1. //
  2. // 11e journée
  3. // Lyon/Marseille

Que s'est-il vraiment passé avant Lyon-Montpellier ?

Après des supporters parisiens refoulés arbitrairement du Stade de France, des Bastiais stigmatisés à Nice, la dernière journée s'est soldée par un œil perdu sur flashball du côté de Lyon. Éclaircissement avec le principal intéressé, dégoûté.

Modififié
19 9
Malgré la superbe victoire des Gones sur les joueurs de Montpellier dimanche soir, l'ambiance n'était pas vraiment au beau fixe du côté des supporters lyonnais à la sortie du stade. La faute à l'hospitalisation d'Alexandre (26 ans), habitué du Virage Sud (VS) et victime d'une « balle de flashball » reçue à « deux centimètres de l'œil droit » selon ses camarades de tribune, dans un communiqué paru mardi sur le site mouvement-ultra.fr. Dans ce communiqué, les membres du VS assurent qu'Alexandre, surnommé « Lex » dans les travées de Gerland, se serait pris un projectile de flashball alors qu'il tentait de protéger des familles s'éloignant d'une rixe entre supporters lyonnais et montpelliérains, sur l'avenue Tony Garnier. Contacté par nos soins à sa sortie d'hôpital, Alexandre livre sa version des faits : « À 19h30, des minibus de supporters de Montpellier arrivent sur une grande avenue pas loin de Gerland. Et là, ça part très vite. Des Lyonnais rassemblés sur l'avenue attaquent les Montpelliérains et ces derniers sortent de leurs véhicules… À ce moment-là, je suis facile à 300 mètres de là. La police arrive un peu à séparer les deux côtés. Des Montpelliérains reviennent en direction de leurs minibus et d'autres vont en direction de là où je suis. Moi, je suis entouré de familles, d'enfants, mais je ne suis pas du tout dans la bagarre, sans personne du Virage à proximité. Et là, de ce que je me souviens, il y a un flic qui se retourne et qui me met un coup de flashball à hauteur de tête. » La bagarre était-elle préméditée ? « D'après ce que m'ont dit les flics, les Montpelliérains n'ont pas pris l'escorte qui devait les mener au stade et se sont retrouvés dans cette avenue où les Lyonnais ont l'habitude de se rassembler. »

« Jamais interpellé pour des faits de violence autour d'un stade »


À son réveil, « Lex » apprend qu'il risque de perdre la vision de l'œil droit alors qu'il a déjà perdu l'usage de l'autre œil il y a quelques années. « Là, j'ai déjà perdu 7/10e de mon œil droit, soupire-t-il. L'impact du flashball a abîmé mes récepteurs visuels qui se trouvent juste derrière la rétine. Je ne reverrai donc jamais correctement, ça sera toujours flou. Si j'arrive à tenir le coup, c'est surtout grâce aux nombreux soutiens que je reçois depuis plusieurs jours. Mais à l'hôpital, quand on m'a annoncé la nouvelle, ça a été super dur à encaisser. Déjà la première fois, avec mon œil gauche, ça n'avait pas été facile, mais alors là... » Du côté des forces de l'ordre, qui n'ont pas souhaité nous répondre, tout comme l'OL, le son de cloche est différent. Dans un article publié le mercredi 22 octobre sur le site du journal Le Progrès, le jeune supporter lyonnais est décrit comme un « hooligan ultra-violent du virage sud et un membre des identitaires lyonnais » par Albert Doutre, le patron de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône. Il ne semble pas douter de son implication dans la bagarre malgré l'ouverture d'une enquête par le Pôle commandement déontologie discipline (PCDD) afin de déterminer l'origine exacte de sa blessure. Dans les colonnes du Progrès, Albert Doutre va même plus loin en expliquant que les tirs effectués par les forces de l'ordre ce jour-là avaient été « ciblés en direction d'individus qui lançaient des projectiles » et qu'il était « inconcevable qu'une personne reçoive un tir qui ne lui est pas destiné » . Sur le site de lyoncapitale.fr, Pascal Barthélémy, membre du syndicat de police Alliance, affirme en revanche que « la visibilité pour les forces de l'ordre est très réduite » lors de manifestations et d'affrontements. Il n'est donc pas « rare que l'on touche une personne qui n'était pas visée au départ » . Lex confesse avoir déjà été deux fois interdit de stade. « Mais une IAS, interdiction de stade administrative. Je n'ai jamais été interpellé pour des faits de violence autour d'un stade de foot. » Lui et quelques collègues n'avaient pas déclaré à la préfecture le minibus pour se rendre à Saint-Étienne et ont été interceptés avant d'arriver à bon port. Ils y gagnent une interdiction de stade sans passer devant le juge.

