1. //
  2. //
  3. // 6 août 2010
  4. // Rétro

Que reste-t-il des premiers Bleus de Blanc ?

Il y a 5 ans, Laurent Blanc avait fait de cette première liste un exemple, dépourvu des grévistes de Knysna, pour un amical en Norvège. Il avait appelé pour la première fois Blaise Matuidi, Mamadou Sakho, Yann M'Vila ou encore Charles N'Zogbia. Certains en ont profité, d'autres non.

4 19
Au siège de la fédération, Laurent Blanc parait bien sérieux. Il a enfilé une chemise bleu, claire mais pas trop, a coiffé ses cheveux en arrière, s'est occupé de sa barbe tout en prenant soin de laisser une petite mouche triangulaire sous sa lèvre inférieure. Une première liste en tant que sélectionneur de l'équipe de France, cela se soigne. Tant sur la forme que sur le fond. En égrainant une liste de 22 noms, forte de seize joueurs de Ligue 1 et dépourvue de l'ensemble des mondialistes sud-africains en attendant les sanctions de la Fédération, Blanc joue gros. Il doit buriner le colosse aux pieds d'argile de l'ère Domenech (Gallas, Abidal, Toulalan, Henry pour ne citer qu'eux), tout en introduisant de nouvelles têtes censées représenter l'avenir des Bleus. Un boulot ingrat fait de paris sur la jeunesse - Nicolas Douchez est le seul trentenaire du lot - et aussi, forcément, de ratés. Car oui, tout séduisant qu'est Laurent Blanc en ce vendredi 6 août 2010, l'histoire d'amour de ses joueurs avec le maillot frappé du Coq ne peut se juger qu'à l'épreuve du temps.

  • Les maqués



    À l'aube du premier rendez-vous, ils étaient fiévreux. Appliqués, ils se sont préparés physiquement, d'abord, puis mentalement, ensuite, pour encaisser le choc d'une valse chaude dès le premier soir face à la Norvège. Cinq ans plus tard, les grands gagnants de la sélection Blanche sont sept : Mamadou Sakho, tout juste sorti des Espoirs à l'époque et appelé pour la première fois chez les grands. Il compte aujourd'hui 26 sélections et un statut de leader remis en question par le pedigree de ses concurrents directs, quoique jouer à Manchester City ne soit parfois pas gage de performance. Stephane Ruffier, l'air de rien, était titulaire face à la Norvège. Solidement installé sur sa position de gardien de la bonne entente des gardiens, autrement dit la troisième, il côtoie depuis plusieurs années à Clairefontaine Blaise Matuidi, Moussa Sissoko et Yohan Cabaye, un triptyque auquel Deschamps n'aura jamais touché un cheveu. La semi-moumoute de Karim Benzema en Géorgie, elle, aura fait parler. Une preuve de plus que le laissé pour compte de Domenech a trouvé sa place en attaque sous l'égide de Blanc et Deschamps, protecteurs jusqu'au bout de ses 1222 minutes de disette. En défense, Mathieu Debuchy fêtait lui aussi à l'époque sa première sélection. Ô, relation compliquée que cette dernière, entrecoupée de blessures et de rendrez-vous manqués. Debuchy ou l'inconstance d'un Dom Juan aux cheveux de glaise quasi-suppléé par un divin chauve et un homme qui porta les tresses pendant près de cinq ans. Il faut le faire.

  • Ceux qui ont rompu en douceur



    De cette soirée des premiers émois, certains sont repartis la queue entre les jambes. Non pas qu'ils étaient repoussants, non ! C'est juste qu'ils… ne collaient pas. L'histoire démarrait bien et la complicité était évidente, comme en témoigne cette retournée acrobatique d'Adil Rami un soir de France - Croatie. Seulement le couple qu'il formait avec Philippe Mexes ne pouvait fonctionner qu'à deux, et la blessure de l'un à la retombée entraina la chute de l'autre. Jérémy Menez s'est perdu tout seul, à l'échauffement pendant l'Euro 2012. C'est d'ailleurs peut-être avant cela que le fil s'était rompu avec le maillot des Bleus, mais le match de suspension dont il écopa fit office de lettre de rupture. Lassana Diarra était pour ainsi dire un habitué de l'équipe de France, et culminait déjà à 27 sélections avant le match amical face à la Norvège. Souffrant de la comparaison avec Cabaye et Matuidi, il s'est ensuite perdu en Russie, non loin de la frontière chinoise qu'a décidé de franchir Guillaume Hoarau en 2013 après cinq petites sélections. Avec seize joueurs de Ligue 1 dans sa liste, le Professeur pratiquait déjà à l'époque la préférence nationale.

  • Les coups d'un soir… ou deux



    Ceux-là étaient des accidents de parcours comme il en existe parfois dans une vie amoureuse, comme lorsque l'on se rend compte que l'infirmière emballée la veille au soir a gardé ses Crocs roses et bleues pour le petit déjeuner. Aly Cissoko, Rod Fanni, Charles N'Zogbia et Nicolas Douchez sont de celles-là. Plus jamais convoqués en Équipe de France après la Norvège, on peut dire après coup qu'ils étaient là pour « faire le nombre » comme on dit. Jimmy Briand, lui a été rappelé à une seule reprise, deux ans plus tard, à l'occasion d'un match amical face à l'Uruguay. Il était entré à la 77ème minute. Voilà.

  • Ceux qui, s'ils avaient su, ils auraient pas venu



    Yann Mvila, Samir Nasri. Deux noms à cinq lettres qui ont le mérite de faire frissonner sans distinction les amoureux du football léché et les allergiques des grosses têtes. Deux histoires de bonhommes au talent plus grand qu'eux, qui, à défaut de faire gonfler leurs cuisses, auraient vu leur chevilles enfler, dit-on. Deux histoires de suspensions, également : un an et demi pour le premier, trois matchs pour l'autre, qui a fini par arrêter lui-même une histoire d'amour terminée depuis longtemps. Comme le dernier caprice orgueilleux d'un homme largué par sa belle…

  • Ceux qui reviennent, repartent, reviennent, repar…



    Et puis il y a les ex. Ceux avec qui on aime passer du bon temps, comme Benoit Tremoulinas, ceux que l'on invite faute de mieux lorsque les petits jeunes ne sont pas là, comme Loïc Remy, et les récalcitrants, transits d'amour mais gaffeurs une fois revenu, comme Hatem Ben Arfa. Si le premier parait bien parti pour se refaire une santé auprès de la Dèche, les deux suivants n'entrent pas dans les plans premiers d'un sélectionneur soucieux de préparer la jeune génération à l'Euro 2016 à la maison.

    Par Théo Denmat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • ReadySteadyGo Niveau : District
    Apparemment la Benz avait prévu qu'il allait se faire chier...
    Note : 1
    Mexes, je m'en remettrais jamais.
    Je reste persuadé qu'il avait les qualités pour être le patron de défense des bleus pendant quinze ans.
    Costaud, bon de la tête, bonne relance, technique balle au pied... Si il avait moins eu une tête de con, ii aurait vraiment fait beaucoup mieux.
    Attaque-Defonce Niveau : CFA
     //  20:01  //  Hooligan de la France
    Message posté par Pacoloco
    Mexes, je m'en remettrais jamais.
    Je reste persuadé qu'il avait les qualités pour être le patron de défense des bleus pendant quinze ans.
    Costaud, bon de la tête, bonne relance, technique balle au pied... Si il avait moins eu une tête de con, ii aurait vraiment fait beaucoup mieux.


