Quel mercato pour le PSG ?

Treizième de Ligue 1 et qualifié pour la Ligue Europa, le PSG ne fait rien comme tout le monde. Le président Robin Leproux l'a certifié, il faudra recruter cet été. Comme ici, c'est Paris, ce sera forcément compliqué...

Modififié
0 0
On bâtit sur des ruines. Grosso modo, le PSG 2010-2011, c'est ça : du onze titulaire aligné au dernier match contre Montpellier (ndlr : Coupet, Jallet, Camara, Sahko, Armand, Makelele, Clément, Giuky, Sankharé, Hoarau et Erding), seuls cinq lascars sont encore assurés –ou presque– d'être dans les petits papiers d'Antoine Kombouaré pour l'ouverture du prochain championnat. Sakho (s'il est encore parisien), Jallet, Makelele (s'il retarde sa retraite) Hoarau et Erding (s'ils décident de ne pas se barrer ailleurs) seront les probables rescapés. Symptomatique d'un club en bordel permanent.

Gardien : qui en numéro 1 ?

Il y a un an, la donne était limpide. Grégory Coupet était le locataire des barres au Parc des Princes. Un bail de deux ans à la clé. Mais en se pétant bêtement la cheville durant les joutes hivernales, l'ancien Lyonnais a jeté dans le grand bain Apoula Edel, jusque-là ambianceur de vestiaires. Le Camerounais n'a pas démérité. Le portier s'est pris au jeu et réclame désormais une place de titulaire pour l'année prochaine. Un peu à l'image du duo Alonzo-Letizi où le premier avait profité de la blessure du second pour se mettre en lumière. On retiendra que pour son retour, Coupet en a pris quatre dans le buffet à Grenoble. Seule certitude, Willy Grondin, le numéro 3, n'a pas été reconduit. Un drame.

Défense : à la recherche d'un Gallas

Pour le moment, les dirigeants parisiens s'appuient sur une demi-défense. Christophe Jallet, surement la hype de l'année francilienne, s'est installé côté droit en poussant le spirituel Céara sur le banc. Mamadou Sakho est intransférable aux yeux des patrons. Logique, le jeune défenseur (20 ans et déjà près de 100 matches en pro) dégage quelque chose. Encore très friable, Mamadou ne demande qu'à progresser. Pour ce faire, il lui faut un repère, un guide, un modèle.

Autrement dit, tout sauf Camara, Traoré ou Bourillon. Le club s'est donc mis en quête d'un défenseur central de métier, expérimenté, si possible pas trop cher et capable d'exercer une sorte de tutorat sur Sakho. Le profil idoine : William Gallas. Le joueur d'Arsenal est en fin de contrat et pourrait se montrer intéressé par le challenge. Le hic, car il y a toujours un hic avec Paris, c'est le salaire. Car Willy est gourmand depuis qu'il a traversé la Manche. Mais le deal pourrait se faire et constituerait un vrai gros coup. La solution de repli est brésilienne, forcément. Joao Miranda, une armoire d'1m85 et international brésilien. Mais il faut se méfier des pistes brazilou, surtout au PSG (jurisprudence Souza-Everton). En 2005, alors âgé de 20 ans, Miranda avait traîné ses guêtres une vingtaine de matches à Sochaux sans convaincre. Reste l'option du pauvre, chère à Antoine Kombaouré : Milan Bisevac, son ancien poulain de Valenciennes et dans les petits papiers de son ancien coach.

Enfin, sur le côté gauche, le règne de Sylvain Armand semble toucher à sa fin. Trop vieux, trop cher, trop mou, trop confortable, l'ancien Nantais est gentiment poussé vers la sortie. Qu'à cela ne tienne, son remplaçant est déjà dans les tuyaux. Siaka Tiéné, milieu/latéral gauche ivoirien (actuellement à la Coupe du monde) et titulaire à VAFC depuis deux ans. Très costaud offensivement, l'ancien Vert n'est pas un pur défenseur mais il n'aura aucun mal à faire oublier Armand. Le deal semble bouclé (3 millions d'euros, 6 pour l'offre incluant Bisevac).

