1. //
  2. //
  3. // OM-PSG

Quand Ronnie dansait la samba au Vélodrome

Le parfum exaltant des grands rendez-vous, la clameur de 55 000 spectateurs et l’expression d’un talent unique. En mars 2003, cet OM-PSG à la tension exacerbée accouche du récital d’un seul homme. D’un génie intermittent qui a éteint le Vélodrome. Ce soir-là, il y avait Ronaldinho et les autres.

Modififié
2k 13
Cette nuit lui appartenait entièrement. Du début à la fin. Même treize ans après, quand il s’agit d’évoquer ce match devenu si particulier, son nom sonne comme une évidence. C’était le 9 mars 2003 mais, au fond, c’est comme si c’était hier. Ce jour-là, au Vélodrome, il y avait lui et les autres. Ronaldinho et le commun des mortels. « Ça reste un souvenir douloureux, très douloureux même. Surtout quand tu es tatoué OM à vie, lâche en préambule Fabio Celestini, ancien milieu phocéen présent sur la pelouse lors de cette soirée, mais réduit au rang de simple spectateur. Pour moi, ce soir-là, c’était Ronaldinho. Juste lui. Rien d’autre. » Comment prétendre le contraire tant le Brésilien avait alors survolé les débats ? Intenable, virevoltant, déroutant, stupéfiant par moments.

Les superlatifs manquaient pour décrire la prestation de celui qui était alors considéré comme l’une des plus belles promesses du football mondial.
J’ai marqué durant la plupart de ces matchs, dont un au Vélodrome. C’était lors de la première victoire du PSG là-bas depuis un long moment. J’aime encore le PSG.Ronaldinho
« C’est un match qui est resté dans les annales, ne serait-ce déjà que pour la prestation du joueur, confie Frédéric Déhu, défenseur parisien à l’époque. Ronnie a ébloui la rencontre de toute sa classe, de tout son talent.  » Puisque les moments les plus exquis se savourent généralement avec du recul, le Ballon d’or 2005 est revenu l’année dernière sur ce fait d’armes qui a forgé sa légende, non sans une once de nostalgie : « Les derbys contre Marseille sont ceux dont je me rappelle le mieux, j’ai marqué durant la plupart de ces matchs, dont un au Vélodrome. C’était lors de la première victoire du PSG là-bas depuis un long moment. J’aime encore le PSG. » Tant d’amour étalé valait bien un petit retour dans le temps.

Champion du monde, banquette et grands rendez-vous


OM-PSG, le déséquilibre a déplacé la rivalité

À l’aube de l’ouverture de l’exercice 2002-2003, le Paris Saint-Germain sort d’une saison encourageante avec une quatrième place synonyme de qualification pour la Coupe de l’UEFA. Ronaldinho, lui, est entré dans une nouvelle dimension. Dans la foulée d’une année d’acclimatation à la Ligue 1, le Brésilien s’est imposé comme l’un des acteurs majeurs de la Coupe du monde remportée par la Seleção. Une réussite symbolisée par son coup franc lunaire inscrit contre l’Angleterre en quarts de finale. À son retour à Paname, son statut change invariablement. « C’était déjà une star. Un jeune joueur en devenir avec un potentiel énorme, resitue Lionel Potillon, coéquipier du joueur auriverde pendant deux années. Ce statut, c’est lui qui le déclenchait quelque part. Par ses gestes, sa qualité technique et ce qu’il montrait quand il était en grande forme. » Frédéric Déhu, également partenaire du natif de Porto Alegre dans la capitale, ne dit pas autre chose : « On était conscients que, dans un bon jour, il était capable de renverser un match à lui tout seul et à n’importe quel moment. On s’est d’ailleurs parfois un peu trop reposés sur lui. » C’est d’ailleurs là que le bât blesse. À l’image de Ronnie, le PSG, pourtant alléchant sur le papier (Pochettino, Heinze, Leroy, Pédron), brille par son irrégularité.


Convenable d’août à octobre, l’escouade de Luis Fernandez sombre en fin d’année 2002 (cinq défaites et deux nuls en huit matchs de L1) avant d’alterner victoires et revers jusqu’au déplacement à Marseille, en mars. Le début d’année 2016, Ronaldo de Assis Moreira, dont l’hygiène de vie en dehors des prés pose question, le passe sur le banc ou dans les tribunes en raison d’un retard de quelques jours à l’entraînement après des vacances hivernales passées au Brésil. « Vous, les Français, vous avez une culture différente des Brésiliens ! Moi, je vis comme je vis, se défendait-il quelques jours avant le Classico. Ce n'est pas pour ça que je ne suis pas pro à 100%. Je donne toujours le maximum à mon club. (…) L'entraîneur choisit qui va jouer. Moi, si je ne joue pas, je le répète, c'est difficile de revenir à 100%. Quand j'étais sur le banc, je me disais : "Pourquoi je suis là ?" Mais c'est du passé. » Fin février, le magicien intermittent est remis en selle par son coach et retrouve une place de titulaire à Guingamp, où il inscrit un but d’anthologie. Deux semaines plus tard, c’est le Classico qui se profile. Un rendez-vous de gala que le joueur de vingt-deux ans attend avec une brûlante impatience : « C'est beau de voir que toute la France s'arrête pour regarder un PSG-OM. Un stade plein, une ambiance fantastique : il y a une motivation supplémentaire à jouer contre Marseille. Ce genre de matchs, tu y penses à fond les jours précédents. Tu penses aux dribbles, aux passes, aux buts que tu peux mettre. Moi, depuis le début de ma carrière, à chaque fois qu'il y a un choc à disputer, je joue bien. Je ne sais pas pourquoi ! Le bon Dieu m'aide dans ces matchs !  »

