessé de le sélectionner. Pareil pour Jacquet avec Cantona.
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Message posté par TapasLoco
J'ai lu 3 phrases, j'ai senti le parti pris; j'ai arrêté. Concrètement, je viens ici parce que je vous estime au dessus de la moyenne dans la presse sportive; au dessus des buzz et des analyses prémâchées. J'aime bien quand vous allez au fond des choses mais la ligne éditoriale semble avoir changé et c'est de moins en moins le cas.

Pourquoi analyser ça sous l'angle de son clash (qui soit dit en passant est un pétard mouillé devant knysna) et ne parlez vous pas de tactique?


Tu as raison...

Mais, on peut aussi nuancer ton post :
1/ Parler des joueurs écartés est un angle intéressant (comme Cantona en 98).
2/ En plus de l'article, les commentaires peuvent aborder les différents aspects du "cas" Nasri.
- Son caractère et son intégration dans le groupe.
- Ses performances personnelles.
- Son apport dans le schéma tactique de l'EDF.

Donc, ton mcommentaire est tout-à-fait pertinent mais on peut penser que l'angle choisi dans l'article laisse la porte ouverte à différents traitements du sujet.
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Matt Le Tissier, sans doute le meilleur joueur du foot à n'avoir jamais connu les fastes de la Champion's League ou des sélections nationales à cause (ou même grâce) à l'amour du maillot des Saints.

Légende !
pauloradiobemba Niveau : CFA
Concrètement on reproche quoi à Nasri ?
-Un "ferme ta gueule" aux journalistes de l'équipe qui l'avaient constamment critiqué pendant les matchs de prépa parce qu'il dézonait alors que c'était les consignes de Blancs.
-son niveau de jeu avec les bleus depuis cet incident.

Si on se passe de lui pour le "ferme ta gueule", alors on dois aussi se passer d'Evra (tant mieux) et de Ribery (et là, ça coince)
Pour son niveau de jeu, là ok. Mais je vois pas en quoi d'autres méritent plus d'y être (Payet). En plus, on lui a moins donné sa chance que Benzema qui était pas terrible pendant tout un moment également.

Perso, je suis pour qu'il aille au Brésil. Même s'il n'a pas forcément sa place dans le schéma tactique potentiel. Il faut que Deschamps puisse adapter son système en cours de match si ça ne fonctionne pas. Et Nasri offre plusieurs possibilités.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par Pascal Pierre

Nasri sera là en juin. J'en suis persuadé.


A première vue on pourrait le penser. C'est un très bon joueur. Mais son potentiel n'est pas facile à exploiter. Pellegrini y parvient bien avec Manchester City, mais la compatibilité du profil de Nasri avec les choix tactiques de Deschamps n'est pas forcément évidente. Pour son milieu de terrain, Deschamps privilégie des joueurs "hybrides" avec un gros volume de jeu à la récupération du ballon et une faculté à se projeter vers l'avant (Matuidi, Pogba, Cabaye...). Nasri est performant dans le lancement des mouvements offensifs mais n'est pas un gratteur de ballons.

Sur les ailes, Deschamps semble préférer des profils qui apportent de la vitesse dans les mouvement offensifs: Ribéry et sa capacité à perforer les lignes défensives, Valbuena pour son jeu en première intention de grande qualité... on ne peut pas dire que Nasri ait apporté de la vitesse aux mouvements offensifs français lorsqu'il a été titularisé.

C'est pourtant un joueur capable d'accélérer le jeu à City, en participant aux mouvements offensifs depuis leur lancement jusqu'à leur conclusion. Mais les dispositifs tactiques de Deschamps me semblent un peu plus primaires (sans que cela soit péjoratif) que ceux de Pellegrini, fonctionnels rapidement avec des joueurs prêts-à-l'emploi. C'est normal, c'est un sélectionneur, il a moins de temps pour travailler la circulation de balle qu'un entraîneur classique.
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Mais pouvoir compléter le groupe avec un joueur du niveau de Nasri est un luxe dont Deschamps ne se passera peut-être pas. Cette protection de balle...
JaphetN'Doram Niveau : CFA
FERNANDO REDONDO : sacrifié par Passarella pour la Coupe du monde 1998 parce que le milieu de terrain du Real refusait de se couper les ch'veux

Là, on n'est pas loin du plus grand scandale des sacrifiés
JaphetN'Doram Niveau : CFA
Et pour Canto, le high-kick intervient le 25 janvier 1995, une semaine tout juste après sa dernière sélection en Bleu aux Pays-Bas (le 18 janvier)...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
7 38