1. //
  2. // 38e journée

Qui aura la peau de la troisième place en Serie A ?

A 90 minutes du terme de la saison, quatre équipes sont encore en lice pour attraper la troisième place qualificative pour le tour préliminaire de la C1. Alors, Udinese, Lazio, Napoli ou Inter ? Faites vos jeux.

Modififié
0 0
C’est évident, c’est l’Udinese qui y va
Pour la deuxième année consécutive, l’Udinese se retrouve en position de force avant d’aborder cette dernière journée, et ce, grâce à sa victoire lors de la confrontation directe contre la Lazio. C’est simple : il lui faut juste un petit match nul sur la pelouse de Catane, lors du dernier tour, pour accrocher mathématiquement la troisième place. Peu importe si le Napoli, la Lazio ou l’Inter gagnent. Un point, et c’est dans la poche.
Voilà comment les choses vont se passer : Sereins mais pas trop, les Frioulans vont se déplacer en Sicile avec la volonté de faire un résultat. En effet, rien de pire que de partir avec l’idée de jouer le nul, surtout face à une équipe de Catane totalement imprévisible. Pendant longtemps, Catane fait le jeu, tenant en échec l’équipe de Guidolin. Pendant ce temps, la Lazio prend l’avantage contre l’Inter et le Napoli mène contre Sienne. La pression monte pour les Bianconeri. 0-0 à la pause. Le score parfait pour Guidolin. En début de seconde période, les efforts de ses joueurs sont enfin payants : ce n’est même pas Di Natale, mais Floro Flores qui ouvre le score. La tactique est ensuite simple : tous derrière. Même Toto. Ca tient, ça tient, ça tient. Jusqu’à la 88e minute et l’égalisation de Gomez. Le stade Massimino pousse et veut voir ses poulains s’imposer. Mais l’Udinese résiste. Pour la deuxième année consécutive, la Lazio se fait gauler sa place en C1 à la différence de buts. L’Inter finit sixième. Bon pour le tour préliminaire de la Ligue Europa.

C’est presque évident, c’est la Lazio qui y va
L’an passé, après avoir longuement fait la course à la quatrième place (alors qualificative pour la C1), la Lazio s’était fait avoir à deux journées de la fin, se faisant doubler par l’Udinese. Cette saison ressemble à un mauvais remake. Après avoir été longtemps troisième, elle s’est à nouveau fait doubler par la même Udinese. Pour se qualifier, les Romains doivent battre l’Inter et espérer une défaite frioulane à Catane. Jouable ?
Voilà comment les choses vont se passer : Pour le dernier match de sa saison, Edy Reja récupère enfin ses blessés et ses suspendus. Klose, Ledesma, Biava et Lulic sont de retour, et peuvent être alignés. L’Inter, pour sa part, a tout donné lors du derby. Du coup, les hommes de Stramaccioni sont à bout, et concèdent rapidement le premier but. Une réaction ? Non. Seul Zarate, l’ancien de la maison, court partout comme un fou. Les Romains tuent le suspense en seconde période, par un coup-franc de Hernanes. Pendant ce temps, à Catane, tout se décante. Bergessio ouvre le score pour les Siciliens, mais l’Udinese égalise immédiatement par Di Natale. A 1-1, c’est bon pour l’Udinese. Mais dans un dernier élan de générosité, les joueurs de Catane offrent la victoire à leurs tifosi, par une minasse de Marchese, déjà buteur la semaine précédente contre la Roma. Ironie totale : c’est Montella, un ancien de la Roma (seul joueur à avoir claqué un quadruplé lors d’un derby) qui offre la Ligue des Champions à la Lazio. Qu’en dit Totti ?

C’est quasiment évident, c’est le Napoli qui y va
Il y a 90 minutes, Naples aurait simplement eu besoin de gagner ses deux derniers matches pour se qualifier. Mais non. Très malchanceux, les Napolitains se sont inclinés à Bologne, et doivent désormais attendre un double cadeau. Pour être troisième, le Napoli doit battre Sienne, et espérer dans le même temps une défaite de l’Udinese à Catane cumulée à une non-victoire de la Lazio contre l’Inter. Ca commence à faire beaucoup de conditions…
Voilà comment les choses vont se passer : Il faut un miracle. Mais Naples, c’est la ville des miracles. C’est la ville de San Paolo. C’est la ville de Maradona et des autels à son effigie. Contre Sienne, Naples met tout le monde d’accord en l’espace de 30 minutes. Cavani deux fois et Pandev permettent aux Sudistes de prendre un avantage conséquent, et de se concentrer sur ce qui se passe du côté de Catane et de Rome. Quelques cierges sont allumés dans les travées du stade, et quelques fidèles font appel aux forces de Padre Pio. Premier tremblement de terre : l’Inter ouvre le score à Rome, sur un but de Milito. Naples passe devant la Lazio et revient à un point de l’Udinese. Il manque un but. Un but de Catane. Qui n’arrive pas. Toujours pas. Quand tout à coup… Hurlement général dans le stadio San Paolo. Les Siciliens ont pris l’avantage, sur une réalisation de Legrottaglie. Lors des dix dernières minutes, c’est l’attente. Et finalement, le miracle : Naples termine à égalité avec l’Inter et l’Udinese, et accède à la Ligue des Champions grâce aux confrontations directes. On retrouvera bien les fous du Napoli en C1. Manchester City en tremble d’avance.

C’est peu évident, mais c’est l’Inter qui y va
Il y a quelques semaines, personne n’aurait misé un kopeck sur l’Inter. Mais l’équipe de Stramaccioni est revenue dans la course, profitant aussi du rythme des autres équipes. Après sa victoire lors du derby, l’Inter conserve un très mince espoir d’arriver troisième. Il faudra, pour ce, battre la Lazio. Mais ensuite, il faut que l’Udinese perde à Catane et que le Napoli ne gagne pas contre Sienne. Bon, bah, autant dire que c’est foutu, hein…
Voilà comment les choses vont se passer : Enfin, foutu, pas tout à fait. Car l’Inter a un compte en suspens avec la Lazio. Un compte qui date du 5 mai 2002. Ce jour-là, l’Inter se déplace à l’Olimpico, et doit gagner contre une Lazio qui n’a pratiquement plus rien à jouer pour être sacrée championne. L’incroyable se produit : les Nerazzurri perdent 4-2, et c’est la Juve qui remporte le Scudetto. Dix ans plus tard, la revanche. A Rome, les Interisti battent la Lazio 3-2, avec des buts de Zarate, Stankovic, Faraoni, qui ont comme point commun d’être tous des anciens Laziali. Or, l’Inter a aussi un compte en suspens avec le Napoli. L’an passé, les Nerazzurri avaient gentiment permis à l'équipe de Mazzarri de se qualifier directement pour la C1 en leur « offrant » un match nul 1-1 lors de l’avant-dernière journée, en bons amis. Du coup, Naples se couche contre Sienne. 0-0. Et l’Udinese ? Bah, c’est simple. Elle perd 2-0 contre Catane. Les buteurs ? Bah, c’est simple. Un doublé de David Suazo, ancien de l’Inter. On n’est jamais mieux servi que par la famiglia.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0