Quel bilan pour Leonardo au PSG ?

13 juillet 2011 - 10 juillet 2013. Voilà la durée de vie active de Leonardo au PSG en costard dans son rôle de directeur sportif. Même si le Brésilien reste officiellement jusqu'à la fin du mercato d'été, la messe est dite. L'homme de Milan reprend sa liberté après deux ans de bons services dans le club de la capitale. Pour quel bilan ?

Modififié
8 46
Sportif

En deux ans, le PSG aura dépensé sans compter pour ne gagner qu'un seul titre. Celui de champion de France. Pourtant, on a la véritable impression que le club a changé de dimension sportive en 24 mois. D'une, parce que le onze de départ (à l'heure où nous écrivons ces lignes) a quand même sacrément de la gueule comparé à celui qui avait terminé l'exercice 2011 à la quatrième place de Ligue 1. De deux, parce que le club sort d'une saison avec un titre et trois quarts de finale dont un de Ligue des champions. Alors oui, dans le fameux « projet » initié par QSI en juillet 2011, les deux premières années sont globalement réussies. Leonardo y est pour beaucoup. Lors de son intronisation en juillet 2011, l'ancien international ne s'était d'ailleurs pas planqué face aux micros, avouant facilement son plaisir d'être là : « Cela n'a pas été facile de quitter l'Italie, il y a eu un peu de confusion. Je suis vraiment heureux, car j'ai été choisi par des personnes qui ont vraiment envie de faire quelque chose de spécial. Je suis content de faire partie de ce projet. C'est très stimulant. Je n'ai pas peur des responsabilités. Le rêve de faire quelque chose ici est beaucoup plus fort.  » Plus fort que quoi ? On ne sait pas, mais visiblement, le bel hidalgo n'a pas résisté à la cabale médiatique qu'il subit depuis le début de l'année 2013 (on va y revenir, patience). Usé, il préfère se barrer avant de faire un burn-out. Ce n'est pas surprenant de le voir partir, pusqu'il ne s'était jamais planqué sur la durée de son mandat. Il serait court. Il l'a été. Sa présence devait servir d'accélérateur, rien de plus.

Mais bon, après deux ans, que retenir de ce PSG sur le terrain (où les hommes qui jouaient étaient avant tout issus de son réseau, comme l'entraîneur Carlo Ancelotti, d'ailleurs) ? Pas grand-chose de bandant pour un club qui avait comme ambition de faire rêver. C'était efficace aux extrémités (défense et attaque) et quelconque dans le jeu. Les gros matchs maîtrisés en deux ans se comptent sur les doigts d'une seule main : Valence (à l'aller), Barcelone (au retour), Lyon, Lille, Valenciennes et c'est tout. Leonardo est parti avant même la mutation sportive entièrement accomplie. Avec le recul, il a rempli sa feuille de route : redresser le club et le placer sur des rails. À quelqu'un d'autre de le faire avancer, maintenant.

Recrutement

Comme le célèbre adage d'Omar Sharif, pour Leonardo, le recrutement, c'est son dada. Une mainmise quasi complète sur l'effectif depuis sa prise de fonction. Et des mouvements, il y en a eu. Et pas des moindres. Honnêtement, c'est dans ce secteur que la touche Leonardo a été la plus significative. Au final, ça donne une équipe très teintée Serie A (le championnat qu'il connaît le mieux. Le seul qu'il connaît, en fait), puisque le Brésilien aura ramené au PSG de nombreux joueurs du Calcio : Pastore, Ménez, Sissoko, Thiago Motta, Verratti, Sirigu, Thiago Silva, Zlatan Ibrahimović, Lavezzi, en attendant, peut-être, sa dernière sucrerie en la personne d'Edinson Cavani. Bref, dans le casting italien, Leo s'est peu trompé. C'est à lui et à la puissance financière du Qatar, ainsi qu'au CV de Carlo Ancelotti, que l'on doit les venues des deux premières méga stars du club : Ibra et Thiago Silva. Deux monstres. Deux cracks.

