1. // Éliminatoires CM 2014
  2. //

Les phases de qualification d’une Coupe du monde ou d’un Euro sont toujours l’occasion de retrouver ces équipes qui ne connaissent qu’un seul credo : l’important, c’est de participer. Voilà le classement des cinq pires équipes d’Europe.

Modififié
0 34
5e : MALTE

Fait d’arme : Aucune victoire en compétition officielle depuis 6 ans.

Pourquoi ils sont cinquièmes : Entre février et août dernier, Malte a eu une idée folle : pourquoi ne pas organiser trois matchs amicaux consécutifs contre le Lichtenstein, le Luxembourg et le San Marin, histoire de voir qui est le plus fort des plus nuls ? Bah, figurez-vous que les Maltais ont gagné leur pari, en remportant les trois rencontres. Trois victoires consécutives, cela n’était tout simplement jamais arrivé dans l’histoire du pays. Bon, après, mieux vaut s’arrêter aux rencontres amicales. Car, pour retrouver une victoire de Malte en match officiel, il faut remonter au 11 octobre 2006, un succès 2-1 contre la Hongrie en éliminatoires de l’Euro 2008. Le double buteur de ce jour béni, Andre Schembri, a désormais une statue devant le stade national de Ta’Qali.

Si le sauveur avait un nom : Si un joueur pouvait sortir Malte de ce bourbier et lui permettre d’obtenir sa première victoire depuis 6 ans (ce ne sera de toute façon pas avant mars 2013, prochain rendez-vous face à la Bulgarie), ce serait indubitablement Michael Mifsud. Du haut de son mètre soixante-quatre, l’attaquant de poche a été la star des derniers matchs amicaux, avec trois doublés consécutifs contre le Lichtenstein, le Luxembourg et le San Marin. Auteur de 9 buts en 7 matchs de championnat cette saison, il rêverait de permettre à Malte d’empocher au moins un succès. Histoire d’avoir aussi sa statue.


Michael Mifsud avec les bras de Schwarzenegger. Et les tatouages de Mexès.

4e : LICHTENSTEIN

Fait d’arme : Une fois, le Lichtenstein a perdu 11-1 contre la Macédoine. Pas contre l’Espagne ou les Pays-Bas, hein, contre la Macédoine.

Pourquoi ils sont quatrièmes : Pour son premier match de qualification à la Coupe du monde 2014, le Lichtenstein arrivait en confiance. Normal, ils venaient de battre Andorre en match amical (1-0). Gonflés à bloc, les joueurs du Suisse Hans-Peter Zaugg, dit Bidu, étaient prêts à en découdre face à la Bosnie. Résultat : 8-1 pour les Bosniens, dont deux triplés de Džeko et Ibišević. Merci. En même temps, les roustes, ils connaissent ça. Un 6-0 par ci contre l’Espagne, un 5-0 par là contre la Hongrie, le Lichtenstein est habitué à perdre. Dernièrement, l’équipe est même parvenue à attraper quelques succès, tiens, comme cette victoire 2-0 contre la Lituanie, en juin 2011. À part ça, bah, c’est bien la lose. Toujours bon dernier de son groupe lors des phases de qualification des grandes compétitions, le Lichtenstein rêverait, un jour, d’accrocher une gratifiante avant-dernière place. Visiblement, pour 2014, c’est déjà mal engagé.

Si le sauveur avait un nom : Il répondrait au doux nom de Michele Polverino (Michel Poussière en français). En effet, ce joueur-là, qui évolue actuellement à Wolfsberger, en première division autrichienne, est un incroyable porte-bonheur. Du haut de ses 25 sélections, il a inscrit 3 buts. Le ratio n’est pas fou, mais Polverino a de quoi se vanter. Les trois fois où il a scoré, son équipe n’a pas perdu (deux victoires et un nul), ce qui est un putain d’exploit pour une nation qui, depuis 1990, a perdu 82% de ses matchs (107 défaites en 131 sorties). Les prochains adversaires sont prévenus : si Polverino marque, ils ne gagneront pas. C’est mathématique.


Avec un beau costard, Michele Polverino pourrait presque passer inaperçu en équipe d'Italie.

3e : ÎLES FÉROÉ

Fait d’arme : Une défaite honorable 1-0 contre l’Italie, à quelques mois du début de l’Euro. C’est déjà bien.

