1. //
  2. //
  3. // Reims-Bastia (0-1)

Que s’est-il passé lors de Reims-Bastia ?

Des insultes, un matraquage et un supporter bastiais qui perd la vue. L’après-match de la rencontre entre Reims et Bastia samedi dernier laissera des traces. Entre manifestations, mises en examen et report du Bastia-Nantes d’aujourd’hui, retour sur une semaine trouble.

Modififié
656 26
Depuis de nombreuses semaines, la jeunesse corse semblait plongée dans une sorte de bonheur collectif. Pas toujours à la fête, une majorité des jeunes de l'île n'en revenait toujours pas : leurs candidats et leurs partis siégeaient enfin à la tête de l'assemblée locale. Pourtant, deux mois après les élections, des scènes de guérilla se déroulent dans la rue comme si rien ne s'était passé. Attaquant la gendarmerie de Bastia dimanche soir, puis celle de Corte mardi, quelques centaines de manifestants, munis de bombes agricoles et cocktails Molotov, rappellent qu'au pays de Yannick Cahuzac, rien n'est bien rose très longtemps. Raison des affrontements : la blessure d'une jeune supporter du Sporting, Maxime B, 22 ans. Accompagnant les supporters turchini lors du déplacement à Reims le week-end dernier (victoire 0-1), cet étudiant à l'université de Corse n'a toujours pas quitté la Marne.


Pour tout comprendre, il est nécessaire de revenir quelques jours en arrière. Le samedi 13 février, le Stade de Reims accueille Bastia lors de la 26e journée de Ligue 1. Une date cochée depuis longtemps par plusieurs supporters du Sporting. « Avec toutes les interdictions de déplacement qu’il y a eu cette saison, la complexité d’organiser un déplacement depuis notre île et l’instauration de l’état d’urgence après les attentats de Paris, nous n’avons pas souvent eu l’occasion de nous déplacer cette année » , raconte à So Foot Romain Paoli, 28 ans et un des responsables du groupe Bastia 1905. Venue de la capitale en bus, la troupe s'installe dans le centre-ville de Reims dès l’après-midi pour boire un coup avant d'aller vers un autre bar à proximité du stade Auguste-Delaune sous la surveillance d'un équipage de la BAC légèrement sur les dents d’après les Bastiais. « C’était un bar de fans rémois, mais tout s’est très bien passé avec eux » , précise Romain. « C’était vraiment dans une ambiance bon enfant. » Contacté par nos soins à la suite des événements, le staff du Sherlock Pub, le premier établissement dans lequel les Corses ont passé la journée, a confirmé le côté festif du groupe : « Ils étaient déjà venus l'année dernière et on n'a eu aucun souci avec eux. Là encore, on les a servis toute la journée, et tout s'est très bien passé avec eux. »

Échauffourées sur le cours Langlet


À leur arrivée au stade, les 30 membres de Bastia 1905 font face à une ligne de CRS en attendant de pouvoir monter dans la tribune réservée aux supporters visiteurs. « Là, ça s’invective un peu avec eux, confie le responsable du groupe bastiais. Mais rien d’exceptionnel, de simples chamailleries de stade comme on en voit tout le temps lorsqu’on se déplace. » Les supporters corses finissent par entrer en parcage, mais, selon Fabrice Belargent, le procureur de la République de Reims, ces derniers se montrent agressifs. Dans une conférence de presse tenue lundi, le magistrat a soutenu que les policiers à l’intérieur du stade avaient notamment fait « l’objet de menaces et d’injures » de la part d’un « groupe relativement restreint » . Des inscriptions insultantes mentionnant le préfet Erignac (mort assassiné en 1998 à Ajaccio) auraient même été retrouvées dans les toilettes du parcage. Des accusations rejetées en bloc par Romain Paoli : « Il y avait un peu de tension liée au sportif, puisque les deux équipes jouent le maintien, mais il n’y a pas eu le moindre problème à relever. Nous sommes d’ailleurs sortis du parcage sans souci. » Avant de repartir sur Paris, la trentaine de membres se scinde en deux groupes. Certains remontent directement dans le bus, et d’autres décident d’aller boire un dernier verre dans Reims.


