1. // Equipe du Portugal

Queiroz, viré !

Les deux sketchs de la Selecção face à Chypre (4-4) et la Norvège (0-1) ont finalement eu raison de Carlos Queiroz. De suspendu, le seleccionador est passé à chômeur. Et déjà, les noms de ses successeurs s'accumulent...

Modififié
0 2
Lisbonne. Jeudi 9 septembre. 19h30. Le siège de la Fédération Portugaise de Football (FPF) est en ébullition. Au terme d'une réunion de direction de quatre heures, le président de la FPF, Gilberto Madail, s'adresse à une forêt de journalistes : le sélectionneur Carlos Queiroz est viré. « La décision a déjà été transmise à Carlos Queiroz » , balance-t-il. Suspendu six mois par la Commission antidopage pour avoir « gêné » un contrôle avant le Mondial, le Professor est expulsé.

Sans lui, son adjoint Agostinho Oliveira n'avait pu que constater le bordel dans lequel baigne la Selecção, depuis plusieurs mois déjà. Pour ses deux premières rencontres qualificatives en vue de l'Euro 2012, le Portugal avait tangué contre Chypre (4-4), avant de carrément chavirer en Norvège (0-1), laissant le pays sous le choc. Et tout le monde s'en mêle. Le secrétaire d'état aux sports, Laurentino Dias, accuse le technicien d'avoir commis des « actes graves » . Une ingérence qui gêne. Les soutiens envers le Mister s'accumulent. Le jour de sa liquidation, c'est un ancien vice-président de la FPF, César Carvalheira, qui s'élève contre « une imposture et une cavale personnelle » .

Une décision tardive

Le Mondial 2010 et sa qualification n'ont pas mis Queiroz dans la meilleure des postures. Ce huitième-de-finale atteint en Afrique ne trompera personne. Les “Navigateurs” de Queiroz –comme il les a lui-même surnommés– se sont qualifiés par miracle, au terme d'une traversée du désert historique, en termes de buts. Des différends avec certains de ses joueurs l'ont carrément rendu tricard. Ça part dans tous les sens. Le capitão Ricardo Carvalho témoigne : « L'équipe va mal en dehors et sur le terrain » .

Trop radine pour virer CQ après le Mondial –on parle d'une indemnité de 3M€– et pas assez brave pour se mettre de suite en quête d'un nouveau sélectionneur, la FPF a attendu que son équipe soit déjà mal barrée pour rayer le nom de son nouveau fossoyeur tout désigné et pourtant impuissant. Un retournement de veste digne d'une trivela de Quaresma. (Très) Récemment et malgré la longue suspension annoncée à l'encontre de son technicien, Madail fanfaronnait : « Les joueurs jouent en pilote automatique » . C'était juste avant le crash chypriote. Pour son deuxième tour à la tête de la Selecção, Queiroz vit donc un septembre noir. Comme en 1991, il hérite d'un gamin en pleine puberté... Avec toutes ses crises et ses caprices. Et c'est lui seul qui prend la claque... avec probablement une belle pension à venir, tout de même...

Paulo Bento en pôle

Reste maintenant à savoir qui prendra les commandes. Une ribambelle de noms circulent. Paulo Bento est le plus cité au Portugal. Le coach de 41 ans est sans club depuis son départ du Sporting, la saison passée. Jeudi, avant même que Carlos ne soit annoncé comme son ex-sélectionneur, Cristiano Ronaldo en personne s'est prononcé sur le cas de son potentiel futur : « Pourquoi Bento n'aurait-il pas le profil ? Il est sérieux, j'ai une bonne relation avec lui, comme d'ailleurs avec tout le monde. On parle de beaucoup de gens, mais comme je l'ai dit, je préfère ne pas commenter les rumeurs » . Et elles sont nombreuses. En Espagne, c'est Luis Aragones, champion d'Europe 2008 avec Nuestros Hermanos, qui est annoncé, dans AS. Manuel Cajuda, Arrigo Sacchi, Javer Aguirre... Les bruits vont bon train. On va même jusqu'à annoncer un retour de Scolari.

Reste à savoir si cette fois-ci encore, Carlos ira se consoler dans les jupons écossais de son Sir Alex..