Milieu : tout changer ou presque

Le gros chantier de l'été dans la capitale. C'est bien simple, AK a placé sur le marché la quasi totalité de ses milieux : Giuly, Chantôme, Sankharé, N'Goyi, Rothen. Quant à Sessegnon et Clément, ils ne seront pas retenus en cas d'offres intéressantes. Hormis Makelélé (37 piges), il y a tout à reconstruire. Le premier gros coup devrait s'appeler Mathieu Bodmer. Le Lyonnais, encore assujetti à de trop nombreuses blessures, traine son spleen dans le 69. Il kiffe Paname et c'est réciproque. Moyennant 3,5 millions d'euros, le grand blond devrait venir compléter la paire de milieux axiaux avec Captain Maké. Claude pour détruire, Mathieu pour reconstruire. Sur le papier, ça peut ché-mar. Oubliez les Diarra(s) (Alou et Mahamadou) ainsi que Tiago, c'était du bluff. Vulgaire et indécent : Paris n'a pas les moyens d'aller se fournir ailleurs qu'en France.

Ça, c'est fait. Reste le plus chiant : les postes offensifs. Giuly est prié d'aller finir sa carrière ailleurs et Sessegnon d'aller où l'argent rentre. Les Parisiens sont donc en galère de joueurs de couloirs. Sidney Govou, libre et attiré par Paris (la ville, hein, pas forcément le club), aurait pu être une belle pioche. Mais l'international français a encore de l'ambition sportive et préfère aller voguer en Angleterre. Hatem Ben Arfa, Francilien de naissance et en disgrâce à l'OM, pourrait représenter une belle opportunité pour les décideurs de la capitale. Virevoltant, talentueux, impétueux, irritant, Hatem correspond parfaitement au style de joueur dont le Parc des Princes, stade versatile à souhait, a besoin. Un David Ginola du pauvre en somme. Reste à convaincre les Olympiens de baisser leur tarif de base (12 millions). Quoi qu'il en soit, la venue de Ben Arfa pourrait être un coup à tenter. Depuis le départ de Fabrice Fiorèse, le chantier du couloir droit est en friche. Vu les finances, le PSG devra se rabattre sur un bonhomme estampillé Ligue 1. Un poste où les candidats ne se bousculent pas au portillon (à moins de conserver Sessegnon et de le placer à droite). Le club envisage sereinement de faire jouer un gaucher à droite.

Première piste : Yohan Mollo de Monaco. Ce dernier ne figure plus dans les papiers de Guy Lacombe. Même s'il joue à gauche habituellement, le zinc' de Gignac a du ballon et ne demande qu'a déboiter des reins. Un autre monégasque a d'ailleurs été sondé : Nenê. Plus cher, plus vieux, plus chiant et moins indispensable finalement. Le Brésilien est une grande gueule et une diva. L'univers parisien ne devrait pas arranger la chose. D'autant que le bonhomme est onéreux (entre 6 et 10 millions). Sinon, Kombouaré pourra toujours faire marcher son réseau nordiste en activant la piste Gaël Danic ou les filières moisies d'Alain Roche avec la piste exotique de Jorge Sammir Cruz Campos (Dinamo Zagreb). Moins sexy, forcément. En résumé la donne est simple, pour se payer un milieu de terrain cohérent et solide, le club devra raquer.

Attaque : on garde les mêmes

Force est de constater que l'attaque parisienne ne devrait pas top changer. Erding–Hoarau, c'est solide. Les deux joueurs n'ont pas eu tellement l'opportunité de jouer ensemble pour cause de blessures, mais leur complémentarité, testée sporadiquement, peut s'avérer intéressante. Le Turc n'a pas été atteint par le marasme ambiant (15 buts) et le duo qu'il forme avec le Réunionnais peut dézinguer toutes les défenses de l'Hexagone dans un bon soir. Luyindula demeure un troisième couteau plutôt sympa tandis que Jean-Eudes Maurice et son prénom du XIIè siècle devraient compléter le quatuor. Néanmoins, il faudra trouver une taule pour Mateja Kezman et ses 250 000 euros par mois. Seule ombre au tableur : gérer l'éventuel départ de Guillaume Hoarau, convoité par des clubs allemands. Le cas échéant, il faudra trouver une piste sexy pour rassurer le Parc (Gameiro, Modeste, Roux...).

L'équipe idéale : Apoula – Jallet – Gallas – Sahko – Tiéné – Makelele – Bodmer – Ben Arfa – Mollo – Hoarau – Erding.


L'équipe ghetto : Coupet – Ceara – Camara – Sahko – Jallet – Makelele – N'Goyi – Tiéné – Sessegnon – Erding – Maurice.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La bonne formule ?
0 0