En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Quel avenir pour José Mourinho ?

Ce jeudi, la nouvelle a fait l'effet d'une bombe sur la Premier League. Roman Abramovitch a mis José Mourinho à la porte pour la deuxième fois. Comme avec le Real Madrid, l'aventure du Mou chez les Blues se termine mal. Mais où le Portugais peut-il bien rebondir ?

Modififié
  • Au PSG

    Jeudi, Nasser était à deux doigts d'apposer sa signature sur la prolongation de contrat de Laurent Blanc. Et puis, vers 17 heures, il a finalement hésité et décidé d'attendre un peu. On ne sait jamais. Quelques mois plus tard, le 9 mars, le PSG est éliminé par le Chelsea de Guus Hiddink dès les huitièmes de finale de la C1. Alors, malgré les 25 points d'avance au championnat, Nasser perd patience. Il en a marre d'attendre des résultats en Ligue des champions. Laurent Blanc est remercié pour ses trois ans de bons et loyaux services. José Mourinho est enrôlé de suite. Canal+ place une caméra isolée sur le Mou pour son premier match sur le banc face à Troyes. Le Portugais lâche un sourire de faux-cul aux questions d'Olivier Tallaron, et fait le chaud en conférence de presse. « J'entraîne enfin la meilleure équipe du monde » , « La Ligue des champions, c'est pour l'année prochaine » , « Alors, ça fait quoi d'avoir un entraîneur avec un peu de classe en face de vous ? » , assène-t-il, en français. Après deux ans à remporter le championnat, et une défaite en finale contre le Manchester City de Pep Guardiola, Mourinho est viré en décembre 2018, troisième du championnat derrière Monaco et Caen. L'histoire qui se répète.

  • À Manchester United

    En 2013, il rêvait de succéder à Sir Alex Ferguson, mais ce dernier préférait coopter David Moyes, un autre Écossais. Alors cette fois-ci, quand Louis van Gaal est prié de faire ses valises, José ne laisse pas passer sa chance. À six journées de la fin, Manchester United est seulement sixième, à neuf points du quatrième, Leicester. La dernière défaite contre Swansea avec Fellaini en pointe, Rooney arrière droit et Ashley Young récupérateur a été celle de trop pour les dirigeants mancuniens. Ciao le Pélican, bienvenue José, sondé depuis déjà quelque temps. Mourinho remplit la mission avec brio, grâce à un Rooney enfin retrouvé. Cinq victoires, un nul, et des provocations à tout-va en conférence de presse. « Je suis content d'avoir pu rendre service au seul véritable club que j'ai vraiment respecté dans ce championnat » , explique-t-il au soir de la dernière journée.

  • Au Portugal

    « Le Portugal est ma maison et je voudrais y retourner à la fin de ma carrière. Pas pour coacher un club, mais la sélection » , expliquait le Mou en 2013. S'il n'est pas encore sur la toute fin de carrière, José est au moins dans la seconde moitié. Alors, quand le Portugal se fera lamentablement éliminer en huitièmes de finale contre le pays de Galles à l'Euro 2016, Mourinho, tout frais après six mois de vacances payées avec ses indemnités de départ, sera prêt pour prendre la suite de Fernando Santos. Objectif : Coupe du monde 2018 en Russie. Après des éliminatoires convaincants, le Portugal, emmené par Raphael Guerreiro en meneur de jeu, se hisse jusqu'à la finale du Mondial. Mais c'est finalement l'Argentine qui l'emporte, grâce à un doublé de Messi. Encore une fois, la Pulga contrarie les plans du Mou.

  • À la Roma

    Ce dimanche, la Louve de Rudi Garcia se vautre une nouvelle fois en Serie A contre le Genoa. 3-0 sec à domicile. Pas le temps de venir faire un long discours de guerrier devant les caméras pour Rudi, licencié dans la foulée par Pallotta. Luciano Spalletti, Walter Mazzarri, Fabio Capello et même Marcello Lippi sont coiffés au poteau. Le Speciale Uno succède au Spezial One. Le Mou pose ses valises dans un nouveau club : la Roma. Surmotivé, il transforme Miralem Pjanić en tueur à gages. Il sort le Real Madrid en huitièmes de finale de la Champions en garant le plus gros bus de l'histoire. 1-0 à l'aller, 0-0 à Bernabéu. Après s'être débarrassé difficilement de La Gantoise en quarts, la Roma sort le Bayern de cet enfoiré de Pep Guardiola, toujours à l'arrache. Finale contre Chelsea, 7e de Premier League, dirigé par cet imposteur de Guus Hiddink. Victoire 1-0 de la Louve sur un but de Kurt Zouma, rapatrié en prêt à la trêve hivernale. Allez tous vous faire foutre.

  • À l'Inter Milan

    « Parfois, je songe à revenir à l'Inter, tant mes rapports avec les joueurs étaient uniques et particuliers, d'autant que je sais que je suis une personne difficile à vivre au travail » , déclarait Mourinho en février. C'est vrai, qui n'est jamais retourné avec son ex après une rupture difficile ? Une ex qui était si parfaite. D'ailleurs, on ne sait plus vraiment pourquoi on l'a quittée. Du coup, quand Roberto Mancini échoue dans les derniers instants du championnat face à la Juve, une nouvelle fois championne, le Mou ressort son plus beau baratin, et convainc l'Inter que cette fois-ci, il ne se barrera pas comme un voleur juste après leur nuit de folie. L'Inter tombe dans le piège et accorde une deuxième chance à José. Le titre est au rendez-vous. Mais le Portugais refait le même coup. Le soir même de la fête, il prend João Miranda dans ses bras, en larmes, avant de s'éclipser dans un taxi. Direction la sélection portugaise, pour écrire l'histoire.


  • En tant qu'auto-entrepreneur

    Ras-le-bol de ses saillies verbales, de son caractère de sociopathe et de toutes ses extravagances. Aucun club ne veut prendre le risque de prendre un Mourinho de moins en moins efficace et de plus en plus incontrôlable. Dos au mur, José entame donc sa reconversion un peu plus tôt que prévu. En réfléchissant, il fait le tour de ses compétences : il parle portugais, espagnol, italien, français et anglais. Bingo ! Il rentre au Portugal et prend le statut d'auto-entrepreneur. Il monte sa petite société de cours de langues. En trois ans, sa société explose, devient internationale et met tous les concurrents sur la paille. Wall Street English et Lingueo peuvent tirer la gueule.


    Par Kevin Charnay
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7