    Tu peux remercier Domenech pour ça. En 2006, c'est simplement le meilleur défenseur de Série A. A la Roma, il était énorme. Il est arrivé en sélection beaucoup trop tard, et Domenech, lorsqu'il a été obligé de l'appeler, le mettait dans les pires conditions possibles, comme contre l'Autriche où il le met Axial gauche et Gallas axial droit, alors que Gallas est justement un axial gauche et Mexes un droit, comme s'il voulait à tout prix le voir se rétamer pour sortir son célébrissime "je vous l'avais dit".
    Mine de rien j'aimais bien l'équipe de France sous Blanc. Il avait formé un noyau dur avec pas mal de jeunes et ca jouait pas mal.
    Sa grosse erreur a été de ne pas aller au bout de ses convictions de jeu contre l'Espagne en 2012. Malgré cela, j'aurais préféré qu'on fasse dans la continuité de son projet et qu'il continue plutôt que de mettre Deschamps de suite.
    "Aly Cissoko, Rod Fanni, Charles N'Zogbia et Nicolas Douchez sont de celles-là. Plus jamais convoqués en Équipe de France après la Norvège, on peut dire après coup qu'ils étaient là pour « faire le nombre » comme on dit."

    Ah oui et N'Zogbia, il joue et marque contre la Pologne !

    "En défense, Mathieu Debuchy fêtait lui aussi à l'époque sa première sélection. Ô, relation compliquée que cette dernière, entrecoupée de blessures et de rendrez-vous manqués. Debuchy ou l'inconstance d'un Dom Juan aux cheveux de glaise quasi-suppléé par un divin chauve et un homme qui porta les tresses pendant près de cinq ans. Il faut le faire."

    Cher journaliste, cite-moi un match raté de Debuchy en EDF et on discutera au lieu de le mettre en concurrence avec 2 mecs qui n'ont jamais rien prouvé en sélection comme Sagna ou Jallet !!!

    Alors, c'est bien beau (idée louable) de juger ceux qui ont participé à ce 1er match de l'ère Blanc : entraîneur que tous les footix ont oublié pour célébrer Deschamps à la sauce Le Graet encore faut-il vérifier ce qu'on écrit, quel amateurisme de journaliste sur NZogbia et quand je vois le commentaire sur Debuchy, je n'ai pas l'impression de lire So Foot mais plutôt ce magazine devenu un torchon : je parle de France Football, j'ai acheté le guide et franchement c'est devenu super nul.
    "Mamadou Sakho, tout juste sorti des Espoirs à l'époque et appelé pour la première fois chez les grands. Il compte aujourd'hui 26 sélections et un statut de leader remis en question par le pedigree de ses concurrents directs, quoique jouer à Manchester City ne soit parfois pas gage de performance"

    Sakho est à Liverpool, j'ai commencé par ce paragraphe, c'est difficile de continuer quand on lit ca
    Message posté par Pacoloco
    Mexes, je m'en remettrais jamais.
    Je reste persuadé qu'il avait les qualités pour être le patron de défense des bleus pendant quinze ans.
    Costaud, bon de la tête, bonne relance, technique balle au pied... Si il avait moins eu une tête de con, ii aurait vraiment fait beaucoup mieux.


    On dit de lui qu'il préfère la bonne bouffe a l'entrainement et qu'il manque de professionnalisme. Peut etre vrai maintenant, mais pas au début de sa carrière.
    Son echec dans le foot (compte tenu qu'il aurait pu être la référence mondiale a son poste)
    est pour moi dû a deux choses:
    De une, génération post 98. Enormes attentes sur lui, la relève de Blanc. mais en même temps, intégration tardive car on ne veut pas déloger un champion du monde (leboeuf). Il Debarque en 2002, La periode ou tout s'ecroule en equipe de france, et on le descend aussi vite qu'on l'a fait grimper. Peut etre qu'avec un moral en acier il aurait surmonté ca, mais des joueurs
    moins bien armés mentalement font des carrières de fou, juest en evitant ce genre de coup dur psychologique, dommage.

