En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Que faire de Thierry Henry ?

Thierry Henry doit-il se blesser avant la Coupe du Monde ? Clairement, l'attaquant de Barcelone n'est plus indispensable aux Bleus. Pire, il en est même devenu un boulet. Parce que son statut, son passé, et surtout son brassard lui assurent une place de titulaire dans le onze tricolore. Il faut donc faire jouer Thierry Henry. Mais où ?

Modififié
Soyons clairs. Face à l'Espagne, Thierry Henry n'a pas été moins bon que ses collègues. Mais il est évident qu'il n'a pas été à la hauteur. Le problème, c'est que Thierry Henry est capitaine de l'Equipe de France. Par conséquent, il n'est pas soumis à la même concurrence que les autres. Il sera titulaire à la Coupe du Monde contre vents et marée. Quitte à sacrifier les vrais piliers des Bleus.

Parti pour occuper le flanc gauche de l'Equipe de France dans un système en 4-2-3-1, qui sera quoi qu'il arrive le schéma sur lequel s'appuiera Domenech au Mondial, Thierry Henry crée malgré lui un embouteillage. Son style de jeu n'est pas fait pour ce poste, même si c'est celui auquel il évolue en Catalogne. Le passé l'a déjà prouvé : en 2002, Roger Lemerre l'avait également positionné dans ce couloir, pour le résultat que l'on sait. Thierry Henry n'est pas un ailier : il ne déborde pas et ne sait pas centrer. Et encore moins du pied gauche. Utilisé dans ce rôle de piston, le seul atout qu'il reste à Thierry Henry est sa vitesse. Sauf que l'ancien Gunner n'a plus ses jambes de 20 ans. Au lieu d'écarter le jeu, il rentre donc presque systématiquement vers l'intérieur, soit pour chercher une hypothétique frappe, soit pour jouer en retrait. Résultat, les attaques de l'Equipe de France se concentrent uniquement dans l'axe et deviennent aussi prévisibles que le crash de l'UMP aux Régionales.

Pendant que Domenech s'entête à faire jouer son capitaine dans un rôle à la Diomède, Ribéry, lui, traîne son mal-être sur le côté droit. Et Malouda se morfond sur le banc. Plusieurs mois maintenant que la star du Bayern demande à changer de couloir, et que le joueur de Chelsea affiche une forme éblouissante. Les solutions ne manquent donc pas. Mais en Equipe de France, il y a une hiérarchie, et le sélectionneur national a toujours placé Henry en haut de celle-ci, notamment lorsqu'il a fallu trancher (cf épisode Trezeguet). Le fait qu'il ait choisi de faire de Thierry Henry son capitaine le prouve : le Catalan est le joueur clé de Domenech, pour ne pas dire son chouchou. Quand le mari d'Estelle Denis dit qu'il se réjouit du fait que le Guadeloupéen joue de moins en moins à Barcelone, alors qu'il ne cesse de clamer qu'il est nécessaire d'être titulaire en club pour prétendre à une place en Bleu quand on l'interroge sur le cas Vieira, il envoie un signal fort. Henry est intouchable. S'il ne joue pas à gauche, il jouera donc en pointe.


Et là encore, c'est le casse-tête, car il faudra sacrifier quelqu'un (Anelka ?). Quelqu'un qui est meilleur que lui au poste de numéro 9 à l'heure actuelle. C'est le cas du numéro 39 des Blues, mais également celui de Benzema, qui devrait selon toute vraisemblance être cantonné à des bouts de matchs en Afrique du Sud. S'il reste un excellent buteur, Henry, à 32 ans, n'a plus la caisse pour jouer 90 minutes seul en pointe. Voilà pourquoi aujourd'hui il serait plus utile à l'Equipe de France dans un rôle de joker. Sur 20 minutes, son expérience et son sang froid pourraient débloquer des situations difficiles. Mais rien ne sert de rêver, Domenech ne prendra jamais la décision de placer son joueur fétiche sur le banc, compte tenu du rôle qu'il a joué durant la campagne de qualifications. Nous voilà donc devant un beau casse-tête. Et si la solution émanait alors du principal intéressé ? Celui-là même qui a admis après le match de l'Espagne ne pas être à 100% à l'heure actuelle. Pour Thierry Henry, c'est peut-être l'occasion ou jamais de prouver à la France entière qu'il n'est pas le joueur individualiste pour lequel on veut le faire passer. Chiche ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17