En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // Am. Sud
  2. // Copa Libertadores
  3. // Résumé

Que paso en Copa Libertadores ?

Alors que la semaine européenne battait son plein, on jouait aussi de l’autre côté de l’Atlantique en Copa Libertadores. On y a vu, en vrac, un River Plate conquérant, de vieilles gloires en pleine forme, des ambiances bouillantes, des tacles à la carotide et plein d’autres gourmandises.

Modififié

  • Le joueur de la semaine : Lucho González

  • On le disait fini, mais il faut croire que l’ancien Marseillais se refait la cerise au Brésil ! Sous les couleurs de l’Atlético Paranaense. Il vient même de frapper fort en inscrivant de la tête l’unique but de la victoire de son club face à San Lorenzo (1-0). À trente-six ans, El Comandante est dans la forme de sa vie, puisqu'il vient déjà d’inscrire son troisième but de la compétition (l’Atlético Paranaense est passé par les tours préliminaires). De quoi permettre à son club de s’installer en tête du groupe. C’est plus dur pour San Lorenzo, vainqueur de l’épreuve en 2014 qui s’incline pour la seconde fois en deux matchs.

    Vidéo


  • L’équipe : Universidad Catolica

  • Dans le même groupe, qui est peut-être bien celui de la mort, la Catolica, champion du Chili en titre, recevait Flamengo l’un des ogres de la compétition. Il faut dire qu’avec des joueurs comme Diego, Paulo Guerrero ou le Colombien Berrio, vainqueur l’an passé avec l’Atlético Nacional, le Fla a une bonne gueule de favori. D’autant que lors de sa première sortie, Flamengo avait atomisé San Lorenzo 4-0. Mais le club carioca n’a pas réussi à imposer sa domination au pied de la Cordillère face à une « Franja » bien organisée. Dans un stade San Carlos de Apoquindo en fusion, les Chiliens ont tenu bon, avant d’asséner un coup de poignard aux Brésiliens à la 75e minute. Sur un coup franc bien exécuté par Chapita Fuenzalida, Santiago Silva vient placer un coup de casque victorieux. Et installe la UC en tête du groupe avec l’Atlético Paranaense.

    Vidéo


  • Le tacle assassin : Jorge Wilstermann

  • La tolérance arbitrale est aussi ce qui fait le charme et le folklore de la Libertadores . Ainsi, cette semaine, on a vu le match entre le Barcelona Guyaquil et l’Atlético Nacional dégénérer en baston générale sans que personne ne s’en inquiète outre-mesure. Mais on a surtout vu un attentat du défenseur bolivien du Jorge Wilstermann, Ponce, sur le pauvre Borja de Palmeiras. Une simple biscotte pour un tacle assassin : même s'il semble retenir son geste à la fin, Ponce s’en sort bien.



  • La surprise : Zulia

  • D’un côté, le Nacional Montevideo, grand club sud-américain, plusieurs fois vainqueur de l’épreuve. De l’autre, le Deportivo Zulia champion du Venezuela, le parent pauvre continental. Autant dire que les pronostics allaient plutôt en faveur du club de cœur de l’immense Álvaro Recoba. Sauf que les Vénézuéliens, qui avaient perdu leur premier match face à Chapecoense, ont réalisé le hold-up parfait en s’imposant 1-0 en terre celeste. À souligner, le bon match de Juan Arango, l’ancien 10 du Borussia Mönchengladbach, retourné au pays pour finir sa carrière.


  • Le golazo : Botafogo

  • Les enthousiastes y verront un but à la Olive et Tom, les cyniques observeront plus prosaïquement un premier geste raté par Bruno. Il n’empêche que c’est bien un double retourné qu’ont offert Bruno et Roger, les deux joueurs du Botafogo pour ouvrir le score face à Estudiantes (score final 2-1 pour les Brésiliens).


    Vidéo


  • Et sinon : Que paso ?

  • - Pour son entrée en matière, River Plate n’a pas fait dans la dentelle. Sur un terrain qui ressemblait davantage à un pédiluve qu’à une pelouse, les Argentins ont fait le taff en battant 3-1 l’Independiente.

    Vidéo

    - Mauvaise semaine pour la ville de Pablo Escobar, puisque l’autre club du cru, l’Atlético Nacional, a débuté par une défaite à Guayaquil face à Barcelona (2-1). Les tenants du titre risquent d’avoir beaucoup de mal à le garder. Dépouillés de leurs meilleurs joueurs cet hiver, ils ont perdu Berrio parti au Flamengo, tandis que Borja et Guerra signaient à Palmeiras.

    - Pour son premier match à domicile en tournoi international depuis la tragédie du 28 novembre passé, Chapecoense s’est incliné (1-3) face à Lanus. Mais l’essentiel est sans doute ailleurs. Il y avait beaucoup d’émotion jeudi soir à l’Arena Conda. Une heure avant le coup d’envoi, les joueurs sont arrivés en bus, escortés par des supporters qui agitaient des fumigènes verts. Puis ils se sont présentés sur le terrain, vêtus d’un maillot noir. Comme un dernier hommage.

    Par Arthur Jeanne
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié



    il y a 3 heures OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 4
    il y a 3 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur le Classico 1 Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 27
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 20 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 16