    Deuxiemement, la malédiction des défenseurs centraux avec une lecture du jeu supérieur a la moyenne mais mal entourrés.
    Le genre de mecs capable de sentir que son collègue va se trouver, et de tenter de colmater la breche.
    Du coup, quand le colmatage foire (ca arrive forcément), il passe pour le responsable aux yeux du plus grand nombre, car c'est a lui qu'il a manqué quelques centimetres pour sauver le but.
    J'ai clairemement souvenir de matchs en edf ou ca s'est passé comme ca pour lui, a coté d'un gallas ou je ne sais quoi.
    La comparaison extreme (car on n'est quand meme sur un joueur qui présente d'autres lacunes), c'est koscielny. En plan large, on voit tres bien ses anticipations et ses déplacements vraiment bien senti, des interceptions ḧautes qui sauvent énormement de situation chaudes, etc...
    Après ca se termine souvent en kung fu quand il est trop juste, mais c'est une autre histoire.
    J'espere vraiment que varane ne sera pas victime du même sort.
    Message posté par 44fcn
    "Mamadou Sakho, tout juste sorti des Espoirs à l'époque et appelé pour la première fois chez les grands. Il compte aujourd'hui 26 sélections et un statut de leader remis en question par le pedigree de ses concurrents directs, quoique jouer à Manchester City ne soit parfois pas gage de performance"

    Sakho est à Liverpool, j'ai commencé par ce paragraphe, c'est difficile de continuer quand on lit ca


    J'ai eu du mal également à la première lecture mais je pense que l'on peut supposer que c'est ici une allusion à Mangala.
    space_ritual Niveau : DHR
    Message posté par 44fcn
    "Mamadou Sakho, tout juste sorti des Espoirs à l'époque et appelé pour la première fois chez les grands. Il compte aujourd'hui 26 sélections et un statut de leader remis en question par le pedigree de ses concurrents directs, quoique jouer à Manchester City ne soit parfois pas gage de performance"

    Sakho est à Liverpool, j'ai commencé par ce paragraphe, c'est difficile de continuer quand on lit ca


    t'as mal compris, à la fin ça parle de "concurrents directs", sûrement une allusion à Mangala qui joue à City.
    Message posté par 44fcn
    "Mamadou Sakho, tout juste sorti des Espoirs à l'époque et appelé pour la première fois chez les grands. Il compte aujourd'hui 26 sélections et un statut de leader remis en question par le pedigree de ses concurrents directs, quoique jouer à Manchester City ne soit parfois pas gage de performance"

    Sakho est à Liverpool, j'ai commencé par ce paragraphe, c'est difficile de continuer quand on lit ca


    C'est un sous-entendu concernant Mangala qui joue à Man. City...
    GuusGardiola Niveau : District
    A l'exception de quelques uns, la grande majorité d'entre eux ont énormement de talents mais on eu à un moment donné des facteurs plus ou moins determinant qui ont fait basculer du "mauvais" côtè leurs carrières, et souvent la presse y a joué un (grand) rôle...
    Méxès est un des exemples, c'est dommage car c'était quand même quelque chose.

    Un axe de Ruffier-Koscielny-Varane moi ca me parle bien
    Ruffier pour encadrer Varane et Kos accessoirement
    et Kos pour proteger Varane

    Note : 1
    Varane il se fait défoncer à l'épaule par des mecs comme Mertens.

    On verra quand il aura 4-5 kilos de muscles de plus.

    Sinon, Blanc avait presque tout bon, il aurait pu être champion d'Europe sans la trahison de Reveillère qui oublie de couvrir Debuchy en défonçant Jordi Alba.