Cette colonne vertébrale très italienne, c'est toute la touche de Leonardo. Mais l'homme au pouce levé s'est quand même trompé. Notamment sur Diego Lugano, imposé à Antoine Kombouaré dans les dernières heures du mercato 2011, et Gregory van der Wiel dont Carlo Ancelotti ne voulait absolument pas l'an dernier. Deux achats d'impulsion ratés. Normal, les types ne venaient pas d'Italie... Les deux joueurs sont encore au club et plus personne ne croit en eux. Cela dit, c'est peu à côté des jolis coups effectués par Leo pour des sommes relativement modestes compte tenu du marché (Verratti, Matuidi, Maxwell, Sirigu, Ménez et Motta). Maintenant que Leo est hors jeu, même s'il reste en poste jusqu'en septembre, qui aura la lourde tâche de gérer le mercato ? Personne ne le sait vraiment. Et puis, il faudra bien répondre à cette question : qui a œuvré dans l'ombre pour la venue de David Beckham ? Doha ou Leo ? Mystère et suspense.

Image

Présenté comme un gentleman, Leonardo quitte la France avec une réputation de racaille. Il restera l'homme que la presse et les instances du football français ont pris plaisir à dégommer. Il faut dire que l'homme a tendu le bâton. Et plusieurs fois. Jusqu'au couperet : le coup d'épaule sur l'arbitre Alexandre Castro et la mascarade qui a suivi (sa défense ridicule, la première suspension, la seconde, etc). Bref, le passage de Leonardo en France n'aura jamais été une belle love story. L'ancien joueur du PSG restera l'étranger, riche qui plus est, qui a eu le tort de vouloir donner son avis sur tout. Et sans pincette. On n'aime pas trop les parleurs en France. Pas du tout même. Au final, ses différentes sorties auront terni son image, mais celle du club aussi. Vers la fin, le PSG était perçu comme un club méprisant. Et ça, le Qatar ne le supportait plus. À quel moment les fils de Leo ont-ils commencé à se toucher ? On ne sait pas. Mais son héritage est conséquent. On peut retenir sa sortie sur Jean-Michel Aulas après un PSG-Lyon un peu agité : « Aulas, il est qui pour juger ? (...) Attendez, Aulas, il fait quoi ? Je ne comprends plus très bien. Il travaille aussi à la commission juridique de la Ligue ?  » s'interroge un Brésilien ulcéré, interviewé par téléphone. Tout ce qu'il veut, c'est faire diversion par rapport au mauvais résultat de son équipe. Lyon on les a maîtrisés, surtout en seconde période, c'est la réalité. Aulas, on dirait qu'il cherche à justifier cette défaite. Mais vous savez ce que ses propos traduisent à mes yeux ? Un complexe d'infériorité. »

Encore ? Sa belle folie sur l'expulsion de Mamadou Sakho lors d'un déplacement à Montpellier : « Je ne sais pas comment ça se passe avec les arbitres, s'ils sont professionnels, s'ils ont des contrats, s'ils sont indépendants, s'ils se préparent pendant la semaine, s'ils regardent les matchs, si quelqu'un contrôle, je ne sais pas. Mais il me semble qu'il n'y a pas trop de préparation.  » Encore ? En février dernier lors d'une interview délivrée à l'AFP : « Quand j'entends les gens qui parlent, les commentateurs, les consultants, j'ai l'impression qu'on dérange. (À propos de Beckham) Si tu le discutes, c'est que tu ne connais pas le football et il y en a beaucoup ici. Sincèrement, il n'y a pas trop de connaissances du haut niveau du football.  »

Encore ? Un soir de défaite à Reims, en mars : « On a peut-être une équipe faite pour l'Europe, basée sur le talent, la qualité de passes. » Encore ? Lors d'un colloque organisé par l'UNFP en mars toujours : « Être en haut, en championnat ou en Ligue des champions, ce n'est pas une question d'argent. Il n'y a pas de culture de la gagne, ici. Le niveau de préparation des joueurs et des entraîneurs est vraiment bas. Faire juste des toros et tirer au but, ce n'est pas possible. » Petit à petit, le fossé entre le football français et le Brésilien n'a jamais semblé aussi grand. Son départ semblait inévitable. Programmé. Souhaité. Par tous. Y compris par lui-même. Surtout, par lui-même...

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Comment est votre blanquette ? Niveau : DHR
J'hesite... soit t'es un troll milieux de tableau, soit t'es vraiment une brele en francais, fais quelque chose, ca pique !

Et Laurent Blanc parler anglais? Il a joue a Man U donc a mon avis il doit avoir quelques notions

Et puis pas besoin d'anglais a Paris, c'est francais pour tout le monde + italien pour les etrangers sauf VdW.


