Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Italie-France

Quelle hiérarchie pour la défense centrale des Bleus ?

Pour affronter l'Italie et la Biélorussie, Deschamps a sélectionné Varane, Koscielny, Umtiti et Rami. Quatre candidats pour une charnière centrale parmi la dizaine de prétendants au poste.

Modififié
Lassé d’attendre sa première sélection avec l’équipe de France, Aymeric Laporte serait à deux doigts de tout envoyer balader et d’accepter de rejoindre la Roja de Julen Lopetegui. C’est en tout cas ce qu’affirmait Marca il y a quelques jours. Même si son père à démenti le plus vite possible, il est clair que le joueur de Bilbao, vingt-deux ans, en a un peu marre d’être en salle d’attente, après avoir été le capitaine de toutes les sélections de jeunes avec la France. Mais s’il se révélait qu’il se casse pour de bon, Didier Deschamps pourrait s’en retrouver presque soulagé. En effet, ça en ferait un de moins pour concourir au poste de défenseur central. Parce que honnêtement, là, on ne sait plus où donner de la tête. Il devient difficile d’établir une hiérarchie nette et précise et ça angoisse tout le monde.

Les indéboulonnables


Quand l'Italie désaoulait...

Raphaël Varane : S’il y en a bien un qui est certain d’être dans les petits papiers de Didier Deschamps, c’est lui. Même après une saison moyenne avec le Real, même en ayant manqué un Euro réussi sans lui à cause d’une blessure, et même en étant toujours considéré comme une simple doublure par Zinédine Zidane au Real, Varane reste le préféré de Deschamps. Histoire de lui signifier sa confiance, le sélectionneur des Bleus devrait même lui confier le brassard de capitaine en l’absence d'Hugo Lloris.

Laurent Koscielny : Il est loin le temps où l’on moquait Laurent Koscielny pour son manque de fiabilité, ses cartons rouges et ses fautes dans la surface de réparation. Aujourd’hui, l’ancien « facteur instable » de la défense des Bleus est devenu la seule véritable valeur sûre. Indiscutable avant l’Euro, patron pendant, il a réussi à renforcer son statut depuis. À trente ans, et pas vieillissant, il devrait pouvoir tenir la longueur jusqu’au Mondial 2018.

Samuel Umtiti : Les blessures successives de Zouma, Mathieu, Laporte et Varane, la suspension de Sakho trop occupé à brûler ses graisses et celle de Rami en plein milieu de la compétition. Voici tout ce qu’il a fallu pour permettre à Samuel Umtiti d’obtenir sa première sélection en équipe de France. En quarts de finale de l’Euro. Autant dire qu’il ne risque plus de lâcher sa place. Avec de grosses performances (contre l’Allemagne notamment), un changement de dimension avec son transfert au Barça et son jeune âge, Umtiti a toutes les armes pour s’imposer durablement dans le groupe France.

Les seconds couteaux


Eliaquim Mangala : Les plus sceptiques le condamnent déjà, mais les plus optimistes savent qu’à vingt-cinq piges, Mangala peut encore dépanner en équipe de France. Inutile pendant l’Euro, indésirable à Manchester City, Mangala va enfin pouvoir se libérer de l’étiquette « cinquante patates » qu’il a sur le front depuis deux ans. En se relançant à Valence, il pourrait retrouver son niveau de Porto dans un climat plus tranquille et rendre de fiers services à DD.

Kurt Zouma : La jeune carrière de Zouma a pris du plomb dans l’aile depuis qu’il s’est fait les ligaments croisés au mois de février. Mais le solide gaillard de vingt et un ans se remet tout doucement et, s’il reprend la pente ascendante qu’il avait empruntée avant la cassure, il risque de monter très haut. En pleine possession de ses moyens, il est clairement dans les quatre ou cinq meilleurs centraux français.

Ceux qui vont sauter dans les prochains mois


Adil Rami : Avec la cascade de blessures survenues avant l’Euro, le joueur de Séville est ressorti de nulle part pour prétendre à une place dans le groupe France. Encore sélectionné par Deschamps pour affronter l’Italie et la Biélorussie, il fait figure pour l’instant de quatrième homme. Mais le désintérêt de Sampaoli envers lui risque de confirmer son statut en EdF : celui de premier fusible à sauter en cas de montée en puissance d’un petit jeune derrière. Et s’il saute, cette fois-ci, il ne reviendra pas.

Jérémy Mathieu : Pour une fois qu’il avait réussi à arracher la confiance de Deschamps, son corps l’a lâché juste avant l’Euro. Depuis, il est moins utilisé au Barça avec l’arrivée d’Umtiti, et, à trente-deux ans, la porte ne s’ouvrira malheureusement plus en équipe de France.

Les inclassables


Mamadou Sakho : Avant l’Euro, le héros de France-Ukraine faisait partie du triumvirat solide de la charnière centrale avec Varane et Koscielny. Et puis tout s’est écroulé au pire des moments. Depuis, Mamad' semble incapable de remonter la pente, et Liverpool cherche absolument à le foutre dehors. Jürgen Klopp n’apprécierait que très peu son comportement durant l’été. Sauf que des offres de prêt, il en a reçu seulement de la part de Stoke et WBA… Ça ne sent pas très bon.

Aymeric Laporte : Jeune, ultra-talentueux, formé et respecté en Espagne, Laporte a beaucoup de points communs avec Antoine Griezmann. Sauf qu’il est boudé par Didier Deschamps. Résultat, les envies de tout claquer sont de plus en plus grandes et on ne sait toujours pas si DD va vouloir/pouvoir compter sur lui un jour.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 3 heures Le but exceptionnel d'un joueur de Portland en MLS 2 il y a 3 heures Fulham de retour en Premier League 19 Hier à 16:26 Platini non poursuivi, « un signe positif » pour Blatter 7
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:09 Michel Platini non poursuivi par la justice suisse 20 vendredi 25 mai Le fair-play financier renforcé 20