    Tout le monde se souvient de lui comme de l'homme humilié par Mancini (pas le coach de l'inter). Alors qu'en fait, il est l'homme qui nous coûte l'euro 2012.
    Message posté par darkpi
    Mine de rien j'aimais bien l'équipe de France sous Blanc. Il avait formé un noyau dur avec pas mal de jeunes et ca jouait pas mal.
    Sa grosse erreur a été de ne pas aller au bout de ses convictions de jeu contre l'Espagne en 2012. Malgré cela, j'aurais préféré qu'on fasse dans la continuité de son projet et qu'il continue plutôt que de mettre Deschamps de suite.


    Mouais. La chance de Blanc, c'est d'être passé après Domenech. Ray avait accumulé tant de haine contre lui que même Anigo aurait été populaire en lui succédant. Bah Blanc, ça a été pareil. Pas de fond de jeu, des victoires à l'arrachée contre les équipes B ou C de quelques sélections prestigieuses, une qualif pour l'euro très laborieuse alors qu'on avait sans doute le groupe d'éliminatoires le plus facile depuis celui de l'Euro 2004. Même l'histoire des quotas n'a pas atteint sa cote de popularité.

    Et à l'Euro, on a bien vu contre la Suède que tout ce qui avait été fait en deux ans était d'une fragilité extrême. Aucune motivation des mecs, un état d'esprit pire qu'en 2010, le néant sur le terrain.

    Le match contre l'Espagne est une défaîte logique face au favori de la compèt, mettre Réveillère et Debuchy, c'est un coup de poker tactique, j'aurais pas tellement envie de blâmer Blanc là-dessus, il a essayé un truc qui ne paraissait pas si con que ça sur le papier, si ça avait réussi, on aurait tous crié au génie. Par contre, 0 occase en 90 minutes, même contre le tenant du titre, c'est honteux.
    Dis Pelusa : tu crois vraiment ce que t'écris : "Aucune motivation des mecs, un état d'esprit pire qu'en 2010, le néant sur le terrain"

    T'avais quel âge en 2010 : 6 ans ?

    Comment peux-tu comparer les prestations imbuvables de l'équipe de Domenech de 2004 à août 2005 et d'août 2006 à juin 2010 ? Blanc n'a eu la sélection que 2 ans simplement car la vieille Noëlle ne l'aimait pas car quart de finaliste d'un euro en tombant contre le futur vainqueur était considéré comme moins bien que quart de finaliste d'un mondial où t'affrontes le terrible Honduras en poules et l'extraordinaire Nigéria en huitièmes ou encore que l'élimination pitoyable à l'euro 2008 ou cette honte de 2010.

    C'est facile d'attaquer Blanc et de le comparer à Anigo mais au moins Blanc avait placé le jeu au centre de sa philosophie avec davantage de milieux créateurs que sous l'ère Domenech : ça jouait bien mieux qu'avant et ne me dis pas que sous Deschamps, c'est mieux hormis le seul match contre la Suisse.
    Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
    Message posté par Attaque-Defonce


    Tu peux remercier Domenech pour ça. En 2006, c'est simplement le meilleur défenseur de Série A. A la Roma, il était énorme. Il est arrivé en sélection beaucoup trop tard, et Domenech, lorsqu'il a été obligé de l'appeler, le mettait dans les pires conditions possibles, comme contre l'Autriche où il le met Axial gauche et Gallas axial droit, alors que Gallas est justement un axial gauche et Mexes un droit, comme s'il voulait à tout prix le voir se rétamer pour sortir son célébrissime "je vous l'avais dit".


    Argument fallacieux,car contre l'Autriche (une des prestations les plus indignes de l'équipe de France depuis que je regarde le foot,c'est à dire environ 20 ans.France-Eire 2009 n'était pas mal non plus) c'est à l'occasion de phases n'ayant rien à voir avec sa position sur le terrain qu'il effectue deux erreurs grotesques.Une en manquant clairement d'agressivité sur un coup franc indirect,ainsi qu'une seconde ou il ceinture un adversaire et provoque un penalty sur...corner.Inédit à ce niveau de la compétition.
    Message posté par .Pelusa.


