En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options

Qui après Ranieri sur le banc de l'Inter ?

Après la défaite face à la Juventus, le sort de Claudio Ranieri semble scellé. Si Massimo Moratti vient de réaffirmer son intention de le garder jusqu’à la fin de la saison, le technicien, selon la rumeur, pourrait dégager dans les prochains jours. Oui, mais qui à la place ?

Modififié
Andrea Stramaccioni
Hein ? Qui ? Oui, lui : Andrea Stramaccioni. Entraîneur de la Primavera de l’Inter, il vient de remporter la Ligue des Champions des jeunes contre l’Ajax. Personne ne le connaît, et tant mieux. Il pourrait donc guider l’équipe jusqu’à la fin de la saison, sans qu’on le juge par rapport à ses expériences passées, puisqu’il n’en a pas. Et tant pis s’il est plus jeune que Zanetti. Ca marche bien avec Conte et Montella, alors…
Ce qui pourrait se passer : L’Inter gagne quelques matches de championnat, en perd d’autres, et termine septième. En fait, c’est pareil qu’avec Ranieri. Stramaccioni se fait lourder et termine à Catane, où il fera une excellente saison, pendant que l’Inter alternera le bon et le moins bon avec Luis Enrique sur son banc. L’histoire est un éternel recommencement.

Luis Figo
On en avait parlé l’an dernier. On en avait parlé quand Gasperini avait été viré, en début d’année. On en reparle aujourd’hui, comme un éternel refrain. Depuis bien longtemps, Figo observe ce qui se passe sur le banc de l’Inter. Il prend des notes, il parle, il analyse. Il semble donc le mieux placé pour prendre les commandes de ce navire qui va tout droit vers l’iceberg.
Ce qui pourrait se passer : Pour son premier match à la tête de l’Inter, contre le Genoa. Pour lui souhaiter la bienvenue, les supporters, venus en nombre, jettent des gradins un scooter avec une tête de cochon dans le top-case. Ca fait marrer Figo, qui fait rentrer Zarate, la plus grosse tête de cochon de son équipe. L’Argentin marque deux buts et l’Inter se relance dans la course à l’Europe. Simple comme une bonne assiette de charcuterie.

Andre Villas-Boas
Avant de choisir (par dépit ?) Gianpiero Gasperini, Massimo Moratti avait jeté son dévolu sur Andre Villas-Boas. Dommage, Chelsea a été plus rapide (et plus riche) et a enrôlé le Special Two. Quelques mois plus tard, l’Inter n’a plus de coach et AVB est libre. On dirait presque un soap américain où machin largue machin, qui s’est fait largué par machin, et en fait ils se mettent ensemble.
Ce qui pourrait se passer : Andre Villas-Boas prend place. Mais la situation l’agace. Il cherche dans sa besace une solution efficace. Mais les problèmes de l’Inter sont coriaces. Du coup, face à une telle impasse, il menace ses joueurs avec des caillasses. Zanetti grimace, Milito se casse et Zarate fait enfin une passe. La classe.

Javier Zanetti
17 saisons à l’Inter, 791 matches avec le maillot nerazzuro : les chiffres suffisent pour faire comprendre ce que représente Javier Zanetti de ce côté là de Milan. Déçu de voir son équipe si faible après l’avoir connue si forte lors des saisons précédentes, Zanetti prend ses responsabilités lors du limogeage de Ranieri. Il sait que personne, mieux que lui, ne peut prendre la casquette du sauveur providentiel.
Ce qui pourrait se passer : Dès son premier match en tant que coach, Zanetti se pointe sur le banc avec une classe incomparable. Costume bien cintré, cheveux impeccables, petites bottines pointues. Si l’Inter continue de perdre, qu’elle le fasse au moins avec élégance. Zanetti met tout le monde au régime lentilles vertes, auquel il avait été soumis quand il était gosse. Lors du dernier match de la saison, contre la Lazio, il rentre en jeu en costard, et marque d’une tête décroisée. Sa coiffure ne bouge pas d’un cheveu. La classe.