Bon et concernant l'article, je crois que bon il s'agit d'une copie honorable de l'article du Parisien de ce matin
Comment est votre blanquette ? Niveau : DHR
Mea culpa, a part "etais" et "partie" ca va...
C'est ton espece de baniere qui m'a mis en rogne
Et je precise que je n'ai pas d'accents sur mon clavier
@Toxicant52 et/ou Comment est ...

Schizophrène ?
Message posté par Comment est votre blanquette ?
Mea culpa, a part "etais" et "partie" ca va...
C'est ton espece de baniere qui m'a mis en rogne
Et je precise que je n'ai pas d'accents sur mon clavier


La, tout doux l'ami..
Il est 08h30, calme, c'est pas bon pour le coeur.
Comment est votre blanquette ? Niveau : DHR
C'est vrai que j'y suis alle fort...un petit ter et ca ira mieu
Et la ou je suis c'est deja l'apres midi
Ca me paraît quand même très étrange que vous n'émettiez même pas l'hypothèse qu'on ait pu lui demander de démissionner... Pour moi, cette décision vient plutôt d'en haut, du fait de la suspension prolongée de Leonardo lui interdisant toute activité officielle ; conjuguée à un salaire certainement conséquent et la mauvaise image auprès des instances dirigeantes et des médias qu'il s'est forgée, la direction du PSG ne voyait plus aucune utilité en lui. Et je pense qu'il en est conscient et n'était pas mécontent de partir, comme c'est dit dans l'article.

Sinon So Foot je vous adore mais il va falloir arrêter de taper sur les Français pour tout et n'importe quoi. Qu'on manque de culture foot, c'est un fait. Mais "on aime pas les parleurs en France", c'est un peu vide de sens et gratuit. Vous avez déjà connu beaucoup d'instances dirigeantes (pas seulement sportives, en général) qui ne s'insurgent pas lorsque quelqu'un qui a fortiori ne fait pas partie du sérail s'immisce dans leurs affaires et les juges ?
Mourinho, en Angleterre ou encore plus en Espagne, il provoquait pas l'ire de tout le monde (y compris parfois son propre club) en commentant tout ?
Le meilleur exemple ça reste comment n'importe quel Etat cassera du sucre sur le dos de l'UE si celle-ci commente la situation intérieure d'un pays. Alors il y a absolument aucune exception française qui ferait qu'on "aime pas les parleurs". Personne ne les aime quand ils tapent sur notre petite chapelle, vu de l'extérieur.
lors il y a absolument aucune exception française qui ferait qu'on "aime pas les parleurs".

+1

d'autant plus qu'en France on aime les "parleurs" , nous sommes un pays latin pas un pays huguenot : cf les joutes et envolées lyriques qui étonnent nos voisins , le charme "tapiesque" , l'idolatrie pour stephane Hessel ( que j'aimais bien ) ... et nos parlotes de bistrot

ce qu'on n'aime pas ( et j'en suis) ce sont les donneurs de leçons

c'est vrai qu'avec Arsène ça va changer !! :)
Sean_Connery Niveau : DHR
Positif : son image à l'internationale (surfaite, remember coup de pute à la WC 1994), son réseau qui a du faire accélérer les transferts si cela avait été un mec moins connu à sa place.
Négatif : il était directeur sportif, difficile d'attirer les plus grands entraineurs du monde avec ça, je ne comprends pas pourquoi cette actualité fait autant parler.
Il a fait en 2 ans ce qu'un inconnu russe a fait en 2 mois. Et on nous l'a vendu comme si c'était un grand Directeur Sportif de classe internationale. La classe il en a pas, il a juste méprisé notre championnat et sali le club au sein duquel il a occupé son poste.
La dégaine de playboy badboy ca marche qu'avec les femmes Léo. Ciao.
Casse toi pov con comme dirait l'autre, donne moi 250 millions et les salaires qui vont avec je monte une équipe pas dégueulasse ou pas d'ailleurs!
Jean Culassec Niveau : CFA2
En attendant, Cavani devait être officialisé Mardi, et on est jeudi, et on a toujours rien, et je suis triste.
Le PSG devrait demander à Jorge Mendes de tout plaquer et de devenir directeur sportif, autant dire que le marché des transferts serait en ébulition!
Au risque de terminer sous la barre des -350, je trouve que ses déclarations font mal parce qu'elles sont vraies. Évidemment, le bémol s'applique au soir de Reims, où je ne peux croire que son geste était autre chose que "Mourinhesque" : je fais jaser pour que la pression rejaillisse moins sur le groupe.