C'est à partir de ce moment que tout se gâte. Sur le cours Langlet (situé près de la cathédrale de Reims, à un peu moins de deux kilomètres du stade Auguste-Delaune), une patrouille de police affirme avoir été prise pour cible par une bande de supporters bastiais. Selon le parquet cité par l'AFP, des fans du Sporting auraient « provoqué la police » et jeté des « objets sur (leurs) véhicules » . 9 sont interpellés. Prévenus par téléphone, le reste des membres de Bastia 1905 se rend immédiatement sur place. « On a eu les témoignages d'autres têtes de chez nous qui étaient aussi là au moment des faits » , indique Romain Paoli. « Elles nous ont expliqué que le groupe avait été suivi par la BAC depuis leur sortie du stade et qu'il avait été chargé sans raison particulière et après avoir été insulté. » Les supporters présents assurent que certains d'entre eux se sont fait renverser par des voitures de police en tentant de fuir et que d'autres ont été lynchés. « Au commissariat, les policiers nous ont confirmé la mise en garde-à-vue de nos amis, tout en indiquant qu'ils allaient tous bien, poursuit Romain. Nous avons donc décidé de repartir sur Paris, persuadés qu'ils allaient être relâchés le lendemain. »

Flash-ball et soutiens


Mais le dimanche matin, les supporters apprennent qu'un des leurs, Maxime. B (22 ans), a été opéré en urgence dans la nuit et qu'il risque de perdre un œil. Plusieurs d'entre eux décident donc de revenir sur Reims. « Là, on découvre tout le calvaire que Maxime a vécu depuis son interpellation, explique le responsable de Bastia 1905. Il affirme que c'est un tir de flash-ball qui lui a causé une blessure à l’œil... Il nous indique aussi avoir été pris en photo et insulté par les policiers qui l'entouraient pendant son transfert. Ils l'ont traité de "sale Corse" en lui disant qu'ils allaient lui "faire l'autre œil pour qu'il n'aille plus faire la chasse au sanglier". Au commissariat, les flics ne voulaient toujours pas l'amener à l'hôpital et ce sont finalement les pompiers qui sont venus le chercher. » Citant un autre supporter présent, le site Internet La Grinta indique que les policiers auraient aussi lancé un « la prochaine fois, votre président parlera en français » (en référence au discours d’investiture de Jean-Guy Talamoni, le nouveau président de l'Assemblée de Corse).

Dans la journée, l’information commence à être diffusée dans les médias. Le lien entre œil touché et flash-ball est rapidement réalisé par des supporters qui se remémorent les affaires Casti et Lex, mais le parquet de Reims réagit rapidement en assurant n'avoir « aucun élément pour dire que la personne a été blessée par flash-ball » . Selon lui, le supporter corse se serait même blessé tout seul en tombant sur un poteau après une course-poursuite avec la police.


Mais sur l'Île de Beauté, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Dans un communiqué publié le dimanche en début d’après-midi, le Sporting exprime son « entier et amical » soutien au supporter touché et exige que toute la « lumière soit faite sans délai sur les circonstances de ces violences » , tandis que Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif de Corse, demande une « enquête indépendante et impartiale » . Le soir, un premier rassemblement de soutien est organisé via les réseaux sociaux le dimanche soir devant un commissariat de Bastia. Abonné à Furiani depuis 21 ans, Fabrice était présent en « soutien à Maxime et aux autres interpellés » . Selon lui, cette affaire est sortie du cadre sportif pour devenir politique : « On a entendu parlé de propos anti-corses tenus par les policiers rémois. Et un jeune militant nationaliste supporter du Sporting a été relâché de prison juste avant le match, c'était peut-être une manière de se venger. »

Enquête pour « blessures volontaires »


