En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Quelle solution pour aider les Bleus ?

Depuis l’élimination en quarts de finale contre l’Espagne et le déferlement médiatique qui s’en est suivi, chacun y va de sa critique pour dézinguer les Bleus ou de son argument pour les défendre. D’accord, pas d’accord. Peu importe. Ici, on propose juste des solutions.

Modififié
Appeler Pascal le Grand Frère. Ou Henri Leconte

Insultes, querelles, mésententes. Non. Rien ne va plus dans le vestiaire des Bleus. Certains joueurs sont devenus ingérables, et même Laurent Blanc ne sait pas quoi faire. Entre un « Va te faire enculer ! » destiné à Hugo Lloris, ou un « Ferme ta gueule ! » pour un journaliste, il faut un médiateur. Et ce médiateur, c’est Pascal le Grand Frère. Un homme qui a déjà dompté de nombreux enfants difficiles et en échec scolaire. Un homme qui ressemble un peu à Arjen Robben, aussi. Cela peut être important, surtout au moment où il va falloir aller parler avec Ribéry. Première mesure que prendra le bon Pascal : emmener Nasri faire un footing tôt le matin, pour ensuite lui parler de ses inquiétudes face au lever du soleil. C’est là, normalement, que Samir livrera les problèmes liés à son enfance, le fait qu’un jour, dans la cour de récré, une fille lui a dit « Ferme ta gueule ! » alors qu’il essayait d’être gentil avec elle. Des larmes, un câlin avec Pascal, et tout repart. À rééditer avec Jérémy Ménez. Et si cela ne marche pas, on appelle Henri Leconte en renfort. Pour réconcilier tous les voisins de chambrée.


Mettre Nicolas Anelka sur le banc

Coupe du monde 2010. La chute généralisée de l’équipe de France prend acte là. Nicolas Anelka aurait insulté Raymond Domenech à la mi-temps du match contre le Mexique. L’affaire fait les gros titres, le joueur est viré de l’équipe et rapatrié en France. Il débarque à l’aéroport de Paris avec ses lunettes noires et sa capuche, une image qui lui vaut le surnom de « Dark Vador » . Aujourd’hui, Domenech n’est plus là, et Anelka a quitté l’Europe pour aller s’installer en Chine. Mais il n’a rien oublié. Alors que Noël Le Graët annonce que Laurent Blanc n’est pas confirmé dans ses fonctions de sélectionneur, Anelka saute sur l’occasion. Le voilà qui arrive à la tête des Bleus, prêt à mettre son grain de sel dans l’histoire. Déjà, le nouveau sélectionneur se pointe à toutes les conférences de presse avec des lunettes noires et une capuche. Sa méthode : être encore plus indocile que ses propres joueurs. Du coup, les Nasri, Ménez et autres fauteurs de trouble sont effarouchés et s’écrasent face à Nico la Terreur, désormais surnommé « Robespierre » . D’ailleurs, on est toujours sans nouvelles du petit Hatem, qui aurait dit « Tu me casses les bonbons » à son sélectionneur…


Insérer Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Roberta Gbowee et Tawakkul Karman comme membres d’honneur du staff

« Pour leur lutte non-violente pour la sécurité des femmes et leur droit à une participation entière dans la construction de la paix. » Voilà le motif pour lequel ces trois femmes, deux Libériennes et une Yéménite, ont reçu le Prix Nobel de la Paix en 2011. L’idée, ce serait donc de les faire venir dans le staff de l’équipe de France, aux côtés de Jean-Louis Gasset et Alain Boghossian. Après, on aurait pu aussi faire venir un Prix Nobel de la Paix français, mais il n’y en a pas eu depuis René Cassin en 1968 (excepté les prix remis à Médecins sans frontières en 1999 et à la Campagne internationale pour l’interdiction des mines antipersonnel en 1997, mais cela aurait été un peu bizarre). Trois femmes symboles de quiétude qui débarquent dans le vestiaire des Bleus, c’est l’assurance que tout le monde va se calmer un peu et se rendre compte qu’il y a des choses bien plus importantes. Bah ouais… Quand Tawakkul Karman va raconter à Samir Nasri ce qu’elle a vécu lorsqu’elle a reçu des menaces de mort et des offres de corruption des autorités syriennes par téléphone, il va avoir l’air tout con, lui, en expliquant qu’il était tout rouge colère parce qu’un journaliste a dit qu’il décrochait trop sur le terrain...


Instaurer dès maintenant le « contrat de génération » de François Hollande

Le projet est ambitieux. François Hollande souhaite instaurer le contrat de génération, qui vise à inciter les entreprises à embaucher des jeunes arrivant sur le marché du travail. Comment ? En recourant à l’expérience de salariés senior, qui formeraient le junior. L’équipe de France va donc adopter cette mesure dès la rentrée prochaine. Chaque joueur sera désormais accompagné d’un tuteur senior, qui va gérer son poulain. L’équipe d’encadrement, divulguée par Laurent Blanc, sera donc composée de 22 seniors. Raymond Kopa, Jean Vincent, Just Fontaine, Roger Piantoni, Dominique Colonna, Marcel Aubour, Marcel Artelesa, Gérard Hausser, Jean Wendling, François Heutte, Lucien Muller, Georges Carnus, Jean Djorkaeff, Gérard Soler, Marius Trésor, Jean-Marc Guillou, Yvon Le Roux, Patrick Battiston, Bruno Bellone, Yannick Stopyra, Sylvain Kastendeuch et Marcel Dib. Et en parrain d’honneur, Jean-Michel Larqué, bien sûr. Si avec ça, tout ne rentre pas dans l’ordre…


Obliger chaque joueur à lire un guide du savoir-vivre

Cela s’est vu lors de l’Euro : il existe un vrai problème de savoir-vivre dans cette équipe de France. Par exemple, l’image de Ménez et de Malouda, qui se croisent sans daigner se taper dans la main ou même se jeter un regard, a révélé qu’il existait des dissidences dans le groupe. Or, s’il est difficile d’empêcher deux personnes de se détester, il existe au moins des façons de le cacher. Tout comme il est possible de ne pas insulter les arbitres, ses propres coéquipiers ou les journalistes, même si l’on en a très envie. Pendant les vacances, donc, les Bleus vont devoir bachoter. Chaque membre de l’équipe devra se farcir un guide du savoir-vivre ou un manuel des bonnes manières, ce qui lui permettra de s’adapter à toutes les situations de la vie moderne. Par exemple : ne pas froisser la susceptibilité de son interlocuteur, gérer son plan de carrière ou encore annoncer une décision avec tact. Bon, et si par la même occasion, Ribéry, Benzema & Cie peuvent apprendre comment déguster des gambas, choisir une tenue pour une réception, écrire à un archevêque et savourer du caviar, ce sera toujours ça de gagné, hein !



Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 3
il y a 3 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 5 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 43
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 24 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8 samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 27 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20