Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Beach Soccer

Que s'est-il passé avec l'équipe de France de beach soccer ?

Du 9 au 19 juillet prochain se déroulera la huitième Coupe du monde FIFA de beach soccer. Une compétition à laquelle ne participera pas l'équipe de France qui ne s'est plus qualifiée pour la phase finale depuis 2008. Cette répétition d'échecs pourrait bientôt aboutir à la suppression de l'équipe.

Modififié
15 mai 2005, plage de Copacabana, Brésil. L'équipe de France de beach soccer, guidée par le « King » Cantona, remporte pour la première fois de son histoire la Coupe du monde FIFA contre le Portugal. Une consécration sur la terre, ou plutôt le sable, du football mondial. Rien que ça. Ce jour de gloire remonte désormais à dix ans. Depuis, cette équipe est tombée dans l'anonymat. Quelques grains de sable dans le maillot ont suffi à la stopper net dans son ascension. Après la Coupe du monde 2008 à Marseille, où elle a été éliminée en quart de finale par l'Italie, la sélection française a entamé sa longue traversée du désert.

Le départ du « King »


En 2009 et en dépit du charisme de Canto, les Bleus ne parviennent pas à se qualifier pour la Coupe du monde aux Émirats arabes unis. Un premier échec qui en appelle d'autres. L'année suivante, des joueurs de Ligue 1 tels que Sébastien Hamel, Jean-Christophe Devaux ou l'artiste paresseux Mickaël Pagis intègrent l'équipe. Dès lors, on se dit que la France va retrouver l'élite et ainsi conquérir un nouveau titre mondial. Que nenni. Encore une fois, les Bleus échouent dans l'obtention d'un billet pour la Coupe du monde 2011 et le pire reste à venir. Après leur campagne de qualification loupée, ils participent comme chaque année à l'Euro Beach Soccer League. Cette compétition voit s'affronter les meilleures équipes du Vieux Continent afin de les classer par niveau dans deux divisions distinctes. Avec la poisse qui les poursuit, les Français sont relégués en seconde division en 2010. La déception est immense et entraîne le départ d'Éric Cantona. Celui qui a donné ses lettres de noblesse au beach soccer en France décide de s'en aller. Une page se tourne. Orphelin de son roi, l'équipe de France poursuit tout de même son chemin, avec à sa tête un visage qui lui est familier.

Un coup en haut, un coup en bas


Suite au départ de Cantona, c'est Stéphane François qui prend les rênes des Bleus. Passé par Martigues en football amateur, François faisait partie de l'équipe championne du monde en 2005. Expérimenté et conscient du travail à réaliser, le nouveau coach parvient à faire remonter l'équipe de France en D1 de l'Euro Beach Soccer League en 2011. La suite est une savoureuse partie de yo-yo. En 2012, la France dégringole à nouveau en seconde division avec sept défaites au compteur. Suite à une modification des règlements de la compétition - merci Blatter et la FIFA - les Bleus remontent en première division pour l'année 2013. Les années qui suivent se ressemblent. À l'image de leurs grandes sœurs, les Coupes du monde 2013 à Tahiti et 2015 au Portugal refusent d'accueillir à leur table l'équipe de France. Pendant ce temps, cette dernière se maintient ric-rac en D1 européenne. Stéphane François continue d'intégrer de nouveaux joueurs dans son effectif et conserve l'espoir de redorer le blason des Bleus. Mais lui donnera-t-on le temps de le faire ? Pas si sûr.

Le compte à rebours a démarré


Une nouvelle qui n'a rien d'anodin, mais qui est passée totalement inaperçue. Le 27 avril dernier, la ligue Méditerranée de football a déclaré que la FFF allait « arrêter l'équipe de France de beach soccer » . Cette décision a été prise lors de son comité exécutif du 16 avril. Une annonce imprévisible qui a étonné le président de la ligue Méditerranée et chef de délégation de l'équipe de France de beach soccer, Alain Porcu. « On ne sait pas ce qui a motivé cette décision. Apparemment, notre dossier n'a pas été suffisamment défendu. C'est la seule explication. Et comme la Fédé cherche à faire des économies…  » , raconte-t-il, toujours surpris par cette nouvelle.


Alain Porcu et Stéphane François ont ensuite demandé un entretien avec Noël Le Graët. Le but, faire annuler la suppression de l'équipe. « Avec Stéphane, nous l'avons rencontré le 12 mai. On lui a fait part de notre surprise quant à décision du COMEX et on lui a demandé de revenir dessus. » Et cela semble avoir fonctionné. «  L'équipe de France de beach soccer va continuer d'exister jusqu'à la fin du mandat de la Ligue Méditerranée, c'est-à-dire 2016. Après cette date, une décision définitive sera prise sur l'avenir de l'équipe » , conclut Alain Porcu. Il reste donc un an aux Bleus des plages pour démontrer qu'ils méritent d'exister. La Fédé les a déjà supprimés une fois, elle n'hésitera pas à le refaire. Comme on écrase un pâté de sable.

Par Lhadi Messaouden
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié