Quel TIG pour Brandão ?

Condamné à un mois de prison ferme suite à son coup de tête asséné à Thiago Motta le 16 août dernier, Brandão va voir sa peine transformée en travaux d'intérêt général. Institué par la loi du 10 juin 1983, le TIG va bouleverser le quotidien du Brésilien pendant une durée de 40 à 210 heures. Le but de l'opération ? « Sanctionner le condamné en lui faisant effectuer une activité au profit de la société  » , selon le site du ministère de la Justice. Voilà ce que pourrait faire Brandão.

Modififié
11 4
  • Des actions dans le cadre de la solidarité : tri et distribution des primes de transfert à Marseille


    « Le classeur vert, c'est celui de M. Dassier. Le bleu, c'est M. Labrune. Le Barbie est vide, mais c'est celui de Margarita Louis-Dreyfus. Le classeur OM, c'est celui de M. Anigo. Ah, et le "Mafia K1-Fry", c'est celui de Pape Diouf. » De retour à Marseille pour son premier jour de TIG, Brandão ne chôme pas. Guidé par une femme qui a préféré garder l'anonymat, Evaeverson va faire dans la solidarité. « On avait vraiment envie de vous revoir du côté de Marseille, du coup on a prétexté le tri de vêtements pour vous faire venir, mais l'intendant fait ça très bien. Vous allez plutôt vous occuper de dispatcher les primes de transfert entre les différents dirigeants et ex-dirigeants. En plus, en ce moment, avec la rumeur de rachat par cet homme d'affaire saoudien, il faut que ça file droit. On préfèrerait quand même Yaya Touré que Jacques-Alaixys Romao, non ?  » Les transferts d'André-Pierre Gignac et de Saber Khalifa déjà entre les mains de la justice, Brandão s'occupe comme il peut avec ceux de cet été, sans jamais avoir peur de poser des questions :
    - Excusez-moi, madame, mais Alessandrini, il voulait déjà venir sous Anigo, du coup, je glisse aussi une part dans le classeur OM ou je mets tout dans le bleu de M. Labrune ?, balance le bon élève, tout heureux de se rendre utile.
    - C'est une bonne question. Laissez tout chez monsieur Labrune. Par contre, n'oubliez pas que l'intégralité des primes de but des joueurs qui sont éligibles à la CAN file dans le classeur de Pape Diouf. Vous pouvez mettre "frais de l'avocat du continent africain" sur le talon du chèque.
    À l'aise comme un poisson dans l'eau dans un environnement qu'il connaît bien, Brandão gère les comptes obscurs de l'OM comme un patron et voudrait rester à l'issue de ses 210 heures. « Grâce à Deus, j'ai vraiment passé un bon moment. Je me suis senti utile » , confie-t-il à sa tutrice, peu disposée aux déclarations d'amour. « On est le 30 du mois, Evaeverson. Tu déposeras le classeur de M. Anigo chez Western Union sur ton chemin du retour ? Oui, Marrakech, c'est ça. Merci bien. »

  • Travaux de manutention et rénovation du patrimoine : l'entretien du stade Armand-Cesari


    À sa sortie de la mairie de Bastia, Brandão ne cache pas sa déception devant la presse. Patron d'une ferme au Brésil, où de nombreux membres de sa famille travaillent, l'attaquant brésilien voulait s'occuper de vaches corses, mais « malgré Deus, la mairie m'a dit qu'elles n'existaient pas, que c'était juste pour avoir des indemnités de l'UE pour pouvoir payer le salaire de Djibril » . Triste mais pas résigné, l'attaquant du Sporting accepte sa deuxième mission avec joie : il sera jardinier du stade Armand-Cesari. En faisant jouer les contacts, il parvient à s'entretenir quelques minutes avec Adil Rami, ancien du métier à Fréjus, avant de débuter : « L'important, c'est le dernier geste. La coupe, c'est un geste sec et maîtrisé. Je sais que la finition, ce n'est pas ton fort, mais tu vas y arriver. Au pire, tu demandes à t'occuper juste de la tondeuse. Moi, j'ai pris le pli. Je suis accroc maintenant, regarde mes sourcils. » Sur la pelouse de Furiani, le boulot est colossal. Catastrophique, le terrain retrouve petit à petit des couleurs, surtout depuis que Brandão, agacé par les tacles à répétition de Cahuzac qui bousillait son travail, a enfermé celui-ci dans un casier des vestiaires. À l'aise sur son nouveau billard, le Sporting enchaîne les victoires. Après ses six mois de suspension, le Brésilien prolonge au club, mais en qualité de jardinier. Il n'est jamais trop tard pour trouver sa vocation.

  • Aides aux personnes défavorisées : aller chercher l'argent de Hafiz Mammadov en Azerbaïdjan


    « Pour les peines en correctionnelle, les TIG durent entre 40 et 210 heures. Au vu des prestations de Jack Bauer dans 24 heures chrono, la mission qui vous est proposée, en accord avec la Ligue de football professionnel et la DNCG, nous semble aisément faisable. Pour rappel, le RC Lens ne sait rien de l'opération, mais les RG sont disposés à vous aider et vous avez, dans la petite mallette devant vous, un pistolet en plastique et un exemplaire de Metal Gear Solid 2 pour vous entraîner. M. Brandão, vous pouvez disposer. Mais n'oubliez pas que la France compte sur vous. Le Nord aussi, d'ailleurs. » Comme Tom Cruise, le Brésilien a une mission impossible : s'infiltrer en Azerbaïdjan pour obtenir des mains de Hafiz Mammadov les quelques millions qu'il doit au RC Lens, et ce, qu'il le veuille ou non. Pour ce faire, l'ancien Stéphanois se rend à Geoffroy-Guichard pour assister au match entre les Verts et Qarabağ. Le 0-0 terminé, il se glisse, vêtu du survêtement du club azéri, dans le bus, puis dans l'avion des joueurs de Qarabağ. Arrivé à Bakou, c'est le début de la chasse à l'homme. Guidé par les renseignements généraux, Brandão localise Hafiz Mammadov. Arrivé devant l'immense baraque d'un homme supposé être en banqueroute, Evaeverson trouve une porte entrouverte. Comme sur le terrain, le Brésilien ne lâche rien. Il pénètre dans la maison, puis trouve Hafiz Mammadov ligoté sur un siège en cuir avec un mouchoir sang et or dans la bouche. L'appartement sens dessus dessous, les coffres sont ouverts, les tableaux décrochés des murs. Trop abimé pour parler, Mammadov ne peut rien dire à Brandão, qui, la tête baissée, rentre à Paris et allume la télé. En direct sur Infosport, Gervais Martel, le visage un peu abîmé, annonce que Hafiz Mammadov a enfin fait son versement, qu'il est heureux, mais ne souhaite pas communiquer. Quelque part, la mission est accomplie.

  • Des tâches administratives : compter les buts et les passes décisives de Messi et de Cristiano Ronaldo


    « Il paraît que vous êtes quelqu'un d'organisé,M. Brandão. Et puis bon, vous devez aimer le foot. À l'UEFA, on a un stagiaire depuis 5 ans, il s'appelle Maxime. Il est un peu au bord du gouffre en ce moment, vous allez le remplacer un peu. » En Suisse et en costard, Evaeverson est prêt pour son nouveau job. En même temps, le lac Léman, c'est un cadre plus reposant que la prison de la Santé. À son bureau, un ordinateur et un boulier. « Vous savez vous servir d'un boulier, M. Brandão ? » Mal à l'aise, le Brésilien hoche la tête. « Alors vous pouvez vous y mettre. Maxime comptait les buts et les passes décisives de Lionel Messi et de Cristiano Ronaldo et il actualisait le nombre en direct sur le site de l'UEFA, puis sur Transfermarkt, puis sur Soccerway, puis sur le site de la FIFA, que M. Platini essaye cependant de pirater pour nuire à M. Blatter. Cette semaine, il n'y a pas de Ligue des champions, mais on serait vous, on recompterait ceux de cette saison, parce que le Maxime, il était pas en forme. » « J'ai compris ce qu'était le boulier, mais c'est quoi ce truc rond et blanc sur la table, madame ? » « C'est du prozac » , répond-elle du tac au tac. Le week-end arrivé, Evaeverson a le blues et décroche son téléphone pour appeler le Sporting. « Vous êtes sûrs que je peux pas revenir ? Je veux bien compter les buts de Djibril Cissé et même les kilos de Romaric. Mais là, j'ai trop de travail. Et puis la dame, elle est méchante. » Sans succès. Devenu muet et encore plus introverti qu'avant, la grande carcasse finit par faire comme Will Sampson aka Chef, dans Vol au-dessus d'un nid de coucou. On ne le retrouvera jamais.

  • Un stage de sensibilisation aux dangers des frappes non cadrées


    Ils arrivent la tête basse. Comme s'ils avaient tué quelqu'un sur la route. Il faut dire que la SPA ne blague pas avec les recours en justice. Jérôme, 16 ans, Fabrice, 28 piges, et Martin, âge indéterminé, la faute à la vie, un peu, mais aussi à la bouteille, ont tous tué des animaux sur des frappes lointaines. Il se murmure même, selon Brigitte Bardot, qu'Yves-Abou, un pigeon ramier de 7 mois, aurait agonisé de longues minutes avant de décéder, un sort « indigne pour un animal aussi beau. C'est quand même autre chose qu'Ebola. Une balle en plein bec  » , confiait d'ailleurs à l'AFP l'ex de Gainsbourg, au cerveau plus poinçonné que les tickets de métro des Lilas. Arrivé dans un mobile-home qui sert de salle de rééducation, le trio voit arriver un psychologue suivi de Brandão. « Grâce à Deus, je suis là pour vous partager mon expérience. Vous savez, moi, grâce à Taye Taiwo et à Deus, qui a fait tout avant moi, je n'ai pas ôté la vie d'un animal. Mais j'aurais pu, et j'en suis conscient. Vous devez savoir que le ballon est censé aller dans le filet. Pas dans le ciel. Le ciel, c'est pour les nuages. C'est beau, un nuage, non ? » Réceptif, le trio semble cependant inquiet à l'idée de la rechute. Il faut dire que la SPA n'hésitera pas à les faire tomber en cas de récidive. « Ce qu'il faut redouter, affirme Brandão, ce n'est pas la rechute. Ce sera votre première frappe cadrée. Le jour où j'ai marqué contre l'Inter Milan, j'ai failli sombrer dans la dépression. Quand on a l'habitude de voir le cadre se dérober, voir le ballon entrer dans les buts, c'est un choc. » Les têtes cadrées, c'est une autre histoire.

    Par Swann Borsellino
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Kit Fisteur Niveau : Loisir
    Pour le rangement de dossier, je vote contre. Il va refuser d'y touchéo.
    Autant des fois c'est un peu lourd, autant cette fois-ci je me suis bien marré, superbe Swann !

    P.S. : Mention spéciale à "l'ex de Gainsbourg, au cerveau plus poinçonné que les tickets de métro des Lilas"
    Votre commentaire...
    J'aurai aimé connaître la sanction si motta avait mît le coup de tête à brandao...
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    11 4