    Mouais. La chance de Blanc, c'est d'être passé après Domenech. Ray avait accumulé tant de haine contre lui que même Anigo aurait été populaire en lui succédant. Bah Blanc, ça a été pareil. Pas de fond de jeu, des victoires à l'arrachée contre les équipes B ou C de quelques sélections prestigieuses, une qualif pour l'euro très laborieuse alors qu'on avait sans doute le groupe d'éliminatoires le plus facile depuis celui de l'Euro 2004. Même l'histoire des quotas n'a pas atteint sa cote de popularité.

    Et à l'Euro, on a bien vu contre la Suède que tout ce qui avait été fait en deux ans était d'une fragilité extrême. Aucune motivation des mecs, un état d'esprit pire qu'en 2010, le néant sur le terrain.

    Le match contre l'Espagne est une défaîte logique face au favori de la compèt, mettre Réveillère et Debuchy, c'est un coup de poker tactique, j'aurais pas tellement envie de blâmer Blanc là-dessus, il a essayé un truc qui ne paraissait pas si con que ça sur le papier, si ça avait réussi, on aurait tous crié au génie. Par contre, 0 occase en 90 minutes, même contre le tenant du titre, c'est honteux.


    Ah ouais quand même... Blanc a reconstruit toute l'EdF, il est tombé sur une des meilleures équipes de l'histoire (collectivement parlant) à l'Euro, il est sorti normal (je suis d'accord avec toi), Rami éliminant l'équipe à lui seul (remember la façon dont Pedro le passe, même un plot aurait plus résisté).
    Maintenant on peut parler de Raymond la science qui aura quand même été une sacrée blague mais la Dech en fait quand même des belles aussi : on peut parler de son formidable milieu Cabaye-Sissoko-Matuidi, de son 4-3-3 avec 3 attaquants de pointe (Lacazette, Griezmann), de sa qualif ultra chanceuse à l'Euro (parce qu'un doublé de Sakho ça arrive aussi souvent qu'un doublé de Thuram), du passe droit de Sagna voire Valbuena (qui sans être mauvais est pas exceptionnel) (bon Blanc c'était avec Diarra) etc. Le jour où on arrêtera de jouer en 4-3-3 avec 2 ailiers qui savent pas jouer à ce poste, trois six (disons 2 et demie) et un arrière droit potable, peut être que le jeu de l'EdF fera moins vomir
    Message posté par Cheric Zghemmfour


    Argument fallacieux,car contre l'Autriche (une des prestations les plus indignes de l'équipe de France depuis que je regarde le foot,c'est à dire environ 20 ans.France-Eire 2009 n'était pas mal non plus)


    Je t'arrête tout de suite tu as oublié le France - Tunisie de 2010 je me souviens encore du Planus - Squillaci - Planus - Squillaci - Planus - Clichy - Planus - Sagna - Squillaci - Lloris - Squillaci...
    Message posté par waddle35
    Dis Pelusa : tu crois vraiment ce que t'écris : "Aucune motivation des mecs, un état d'esprit pire qu'en 2010, le néant sur le terrain"

    T'avais quel âge en 2010 : 6 ans ?

    Comment peux-tu comparer les prestations imbuvables de l'équipe de Domenech de 2004 à août 2005 et d'août 2006 à juin 2010 ? Blanc n'a eu la sélection que 2 ans simplement car la vieille Noëlle ne l'aimait pas car quart de finaliste d'un euro en tombant contre le futur vainqueur était considéré comme moins bien que quart de finaliste d'un mondial où t'affrontes le terrible Honduras en poules et l'extraordinaire Nigéria en huitièmes ou encore que l'élimination pitoyable à l'euro 2008 ou cette honte de 2010.

