Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. // En route vers l'Euro 2016
  2. // Top 100 Espagne
  3. // N°3

Que serait Xavi sans le Barça ?

Désormais en pré-retraite au Qatar, Xavi Hernández est irrémédiablement lié au FC Barcelone. Un club où il a tout connu, de sa formation à son couronnement, ce qui pose une question à la réponse presque insondable : où en serait le natif de Terrassa sans le fanion blaugrana ?

Modififié

Sur la route qui les conduit à la Masia, le père de Xavi Hernández prévient sa progéniture : « Ouvre bien les yeux et apprend, car cette opportunité, tu ne l’auras pas deux fois. » Aussitôt dit, aussitôt fait : le Pelopo, qui ne compte alors que onze printemps, prend le conseil paternel au pied de la lettre, et apprend. « Ici, on m’a enseigné à jouer et à être une bonne personne, rappelle-t-il au Pais dans sa dernière interview avant de filer au Qatar. Je dois tout au Barça. J’y ai été si heureux. Je n’aurais jamais imaginé une telle carrière. » Justement, si cet après-midi se révèle être le point de départ de son histoire d’amour idyllique avec le Barça, un refus des dirigeants du club aurait alors tout changé dans la carrière de Xavi, pour ne pas dire dans sa vie. Car loin du tiki-taka dispensé à la Masia, rares étaient les canteras espagnoles à pouvoir octroyer une place à un type de la taille de Xavi. Pour sûr, avec son mètre soixante-dix bien tassé, sa modeste pointe de vitesse, et une musculature bien cachée, le natif de Terrassa connaît un physique des plus banals qui, à la fin des nineties, n’avait pas le vent en poupe. Mais que donc serait-il devenu sans cette intégration au Barça ?

Une terrasse, du hockey et un capo


L’union entre FCB et Xavi Hernández relève d’un big love inconditionnel, franc et non négociable. Pourtant, son grand amour demeure ce fameux ballon rond qui l’obnubile tant, et qu’il rencontre bien avant de mettre un pied dans la ville de Gaudi. Le cuir, il le découvre sitôt la sortie du berceau dans sa ville natale de Terrassa. Que ce soit aux manettes du baby-foot du troquet comme au milieu de la place du village, il déambule constamment avec un ballon non loin de lui. Pourtant, loin de la popularité du football en Espagne, Terrassa se veut en capitale nationale d’un autre sport : le hockey sur gazon. Ainsi, lors de l’organisation des JO de 1992, Barcelone délocalise la compétition de hockey sur gazon à Terrassa. « Ville la plus olympique du monde » , selon une légende locale, elle continue de fournir à l’Espagne la majorité des athlètes de cette discipline. Sans jeu de tête, sans ballon aérien, le hockey sur gazon offre tous les avantages possibles au physique de Xavi. Son cerebro, capable d’analyser une situation en une micro-seconde, lui offrirait même une place de choix dans la Roja du hockey sur gazon. Encore mieux, le FCB dispose également de sa section hockey.

L’affection de Xavi envers son Terrassa natal raconte également beaucoup sur son attachement avec la Catalogne. Bien que moins politisé que son comparse Gerard Piqué, moins indépendantiste que son mentor Pep Guardiola, et moins poétique que son idole Johan Cruyff, il n’en demeure pas moins un fervent défenseur de la liberté d’expression du peuple blaugrana dans son Camp Nou. Une prise de position rare chez l’ancien capitaine blaugrana - « Nous sommes dans une démocratie, et siffler l’hymne fait partie de la liberté d’expression » - qui aurait pu lui ouvrir un avenir de capo. Sans kop depuis le départ musclé des Boixos Nois, le Camp Nou, à défaut de sonner creux, se remplit d’un public à mi-chemin entre le connaisseur bourgeois et le touriste au smartphone greffé en main. Bref, une aficion qui aurait bien besoin du côté festif du Pelopo, amuseur de galerie de la Roja aux côtés de Pepe Reina. Un goût de la fête qu’il partage avec un autre natif de Terrassa. Anonyme pour le grand public, Josep Oller n’en demeure pas moins l’un des deux créateurs du Moulin rouge. Un concept que Xavi aurait bien pu exporter du côté de la Catalogne.

Au nom du père et, surtout, de la mère


Mais s’il y a bien une discipline dans laquelle Xavi Hernández ne connaît aucune concurrence, c’est bien dans l’amas de breloques dorées. Avec ses pas moins de huit Liga, trois Coupes du Roi, quatre Ligues des champions, deux Mondiaux des clubs avec le Barça, et ses deux Euros et son Mondial avec la Roja, sans oublier ses nombreuses distinctions personnelles, il compte le palmarès le plus fourni dans l’histoire du foot outre-Pyrénées. Surtout, il ne cache pas son attrait pour les babioles en tout genre. Un penchant qui lui aurait valu une belle carrière dans la brocante et, pourquoi pas, une formation aux côtés de notre cher Louis national. Ces pistes quant à la destinée de Xavi ne peuvent faire oublier que le joueur le plus capé du Mes que n’en reste pas moins irrémédiablement lié au ballon rond. Sans l’institution Barça, il aurait ainsi pris ses cliques et ses claques pour le Milan AC en 2000, ou pour le Bayern de Munich en 2008. Des clubs mythiques auxquels il a dit non pour une seule et même raison : « Ma mère est beaucoup trop blaugrana pour ça. » D’où la question : que serait Xavi sans sa maman culé ?

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde il y a 3 heures Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 63 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 5
À lire ensuite
Xavi, seigneur du Qatar