1. // Clasico
  2. // Barcelone/Real Madrid

Que vaut vraiment la Liga ?

En Espagne, il y a deux championnats. Le vrai et celui que disputent le Real et le Barça. Du coup, le clasico passe du stade de « match du siècle » à celui de seul match vraiment intéressant de la saison. La Liga, un championnat surcoté ?

0 46
« Je ne connais aucun joueur compétitif qui ait envie de jouer en Espagne. Ils ont deux bonnes équipes mais le troisième au classement est à 24 points » . Voilà comment Arsène Wenger a dissuadé son Cesc Fabregas chéri de ne pas faire ses valises pour le soleil de Barcelone cet été. L'an passé, le Barça est champion avec 99 points (une seule défaite) et le Real, deuxième, bloque le compteur à 96 points. Le premier concurrent derrière les deux géants c'est Valence, 71 points. Cette saison, après 12 journées, tout semble parti sur les mêmes bases folles de l'an passé. Le Barça a déjà eu le temps de ridiculiser ses supposés concurrents directs : 3-1 contre Villarreal, 5-0 contre Séville, 2-1 contre Valence et 2-1 à l'Atletico. Ce week-end, les culés se sont même rendus chez la troisième meilleure défense d'Espagne. Almeria en a pris 8. Moche. Le Real, lui, en a collé 5 à un Bilbao pourtant plutôt bien roulé cette saison. Arsène a l'air d'avoir quand même un peu raison.

Certes l'Europe bave sur le Real et le Barça mais plus sur la Liga. Il est loin l'an 2000, l'année où le cinquième de Liga (le Real) affrontait le troisième (Valence) en finale de la Champions League. Cette année-là, la concurrence avait fait des victimes et il fallait être le Deportivo La Corogne (69 points) pour être champion d'Espagne (devant le Barça, Valence, Saragosse et le Real). En 2010, la concurrence s'est résumée à un face-to-face en Liga. En Champions, le Barça est le seul club espagnol rescapé en quarts de finale. Le Real et Séville ont coulé contre les terribles Lyon et CSKA Moscou. L'Atletico rattrape finalement le ridicule de sa phase de qualif (3 points en 6 matchs) en remportant l'Europa League et en éliminant successivement Galatasaray, le Sporting, Valence, Liverpool et Fulham. Un parcours de champion de district.

En Espagne, le dernier club à être parvenu à voler la vedette aux deux stars, c'est Valence. C'était en 2004 et c'était Rafa Benitez qui était champion avec le club ché. Depuis, la concurrence est un désert lunaire. Seul Villarreal est parvenu à se glisser en sandwich entre les deux (en 2007-2008). Mais les concurrents historiques ne font plus peur à grand monde. Cette saison, le Depor et la Real Sociedad jouent le maintien, Valence ne fait plus peur qu'à l'Atletico qui, lui, ne fait peur à plus personne d'autre qu'à lui-même. Les petits nouveaux Séville et Villarreal sont sympa. Mais de l'eau devrait couler sous les ponts avant qu'ils puissent un jour mettre les mastodontes au sol et caresser un titre national. Résultat, les clasicos sont les seuls matchs décisifs pour le titre. Le reste de la Liga peut s'asseoir et admirer.

Un président qui fait de l'herpès

Mais Del Nido, le président du Sevilla, lui ça l'énerve de tenir la chandelle et quand on lui parle des droits de retransmission pour 2015-2020 (entre 40 à 80% des recettes des clubs espagnols), il a des poussées d'herpès : « Le titre de Liga est déjà vendu pour les dix prochaines années » . Joan Collet, le président délégué de l'Espanyol, en rajoute une couche : « C'est totalement impossible que quelqu'un d'autre que le Barça ou le Real remporte un jour la Liga » . Car le nerf de la guerre, c'est bien sûr les 500 millions d'euros annuels générés par le championnat espagnol. Pour l'instant, chaque année, près de 300 millions vont directement au Real et au Barça. Et forcément, ça énerve.