Pourquoi ils sont troisièmes : Il y a quelques jours, les îles Féroé ont failli réussir un exploit fou. Tenir en échec la Suède pour un match de qualification à la Coupe du monde 2014. Mais Zlatan Ibrahimović est passé par là, et a brisé les rêves des joueurs des Féroé. Dommage. Il faut dire que les îles Féroé progressent, petit à petit. De 2004 à 2008, par exemple, la sélection nationale a affiché un coquet bilan de 2 nuls et 28 défaites en 30 rencontres. Pas mal. Mais depuis, ça va un peu mieux. Enfin, tout est relatif. Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2010, les Féroé remportent un match, 2-1, contre la Lituanie. Pour les qualifs de l’Euro 2012, rebelote. Un succès 2-0 contre l’Estonie. On s’améliore petit à petit. Lors des derniers mois, les îles Féroé sont même parvenues à ne perdre que 1-0 contre l’Italie, futur finaliste de l’Euro et, début septembre, se sont inclinées 3-0 contre l’Allemagne alors que tout le monde pensait qu’elles allaient en prendre 8. Ce soir, les Féroé accueillent l’Irlande, qui vient, elle, d’en prendre 6 à domicile contre les Teutons. Et si c’était le bon moment pour frapper un adversaire à terre ?

Si le sauveur avait un nom : Fróði Benjaminsen a un prénom incroyable. L'an dernier, il avait une moustache des années 80. Milieu de terrain vedette de HB, champion des îles Féroé en 2009 et 2010, ce joueur de 34 ans était déjà buteur lors de la dernière victoire des Féroé, en 2011. En septembre dernier, il avait également planté un pion contre la Serbie, même si son équipe s’est inclinée 3-1. Bref, le genre de joueur qui peut vous faire basculer un match (au moins). Espérons juste qu’il va rapidement se laisser repousser sa moustache de hipster.


Benjaminsen, après le coup de rasoir fatal

2e : ANDORRE

Fait d’arme : Sur les quatre tentatives pour se qualifier à un Euro (2000, 2004, 2008 et 2012), Andorre a perdu 100% de ses matchs, soit 40 matchs.

Pourquoi ils sont deuxièmes : 13 novembre 1996. L’équipe nationale d’Andorre dispute le premier match de son histoire. Souvenir douloureux. L’équipe perd 6-1 à domicile contre l’Estonie. Disons que c’était pour l'habituer au goût de la défaite. Depuis, Andorre, ce tout petit pays de 78 000 habitants entre la France et l’Espagne, a disputé 101 autres rencontres. Bilan : 3 succès, obtenus contre la Macédoine, la Biélorussie et l’Albanie, 9 matchs nuls et surtout 90 défaites. Et on dirait bien que c’est de pire en pire, puisque Andorre n’a plus gagné le moindre match depuis 2004 et n’a plus marqué le moindre but depuis 1118 minutes. Entraînée pendant plus d’une décennie par un sélectionneur espagnol (le pas franchement regretté David Rodrigo), la sélection andorrane est désormais entre les mains de Koldo, ancien gardien et premier andorran à devenir sélectionneur de l’équipe nationale. Bon, ce n’est pas encore très glorieux, puisque Koldo a pour le moment ramené un nul et 18 défaites de toutes ses confrontations. La prochaine chance de ramener un succès, c’est ce soir, face à l’Estonie. Ah oui, l’Estonie… l’équipe du 6-1…

Si le sauveur avait un nom : le capitaine de cette équipe, et qui plus est meilleur buteur de l’histoire de cette sélection, est défenseur. Cela vous pose déjà l’homme. Ensuite, il porte comme prénom Ildefons (un prénom qui a fait rire des générations avec la fameuse anecdote du type qui avait appelé son fils Ildefons alors que son nom de famille était Labarrière) et est le seul joueur de l’équipe à évoluer en Italie. Son club : la Triestina, équipe qui évoluait en Serie B jusqu’en 2011 et qui a été dissoute en 2012 pour être reléguée en sixième division. Ildefons Lima, lui, n’a pas bronché. Au club depuis 2005, il a décidé de rester et d’aller jouer sur des terrains amateurs. Si ça, ce n’est pas un mec qui peut vous sauver une équipe…


Ildefons sa propre main

1er : SAINT-MARIN

Fait d’arme : 48 défaites lors des 48 derniers matchs. Venez les chercher.

