Quel accueil pour Beckham à Paris ?

Viendra ? Viendra pas ? La possible arrivée de David Beckham au PSG enchante tous les supporters de la capitale, nouveaux comme anciens. Mais pas pour les mêmes raisons. Tout dépendra de la façon dont le tapis rouge lui sera déroulé.

Modififié
19 7
Scénario 1

A la descente du jet affrété par Nasser al-Khelaifi, David Beckham est assailli par la presse spécialisée. Tout le monde est là : Closer, Public, Ici Paris, Gala, Voici, VSD, Entrevue... A peine le temps de baragouiner quelques mots en français qu’il s’engouffre dans une berline aux vitres teintées. Direction le Parc. A tombeau ouvert. Mais la meute, en deux roues, poursuit le marquage à la culotte. Voulant fuir les paparazzis, le chauffeur à l’haleine chargée appuie sur l’accélérateur à l’approche du tunnel de l’Alma. Ce qui devait arriver, arriva. C’est Elton John qui est content, il va enfin pouvoir revendre des disques.

Scénario 2

A la descente du jet affrété par Nasser al-Khelaifi, David Beckham est assailli par la presse spécialisée. Tout le monde est là : L’Optimum, Glamour, Vogue, Citizen K. Beckham choisit ses premiers mots. Il fixe la caméra, le regard plein d’assurance et lance un « Paris est magique  » . La séquence est gardée telle quelle pour le nouveau spot de Chanel. Gaspard Ulliel passe à la trappe et ne moufte même pas. Avec Beckham, le Parc, c’est la fashion-week à chaque match. L’équipe rejoue avec la tenue Louis Vuitton (mais sans Fabrice Pancrate), et il n’est pas rare de croiser Karl Lagerfeld à côté de Tom Ford en présidentielles. Un soir de victoire face à Evian, Beckham va téter une pinte en compagnie de John Galliano. Bernard Casoni et son nez passent par là. Les allusions fusent, et tout est relayé dans le Parisien le lendemain. Pour se venger, l’ancien stoppeur marseillais publie une vidéo sur Dailymotion dans son salon, où il affirme que l’Anglais lui en veut personnellement parce qu’il a couché avec sa femme.

Scénario 3

A la descente du jet affrété par Nasser al-Khelaifi, David Beckham est assailli par la presse spécialisée. Tout le monde est là : Challenges, Les Echos, La Tribune, Capital. Dans un coin, Jean-Claude Blanc, sourire carnassier et raie impeccable, détaille le business-plan. Car c’est bien beau les titres, mais ça ne remplit pas les caisses. Peu utilisé, Beckham fait ce qu’il sait faire de mieux depuis son départ de Manchester : l’homme-sandwich. Petit plus, comme Govou à son arrivée à Evian, il joue aussi le rôle d’attaché de presse. Tous les médias français peuvent enfin avoir des interviews au Camp des Loges. Mais c’est le Becks et rien d’autre. Du point de vue du club, ça marche : les ventes de maillots explosent, les femmes-cougars garnissent les travées. Sans compter les juteux contrats signés grâce à sa pomme avec Eurotunnel, Barclay’s et Jean-Louis David. Des miettes de temps de jeu, un coup-franc contre Sochaux et une place sur le podium, Beckham est, malgré tout, promu chevalier de la légion d’honneur. « Pour sa contribution à la croissance du pays en ces temps difficiles » , selon François Hollande. Mission réussie : la France conserve son triple A.

Scénario 4

A la descente du jet affrété par Nasser al-Khelaifi, David Beckham est assailli par la presse spécialisée. Tout le monde est là : France Football, L’Equipe, Onze Mondial, Planète Foot. A la conférence de presse improvisée sur le tarmac, Kombouaré prévient : « Beckham vient renforcer l’équipe. Il n’y aura pas de guerre des égos ! » . Seulement, l’équipe voit d’un drôle d’œil l'arrivée du rosbif et ce ne sont pas ses conseils capillaires à Jérémy Menez qui arrangent son cas. Poussé sur le banc, Nenê jure sur ce qu’il a de plus cher, son écarteur nasal, d’avoir la peau du Spice Boy alors que Pastore rappelle à tout bout de champ qu’il a perdu un oncle aux Malouines. Ambiance. Le problème, surtout, c’est que le numéro 23 n’est pas bon. Pour la première fois depuis le plan Leproux, le stade déploie une banderole. Et elle n’est pas belle à voir puisqu’il y est inscrit « Rendez-nous Jérôme Rothen » . En avril, Beckham abat sa dernière carte en allant trouver Paganelli à la mi-temps d’un match pour avaler du Maroilles en direct, affirmant qu’il aime encore plus ça que Joe Cole. Son contrat avec Armani est rompu dans la soirée.

Scénario 5

A la descente du jet affrété par Nasser al-Khelaifi, David Beckham est assailli par la presse spécialisée. Tout le monde est là : Têtu, Chobix, Surface. La venue de l’Anglais, le footballeur préféré des quatre arrondissements centraux de la capitale, faut-il le rappeler, réconcilie Lutèce avec Boulogne. Pour annoncer chaque match, des flyers du mari de Victoria torse nu sont distribués un peu partout dans la ville. Le stade se remplit de plus en plus, des navettes sont même mises à disposition, allant du Banana Café au Parc. Il y a même un quart d’heure de Lady Gaga à fond pendant la mi-temps. De quoi se languir d'attendre le retour en Ligue des Champions et la réception du Milan AC de Taye Taïwo … si le PSG se qualifie. Parce qu’avec une bonne dizaine de streakers par match, ce n’est pas dit que le club ne soit pas ennuyé administrativement d’ici là.

NB : tout ceci n'est que fiction, tout coïncidence avec des faits réels ne serait que fortuite.


Mario Durante et Adrien Ares
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'ai comme l'impression que si cela arrive c'est le scénar 3 qui va se passer, et on va pas vraiment rire.
Ça y est ! J'ai compris. En fait, comme chez Nike et Adidas, vous faîtes travailler des enfants. D'où des articles écrits avec les pieds, avec fautes d'orthographe, de syntaxe, aussi intéressants qu'un jeu de rôles dans la cour de récré... C'est peut-être même des petits Indiens ou Pakistanais, ce qui expliquerait le niveau de la langue et serait somme toute pardonnable…
Tu veux pas lâcher l'affaire ringold ?

Péon.
nouveau site ultra-laid, articles pas drôles, pas interessants, et MarkTheNaze encore là.
vous êtes tombé très bas sofoot

et cette connerie de logo de club français de mes deux
Sans compter les pubs entre l'article et les commentaires ! Franchement, ça devient chiant à lire, super déçu de cette nouvelle interface et du contenu de plus en plus light, tant sur le fond que dans la forme.
Rosé Bonvin Niveau : DHR
Carrément d'accord avec les avis précédents, tant sur le fond que sur la forme du nouveau site. Franchement, vous vous bonifiez pas avec l'age, je comprends pourquoi je viens de moins en moins souvent.
Bon, j'arrête de faire mon vieux réac pour dire que cet article fait plutôt exception, il m'a fait sourire.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
19 7