Du coup, les deux présidents en colère ont décidé de sauver la Liga de l'ennui et s'en prennent aux deux géants. Ils les accusent de vouloir maintenir la répartition en vigueur, en achetant au passage la paix civile à l'Atletico et Valence. La répartition mise en cause : 34% pour le Real et le Barça, 11% pour l'Atletico et Valence, 45% pour les 16 autres et 10% pour les clubs de seconde division. Pour rééquilibrer le championnat espagnol, il faudrait, selon eux, adopter une autre forme de répartition, plus égalitaire, « à la française » osent-ils : 50% à parts égales pour tous les clubs, 25% selon les audiences et 25% en fonction des résultats sportifs. Le socialisme à visage sévillan, en somme. Sauf que Del Nido prêche dans le désert car ils ne sont que sept à défendre cette clé de répartition (Séville, Espanyol, Bilbao, Villarreal, Saragosse, Real Sociedad et Malaga). Mais le président andalou a un plan B : « Les deux gros n'ont qu'à faire un championnat entre eux, nous on fait le nôtre » . C'est déjà le cas. Arsène avait (encore) raison.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Il ne faut pas le dire trop fort... sinon les supporters Catalans vont penser qu'il s'agit d'une énième critique face au "plus beau jeu de l'Histoire du football" (sic).
"L'Atletico rattrape finalement le ridicule de sa phase de qualif (3 points en 6 matchs) en remportant l'Europa League et en éliminant successivement Galatasaray, le Sporting, Valence, Liverpool et Fulham. Un parcours de champion de district."

je dois être un gros connard mais j'ai arrêté de lire cet article à partir de là.

on pourra dire que les lecteurs de sofoute ont la critique facile, mais là, même en étant "subtil" et "subversif", ça passe pas, désolé.

allez, à plus.
Quand vous parlez d'Arsene, vous parlez bien du même ? Celui dont la connerie arrogante du mauvais perdant sur le match de mardi n'est relayée nulle part en France : Wenger Blames Everyone Else http://bit.ly/i8X58k ? Marrant...
C'est vrai que cette histoire de droits tv fausse absolument tout. Le Barça et le Real évoluent en dehors de tout contrôle, je suis sur que Florentino pourrait porter l'endettement du club à 1 ou 2 milliards que ça générait pas les banques, qui vivent sur les intérêts qui sont payés justement par les droits tv... Cela dit, les équipes du "second championnat" sont quand même pas dégueulassent en terme d'effectif... Entre Sevilla Valencia Atletico et Villareal il y a plus de joueur de classe que dans toute la ligue 1... Donc d'une certaine manière est ce que les 2 gros ne permettent pas également à ce championnat de rester attractif et de recruter de très bons joueurs ?
Ça m'étonnerait beaucoup que cet argument (très discutable) ait suffi à convaincre Fabregas de rester à Arsenal. Je ne sais pas ce qui s'est réellement passé. Mais ce doit probablement être une histoire de sous.
Article d'une "platitude".. insipide
Article tellement véridique... Valence est obligé de vendre ses deux étoiles pour ne pas couler à cause de sa dette, alors que le Real peut dépenser sans compter grâce au bon vieux Roi qui rachète les centres de formation et d'entrainement avant d'en faire don au... Real.
Ce championnat c'est juste devenu une vieille blague.
Ce n'est pas parce que les deux plus gros clubs tuent le suspense que le championnat est tout pourri.
Sinon à l'inverse la L1 serait un régal.

Les poursuivants n'auront sans doute pas le titre mais offrent de beaux matchs aux supporters avec de bons effectifs.
@Il Pazzo : "alors que le Real peut dépenser sans compter grâce au bon vieux Roi qui rachète les centres de formation et d'entrainement avant d'en faire don au... Real."

T'es sérieux quand t'écris ça ?
Il pazzo, j'ai souvent entendu cette histoire du roi qui sauverait le Real. Ça me paraît une fable pour demeurés. Il n'y a aucun rapport entre le roi et le Real.

La Liga est le championnat n°1 au monde. Les plus grosses stars y évoluent. Le jeu pratiqué y est le plus beau et le plus efficace.

Au fond, c'est normal que le reste du monde en soit jaloux. Parce que cette discussion oiseuse qui se répand partout sur la toile ne démontre rien d'autre.