Pourquoi ils sont premiers : Dernier du classement FIFA, à égalité avec le Bhoutan et la sombre équipe de Turks-et-Caïcos, Saint-Marin est, sans conteste, la pire équipe d’Europe, voire du monde. Ce qui n’est pas rien. Les résultats de l’équipe sont juste hallucinants. Saint-Marin a perdu ses 48 derniers matchs, toutes compétitions confondues (amicaux et matchs officiels) et, lors de ces 48 baffes, n’a marqué que 7 buts. Et le nombre de buts encaissés ? Attention. 216. Pan ! La plus grosse volée étant un 13-0 encaissé contre l’Allemagne en 2006. La dernière victoire de Saint-Marin remonte au 28 avril 2004, un succès historique 1-0 obtenu contre… le Lichtenstein. La plupart des joueurs de Saint-Marin joue au club de Tre Penne, dans le championnat… de Saint-Marin. Seuls quelques rares joueurs évoluent en Italie, comme Mirko Palazzi (Rimini, D4) ou Matteo Vitaioli (San Marino, D3). Mais la classe internationale, c’est le coach. Giampaolo Mazza est à la tête de Saint-Marin depuis 1998. Au cours de ses quatorze années sur le banc, il n’a connu qu’une seule victoire. Et pourtant, le mec est toujours là. Prends ça, Zamparini.

Si le sauveur avait un nom : Il s’appellerait Andy Selva. Ce joueur de 36 ans, attaquant de profession, est tout simplement le plus italien des joueurs de Saint-Marin. Né à Rome, il a réalisé une discrète carrière, en passant entre autres par Grossetto, Padova, Sassuolo ou encore le Hellas Vérone, sa plus belle expérience. En équipe nationale, Selva vante 57 capes, et le record de 8 buts marqués. Or, lorsque l’on sait que Saint-Marin n’a marqué que 14 buts depuis 1998, on comprend à quel point Selva est important. Allez, Andy, fais rêver ton équipe au moins une fois avant de prendre ta retraite…


Fabio Vitaioli essaie de faire peur à ses adversaires. Raté.

Par Eric Maggiori, avec Antoine Mestres
Modifié

Note : 7
Sinon bien qu'elle ne soit pas officielle, il y a l'équipe de l'île de Sercq qui est pas mal non plus dans le genre.
Mais quand je dis pas mal je parle de 70 buts encaissés en 4 matchs. Viens le chercher.
Oranginaphilippina Niveau : District
Note : 5
Si ce classement avait été fait fin juin 2010 on aurait pu prétendre à une place sur le podium...
Note : 4
"L'important cest de participer" prend une toute autre tournure chez eux xD
Note : 16
Pour Domenech, un match contre une de ces sélections étaient "un match piège".
Note : 5
Si vous aimez FM et les défis rigolos, je vous conseille l'équipe de San Marino Calcio en Lega Pro Prima Divisione (ancienne C1 italienne, 3ème division), les joueurs du centre de formation naissent Saint Marinais (et un peu italien aussi). C'est une bonne occasion de prendre l'équipe nationale au bout de quelque saisons et de tenter de les faire gagner un match avec vos chèvres formées.
Note : 12
Tout à fait Passionvert, à ce niveau - il n'y a plus de petites équipes
- en plus elles vont tout donner contre nous, c'est le match de leur vie
- la qualité du terrain laisse franchement à désirer
- l'univers entier souhaite nous voir tomber, put** de charme de la coupe... - leur 10 a du ballon et leur attaquant évolue en D1 finlandaise... quand même... - la présence des moutons dans les gradins est déstabilisante pour nos joueurs

Chouette article sinon, je vais manger!
Il faut bien ameliorer ses stats de buts....
Note : 3
Toutes ces équipes jouent en bleu... quand on dit que les équipes en rouge gagnent plus que le reste des couleurs !!!
Marshall_joe Niveau : District
"Ildefons sa propre main": j'aime.
Note : 5
Les gars je veux absolument un articles surs les Turks et Caicos!!
Partenaires
Le kit du supporter Trash Talk basket Vietnam Label
0 34