Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages
  3. // Nice-Naples

Quel match pour Super Mario ?

Malgré une pléiade de blessés en attaque, l’OGC Nice aura connu deux bonnes nouvelles ce week-end : une victoire face à Guingamp, et l’entrée en jeu de Mario Balotelli. Contre Naples, ce mardi soir, le buteur italien sera attendu. Mais quelle prestation va-t-il bien pouvoir nous sortir ?

Modififié

Mario Party


Buteur pour la réception de l’Ajax Amsterdam fin juillet, Mario Balotelli aime les joutes européennes pour démontrer l’étendue de son talent. Dans le tunnel de l’Allianz Riviera juste avant le match, le Sicilien de naissance se rapproche de ses compatriotes napolitains et leur explique que ce soir, rien ni personne dans leur équipe ne pourra l’arrêter. L’intervention du joueur est reçue de manière ironique par ses adversaires, mais dans les faits, Mario est bel et bien en feu. Après une première demi-heure où il crève la défense centrale Albiol-Koulibaly, Balotelli permet à Wesley Sneijder d’ouvrir le bal d’une frappe limpide en lucarne sur laquelle Pepe Reina est spectateur.


Lancé dans son exploit, l’OGC Nice inscrit même un second but d’une reprise de volée magique signée Christophe Jallet. Avec un retard comblé en 45 minutes, les cartes sont complètement redistribuées. Naples commence à sérieusement gamberger lorsque sur un corner, José Callejón dévie malencontreusement le ballon dans ses propres filets. Entré en cours de match, Arkadiusz Milik finit par marquer un but qui qualifie Naples grâce au but à l’extérieur. 3-1, les Partenopei semblent sortis d’affaire. Mais Mario Balotelli l’avait dit, la soirée serait sienne. Résultat : deux adversaires éliminés, une frappe de brute des 30 mètres sous la barre, arrivederci Napoli. Sur la Côte d’Azur, Mario est roi.


Invisible Mario


Avant cette manche retour, quelque chose cloche dans le comportement de Mario Balotelli. Arrivé une demi-heure après le rendez-vous fixé par Lucien Favre, le phénomène s’excuse à peine pour son retard et part au vestiaire pour se vêtir sans dire un mot à ses coéquipiers, comme si une mauvaise nouvelle venait de lui casser le moral. Devant son manque de choix sur le plan offensif, Favre se décide tout de même à lui faire confiance et le place dans son onze de départ, comme prévu. Mais une fois sur le rectangle vert, la prestation de Balotelli est digne de ses heures les plus sombres à Liverpool. Non concerné par le match et peu motivé à l’idée de courir, Balotelli commence même à se faire siffler par une partie du stade après avoir tenté un lob de 50 mètres dos au but.


Remplacé avant la mi-temps, Balo trouve même le moyen de s’embrouiller à la vue de tout le stade avec son coach. En fin de saison, un scandale enflamme alors ladite rencontre : Balotelli aurait été contacté par Aurelio De Laurentiis pour lever le pied dans le match, en l’échange d’une grosse somme d’argent versée sur un compte aux Bahamas, de quoi faciliter la qualification du Napoli en C1. Si Naples est ensuite sanctionné d’une interdiction de compétitions européennes pour les trois prochaines années, Nice lâchera Balotelli pour 5 millions d’euros au Guangzhou Evergrande dès l’été suivant. La chute de l’Aiglon noir.


Mario, taureau tout rouge


Mal embarqué dans son tour préliminaire, les Niçois attendent un match XXL de leur buteur capable de soulever les montagnes, et donc aussi les volcans comme celui du Vésuve. Le hic, c’est que la lave qui coule dans les veines de Mario pour la réception de Naples va lui faire défaut très tôt dans le match. Alors que le score est toujours de 0-0, Balotelli dégoupille après 17 minutes de jeu. Lancé à pleine vitesse en profondeur, mais un poil trop court pour récupérer la passe de Sneijder, Mario laisse traîner les crampons sur la sortie dans les pieds de Pepe Reina. Salement entaillé à l’avant-bras par le geste peu réfléchi de Balo, le gardien espagnol doit quitter ses partenaires et se fait recoudre : neuf points de suture sur le bord de la pelouse.


Choqué par l’ampleur de la blessure, l’arbitre de la rencontre est forcé de brandir le carton rouge pour Balotelli. Une bêtise que le numéro 9 azuréen n’oubliera pas de souligner en zone mixte : « J’avais trop envie d’offrir la qualification à Nice ce soir, alors pour me donner de la motivation, j’ai bu six canettes de Redbull cet après-midi. Je le reconnais, je n’aurais pas dû... » Faute avouée, à moitié pardonnée.



Docteur Mario et mister Balotelli


Toute l’Europe est au courant, Mario Balotelli est le plus schizophrène de tous les footballeurs professionnels. Capable du meilleur dans ses bons jours comme du pire quand il souhaite faire du boudin, Balo divise la planète football. Alors, histoire de donner à manger à tout le monde ce soir, Balotelli fait un étalage complet de ses deux facettes. Sur un corner frappé par Sneijder, le buteur prend le meilleur sur Koulibaly de la tête, et smashe une tête puissante qui file dans la cage de Reina. 1-0, mais Naples ne se laisse pas faire. Marek Hamšík d’une frappe lointaine, puis Faouzi Ghoulam font passer le Napoli devant au tableau d’affichage et tuent tout suspense, croit-on.


C’est compter sans Balotelli, passeur décisif pour Saint-Maximin juste avant la mi-temps. 2-2, Nice doit encore marquer trois fois pour passer. Impossible ? Pas vraiment. Dante donne l’avantage à Nice à l’heure de jeu, puis Balotelli marque sur penalty à dix minutes de la fin. Réduits à dix à la suite du second carton de Lorenzo Insigne, Naples souffre dans une Allianz Riviera chaude comme la braise. Servi en bonne position dans la surface, Balotelli possède la balle de match dans les arrêts de jeu. La suite ? Une roulette en six mètres, digne de son chef-d’œuvre en tournée estivale avec Manchester City en 2011. 4-2, le Gym est éliminé. Nice ne comprend pas son buteur, quand Super Mario est hilare sur la pelouse. Le diable s’habille en Niçois.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions

    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 2 heures Rooney à la Maison-Blanche 17
    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 87