Casti bis ?


Cet ancien membre des Lugdunums (disparus en 2007, ndlr), aujourd'hui indépendant, réitère sa version et cherche aujourd'hui des témoins pour prouver sa bonne foi, car aucune image de la police ne serait utilisable… « D'après ce que m'a dit la police des polices avant-hier lors de mon interrogatoire, il n'y aurait pas d'image exploitable. Je peux t'assurer que si ça avait été moi qui avait tapé un flic, ils m'auraient sorti les images… » , déplore Alexandre. Si toute la lumière reste encore à faire sur cette affaire qui n'est pas sans ressemblance avec celle de « Casti » - un supporter montpelliérain ayant perdu un œil en 2012 après un probable tir de flashball, affaire toujours en cours - et alors que l'appel à témoin n'a pas permis de faire avancer l'enquête, l'utilisation de flashball par les forces de l'ordre lors de manifestations sportives - et pas seulement - risque de faire à nouveau débat. Et concernant Alexandre ? « Pour l'instant, mon avocat veut surtout réclamer des indemnités hospitalières confie-t-il. Parce que là, j'en ai encore pour au moins six mois de traitement et de tout ce qui s'ensuit... » En colère ? « Je ne suis pas là pour accabler le flic, même si je suis dégoûté que ma vie bascule. Et ce qui s'est passé là n'est pas bon non plus pour les supporters. Il y a faute des deux côtés. Du côté des supporters qui se battent en plein milieu d'une rue très fréquentée. Et du côté de la police, d'avoir fait usage de flashball de manière abusive… »

Par Aymeric Le Gall et Antoine Aubry, avec Quentin Blandin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Tiens tiens pas de commentaires pour cracher sur les supporters qui attaquent d'autres supporters... Putain si ça avait été Bastia...
Même sans partager les positions politiques de ce gars, on ne peut que constater que les flics aiment se lâcher sur les ultras. Des exemples pourraient le montrer chaque weekend. Ils se la jouent pareil face à des sup' anglais (Lille-Everton).

Les mêmes attitudes sont constatables au delà du champ du foot. La police est en confiance car elle reste impunie. Et quand tu mets des armes dans la main d'abrutis (et je pèse mes mots)comme la BAC,
il ne faut pas s'attendre à autre chose.

Putain de flics, passez votre BAC d'abord.
Go_Scousers Niveau : CFA
Message posté par lok
Même sans partager les positions politiques de ce gars, on ne peut que constater que les flics aiment se lâcher sur les ultras. Des exemples pourraient le montrer chaque weekend. Ils se la jouent pareil face à des sup' anglais (Lille-Everton).

Les mêmes attitudes sont constatables au delà du champ du foot. La police est en confiance car elle reste impunie. Et quand tu mets des armes dans la main d'abrutis (et je pèse mes mots)comme la BAC,
il ne faut pas s'attendre à autre chose.

Putain de flics, passez votre BAC d'abord.


Belle analyse, très fine, réfléchie et pleine de nuance...

Quant on voit l'attitude de certains ultras on comprend que les policiers soient sur les nerfs. Et si on veut connaître véritablement une histoire, il faut interroger l'ensemble des parties, et pas seulement celle qui en est a priori la victime.

Mais puisque les policiers sont tous des débiles profonds qui ne pensent (si tant est qu'ils puissent penser d'ailleurs) qu'à jouer les cow-boys pourquoi chercher à les comprendre où bien à leur poser des questions ?
DocteurHappy Niveau : CFA
Moi la seule question que je me pose c'est pourquoi le flic a tiré sur le visage ? Y'a pas un règlement qui interdit de tirer sur certaines zones ?
Je sais pas mais recevoir un tir de flash ball dans la jambe ça calme .
Message posté par Go_Scousers


Belle analyse, très fine, réfléchie et pleine de nuance...

Quant on voit l'attitude de certains ultras on comprend que les policiers soient sur les nerfs. Et si on veut connaître véritablement une histoire, il faut interroger l'ensemble des parties, et pas seulement celle qui en est a priori la victime.

