Rétro - Ce jour-là - 12 juin 1994

Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin

Quand Trezeguet était Calamar

Bien avant de donner un Euro à la France, David Trezeguet a débuté sa carrière pro un 12 juin 1994 en Argentine, à Platense, petit club de Buenos Aires. Retour sur la naissance du roi David.

Note
8 votes
8 votes pour une note moyenne de 4.44/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

David Trezeguet en 1996
David Trezeguet en 1996
Le club de cœur de David Trezeguet n'est ni Monaco, ni la Juve, ni River, mais bien Platense, modeste institution de Buenos Aires. Là où tout a débuté pour le champion du monde 1998. Dès ses 8 ans, le goleador en germe enfile le maillot marron et blanc des Calamars, surnom du club, pour représenter le quartier de Saavedra. Il y fera ses débuts professionnels, avant de rejoindre la France. À Platense, c'est le David de toujours qui commence à briller. « À 15 ans, il mesurait déjà 1,80m, il était maigre, mais fort, décrit, dans une interview à la Nacion, Cacho Espina, pilier des catégories inférieures du club. Il était très habile, frappait très bien la balle des deux pieds, ce qui lui permettait de n'avoir aucun problème pour se profiler au moment de définir. » Lors de sa formation, Trezeguet oscille entre les postes de neuf et demi et d'avant-centre. Surclassé, comme tout bon futur crack, le roi David commence à s'entraîner avec le groupe pro dès ses 15 ans.

Trampoline

Platense vit alors son âge d'or. Entre 1976 et 1999, les Calamars évoluent sans interruption en première division. Un niveau qu'ils n'ont jamais retrouvé depuis. « Je me rappelle de joueurs très importants, déclara, une fois en Europe, Trezeguet, comme Daniel Cravero, Claudio Sponto. Eux, comme tant d'autres, m'ont beaucoup aidé. Leur soutien fut important, mon passage à Platense m'a servi de trampoline pour faire le grand saut vers l'Europe. » Au total, David Trezeguet n'a disputé que cinq rencontres officielles avec l'équipe première des Calamars. Trois lors du tournoi de fermeture 1994 et deux lors du tournoi d'ouverture de la même année, pour zéro but. Il réalise ses débuts un 12 juin. Un match face au Gimnasia y Esgrima La Plata. Platense dispose alors d'une des meilleures équipes de son histoire et le jeune David doit se contenter, en règle générale, d'un statut de remplaçant.

Le rêve européen

Né en 1977 à Rouen, de parents argentins d'ascendance française, Trezeguet ne va pas faire long feu à Platense : « Pour moi, comme pour tous les jeunes argentins, jouer en Europe était un rêve et je suis reconnaissant au dirigeant du club de n'avoir émis aucune objection à mon départ. » Que son père ait évolué à Rouen a quelque peu forcé le destin du goleador. Avec sa famille, il s'installe en 1995 dans un pays dont il ne comprend pas la langue et où la vie quotidienne n'a pas grand-chose à voir avec celle de son barrio de Buenos Aires. Mais, sur le terrain, David est bilingue. Il passe un premier test concluant avec le PSG. Faute d'un accord financier, l'avant-centre ne sera toutefois pas recruté. Il ira prospérer à Monaco. Avant de quitter sa chère Argentine, Trezeguet avait déjà été repéré par José Pekerman, alors sélectionneur de l'Albiceleste des moins de 17, qui appréciait « ce jeune au physique affuté qui n'arrête pas de marquer des buts ». Finalement, c'est avec la France que le goleador fera sa carrière internationale. Comme l'a confirmé son engagement avec River, il n'a toutefois jamais oublié le pays où il a grandi et le club où il a fait ses premières armes. « Même si j'ai très peu joué avec l'équipe première, les gens se rappellent de moi à Platense et, pour moi, c'est une grande satisfaction. » Aujourd'hui, Platense évolue en troisième division et Trezeguet se trouve sur le point de monter en première division. L'un des rares endroits où le roi David n'a pas encore fait trembler les filets.

Suivre Thomas Goubin sur Twitter Marcelo Assaf, avec Thomas Goubin
Parier sur les matchs de AS Monaco

 





Votre compte sur SOFOOT.com

5 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Brad le 12/06/2012 à 17:43
      Note : 9  /

    Voilà pourquoi j'aime Sofoot!
    La même passion pour le Roi David.
    Encore merci Domenech, un talent comme ça, nous n'en aurons plus jamais.
    Maintenant on se coltine Nasri, Ribery, Evra. Changement d'époque, changement de classe...

  • Message posté par forzalazio le 12/06/2012 à 19:55
      Note : 1 

    tout a fait d'accord avec toi brad

  • Message posté par camouf57 le 12/06/2012 à 20:30
      

    un gran señor, david!

  • Message posté par Tainio27 le 12/06/2012 à 20:33
      

    Pour moi Trezegoal c'est l'Euro 2000 bien sûr, mais c'est surtout des tonnes de buts pour la Juve. Mon premier souvenir reste le but qu'il met en 1/4 de Champions League (1997 ?) qui a fait taire Old Trafford. Splendide !

  • Message posté par Re_David le 12/06/2012 à 20:35
      

    Et moi, ben...

    Je suis d'accord avec mes petits camarades.

    Trouver, en plein Euro, un peu de place à accorder une fois de plus à Trezeguet, c'est beau.


5 réactions :
Poster un commentaire