En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

Que ça vous plaise ou non, André-Pierre Gignac est indispensable aux Bleus

Encore une fois, Didier Deschamps a fait appel à André-Pierre Gignac pour venir garnir les rangs de l’attaque des Bleus. Un choix contesté par pas mal d’observateurs. Et pourtant, DD a bel et bien raison de lui faire confiance.

Modififié

Parce que lui, au moins, remporte des titres avec son club


En équipe de France, pour avoir des résultats, c’est toujours bien d’avoir des mecs qui ont l’habitude d’être les meilleurs en club et d’être champions à la fin de la saison. Ils permettent d'insuffler au reste du groupe le refus catégorique de la défaite et savent déjà ce que doit faire une équipe pour s’imposer. Et du côté des attaquants de pointe, il y en a peu actuellement qui peuvent se targuer d’assurer ce rôle en France. Hormis Karim Benzema, qui semble être mis sur la touche pour encore un bon bout de temps, quel buteur français est sur une dynamique de victoire finale ? André-Pierre Gignac, bien sûr. Avec les Tigres, il ne lui a pas fallu longtemps pour décrocher le titre de champion du Mexique, le tout en étant désigné meilleur buteur et meilleur joueur de la compétition. Et l’histoire aurait pu être encore plus belle s’il n’avait pas échoué en finale de la Copa Libertadores et de la Ligue des champions de la CONCACAF. C’est sûr qu'Olivier Giroud et Alexandre Lacazette sont loin du compte avec Arsenal et Lyon, que ce soit en championnat, et dans les tournois continentaux.

Parce que le championnat mexicain n’a rien à envier à la Ligue 1


« Gna gna gna, Gignac il joue au Mexique, c’est un championnat tout pourri, ça ne veut rien dire. » Et Lacazette qui marque contre Nancy, Giroud contre Burnley, ou Gameiro et Ben Yedder contre Eibar, c’est significatif peut-être ? Et si le championnat mexicain n’avait pas grand-chose à envier à la Ligue 1 actuelle ? Parce que, certes, APG écrase un peu trop facilement ses adversaires, mais que dire de toutes les anciennes gloires qui viennent se refaire une santé en France ? Lassana Diarra, Jérémy Ménez, Hatem Ben Arfa, Mario Balotelli et Younès Belhanda ont tous un point commun : celui d’être arrivés complètement hors de forme dans le championnat de France en n’ayant pour certains quasiment plus joué depuis deux ans, et de rouler quand même sur tout le monde. Un retour quasi systématique à leur meilleur niveau pour des mecs qu’on croyait « perdus pour le football » . Peut-être parce qu’ils jouent contre des mecs comme Osvaldo Vizcarrondo, après tout. Non, Gignac n’a pas à rougir de son championnat.

Parce qu’il faut toujours un type revanchard dans une équipe


Lors de la finale de l’Euro 2016, deux mecs ont eu le but du titre au bout du pied. Un dans chaque équipe. Et personne ne s’attendait à ce que ce soient eux qui aient cet immense honneur. Ce devait être un duel entre Antoine Griezmann et Cristiano Ronaldo, les beaux gosses talentueux du Portugal et de la France. Mais finalement, à la dernière minute du temps réglementaire, c’est André-Pierre Gignac, entré en jeu il y a peu, qui humilie Pepe avant de buter sur le poteau de Rui Patrício. Quelques minutes plus tard, lors de la prolongation, c’est Eder, un autre attaquant un peu contesté par les siens, qui sort un mini-exploit pour se procurer la balle de but. Sauf que le Portugais la met au fond. Finalement, c’est celui qui a été le plus décrié, le plus moqué et le plus hué par ses propres supporters qui a fini par écrire l’histoire. Alors, pour le bien de l’équipe de France, continuez à vous moquer d’APG, continuez à crier au scandale à chacune de ses sélections. Et avec un peu de chance, si Deschamps fait sa tête de mule, André-Pierre nous amènera sur le toit du monde en 2018.

Parce qu’il manque partout où il est passé


On mesure souvent la valeur d’un joueur au vide qu’il laisse quand il part. Et à chaque fois qu’André-Pierre Gignac a quitté un club, le manque s’est fait ressentir de suite. Il quitte Martigues en 2002, après avoir mené les jeunes vers une demi-finale de la Coupe Gambardella, un exploit. La saison d’après, le club est rétrogradé administrativement en CFA. Si Lorient parvient à assurer l’après-Gignac grâce aux arrivées de Vahirua, puis Gameiro, ce n’est pas le cas de Toulouse. Quatrième du championnat avec les 24 buts d’APG, le Téfécé a ensuite entamé une longue dégringolade au classement, d’année en année, jusqu’à lutter pour le maintien dans les ultimes moments des deux saisons dernières. Et ne parlons même pas de l’OM, sublime sous Bielsa avec le goleador Gignac à la finition, et triste à mourir depuis que l’attaquant est parti au Mexique. On n'ose même pas imaginer la tête de l’équipe de France le jour où Gignac ne sera plus appelé.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 7
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7