En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Quelle gueule aura le 11 de Monaco l'année prochaine ?

L'AS Monaco en Ligue 1, c'est fait. Histoire de revenir très haut au sommet, le club de la principauté est prêt à lâcher 100 millions d'euros sur le marché des transferts, dont 60 sur le seul Falcao. Au final, ça pourrait ressembler à quoi, le XI asémiste ?

Modififié
Gardien :

Stéphane Ruffier : Le portier de l'AS Saint-Étienne connaît la maison, c'est là qu'il a mordillé ses premiers chewing-gums. Après deux saisons très abouties dans le Forez, la Ruffe a envie de monter en grade. Une place sur le podium de Ligue 1 aurait pu le convaincre de rester chez les Verts, malheureusement, la C3 ne devrait pas suffire pour le retenir. À Monaco, il est chez lui. Un retour au bercail ne serait pas pour lui déplaire. Le Basque aime le soleil, le ciel et la mer.

Défenseurs :

Andrea Raggi : Avec cinq saisons de Serie A au compteur, le défenseur polyvalent (il peut évoluer dans l'axe ou à droite) a suffisamment d'expérience pour s'adapter à la Ligue 1. Il arrive à un âge où son placement et sa science tactique peuvent faire la différence contre des feux follets avec un QI football négatif. Sobre et efficace, l'Italien est une valeur sûre. A priori, ça tient la route au niveau supérieur.

Carl Medjani : Braqué à Ajaccio lors du mercato hivernal, l'international algérien a déjà traîné ses tatouages en Ligue 1. Il aime le combat, le duel aérien et les soirées un peu chaudes. Certes, le standing du stoppeur ne correspond pas forcément aux blases avancés (Kompany, notamment), mais il a le mérite de connaître le championnat de France et son intensité physique. Et quand il faut aller au charbon, il est là.

Aurélien Chedjou : Le Camerounais à la coupe de cheveux « Top Spin 3 » a fait le tour de la question à Lille. Il a besoin d'un départ. L'étranger ? Pourquoi pas. Monaco ? Encore mieux. Monaco rêve de N'Koulou, un ancien de la maison, mais c'est sur un autre Lion indomptable que les scouts monégasques devraient mettre le grappin. Un mec dans la fleur de l'âge, capable d'être le patron d'une défense qui joue le haut du tableau en Ligue 1 et, surtout, le mec en a ras-le-cul de la pluie lilloise. Donnez-lui du soleil et des places pour le musée océanographique, et hop, c'est dans la poche. Il pourrait même braquer le brassard.

Gary Kagelmacher : Défenseur central de formation, l'Uruguayen au patronyme allemand douteux a glissé sur le coté avec Claudio Ranieri. Plus solide défensivement que le jeune Layvin Kurzawa, l'ancien de la réserve du Real Madrid pourrait repartir en première classe. Au moins jusqu'au mercato hivernal. Histoire de voir si cet ancien espoir de la Celeste tient la route. En Ligue 2, il se baladait. Reste à voir comment il saura s'acclimater au niveau supérieur. Après tout, Siaka Tiéné a bien réussi à y faire carrière.

Milieux :

Nampalys Mendy : Le fleuron de la formation. Un milieu de terrain de poche de 20 piges (1m68), promu capitaine cette saison, et convoité par toutes les écuries du Sud (il est en fin de contrat et il se crachouille que Nice aurait déjà remporté la mise...). La Ligue 2 lui aura servi de laboratoire. Il s'est fait les dents en ratissant la gonfle dans toutes les taules de l'Hexagone. Un vrai débroussailleur. Il y a un peu de Lassana Diarra en lui. Pour le moment, l'ASM fait tout pour le conserver.

Mounir Obbadi : Mounir, c'est le X-Factor. Le mec qui manquait à Monaco pour tenir la balle. Arrivé de Troyes en janvier, l'ancien pensionnaire du centre de formation du PSG a été très important dans la verticalité du jeu monégasque. Il a le niveau pour faire une belle fin de carrière (il a 30 piges) et enfin s'imposer en Ligue 1. C'est le joueur d'expérience de l'entrejeu. Celui qui dicte le tempo.

Nabil Dirar : Plus de 7 millions d'euros misés sur l'international marocain. C'est une somme. L'an dernier, l'ancien joueur de Bruges a eu énormément de mal à se faire violence sur le pré. Cette année, il a encore ronronné pendant six mois avant d'accélérer la cadence. Sur un côté, il peut faire mal avec sa belle capacité de centre et de percussion. Par contre, c'est une pipe devant le but. C'est son plus grand défaut. Ça, et sa consommation de Vivelle Dop.

Lucas Ocampos : Le joyau. Près de 14 millions pour arracher ce gamin à River Plate. Un mec quasiment inconnu dont le potentiel suffit à récolter des louanges. Cette saison, il s'est familiarisé avec la rigueur du football français. Il a pris des coups, beaucoup de coups. Ses dribbles ont longtemps été brouillons, voire inutiles. Et, miracle, il a compris qu'en simplifiant son jeu il pouvait être un ailier intéressant. La Ligue 1 sera son révélateur.


Attaquants :

Falcao : 60 millions, soit le prix de la clause libératoire, 10 millions de salaire annuel. Bref, les chiffres concernant Falcao font peur. Le Colombien serait LE gros coup du mercato. Et pas seulement en France. Le tigre est l'un des meilleurs numéros 9 d'Europe depuis trois saisons. Après River, Porto et Madrid, le brun fait le choix de Monaco. Sportivement, ça se discute. Surtout pour un mec que l'on annonçait à Chelsea ou au Real Madrid. Mais bon, Monaco c'est le soleil, la Méditerranée, des avantages fiscaux et un paradis pour son cœur de femme. A priori, les dirigeants monégasques lui ont vendu un projet pharaonique. Il vient pour casser toutes les défenses. Badaboum.

Carlos Tévez : Voir débarquer l'Argentin sur le Rocher est moins surprenant que Falcao. Et oui, l'Apache adore l'argent et se contrefout de la morale footballistique. Il lui reste un an de contrat à City et Monaco serait déjà prêt à payer sa dernière année de contrat pour l'enrôler. Un transfert qui arrangerait à la fois les Anglais et les Français. Et Tévez dans cette histoire ? Il quitte la grisaille mancunienne pour une villa de hardeur de la Côte d'Azur et s'assure une place de titulaire à côté d'un monstre comme Falcao. Et puis une attaque Tévez-Falcao, ça a de la gueule. Et du SWAG. Mieux, c'est complémentaire.

Entraîneur :

Roberto Mancini : Viré comme un pestiféré de City, l'homme à la mèche la plus douce d'Italie est au chômage. Sauf que son nom circule depuis bien longtemps sur le Rocher. L'an dernier déjà, un accord de principe avait été trouvé entre le club de la principauté et l'ancien joueur de la Doria. Mais le titre arraché avec City a tout remis en cause. Un an plus tard, l'Italien est libre et présente un CV plus sexy que celui de Claudio Ranieri.

Banc de touche : Danijel Subašić, Adriano, Yióryos Tzabélas, Devlin Ndinga, Yannick Ferreira Carrasco, Valère Germain, Emmanuel Rivière.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 29
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165
À lire ensuite
Cardozo n'aura pas suffi