En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Quand Wesley retrouve Mario

A Nice, Wesley Sneijder va retrouver Mario Balotelli. Les deux hommes ont joué ensemble un an à l'Inter, en 2009-10. Flash-back.

Modififié
Lors de la deuxième moitié des années 2000, l'Inter règne sur l'Italie. Bien aidée par la relégation en Serie B de la Juventus en 2006, la formation interista va connaître deux cycles de victoires. Le premier, entre 2005 et 2008, avec Roberto Mancini. Le second, entre 2008 et 2010, avec José Mourinho. C'est lors du premier que Mario Balotelli, jeune attaquant italien recruté à la Lumezzane, fait ses grands débuts. Il a alors 17 ans et une étiquette de futur crack collé sur le maillot. Sous Mancini, l'Inter rafle tout en Italie : trois Scudetti de suite (2006 sur tapis vert, 2007, 2008), deux Coupe d'Italie (2005, 2006), deux Supercoupe (2006, 2007).


Mais il manque ce petit quelque chose pour aller chercher le Graal tant désiré par le président Moratti : la Ligue des Champions. Alors, à l'été 2008, José Mourinho débarque. La première saison sert surtout à mettre en place les pions. L'Inter de Zlatan gagne à nouveau la Serie A, Balotelli joue de plus en plus (22 matchs, 8 buts en championnat). Puis arrive le mercato estival 2009. Celui où les Interisti vendent Ibrahimovic au Barça, et se construisent une armada avec, comme têtes de gondole, Samuel Eto'o, Thiago Motta, Diego Milito, Lucio, et un certain Wesley Sneijder.

Deux passes décisives


Arrivé du Real Madrid, Sneijder va connaître lors de cette saison 2009-10, l'apogée de sa carrière. Derrière les deux pointes Eto'o et Milito, il régale. Balotelli, lui, continue son petit bonhomme de chemin. Il a désormais 19 ans, et Mourinho tente de la responsabiliser. En tout, sur l'ensemble de cette saison 2009-10, Mario dispute 26 matchs, dont 13 en tant que titulaire et seulement 4 dans leur intégralité. Curiosité : en début de saison, il ne parvient pas à débloquer son compteur but. Il en est à 470 minutes sans marquer le moindre pion en Serie A lorsque Wesley Sneijder lui délivre un caviar, sur la pelouse du Genoa, que Balo convertit en but. Oui, le premier but de Balotelli lors de la saison 2009-10 est inscrit sur une passe décisive veloutée de Sneijder.

Vidéo

Il faudra attendre le 6 janvier pour revoir le tandem Sneijder-Balotelli décisif. Sur la pelouse du Chievo, le numéro 10 néerlandais décale légèrement Balo de l'extérieur du droit, qui s'y reprend à deux fois pour inscrire le seul but du match.

Vidéo

Ces deux buts seront les seuls confectionnés à 100% pour le nouveau duo niçois, sur l'ensemble de cette saison 2009-10, qui verra l'Inter réaliser un historique triplé Ligue des Champions-Championnat-Coupe.

« Un fou sympathique  »


Lors de l'été 2010, Balotelli se barre et rejoint Manchester City. Sneijder, lui, restera à l'Inter encore deux saisons et demie. Sept ans après, les deux hommes vont donc se retrouver. Mario a accueilli l'annonce de l'arrivée de Sneijder par une photo Instagram des deux hommes, qui ont toujours entretenu une bonne relation.


En 2013, lors d'une interview donnée à l'émission Le Iene, Balotelli confirmait d'ailleurs que Sneijder était l'un des seuls Interisti avec qui il avait gardé des relations. « Est-ce que je parle encore à des joueurs de l'Inter ? De l'Inter actuelle, non personne. De l'Inter du Triplete, oui, je parle régulièrement avec Materazzi et Sneijder. » Un an plus tard, en 2014, le Néerlandais parlait en ces termes de Balotelli, juste avant une rencontre entre l'Italie et les Pays-Bas : «  Heureusement pour nous que ce soir, il ne sera pas sur le terrain. S'il avait été là, je l'aurais salué et je l'aurais pris dans mes bras. Mario est ce que j'appelle un fou sympathique » affirmait-il dans la Gazzetta dello Sport. Ce n'est que partie remise : dès aujourd'hui, Wesley va pouvoir prendre son fou préféré dans ses bras. Et ce pour toute la saison à venir.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


À lire ensuite
Fellaini, poil dru