En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // France/Croatie

Quelle alternative à Benzema ?

Depuis trois mois, Karim Benzema est intouchable au Real Madrid. Naturellement, le Madrilène est l'attaquant numéro 1 des Bleus. Seulement derrière l'ancien lyonnais, les solutions ne sont pas nombreuses. C'est léger. Ou compliqué. Ou les deux.

Modififié
"Karim (Benzema) a progressé parce que son entraîneur est exigeant". Les mots sont de José Mourinho dans L'Equipe du jour. Lorsque l'on est adoubé par le meilleur entraîneur du monde, c'est que le boulot est fait et bien fait. A seulement 23 ans, Rim-K pèse déjà 12 buts en équipe de France pour 34 sélections. A son age, il est déjà en avance sur les temps de passage de Michel Platini et Thierry Henry. Mobile, instinctif, dribbleur, dévoreur d'espace, Benz est comme le décrit Mourinho : multifonctionnel. Pour autant, les Bleus ne doivent pas se cacher derrière leur buteur. Et si, pour une raison ou une autre, Benzema vient à manquer (blessure, méforme, suspension), quelle serait alors la solution de repli numéro 1 ?
A l'heure actuelle, le groupe France contient quatre attaquants en plus du Madrilène : Guillaume Hoarau, Jérémy Ménez, Kevin Gameiro et Loïc Rémy. Sachant que Ménez est un joueur de couloir, le choix est vite fait.

"Le choix numéro 1 est facile, c'est Kevin Gameiro, analyse Alain Caveglia, serial buteur des années 90. Il a presque le même profil. C'est un joueur d'espace, il est rapide et devant le gardien, il sait être tueur. D'autant qu'il s'agit d'un joueur d'avenir. A 23 ans, sa marge de progression est intéressante. Surtout qu'il devrait très vite quitter Lorient pour un club plus huppé et il gagnera en expérience, poursuit l'ancien Havrais. Après les prétendants ne sont pas nombreux. Hoarau pourrait être assez intéressant, notamment pour son jeu en pivot, mais c'est beaucoup moins fort techniquement que Benzema et moins tueur que Gameiro" conclut Cavegoal. On ne va pas se mentir, Benzema a donc intérêt à ne pas se faire lâcher par son corps. Déjà qu'avec lui sur le pré, les Bleus n'arrivent pas à démâter correctement le Luxembourg...

"Je persiste à croire que Loïc Rémy est un 9"

Alors que le quotidien du sport rapporte qu'Alain Boghossian aurait balancé au Brestois Nolan Roux : "Sache que tu es suivi, continue !", les pistes plus crédibles sont actuellement sous le maillot bleu. C'est en tout cas l'avis de Daniel Riolo, animateur de l'After foot sur RMC. "Si on reste sur le même schéma tactique, à savoir une seule pointe, la solution idéale s'appelle Gameiro. C'est le seul qui peut évoluer à tous les postes offensifs. Mais il joue à Lorient. Il serait intéressant de voir ce qu'il vaut dans un club où la pression est plus grande, où la culture du résultat est prépondérante et surtout, le voir goûter à la Ligue des Champions, pose Riolo. Hoarau, ça me semble plus compliqué. Il manque encore de repère au niveau international et il semble moins habile que Gameiro balle au pied".
Pourtant, les pistes de réflexion sont nombreuses hors du groupe France : Djibril Cissé, André-Pierre Gignac, Louis Saha, Batéfimbi Gomis etc. Mais aucun ne semble se détacher. "Gomis pourrait figurer dans le groupe, poursuit Daniel Riolo, mais de là à être titulaire... Il marche sur l'eau depuis le début de saison car son équipe joue bien. Mais c'est trop léger pour le niveau au dessus".


Finalement, l'autre solution serait celle de mettre Loïc Rémy en 9. "Je persiste à croire qu'il s'agit là de son poste. Je ne suis pas convaincu par ses prestations sur les côtés et en pointe il a les qualités nécessaires pour exister. Il est encore en retard sur Benzema alors qu'ils ont le même âge, analyse l'expert pro-PSG. Il n'a plus joué en pointe depuis son départ de Nice. Le départ de Brandao de l'OM pourrait l'aider à (re)trouver ses repères. Oui, Rémy, ça peut être intéressant. Il est dans un club prestigieux, il connait à la fois la pression marseillaise et la C1. Il commence à avoir de la bouteille". Une réflexion qui aboutit à un constat flippant : le vivier français en matière d'avant-centre n'est pas très sexy chocolat. Les espoirs sont connus : Tafer, Belfodil, Bakambu, Camara ou Saivet. Mais on attend leur éclosion. Mine de rien, "en devenant l'attaquant complet qu'il est depuis trois mois, on se rend compte à quel point Karim Benzema a fait le vide autour de lui par son talent, conclut Riolo. Il y a lui et les autres. Et c'est préoccupant". Un problème de riche ? Même pas.

Par Mathieu Faure

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



À lire ensuite
Et de 100 pour Ceni