Didier Deschamps
Après ses sept défaites consécutives et son petit nul à Nice, Didier Deschamps en a ras-le-bol de Marseille, même si les dirigeants lui accordent toujours leur confiance. Or, Massimo Moratti n’a jamais caché son affection pour l’ancien joueur (et coach) de la Juventus. Quelques coups de fil avec Vincent Labrune suffiraient pour que DD fasse une petite pige sur le banc nerazzurro. Comme ça, entre deux quarts de finale de Ligue des Champions.
Ce qui pourrait se passer : Pendant les neuf journées restantes, Deschamps fait une garde partagée. Une semaine à Marseille, une semaine à Milan. Pour les vacances scolaires, on s’arrange. Parfois, il se trompe, et ramène Sneijder à Lorient ou Morel à San Siro. Résultat : sa carte 12-25 n’étant plus valable, DD finit par rester définitivement à Milan. Il réussit tout de même à gagner la Coupe de la Ligue en Italie. Comment ça elle n’existe pas ?

Laurent Blanc
Laurent Blanc connaît bien l’Italie et l’Inter. Normal, il y a joué pendant deux saisons, le temps de gagner… bah rien. Mais Moratti en a gardé un bon souvenir, et s’est toujours promis de le faire revenir un jour. A deux mois du début de l’Euro, le Président a donc l’occasion de mettre entre parenthèses son poste à la tête des Bleus, et de prendre l’Inter jusqu’à la fin de la saison.
Ce qui pourrait se passer : Pendant neuf journées, Laurent Blanc engloutit 275 touillettes, mais l’Inter remporte tous ses matches. Du coup, l’équipe se qualifie pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Euphorique, Blanc fait un bisou sur le crâne de Cambiasso, mais en oublie totalement l’Euro. L’équipe de France, laissée à l’abandon, est reprise par Ranieri et termine deuxième. En partant de la fin.


Massimiliano Allegri
Depuis son arrivée au Milan AC, Massimiliano Allegri a prouvé qu’il était peut-être le meilleur entraîneur italien en circulation. De fait, si le coach ne fait pas beaucoup parler de lui, il a remporté le Scudetto avec les Milanais dès sa première saison, et est en passe de réaliser un bis-repetita cette année. Moratti, qui aime bien aller piocher chez le cousin (jurisprudence Leonardo), met en place une stratégie pour lui faire les yeux doux.
Ce qui pourrait se passer : Allegri l’envoie chier. Bien tenté.

Mecha Bazdarevic
Après la piètre expérience à Sochaux, Mecha, l’homme aux 15 victoires en Ligue 1, est inscrit au Pôle Emploi. Les interisti se disent que, perdu pour perdu, ils pourraient peut-être miser sur le coach bosnien. Les dirigeants de l’Inter se basent en effet sur un raisonnement mathématique. Négatif x négatif = positif. En gros : un entraîneur en difficulté + un club à la dérive = cela fonctionne, par miracle. En espérant juste que Mecha ne soit pas un littéraire.
Ce qui pourrait se passer : Malgré un manque de communication évident avec les joueurs de l’Inter (certains n’ont pas encore compris qu’il était le nouveau coach), Mehmet réussit à obtenir deux-trois victoires, contre Sienne et Cesena. Moratti, satisfait, le confirme à son poste. Bazdarevic obtient sa quinzième victoire en Serie A le 24 octobre 2016, un 2-1 contre les Siciliens de Trapani. Trapani pwoblem.

Massimo Moratti
Mourinho, Benitez, Leonardo, Gasperini, Ranieri… En quelques mois, Massimo Moratti a vu passer beaucoup d’entraîneurs. Beaucoup trop, même. Et surtout, depuis le Special Mou, il ne parvient pas à trouver le coach qui convient à son équipe. Car après tout, ce club qu’il chouchoute depuis des années, personne ne le connaît mieux que lui. La vérité tombe donc comme une évidence : Moratti doit quitter sa tribune présidentielle, et venir poser son arrière-train sur le banc.
Ce qui pourrait se passer : Blasé par les prestations de l’équipe, Moratti sort son carnet de chèque, défie les règlementations, et fait signer Eto’o et Zlatan pour le dernier mois de compétition. Forlan fait la tronche. Tant pis. L’Inter se redresse sur la fin de saison, et Zlatan marque lors du derby du 6 mai. Même si les nerazzurri ne se qualifient pas pour la C1, Moratti est content de son coup. Pour la saison suivante, il prévoit de faire signer Vieri, Ronaldo, Recoba et Emre. Et peut-être même Farinos.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3