En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Chievo Vérone/AS Roma

Quelle fin de saison pour l'AS Roma ?

Après son match nul face à la Juventus, ce lundi, l'AS Roma a abandonné ses derniers espoirs de Scudetto, ou presque. Avec encore 13 rencontres à disputer en championnat, et un huitième de finale de Ligue Europa au programme, la Louve doit désormais se poser les bonnes questions pour réussir sa fin de saison.

Modififié
Il lui aura fallu être dos au mur pour qu'elle donne enfin le meilleur d'elle-même. Lundi soir, face à la Juventus, la Roma a pendant longtemps livré une pâle copie avant d'être piquée par Tévez et l'expulsion de Torosidis. Durant une vingtaine de minutes, à dix contre onze et menée par le leader turinois, la Louve a finalement ressorti les crocs saillants et rappelé à tous les armes meurtrières à sa disposition. Avec cœur et un jeu beaucoup plus simple, sans fioriture, les Giallorossi ont bousculé la Vieille Dame pour égaliser et remémorer à tous que la bête n'est jamais plus dangereuse que lorsqu'elle est blessée. Un orgueil dont est coutumière la Maggica, à l'image du phénix renaissant des cendres de la finale de Coupe d'Italie 2013 perdue face à l'ennemi intime laziale. Si la Roma s'était d'ailleurs prise à rêver d'un retour en grâce sans détour, il lui a fallu se rappeler l'un des premiers fondements de la ville éternelle : Rome ne s'est pas faite en un jour. Le sergent Garcia et les siens ont bien fait illusion de pouvoir passer outre, mais le retour de bâton s'est fait sentir. Les gladiateurs ont désormais le devoir de redescendre dans l'arène avec les mêmes convictions affichées lors de cette fin de match au sommet, pour faire à nouveau briller le blason romain de mille feux.

Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras ?


Reste maintenant à la Roma à établir son plan de bataille pour la fin de saison. Avec neuf points de retard sur la Juventus, et un goal average particulier défavorable, à 13 journées de la fin du championnat, autant dire que le Scudetto a des allures de sacré mirage. La Louve pourrait alors se concentrer pleinement sur la Ligue Europa où elle affrontera en huitièmes de finale la Fiorentina, les 12 et 19 mars prochain. Problème, avec uniquement quatre points d'avance sur le Napoli, ou même six et sept sur la Lazio et la Fiorentina, la Roma ne peut pas se permettre de galvauder sa fin de championnat. Sous peine de s'exposer à de tristes horizons avec la sentence irrévocable, non pas de Denis Brogniart, mais d'une qualification en Champions League manquée pour la saison prochaine. Le calendrier jusque fin mai ne s'annonce d'ailleurs pas de tout repos, puisque si la Roma accueillera bien la Sampdoria ou le Napoli, elle devra encore affronter à l'extérieur le Torino et les deux Milans en plus du derby de Rome. Plus largement, sur les 13 derniers matchs, la Roma défiera 10 des 13 premiers actuels. Loin d'être une mince affaire.

Rudi Garcia connaît toutefois la marche à suivre comme il l'a témoigné en conférence de presse, ce samedi : « Je suis serein, motivé et j'ai confiance en mon équipe. Je veux revoir l'attitude et l'intensité des 25 dernières minutes contre la Juve, celle du match entier contre Feyenoord, et de la première mi-temps contre le Hellas. Nous n'avons pas peur ni du premier ni de ceux qui sont derrière. » La Gazzetta dello Sport croit aussi savoir que l'entraîneur français s'est entretenu avec ses hommes, mercredi, à la reprise des entraînements, pour les exhorter à ne rien lâcher jusqu'à la fin de saison. Un point d'honneur aurait également été mis à faire de la Ligue Europa un objectif prioritaire. La Louve n'a donc pas perdu ses ambitions, même s'il lui faudra faire attention à ne pas se retrouver le bec dans l'eau au bilan final, par volonté de lutter sur deux fronts différents. Refaire du Stadio Olimpico une forteresse imprenable serait également bienvenu – et le plus rapidement possible – puisque la Roma ne s'est y est plus imposée depuis 10 rencontres (coupes comprises) et sa victoire 4-2 contre l'Inter le 30 novembre 2014. Pas vraiment la home sweet home.

La cigale et la fourmi


Si la Roma a ainsi laissé échapper le Scudetto, cette saison – à moins d'un miracle – elle espère bien que de ses échecs d'aujourd'hui naissent ses succès de demain. Les Giallorossi ont notamment appris à leurs dépens des joutes verbales engagées avec la Juve après le match aller. À chanter dès l'automne sa conviction de remporter le titre, la cigale romaine en a oublié de faire ses provisions de points pour arriver placée à la fin de l'hiver. Un pêché d'orgueil qui ne pardonne pas face à la fourmi bianconera qui n'est que rarement partageuse de ses réserves. Rudi Garcia semble d'ailleurs avoir retenu la leçon en citant une « mystérieuse divinité vengeresse » au sujet des possibles torts causés par son excès de confiance. La morale ? La Roma devra se montrer bien plus prévoyante, presque visionnaire, lors de la prochaine saison et ce, à partir du mercato d'été. Car si celui réalisé en 2013 s'était révélé être un sans faute (Strootman, Benatia, Ljajić, Gervinho, Maicon…), celui de l'été dernier n'a que trop peu confirmé ses belles promesses à l'image d'Iturbe, recruté pour environ 22 millions d'euros et décevant jusqu'ici.


Le mercato hivernal de « réparation » n'a, lui, fait qu'aggraver la donne, en témoignent les aveux d'échec à demi-mots du directeur sportif Walter Sabatini. De même la Louve doit déjà songer à de nouvelles alternatives tactiques notamment offensivement. Coïncidence ou pas, les 20 dernières minutes de haute facture contre la Juventus ont été disputées sans Daniele De Rossi ni Francesco Totti. Ce que n'a pas manqué de souligner Arrigo Sacchi en qualité de consultant sur Mediaset : « La Roma est revenue dans le match après la sortie des deux monstres sacrés Totti et De Rossi » . Non pas qu'il faille se passer des deux Capitani, mais le premier doit être intelligemment économisé pour continuer à rayonner quand le second passe une vraie saison galère entre soucis extra-sportifs et blessures musculaires. Des soucis physiques qui ont d'ailleurs accablé l'effectif de la Louve cette saison, des cadres comme Castán ou Strootman manquant même l'intégralité de la saison ou presque. Des malheurs momentanés qui se transforment paradoxalement en autant d'espoirs d'un futur radieux. Mais en attendant ces jours meilleurs, la Roma doit lutter avec honneur.


Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 6 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 7 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9