Par Nicolas Vilas

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Le capitão Ricardo Carvalho témoigne : « L'équipe va mal en dehors et sur le terrain »."

Cette phrase a été dite après le match contre la Norvège or dans le texte elle est employée dans le contexte de la Coupe du Monde 2010! R.Carvalho n'est pas un sans cervelle comme C.Ronaldo qui lui pendant la coupe du Monde a critiqué les choix de Queiroz, sur le terrain même! (voir match contre l'Espagne quand H.Almeida rentre et CR7 dit "on va jamais gagner comme ça!"). J'pense que Queiroz a déçu et pas mal. Au début ça promettait, il est l'architecte de la génération Figo, Ferguson a trop fait son éloge dans son rôle dans les conquêtes de ManU mais quand il a accepté de sélectionner Liedson (lui le formateur!) son image a pris un coup et les mauvais résultats s'enchainant ainsi que le mauvais jeu proposé ont fait que ça sentait le sapin pour lui. L'article ne parle des élections que le président de la Fédé, Gilberto Madail, a convoqué dans les prochains mois (semaines?). Quant aux successeurs potentiels de Queiroz:

-Scolari : ne reviendra jamais, trop limité comme coach, Mourinho n'est plus là pour faire son boulot (équipe nationale basée sur celle de Porto cru 2004)

-Sacchi la Selecçao c'est pas la retraite, il y a beaucoup à construire,

-Aragonés le Barça c'est l'Espagne euh la Catalogne pardon, donc c'est pas la peine,

-Cajuda pas assez imposant, pas assez de crédit, le costume de la Selecçao est trop grand pour lui,

-Javier Aguirre pas du tout convaincant avec l'Atleti, ou les Hitmans d'Osasuna, une bonne petite perf avec le Mexique c'est tout pour el Vasco,

Mes favoris :

-P.Bento : connait le futebol, ancien de la génération Dorée (équivalent France 98) un leader, il est et sait se faire respecté (Simon Vukcevic, Miguel Veloso en savent quelque chose), ses équipes sont solides, il a une préférence pour le losange et donc 2 attaquants. Ce qui peut être une alternative intéressante dans un match au 4-3-3 habituel que Scolari et Queiroz ont toujours et sans interruption utilisé, aussi il a (bien) commencé sa carrière d'entraineur par l'équipe de junior du Sporting Portugal et le Portugal a un groupe relativement jeune avec les retraites successives de Simao, P.Ferreira, Deco, Miguel. Le problème c'est sa coupe de cheveux.

-Lippi : pas la peine de le présenter, c'est l'homme des successives résurrections de la Juventus et coach de l'Italie de 2006.

-Juande Ramos : Son Séville avec un jeu par les ailes, un 4-4-2 classique mais super rapide à aller vers l'avant sans se poser de question tout en technique, son équipe reste comme une des plus belles équipes du foot Espagnol.

-Dénoueix : l'école Nantaise mais il aime trop son poste à Canal pour voir les matchs du Barça gratos au Nou Camp. Je dirais que vu qu'il y a énormément à construire l'entraineur sera Portugais et sera Paulo Bento.
Nicolas, bonnes prestas dans l'After...même si encore trop rares pour moi...le niveau était très bon mais là, avec Chérif et toi...ça tue !

Bon sinon, juste pour l'histoire de Ricardo Carvalho et la phrase hors contexte...pas bien grave, on savait que déjà pendant les qualifs de la CM 2010, certains joueurs ne se supportaient plus (voire pire)...l'histoire bidon de Nani juste avant l'arrivée en Af Sud en est la conséquence directe....

Paulo Bento est un sacré pari...son expérience en tant qu'entraineur est faible même si les résultats furent plutôt bons (avec qd même un Benfica à la ramasse pendant cette période).

Et comme The Special One est inaccessible pourquoi ne rappelle-t-on pas le roi Artur...? il nous selectionnerait Frasco, Inacio, Magalhães et les immenses Fernando Gomes et Paulo Futre....quitte à se marrer autant bien le faire...et se rappeller excellents souvenirs d'enfance...Andreas Brehme si tu m'entends...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2