Lundi, le procureur de la République de Reims indique dans sa conférence de presse que l’œil de Maxime « serait définitivement perdu » et confirme finalement l’utilisation d’un flash-ball au moment des échauffourées avec les supporters bastiais tout en précisant que le policier auteur du tir avait visé l’abdomen et non la tête. Mardi matin, le groupe Bastia 1905 annonce sur son compte Facebook qu’il va organiser une manifestation le samedi après-midi, quelques heures avant la rencontre entre Bastia et le FC Nantes à Furiani. Immédiatement après, la commission des compétitions de la Ligue de football professionnel envoie un mail au SCB pour l’informer que le match entre le Sporting et le FCN serait finalement avancé à… 14h. « N’ayant à aucun moment été consulté sur les raisons qui ont motivé cette décision unilatérale et trouvant de telles pratiques inadmissibles, le club vient de signifier à la LFP son refus catégorique de se conformer à ce diktat, réplique dans la foulée le SCB via un communiqué public. Les portes du stade demeureront donc fermées à l’horaire décrété par les instances. » Face à la poursuite de la mobilisation (nouveau blocage de l’université de Corte, manifestations de lycéens à Bastia), la préfecture de Haute-Corse et la LFP optent finalement pour un report pur et simple de la rencontre au 9 mars prochain. « En tant que président de la LFP, je ne peux pas accepter que le football soit l’otage de batailles politiques. Je ne veux pas que le football devienne prétexte à des actes de violence » , a ajouté Frédéric Thiriez dans un communiqué publiant la nouvelle.


Mercredi, le parquet de Reims annonce finalement qu’une information judiciaire contre X pour « violences volontaires ayant entraîné une incapacité temporaire de travail supérieure à huit jours » a été ouverte et qu’il a saisi la police des polices. Si l’hôpital n’a pas encore communiqué sur la nature réelle de la blessure de Maxime, les supporters bastiais restent persuadés qu’il s’agit d’un tir de flash-ball et assurent qu’ils vont se battre pour « lui, mais aussi pour les autres » . « Les médias ont tous parlé de violences contre les policiers et de dégradations, mais il ne faut pas oublier qu’ils sont uniquement poursuivis pour "menaces, rébellion, outrage à personnes dépositaires d'une autorité publique", insiste Romain Paoli. Après, on ne veut pas se "victimiser", on est les premiers à jouer sur la rivalité franco-corse. Mais là, c’est la première fois que ce type d’événement arrive, avec un véritable contexte anti-corse. On verra bien pendant le procès s’il existe vraiment. » Un procès prévu à Reims, le 22 mars. Malgré le report de la rencontre entre le Sporting et Nantes, les membres de Bastia 1905 se rendront bien à Furiani ce samedi dans le cadre de leur manifestation de soutien. Ils seront rejoints par les supporters de Nantes, ayant refusé d’annuler leur déplacement. Via Facebook, le groupe bastiais a également annoncé la venue de tifosi du club de Sassari (Sardaigne), tout en réclamant la démission du procureur de Reims. Mais, chose peu commune, en appelant aussi à l’apaisement...

Par Antoine Aubry et Thomas Andrei PS : Contactés par nos soins, les préfectures de Haute-Corse et de la Marne, ainsi que le parquet de Reims ont refusé de répondre à nos questions.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

"Depuis de nombreuses semaines, la jeunesse corse semblait plongée dans une sorte de bonheur collectif. Pas toujours à la fête, une majorité des jeunes de l'île n'en revenait toujours pas : leurs candidats et leurs partis siégeaient enfin à la tête de l'assemblée locale. "

Vous êtes sérieux d’écrire des choses comme ça?
Soutien aux forces de l'ordre qui doivent lutter à Reims ou en Corse contre ces malfaisants.
Note : -2
Soutien aux forces de l'ordre qui doivent lutter à Reims ou en Corse contre ces malfaisants.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Donc en fait c'est comme d'hab : une histoire dont personne ne sait vraiment rien mais sur laquelle tout le monde a un avis tranché.
DocteurTherHappy Niveau : District
Le jour ou on supprimera la BAC , ce sera un grand pas vers la paix .
Ce corps policier n'est d'aucune utilité à part essayer de foutre le bordel dans les quartiers , de taper dans les recettes des dealers ( cf Bac à Marseille ) .

Dans ma ville t'en a un qui est bien connu pour faire ses saloperies , un lâche de compétition . Heuresment qu'à côté t'as des flics qui essayent vraiment de mettre en avant le dialogue ce qui est fondamental .
Le film la Haine retrace bien ces relations entre jeunes et flics , je trouve , la peur présente dans les deux clans , l'ego , ce combat de domination etc
Message posté par tamanoir
Soutien aux forces de l'ordre qui doivent lutter à Reims ou en Corse contre ces malfaisants.


