1. // Trophée Santiago Bernabéu
  2. // Real Madrid/Millonarios FC

Qui a volé Di Stefano ?

Ce soir, le Real Madrid reçoit Los Millonarios de Bogota. 60 ans après, les Madrilènes invitent l’équipe qui leur a fait découvrir leur symbole, leur héros, leur obsession : Alfredo Di Stefano. C’est Florentino qui doit être content.

Modififié
72 7
Le 31 mars 1952, le football, c’est autre chose : un résumé au ciné, des chroniques sur du papier, au mieux quelques retransmissions radiophoniques. À Madrid, c’est au nouveau stade de Chamartin (actuel Santiago Bernabeu) qu’il faut être pour en voir du vrai. Ce jour-là, le Real fête ses 50 ans et a invité les Millonarios de Bogota pour un tournoi à la gloire du club. Pendant quelques jours, les Sud-Américains viennent régaler la capitale espagnole de leur classe chaloupée. Les Latinos font danser le Real, 4-2. Parmi eux, Alfredo Si Stefano, jeune Argentin aux cheveux clairs et bouclés, plante 2 buts, 3 des 6 marqués par son équipe lors du tournoi. Dans les tribunes, le président Santiago Bernabeu et son bras droit Raimundo Saporta frôlent l’angine de poitrine. Pourtant, c’est le Barça qui l’a vu en premier et son émissaire Pepe Samitier peut se frotter les mains en pensant à son prochain attelage Kubala-Di Stefano. Un an plus tard, Di Stefano signe au Real. Le Barça ne s’en remettra pas. On le comprend.

Le rêve de Florentino

Florentino Pérez a organisé ce match pour le traditionnel annuel Trophée Santiago Bernabeu comme les gosses de riches organisent leur anniversaire. Le Real est son nounours, son objet transitionnel, ce qui le retient à son père : « Il a comme une fascination pour l’équipe de Di Stefano, raconte le journaliste Santiago Segurola, c’est une de ces obsessions infantiles qui affectent la personnalité de quelqu’un. » Le Real de Pérez, c’est le Madrid de Bernabeu, Di Stefano, Kopa, Didi, Puskas. Segurola reprend : « Perez a fait quasiment la même chose que Bernabeu an achetant année après année les plus grandes figures du foot : Figo, Zidane, Ronaldo et Beckham. Il copie le modèle comme un cadeau pour son père » . Ce soir, Perez sera comme un gosse. 60 ans après il sera dans le siège du président du club de son enfance. À sa droite, ou pas loin, il y aura la Saeta Rubia, celui dont les anciens disent qu’il était le plus grand de tous. Di Stefano est toujours de ce monde mais le Président d’honneur (titre inventé et décerné par Pérez) du club est déjà un mur porteur de la Maison Blanche. Di Stefano, c’est le Real avec des cheveux blancs et une canne.

Comme dans les cours d’école, rien n’est plus adoré que la perle chipée à son voisin. Le vieil Argentin est un symbole parce qu’il a bien failli être culé. C’est le Barça qui s’intéresse d’abord à lui et contacte River Plate, le club propriétaire. En septembre 1952, Kubala, la star du Camp Nou, est gravement malade (tuberculose). Il faut trouver une nouvelle star. Enrique Martí Carreto, le président du club, envoie Pepe Samitier chercher Di Stefano à Buenos Aires. Le Barça paie la moitié du montant (2 millions de pesetas) et ramène la Saeta à Barcelone. Mais Di Stefano ne fait rien comme les autres. Enfui de River pour aller jouer le mercenaire chez les millionnaires de Bogota, il est pris au milieu d’un sac de nœuds gordien. River est le propriétaire légal certes. Mais Bogota a aussi des droits sur le joueur jusqu’au 15 octobre 1954. Devinez qui est sur le coup ? Le Barça tente la ristourne de trop avec les Colombiens mais les Millonarios vendent leurs droits au Real Madrid. Di Stefano appartient aux deux clubs. Ça vous apprendra.

Le Figo des années 50

L’affaire Di Stefano, c’est un peu l’affaire Figo. C’est elle qui a tout changé et provoqué la chute du Barça et l’explosion du Real. Avant la Saeta Rubia, le Real n’a gagné que 2 Ligas (contre 6 pour le Barça). Après son arrivée, le Real gagne la moitié des championnats disputés et les cinq premières Coupes d’Europe. Quand, au Barça, Kubala ressuscite au printemps 53, Di Stefano est déjà à Barcelone. Enfermé dans son hôtel, personne ne vient le voir pour lui dire que le Hongrois lui a volé la vedette. Encombré de sa perle à demi-achetée, le Barça la propose à la Juve. Si l’affaire Figo était une affaire d’argent, l’affaire Di Stefano est une question de prestige et donc de politique. Le régime franquiste s’en mêle alors et force un accord entre les deux rivaux qui entachent la réputation du pays, en quête de respectabilité. Pour les uns, il s’agit d’un accord à l’amiable (2 ans dans chaque club, le Real rachètera au Barça les deux années restantes). Pour d’autres, l’arbitre est partisan (Martí Carreto parle de pressions sur ses affaires à l’étranger). Soixante années plus tard, le « vol » de Di Stefano est l’un des mythes fondateurs de la haine barcelonaise contre l’oppresseur centraliste. Pour les Madrilènes, c’est le fondement de la grandeur historique du Real. Bref, ce soir c’est clasico.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Deuxième article à la gloire de Barcelone (le Real étant présenté ici comme un vulgaire voleur de sac à main, qui ne devrait son impressionnant palmarès qu'à ce vol de joueur si on te suit) en trois jours (après celui sur l'indépendance), eh ben voilà. Fallait juste assumer que tu as une dent contre le real et ses joueurs. Le truc le plus hallucinant, c'est que tu aies été (ou sois) précisément l'envoyé spécial de ce journal à Madrid.
Ce que l'article oublie de mentionner c'est l'avis de Di Stefano qui a retrouvé pendant cette finale ce jeu dit du "Ballet Azul" qui caractérisait les Millionarios, chez les Madrilènes.

A partir de la... C'est difficile d'aller contre la volonté du joueur et c'est pas en le revendant a la Juve qu'ils allaient gagner ses faveurs.
"an achetant"

Sérieux les gars, relisez-vous de temps en temps...
@SEGA tes théories conspirationnistes sont intéressantes mais je ne fais que rappeler quelques faits historiques. à quelques milliers de pesetas prêts Di Stefano aurait été blaugrana de plein droit. le real s'est engouffré dans la brèche, tant mieux pour les meringues. 50 ans plus tard, Perez fait pareil avec Figo. je ne sais pas qui est le pire des deux: celui qui achète ou celui qui se fait acheter ? TL
C'est tellement classe le maillot du Real Madrid sans sponsor
Un article à la gloire de Barcelone? Non juste un article sur un fait avéré de l'histoire.
Un histoire trop peu connu par des pseudos supporter fan de la maison blanche depuis trop peu d'année, qui brandisse comme argument à tout bout de champs le palmarès sans trop savoir de quoi ils parlent...

Ah mais ne vous en fait pas, il y a exactement les même du coté des blaugrana...
la proposition pour faire jouer La Saeta deux ans dans chaque club a été proposée pour faire face a l’imbroglio des contrats a l’époque (on est pas en 2012)
Le Fc Barcelone essayé de le vendre a la Juve, mais cela n'a pas pu se faire
du coup, la célèbre frase "per vostès va el pollastre" ( en gros 'gardez le votre poulet') a fait que le Real a gardé le joueur.
Parler de vol me semble inadéquat.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
72 7