Il y a eu dans l'histoire de la Liga bien des fois où les deux géants ont phagocyté le championnat. C'est quand même pas une nouvelle. Et le reste des clubs est d'un très bon niveau. Il n'y a qu'à voir leurs résultats en Europe.
Il n'y a aucun élément footballistique permettant d'affirmer que la Liga est le championnat n°1 au monde (il n'y a d'ailleurs aucune confrontation entre championnats, ça n'a juste pas le moindre sens), et encore moins pour affirmer qu'on y pratiquerait le jeu le plus efficace.

Même les meilleures équipes de Liga ne dominent pas les autres. Le Barça n'est pas champion d'Europe, le Real n'a pas atteint les quarts depuis un bail, et Séville n'a même pas réussi à passer les barrages cette année.
Sissa, quand je dis que la Liga est number one, c'est du point de vue de sa notoriété et de son prestige actuels. La Roja est championne du monde et d'Europe en titre. Le Barça est la meilleure équipe depuis quelques années. Le Real a Ronaldo et Mourinho. Forlan, Aguëro, etc, etc...

Bon, tu peux me rétorquer que la PL, c'est pas mal non plus. OK.

La Liga et la PL sont les deux gros championnats du moment.

L'efficacité du jeu espagnol est-elle encore à débattre? Pourquoi pas? Mais il me semble que les équipes espagnoles l'ont démontrée depuis quelques saisons. T'as qu'à voir le palmarès récent dans toutes les compétitions de ces dix dernières années, en jeunes et en pro, en sélection et en club.

Ça veut pas dire que personne ne sait jouer au football en dehors d'Espagne. Mais que le football espagnol est actuellement au top.
Mario, La PL a enchainé 5ans avec au moins un club anglais en finale de C1 ! ca c'est pour parler d'efficacité ! la PL c'est le meilleur championnat du monde !

je suis tout a fais d'accord avec Wenger, La Liga c'est un championnat de merde, désolé de le dire comme ca, mais il faut être aveugle pour ne pas voir qu'il ya le real, le barça et 18 équipes qui leur sont trop trop inférieurs, au point ou je ne me demande plus si ces deux clubs vont gagner un match mais la question est "combien ils vont marquer?", les gens ne regardent plus que les matches du barça et du real, le reste ca zappe.

Perso je trouve la série A -pour ne pas parler de la PL- tellement plus passionnante que la liga, et de loin.
Que vient faire la roja dans la discussion? Il ne faut pas tout mélanger, la grande force des clubs espagnols par rapport à un club européen lambda, c'est d'abord et avant tout que le club espagnol peut attirer des grand joueurs venus d'un peu partout.

Les clubs de PL remportent autant sinon plus de titres que ceux de Liga, ça prouve l'efficacité du jeu anglais??? (il existe au moins?)

Bref, ce que je veux dire, c'est que le prestige et la notoriété, c'est juste des critères qui ne sont pas footballistiques. Rien à voir avec le terrain. C'est super pour les ventes de maillot en Asie d'aligner plein de stars, mais si t'es pas capable de battre Lyon en match aller retour, tu peux pas dire "nan mais j'suis le meilleur de toute façon, parce que j'ai Ronaldo".
Personnellement j'aurai plutôt tendance à dire que le championnat espagnol est l'un des plus faible. Oui il y a 2 équipes qui dominent outrageusement ce championnat, et collectent les stars comme on collecte les images pannini. Mais derrière c'est tellement faible... des scores de tennis, on en voit à la pelle tous les week ends. Pour moi les championnat anglais et italiens sont nettement supérieurs. Le pire, c'est que l'on a tendance à dire que le championnat italien est relégué. Quant on regarde l'actuel classement, on voit le retour au premier plan de belles équipes qui s'enrichissent de très bons joueurs (lazio, sampdoria, naples) plus les 4 éternels (inter, milan, juve, et roma)qui après un coup de mou me semble revenir au premier plan. Le championnat italien est le plus chiant de tous niveau spectacle, on y voit moins de buts, mais attention à ces arbres qui cachent la foret que sont le real et le barca beaucoup trop médiatisés (à raison ou à tord) par téléfoot :D

J'aimerai également signaler les politiques économiques de ces clubs. Et là je parle des championnats espagnols et anglais... Quelque chose me dit que l'on risque d'avoir quelques surprises d'ici quelques années. Pour moi la gestion de la L1 ( pas brillante mais saine économiquement) tout comme en Italie, ou en Allemagne ou l'argent coule à flot grâce à la construction de nouveaux stades et la CDM 2006, me laisse penser que l'avenir est plus dans ces endroits là.
Makaveli,

Chacun ses goûts.