Soutien aux supporters corses qui doivent lutter à Reims ou en Corse contre ces malfaisants.
Note : -1
Message posté par DocteurTherHappy
Le jour ou on supprimera la BAC , ce sera un grand pas vers la paix .
Ce corps policier n'est d'aucune utilité à part essayer de foutre le bordel dans les quartiers , de taper dans les recettes des dealers ( cf Bac à Marseille ) .

Dans ma ville t'en a un qui est bien connu pour faire ses saloperies , un lâche de compétition . Heuresment qu'à côté t'as des flics qui essayent vraiment de mettre en avant le dialogue ce qui est fondamental .
Le film la Haine retrace bien ces relations entre jeunes et flics , je trouve , la peur présente dans les deux clans , l'ego , ce combat de domination etc


On peut effectivement parler des agissements immondes de la BAC à Marseille.
On peut également parler des Corses qui ont littéralement gangréné et pourri la ville.
Je rêve d'un règlements de comptes BAC / truands corses (pléonasme ?). Sans survivants.
Go_Scousers Niveau : CFA
Ca rivalise d'intelligence et de prise de recul ici. On m'avait pourtant dit que le meilleur sur SoFoot c'était les commentaires.
Message posté par tamanoir
On peut effectivement parler des agissements immondes de la BAC à Marseille.
On peut également parler des Corses qui ont littéralement gangréné et pourri la ville.
Je rêve d'un règlements de comptes BAC / truands corses (pléonasme ?). Sans survivants.


ta femme est partie avec un Corse pour être présent sur tous les articiles en lien avec la Corse?
Si c'est le cas elle a bien fait
Message posté par maxmed15
ta femme est partie avec un Corse pour être présent sur tous les articiles en lien avec la Corse?
Si c'est le cas elle a bien fait


C'est exactement ça. Elle rêvait d'être avec une buse vivant uniquement de subventions, refusant de chanter la Marseillaise en novembre 2015 tout en chouinant qu'il y ait des matches le 5 mai. Elle a pas été déçue.
Message posté par tamanoir
C'est exactement ça. Elle rêvait d'être avec une buse vivant uniquement de subventions, refusant de chanter la Marseillaise en novembre 2015 tout en chouinant qu'il y ait des matches le 5 mai. Elle a pas été déçue.


Pour tout te dire, ta femme ne couche pas qu'avec un corse, elle couche aussi avec un grand Nordique.
Note : -1
"Après, on ne veut pas se "victimiser", on est les premiers à jouer sur la rivalité franco-corse" insiste Romain Paoli.

A dire vrai ce sont les seuls à entretenir cette connerie. Mais tout en étant irresponsables de leurs paroles et actes.
Ils se donnent le droit de raconter tout un tas d'inepties mais à contrario s'offusquent des conséquences que peuvent avoir leur idéologie et comportement.

J'ai trouvé les propos relayés par l'article choquants, donner la parole à ces mecs te plaçant "un nationaliste arrêté avant le match" ou "contexte anti corse" alors qu'un type à perdu un oeil, qu'on se serve de çà pour alimenter des âneries, çà craint.

En plus y a ce sentiment que le mec croit parler pour toute la Corse, ce n'est absolument pas le cas.

Politisation du football. Le mec s'en plaint alors que c'est devenu la spécialité Corse.

Et le discours sur les flics et l'interpellation, sérieux qu'il retourne dans ses montagnes sur son île, on a l'impression qu'il débarque de sa planète.

"On les a insulté toute la soirée et quand ils nous ont chopé ils ont été méchants". C'est un peu la règle mon poto, tu te fais serrer viens pas pleurer et assume. Là t'es plus dans un stade ou dans la rue, le spectacle est terminé.
Bigoudinho Niveau : DHR
Ma petite expérience de la BAC de Reims...

J'ai passé 5 ans dans cette ville et j'ai eu affaire 1 fois à eux. Ma copine et moi nous sommes fais agresser en rentrant de soirée pour avoir refusé de donner une cigarette à un type. Il venait d'un groupe à proximité, en partie ses copains, l'autre étant des personnes avec lesquels il venait déjà de s'embrouiller.
Il a mis à ma copine une gifle si violente qu'elle en est tombée par terre devant moi, j'ai évidemment vu rouge et me suis jeté sur lui. Au bout d'un moment, la BAC est arrivée et nous a séparés très brutalement.
Je leur ai demandé de faire quelque chose contre ce type qui agressait aveuglement qui passait devant lui, et leur réponse a été : "si tu fermes pas ta gueule c'est toi qu'on embarque!". Puis ils sont partis sans rien faire, même pas attendre que tout le monde se sépare, nous laissant à quelques mètres de notre agresseur. Ce même qui 30sec plus tard cassera une bouteille pour me menacer avec le tesson, "maintenant que la BAC est plus là".
Il ne s'est rien passé de plus et j'ai pu partir avec ma copine avec quand même une fracture de phalange, mais ça aurait pu devenir vraiment grave.