Mais puisque les policiers sont tous des débiles profonds qui ne pensent (si tant est qu'ils puissent penser d'ailleurs) qu'à jouer les cow-boys pourquoi chercher à les comprendre où bien à leur poser des questions ?


L'anthropologie d'une BAC a déjà été faite ("La force de l'ordre" de Fassin). Ces types se construisent des imaginaires sur les personnes qu'ils auront à "affronter". Car oui, pour eux, leur fonction ne se conçoit pas hors affrontement. Il suffit d'avoir eu à faire avec eux pour savoir qu'ils savent très bien provoquer ces affrontements.

Les lois et les discours toujours plus hostiles aux ultras (que l'on peut assimiler à des dispositifs qui s'étendent de plus en plus aux supporters qui ne s'inscrivent pas dans le simple rôle de consommateur que des thiriez et autres président de clubs voudraient leur confier) les placent dés lors comme ennemi.

Les lois répressives contre les ultras les font exister en tant que violent, plus qu'elles n'empêchent cette violence.
Message posté par lok
Putain de flics, passez votre BAC d'abord.


On sent que tu t'es documenté avant de cracher ta haine; le Baccalauréat fait partie des conditions d'accès au concours depuis belle lurette ! Et vu la pertinence de ta réflexion, il est évident que l'obtention du BAC garantie tout abus de pouvoir de la part d'un être humain à qui tu confies un minimum de pouvoir !

Franchement, ce pauvre gars qui va probablement y laisser son oeil est dix fois plus constructif que toi. Et pourtant, il aurait largement plus de raisons d'être "haineux" !
Message posté par Uphir


On sent que tu t'es documenté avant de cracher ta haine; le Baccalauréat fait partie des conditions d'accès au concours depuis belle lurette ! Et vu la pertinence de ta réflexion, il est évident que l'obtention du BAC garantie tout abus de pouvoir de la part d'un être humain à qui tu confies un minimum de pouvoir !

Franchement, ce pauvre gars qui va probablement y laisser son oeil est dix fois plus constructif que toi. Et pourtant, il aurait largement plus de raisons d'être "haineux" !



Je ne cherche pas à être "constructif", cette qualité que tu sembles ériger en totem.

A notre époque, quand on parle de police, de pouvoir (tu es fin observateur puisque tu as toi-même fait le lien entre les deux), je préfère déconstruire.
wwgtimlxr Niveau : DHR
c'est clair, cette arme fait trop de dégâts, même à 20 mètres, ce qui est énorme pour une arme dite non létale, (qui peut tout

de même tuer à courte distance, environs moins de 5 mètres), les blessures à la tête peuvent être irréversibles. Comme ce

supporters, beaucoup ont perdu un oeil en manif... et heureusement que cette arme ne tire que deux coups! Le Taser tue

aussi, de nombreux cas de crise cardiaque après impact.

Faut être complètement idiot pour attaquer des bus de supporters, arrêtés à un feu, à 200 mètres du stade, sur une avenue

pleine de voitures et de piétons (c'est là que l'article est pourri, au lieu d'un lien vers google plan, un descriptif rapide de l'

endroit et de la situation aurait été plus à propos), sans se douter qu'on va se faire punir par les flics et qu' il y aura des

dommages collatéraux. N'est pas ultra, anciens hools repentis qui veut!

En France les hools n'ont plus de raisons d'être et n'ont plus d' adversaires, les groupes ont été pacifié et dissous par les

pouvoirs publics. Les hools ont rejoint les groupes d' ultra qui se sont radicalisés ou décomplexés politiquement. Avant, il y

avait les méchants nazis hools et les ultras beaufs frontistes. Maintenant c'est tous ensemble!

Le témoignage de ce supporter est douteux, il se retrouve à 300 mètres de la rixe, au milieu des familles qui vont au

stade et se fait flashballer. Il y a appel à témoins et personne ne répond?? Alors que comme le suppose l'article "il protège des

familles"!

Alors ou les familles ont en marre des ultras, ex hools qui excitent les flics aux mauvais endroits aux mauvais

moments ou le type veut juste toucher sa cotorep.
Bonjour

ci dessous un lien traitant du hooliganisme en France ( roman) via l exemple des activistes Lyonnais !


http://www.amazon.fr/Sexy-Hooligans-EDO … al-text_92
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
19 9