Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG/Lorient

Quelle fin de saison pour Paris ?

Depuis sa défaite à Marseille, le Paris Saint-Germain sait qu'il ne finira pas champion. Un constat difficile à digérer quand on sait que les hommes de la capitale ont été dans le coup pendant les deux-tiers de la saison. Voici donc les propositions qui s'offrent au PSG pour ne pas transformer huit mois encourageants en nouvelle saison moisie.

Modififié
Option No1 : Finir en roue libre et tout miser sur la Coupe de France


Paris en a fait sa spécialité : sauver une saison mal engagée en soulevant une Coupe nationale. Maintenant que le titre est officiellement hors de portée, le club de la capitale peut donc s'atteler à son activité favorite : ramener son habituel trophée biennal à la maison. Problème, le PSG, qui tient son rythme d'un trophée tous les deux ans depuis 2004, a déjà gagné la Coupe de France l'an dernier. Et surtout, les années impaires lui réussissent moins bien : battu en finale en 2003 et 1985, Paris a également perdu une finale de Coupe d'Europe en 1997. Cette année, tout semble programmé pour que les hommes de Kombouaré retrouvent le LOSC en finale. Hors, l'actuel leader du championnat, avec Landreau dans les buts, a quand même sérieusement la tête d'épouvantail de l'épreuve. Et puis le PSG n'a pas tant besoin que ça de « sauver sa saison » , que beaucoup d'observateurs jugent réussie, à condition de rester dans le top 5. En résumé, Coupe ou pas Coupe, le PSG aurait tort de saccager ses deux premiers tiers de saison convaincant en laissant filer le championnat.


Option No 2 : Cravacher pour arracher une place en C1

C'est un fait, avec 10 points de retard sur Lille, le PSG a dit au revoir à ses rêves d'Hexagoal. Comme l'a dit Greg Coupet après la défaite face à Marseille, « le titre, c'est fini » . Car même si l'écart n'est pas mathématiquement insurmontable, d'autres concurrents intercalés sont mieux placés pour rafler la mise en cas de défaillance de la bande à Garcia. Mais ce n'est pas une raison pour lâcher l'affaire. Après tout, le podium n'est qu'à cinq points. Rennes semble sur la jante et voit s'accumuler les blessures ; de son côté, Marseille connaît pas mal de pépins extra sportif ; quant à Lyon, l'incertitude qui entoure l'avenir de Claude Puel finira forcément par avoir des répercussions sur le terrain. Tous les gros ne feront donc pas le plein de points. « Nous avons dix finales à disputer » , a déclaré Sakho cette semaine, vraisemblablement conscient que le PSG possède un atout de taille dans sa manche : son calendrier. Sur les dix rencontrent qu'il lui reste, l'actuel cinquième de L1 s'apprête à rencontrer en priorité soit des équipes n'ayant plus rien à espérer ni à craindre (Lorient, Sainté, Bordeaux) soit des pensionnaires du bas de tableau. Un programme à sa portée, donc. Certes, le PSG doit encore se farcir Lyon et le LOSC, mais les deux rencontres auront lieu au Parc des Princes

Option No 3 : Supporter l'ennemi.


« Je vais dormir tranquille, car je sais maintenant que mon pire ennemi veille sur moi » . Le PSG ferait bien de prendre exemple sur Blondin, aka Clint Eastwood, s'il veut pouvoir qualifier son exercice 2010-2011 de réussi, au soir de la 38ème journée. Explication : dans trois semaines, l'Olympique de Marseille affronte Montpellier –tombeur du PSG- en finale de Coupe de la Ligue. La logique voudrait que tous les fans du PSG de France soient derrière les protégés de René Girard afin qu'ils empêchent l'OM de rafler un troisième trophée en douze mois qui serait dur à avaler. Sauf qu'en cas de victoire phocéenne au Stade de France, la cinquième place de Ligue 1 deviendrait du même coup directement qualificative pour la prochaine Europa League – on part évidemment du principe que l'OM va finir dans les quatre premiers. Dans le cas contraire, ce serait juste une « place d'honneur » , pour ne pas dire la place du con. Hors, c'est à ce jour la position que le PSG a le plus de chances d'occuper à la fin de la saison, puisque c'est à celle là qu'il se trouve actuellement et que la quatrième place n'est même pas à portée de tir. Alors, allez l'OM ?


Marc Hervez

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
En 4x4 sur le sable chaud