    C'est facile d'attaquer Blanc et de le comparer à Anigo mais au moins Blanc avait placé le jeu au centre de sa philosophie avec davantage de milieux créateurs que sous l'ère Domenech : ça jouait bien mieux qu'avant et ne me dis pas que sous Deschamps, c'est mieux hormis le seul match contre la Suisse.


    Hi hi hi... Non, j'ai pas six ans. Par contre, j'ai une bonne mémoire.

    J'espère que tu ne vas pas comparer les groupes qu'on s'est tapés à l'euro 2008 et au mondial 2010 avec celui qu'on a eu à l'euro 2012... Blanc a eu les meilleurs tirages au sort de l'histoire récente des Bleus, tant en éliminatoires qu'à l'Euro, c'est tout. En 2008, c'est Pays-Bas, Italie et Roumanie, soit le groupe de la mort. En 2010, on a l'Uruguay, soit la meilleure équipe sudam du moment (4ème de la compèt et vainqueur de la Copa America l'année d'après), le Mexique qui quelle que soit sa poule parvient TOUJOURS en huitièmes et le pays organisateur, c'est pas parce que la presse nous a vendu un groupe facile que ça en était vraiment un.

    T'as vu le groupe de qualif' pour l'Euro 2012 ? Et la poule qu'on a eu, avec une Angleterre moribonde, et deux équipes qui n'ont participé ni au mondial précédent ni au suivant ? Un groupe aussi simple, Domenech n'y a eu droit qu'au Mondial 2006. Pareil pour les qualifs. Je veux bien qu'on me cite une poule aussi simple d'éliminatoires que celle que Blanc a eu pour sa prise de fonction. J'en vois pas depuis le mandat de Santini.

    La comparaison Blanc-Deschamps, on peut la faire. Visiblement, t'as retenu que le match contre la Suisse de l'ère DD. Je t'affirme que les deux confrontations contre l'Espagne ou le retour contre l'Ukraine sont des prestations immensément plus convaincantes au niveau du jeu que tout ce qu'on a eu sous Blanc. Libre à toi de ne pas être d'accord.

    C'est là qu'on voit que ce que j'ai écrit plus haut est vrai : vu qu'il arrivait après Domenech, Blanc n'avait absolument rien à faire. Il n'y avait pas de jeu, on a affronté que des équipes de seconde zone, l'état d'esprit était aussi pourri que sous Domenech, mais comme Ray n'était plus là, tout le monde était content quand même.

    Putain, le type prend un groupe après Knysna, n'importe quel coach aurait été capable de leur dire "maintenant, les mecs, je veux que vous soyez irréprochables" et dès les poules de la compèt suivante, le match contre la Suède... Bref, travail sur les mentalités, zéro. Résultats, zéro. Jeu pratiqué, allez, un ou deux et je suis sympa.

    De surcroît, tu mélanges un peu tout. Deschamps a été prolongé AVANT la Coupe du Monde, donc rien à voir avec le fait que la fédé préfère un quart de Coupe du Monde à un quart d'Euro. J'ajouterai que pour ce Mondial, l'EdF a été privée sur blessure de son meilleur joueur. Etait-ce le cas pour l'Euro 2012 ? Mmmm... J'ai comme un doute.
    La grosse différence entre Blanc et Deschamps c'est que le premier a fais le pari d'emmener les sales gosses (menez, Ben arfa, nasri, mvilla) dans une compet internationale. La qualité du jeu proposée était d'ailleurs pas plus mauvaise (pour pas dire meilleure) que celle produite par la bande a dd. Dd lui ne préfère pas prendre le risque de devoir gérer des égos difficiles et s'enferme même dans des choix plus que discutables (coucou Cabaye, et Sagna). Depuis la défaite (et y'a pas de quoi de rougir) contre l'Espagne en 2012 l'équipe de France n'a absolument pas progresser dans le jeu, malgré l'arrivée de quelques rookies et l'avènement de certains "cadres".Bref c'est plus qu'inquiétant a un an de l'Euro chez nous!
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    4 19