Tension palpable, « le bossu est un pédé » et magie brésilienne


Outre l’aspect symbolique qui escorte le Classico, la rencontre revêt une importance singulière à bien des égards. D’une part, Paname, alors à la traîne pour les places européennes, a l’occasion de mettre un terme à quinze ans sans succès au Vélodrome. L’OM, lui, peut s’emparer de la place de leader devant Monaco et, surtout, laver l’affront des deux confrontations perdues contre son rival au cours de la saison (3-0 avec un doublé de Ronnie, en octobre et 2-1 en 16es de finale de Coupe de France, en janvier).
Je me souviens que Luis Fernandez était accompagné toute la journée par des policiers en civil qui avaient des mallettes qu’on lâche et qui servent de boucliers pare-balles.Lionel Potillon
D’autre part, le match aller au Parc des Princes avait accouché d’une polémique sans précédent, due au déhanché mémorable du coach parisien. « On était très attendus pour ce match, car Luis Fernandez avait dansé la samba devant les supporters marseillais, rappelle Déhu. Il y avait eu une certaine polémique par rapport à ça. C’était donc relativement tendu lors de notre venue au Vélodrome. » Une tension exacerbée, palpable même. « Il y avait même des menaces à l’encontre de l’homme qu’était Luis, pas seulement contre l’entraîneur. Je me souviens qu’il était accompagné toute la journée par des policiers en civil qui avaient des mallettes qu’on lâche et qui servent de boucliers pare-balles, précise Potillon. On avait été escortés par je ne sais combien de véhicules avec des policiers en civil qui ouvraient les portières à tous les coins de rue avec des flashballs. » À son arrivée dans l’écrin olympien, le virage nord accueille Fernandez en chantant « le bossu est un pédé » , tandis que le virage déploie une banderole sur laquelle est inscrite « Luis : ta place est à l'asile » . Comble de cette hostilité ambiante, le technicien passera tout le match sur le banc entouré de quatre policiers de la BAC chargés de sa protection rapprochée.


Une partie qui, finalement, tourne assez rapidement en faveur du PSG. Aligné en 3-6-1, le club de la capitale va profiter de la fébrilité et de la timidité phocéennes afin de prendre les devants. Parti côté droit, Jérôme Leroy assomme le Vélodrome peu avant la demi-heure de jeu en trompant Runje d’une frappe du droit après avoir fait mine de centrer. Déjà plombé par la sortie précoce sur blessure de Fernandão, l’OM sombre progressivement. Ogbeche, titulaire surprise à la place de Fiorèse, manque le coche à deux reprises, tandis que Lebœuf, Johansen, Celestini et Ecker s’escriment successivement.
Sur le troisième but, il peut frapper de suite, mais préfère mettre un crochet à Hemdani qui s’en va je ne sais où. Johnny Ecker
En vain. Il faut attendre l’approche de l’heure de jeu pour voir le génie s’éveiller. « Je me souviens que lorsque Ronnie intercepte la transversale de Frank Lebœuf et qu’il part tout seul au but, il est inarrêtable, souffle Déhu. Balle au pied, il allait deux fois plus vite que ceux qui étaient derrière lui. » Le score est de 2-0 au tableau d’affichage, mais le chef-d’œuvre auriverde n’est pas encore achevé. À sept minutes du terme, la défense olympienne, qui restait sur cinq matchs sans prendre de but, vole un peu plus en éclats. Sur l’un de ses derniers rushs, Ronaldinho sublime sa performance. Johnny Ecker, victime du soir, s’en souvient encore : « Sur le troisième but, il peut frapper de suite, mais préfère mettre un crochet à Hemdani qui s’en va je ne sais où. Un autre joueur aurait sans doute tapé directement et Brahim aurait pu le contrer, mais lui, non. Il nous avait fait très mal. » L’action est toutefois conclue par Leroy qui se jette dans le but afin d’assurer le coup.