Il faudrait vraiment sélectionner un peu mieux les hommes de terrain de la BAC, qu'ils aient un peu plus de capacité de jugement d'analyse et de réflexion. Là on n'a que des tas de muscles qui n'ont suivi aucune formation (autre que les quelques mois pour devenir policiers "de base"), et qui ont demandé ce service pour la plupart parce qu'ils aiment la castagne. On ne peut pas faire régner l'ordre avec des types qui ont un attrait pour la frite, les rapports de force et l'adrénaline.

Alors bref, tout ça pour dire que je ne sais pas ce qu'il s'est passé après le match Bastia-Reims, mais que la BAC ait pu commettre des erreurs ne me surprendrait pas.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Je pense que l'auteur Thomas Andrei est d'une objectivité à toute épreuve sur ces évènements

https://twitter.com/thomas_andrei
d equateur Niveau : DHR
Pfffff ... bien navrant tout ça. Le phénomène de groupe, l'alcool, les carburants de la violence sont bien connus. Maintenant, et bien que le sujet ait été largement étudié par les sociologues, je ne comprends toujours pas pourquoi le foot, et UNIQUEMENT le foot, génère cette violence. On nous parle de sport populaire, d'éxutoire social, de symbole identitaire et nationaliste etc etc mais ça n'explique rien. A ma connaissance, cela n'existe dans aucun autre sport, nulle part. Pourtant, des suporters passionnés dans des pays pas toujours finaud, ça existe : hockey en Russie, basket aux States, Rugby en Australie ou en Af du Sud etc ; Je précise que je ne vais plus au stade depuis que mes enfants comprennent les "gros mots", atterré par ce que leurs jolies oreilles pouvaient entendre. Bref ... pourquoi le foot (que j'adore) est-il une telle machine à cons ? Si quelqu'un pouvait éclairer ma lanterne ...
Message posté par CARP2015
Pour tout te dire, ta femme ne couche pas qu'avec un corse, elle couche aussi avec un grand Nordique.


C'est également exact. Elle le préfère au Corse car elle le trouve un peu moins islamophobe.
Message posté par sox75
"Après, on ne veut pas se "victimiser", on est les premiers à jouer sur la rivalité franco-corse" insiste Romain Paoli.

A dire vrai ce sont les seuls à entretenir cette connerie. Mais tout en étant irresponsables de leurs paroles et actes.
Ils se donnent le droit de raconter tout un tas d'inepties mais à contrario s'offusquent des conséquences que peuvent avoir leur idéologie et comportement.

J'ai trouvé les propos relayés par l'article choquants, donner la parole à ces mecs te plaçant "un nationaliste arrêté avant le match" ou "contexte anti corse" alors qu'un type à perdu un oeil, qu'on se serve de çà pour alimenter des âneries, çà craint.

En plus y a ce sentiment que le mec croit parler pour toute la Corse, ce n'est absolument pas le cas.

Politisation du football. Le mec s'en plaint alors que c'est devenu la spécialité Corse.

Et le discours sur les flics et l'interpellation, sérieux qu'il retourne dans ses montagnes sur son île, on a l'impression qu'il débarque de sa planète.

"On les a insulté toute la soirée et quand ils nous ont chopé ils ont été méchants". C'est un peu la règle mon poto, tu te fais serrer viens pas pleurer et assume. Là t'es plus dans un stade ou dans la rue, le spectacle est terminé.


...que tu retournes en mode subway plusieurs mètres sous terre avec toutes les bonnes odeurs qui vont avec.
Message posté par Steak-frites
...que tu retournes en mode subway plusieurs mètres sous terre avec toutes les bonnes odeurs qui vont avec.