Si tu te prives des matchs de l'Atletico, de Valence, de Villareal, de Séville, de Bilbao et du reste des équipes de la Liga, tant pis pour toi! Tu rates plein de bon football.

Le Real et le Barça sont, en ce moment, au summum de leur puissance. Ils alignent deux dream-teams d'un niveau stratosphérique. Ça arrive assez souvent dans l'histoire de la Liga que les deux géants soient aussi puissants. Ça fait partie du folklore et du charme de la Liga.

Chelsea et Manchester sont eux aussi les éternels champions d'Angleterre. Depuis quand y a-t'il eu un autre champion qu'un de ces deux-là?

Le Big-Four est fini depuis longtemps en PL.

Au fond, chaque championnat se résume à la lutte entre les deux meilleures équipes du pays.
le foot espagnol souffre d'un immense déséquilibre entre ses deux cadors et le reste de la Liga. ce n'est pas un hasard, c'est même un choix délibéré : se servir des clubs les plus réputés comme locomotive. sauf qu'on arrive aux limites du système. Sportivement, trop d'écart pour vraiment créer des surprises en haut du classement. Economiquement, ce système ne garantit absolument pas la rentabilité des clubs (et donc leur survie). Pour preuve, les deux seuls clubs en 2009 avec un bilan comptable positif sont le Real et le Barça. Tous les autres sont déficitaires. Même Valence n'a pas pu payer ses joueurs pendant 3 mois.

on n'est pas obligé de souhaiter le malheur du Real ou du Barça. mais il n'est pas forcément simpliste de penser que de se faire humilier en champions league pour ensuite gagner l'Europa League est une bonne nouvelle ni pour l'Atletico, ni pour ladite compétition.
leplat(titude)
L'article est bourré de lieux communs, de banalités.
Entre autres choses, la Liga est, pour un amoureux du footbal, le plus beau spectacle. Le niveau technique, l'audace dans le jeu, la passion qui l'entoure sont uniques en Europe. Peu d'équipes ferment le jeu, ce n'est pas dans leur mentalité cela donne souvent des scores fleuves qui ne traduisent pas l'intensité du match, la meilleure preuve est le dernier Madrid - Atletic. Ce jugement à l'emporte pièce est le jugement de personnes qui ne regardent pas les parties.
Certes la League, seul championnat comparable, est spectaculaire au niveau engagement physique mais cela pêche au niveau technique et tactique à part trois clubs. Le quatrième ne se remet pas du départ de son espagnol.
Mr Wenger dit n'importe quoi (ce n'est pas lui qui avait déclaré après un match nul 0-0 que son équipe avait pratiqué le plus beau jeu qu'il n'avait jamais vu !!!)
La majorité des joueurs pros rêvent de jouer dans la Liga pour son jeu technique et ouvert, et pour se montrer éventuellement à un des Grands : Madrid, Barça, Valencia, Sevilla, Atletico...
"L'article est bourré de lieux communs, de banalités"

Les commentaires aussi je te rassure
Attendons la fin des coupes d'Europe. On verra bien ce qu'il restera. Mais quelque chose me dit qu'une équipe comme Valencia ira loin cette année. Pourtant ils étaient en difficulté financière, ne vous leurrez pas, ce problème était un problème immobilier lié à leur nouveau stade (cela devrait vous rappeler quelque chose, Arsenal, Lyon...). Des problèmes dus à de lourds investissements d'avenir ne sont pas significatifs. De ce côté là c'est chaud pour le Barça, mais du côté du Madrid cela va bien, Merci!!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 46