Hormis ça, pas fan du bonhomme, mais il a fait son boulot chez nous. Point.

Sinon, suis-je le seul à avoir relu plusieurs fois "À quel moment les fils de Leo ont-ils commencé à se toucher ?" en imaginant des trucs bizarres? Pas réveillé moi.
"À quel moment les fils de Leo ont-ils commencé à se toucher " je dirais comme tout le monde vers 13, 14 ans....
And I'm out...
Il a pas tellement tort le Leo. On est qui, en L1, pour donner des leçons à des supers joueurs, où à des types qui évoluent dans des sphères qui nous dépassent?
Franchement, on a tellement craché sur Leo, sur Nasser, et sur Carlo, c'est juste fou.
On devrait être ravi de voir ces types bosser chez nous, mais non, on leur chie dessus.

Ce que veulent les journalistes, une bonne partie du public, et un bon nombre de directeurs de club, c'est continuer avec une ligue sans intérêt, sans stars, et de se palucher sur des duels au sommet entre Bordeaux et Montpellier?
Message posté par Comment est votre blanquette ?
C'est vrai que j'y suis alle fort...un petit ter et ca ira mieu
Et la ou je suis c'est deja l'apres midi


mieux*
Message posté par forza-OM
Il a fait en 2 ans ce qu'un inconnu russe a fait en 2 mois. Et on nous l'a vendu comme si c'était un grand Directeur Sportif de classe internationale. La classe il en a pas, il a juste méprisé notre championnat et sali le club au sein duquel il a occupé son poste.
La dégaine de playboy badboy ca marche qu'avec les femmes Léo. Ciao.


Haha Monaco est donc déjà champion de France ?

C'est marrant ces beaufs qui ramènent Leo à un chéquier... Comme si un simple chéquier suffisait à faire signer des TS, Lucas, ou Cavani. Oui, tu sais ces joueurs que toute l'Europe voulait mais qui ont choisi le PSG.
Quand à salir mon club, tu es mal placé pour juger étant marseillais. Vu l'état dans lequel il met les sardines dans ton genre je trouve qu'il a parfaitement réussi son job.
Par ailleurs c'est un mec qui s'est donné à 100% pour le club, au point d'ailleurs de faire un malaise après le titre quand la pression s'est relâché.
Bref, Leo, merci pour tout. Je garde que des bons souvenirs.
Note : 1
J'ai vraiment pas apprécié le type, certaines de ses déclas et parfois sa mauvaise foi. Sa gueule ne me revient pas des masses non plus, mais ça c'est déjà quelque chose de beaucoup plus personnel et très subjectif.
En tout objectivité en revanche, tout le monde est obligé d'admettre qu'il a fait du super taf et je ne suis pas certain que tous les joueurs venus de Série A y compris Carletto seraient venus au PSG sans son boulot.
J'espère que le PSG a une excellente roue de secours pour le remplacer parce que ça risque de ne pas être hyper simple.

Et les mecs, ça vous branche pas Anigo, il pourra vous ramener Thomas Deruda et Vincent Gragnic?
Je ne peux pas m'empêcher de penser, à cause du timing, que Leo se venge : s'il avait voulu faire chier QSI, qu'aurait-il pu faire de mieux que de démissionner juste maintenant, en plein mercato, alors qu'aucune recrue n'a encore signée et que QSI n'a plus le temps de le remplacer ?
Rétrospectivement, cette volonté de se venger expliquerait aussi le temps incroyable que le PSG a mis à trouver un nouvel entraîneur : Leo n'a sans doute pas tout fait pour que ça se fasse.
Après Carlo, Léo : cela donne l'idée d'un actionnaire insupportable, qui pique des crises et fait des caprices sans cesse. Venant de la part d'un monarque absolu, habitué à ce que tout le monde lui obéisse au doigt et à l'oeil, il n'y aurait rien d'étonnant.
Moi aussi j'espère (et je ne doute pas trop), que Nasser a de quoi le remplacer. Parce qu'avec Laurent Blanc en chargé de recrutement, l'équipe de Paris va vite ressembler à une équipe de L1.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 46