Rien à voir. Et faux qui plus est. Merci de rester dans le sujet ou d'au moins taunt correctement. Ou d'aller niquer tes morts c'est au choix.
phfranchini Niveau : Loisir
pauvre imbécile ,tu es la définition mème de l'imbécilité.
Message posté par sox75
"Après, on ne veut pas se "victimiser", on est les premiers à jouer sur la rivalité franco-corse" insiste Romain Paoli.

A dire vrai ce sont les seuls à entretenir cette connerie. Mais tout en étant irresponsables de leurs paroles et actes.
Ils se donnent le droit de raconter tout un tas d'inepties mais à contrario s'offusquent des conséquences que peuvent avoir leur idéologie et comportement.

J'ai trouvé les propos relayés par l'article choquants, donner la parole à ces mecs te plaçant "un nationaliste arrêté avant le match" ou "contexte anti corse" alors qu'un type à perdu un oeil, qu'on se serve de çà pour alimenter des âneries, çà craint.

En plus y a ce sentiment que le mec croit parler pour toute la Corse, ce n'est absolument pas le cas.

Politisation du football. Le mec s'en plaint alors que c'est devenu la spécialité Corse.

Et le discours sur les flics et l'interpellation, sérieux qu'il retourne dans ses montagnes sur son île, on a l'impression qu'il débarque de sa planète.

"On les a insulté toute la soirée et quand ils nous ont chopé ils ont été méchants". C'est un peu la règle mon poto, tu te fais serrer viens pas pleurer et assume. Là t'es plus dans un stade ou dans la rue, le spectacle est terminé.


1- "A dire vrai ce sont les seuls à entretenir cette connerie. Mais tout en étant irresponsables de leurs paroles et actes. "

"A dire vrai", non. Tu ne dis pas "vrai", tu dis ce que tu penses, d'un point de vue extérieur et partial.
Je vis à Paris depuis des années, le racisme et les préjugés anti-corse existent. Ils vont de ton "qu'il retourne dans ses montagnes sur son île" aux "sales corses on va vous éclater" entendus à Reims. Heureusement la plupart du temps c'est un racisme somme toute assez craintif, et ca va pas plus loin, sauf quand t'es de la BAC et que t'as un flashball dans les mains.

2- " Ils se donnent le droit de raconter tout un tas d'inepties mais à contrario s'offusquent des conséquences que peuvent avoir leur idéologie et comportement."
Encore une fois, tu parles d'inepties sans preuves.Tu penses connaître la vérité calmement assis derrière ton ordinateur.
Pour ce qui est de leur comportement, celui-ci se dégrade aux fils des relations tumultueuses qu'entretiennent la France et la Corse. La faute est mutuelle, et laisser des autonomistes tenter de régler des problèmes dont la France n'a aucun remèdes depuis longtemps n'est pas si illogique que ca. Ils ne pourront de toute manière pas faire pire que la situation dans laquelle nous sommes actuellement.

3- " "contexte anti corse" alors qu'un type à perdu un oeil, qu'on se serve de çà pour alimenter des âneries, çà craint. "
C'est la goutte d'eau. C'est le moyen et la preuve qu'il y a un problème sur le continent avec les Corses. J'étais pas sur les lieux, mais si ce qu'il dit est vrai, alors oui le contexte anti-corses existe, et oui, il est normal d'utiliser ce drame afin de dénoncer.

4- "Et le discours sur les flics et l'interpellation, sérieux qu'il retourne dans ses montagnes sur son île, on a l'impression qu'il débarque de sa planète."
C'est déjà le 3e ou 4e supporter qui perd un oeil dans ce genre de situation, en plus d'autres bavures policières sans rapport avec le foot. Il serait peut-être temps de dénoncer des policiers qui se prennent pour des Cow-boys.
On critique les USA qui ne punissent pas les policiers abattant des gens dans la rue, mais quand c'est en France on laisse passer. Un moment donné, si les flics continuent a faire ca, c'est en partie de notre faute, nous qui ne faisons rien pour arrêter ca.

5- "On les a insulté toute la soirée et quand ils nous ont chopé ils ont été méchants".
Des mecs t'insultent en bande tu réagis pas, t'attends juste qu'un petit groupe d'individus de la même origine soient en sous nombre pour débarquer et leur éclater la gueule par derrière.
Des cows boys castrés
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
656 26