Youtube

Leroy, le héros oublié


Le génial mais trop souvent incompris Jérôme Leroy, auteur d’un doublé ce soir-là, est d’ailleurs le grand oublié de cette rencontre. « À chaque fois que je parle de match-là, tout le monde retient principalement la prestation de Ronnie. Mais je me souviens également d’un match exceptionnel de Leroy, tient à rappeler Déhu. Il avait notamment failli marquer un but exceptionnel avec un enchaînement sombrero-reprise de volée pied gauche qui a atterri sur la barre transversale. » « C’était Jérôme dans toute sa splendeur. Il était techniquement très au-dessus de la moyenne et capable de gestes de très grande classe  » , ajoute aussi Potillon.


Mais cette nuit de mars, malgré la prestation majuscule de l’ex-Marseillais, n’avait de place que pour un seul homme. Un futur très grand. « Ce soir-là, quand Ronaldinho avait le ballon dans les pieds, même en étant très agressif ou en lui donnant des coups, ce n’était pas possible de le stopper, explique Fabio Celestini, les souvenirs encore intacts. On pouvait lui rentrer dedans, il ne tombait pas. C’était un taureau, Ronaldinho, à cette époque. Son dynamisme, sa puissance sur les trois-quatre premiers mètres…  » Même constat d’impuissance mâtiné d’éblouissement dans la bouche de Johnny Ecker : « On disait souvent qu’il choisissait ses matchs. Malheureusement, c’était toujours contre nous. On ne faisait pas de marquage individuel sur lui parce que ce n’était pas possible. Contre un joueur de cette puissance, de cette qualité technique, ce n’était pas la peine. C’était un extraterrestre, il était monstrueux, insolent. »

Youtube

Au sortir du match, Luis Fernandez qualifiera Ronnie de « génie qui éclaire le jeu » . Alain Perrin, sans doute sonné par cette gifle dominicale, préférera, lui, parler d’un « bon joueur » . Et le principal intéressé dans tout ça ?
On n’a pas fait une saison exceptionnelle. On avait de bonnes individualités, mais on n’a pas réussi à trouver la bonne formule collective.Fred Dehu
Transporté par cette performance hors du temps, il regardera vers l’avant avec la volonté de progresser encore et encore, puis de hisser le PSG dans les hauteurs du classement. « Si je continue à travailler, je peux encore mieux faire que ce qu'on a vu à Marseille ! assurait-il quelques semaines plus tard. Je veux bien travailler à l'entraînement pour progresser dans tous les aspects du jeu. Je veux notamment pouvoir donner plus de bons ballons à mes coéquipiers.  » Mais l’irrégularité les rattrapera, lui et son club. Le génie intermittent ne marque qu’une seule fois jusqu’à la fin de saison (2-1 face à Monaco, mai). Le club de la capitale enchaîne nuls (Sochaux, Nantes, Rennes) et défaites (Lens, OL, Auxerre), terminant ainsi à la 11e place de L1 et à onze longueurs de l’OM (3e). « On n’a pas fait une saison exceptionnelle. On avait de bonnes individualités, mais on n’a pas réussi à trouver la bonne formule collective  » , résume Déhu en guise de conclusion. Qu’importent les regrets et les promesses non tenues. Ronaldinho a offert un moment unique, parcelle d’un talent immense. Si Fernandez n’a pu esquisser quelques pas de samba ce soir-là au moment de célébrer, Ronnie s’en est chargé à sa place au Vélodrome. Et le public olympien, à la fois impuissant et ébahi, n’a, cette fois, rien trouvé à y redire.



Par Romain Duchâteau Propos de Frédéric Déhu, Lionel Potillon, Fabio Celestini et Johnny Ecker recueillis par RD, ceux de Ronaldinho extraits de L’Équipe et France Football
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
Ronnie c'était cette femme dont tu seras toujours amoureux, une bombe, en plus d'être drôle et intelligente, mais au fond de toi tu savais qu'elle était trop bien pour toi et tu la laisses partir.

Après on a eu Pedro, là c'était TA femme, pas la plus belle, mais la mère de tes enfants, celle qui t'épaule et t'aide à surmonter les coups durs.

Et enfin, on a Ibra, c'est une top model, mais avec un comportement de diva, énervante au possible, mais avec tout le plaisir qu'elle te donne, tout ce qu'elle t'apporte (que les autres ont jamais pu approcher), tu l'aimes, même si elle t'énerve au plus haut point.

Merci à ces trois génies et allez Paris !
Coach Mouzone Niveau : CFA
Effectivement, je me rappelle de match. J'avais 9 ans et j'étais ébloui par le talent de Ronnie, même s'il était dans le camp d'en face. Plus que choisir ses matchs, t'avais l'impression que Ronnie ne montrait son talent que face à l'OM. Je me rappelle aussi du match aller de cette même saison... c'était affolant le plaisir qu'il prenait à martyriser cette pauvre équipe olympienne. C'était le début de la période où l'OM ne gagnait plus face au PSG. L'époque du fameux grand 8. Apparemment, on est reparti pour une longue période de disette face au PSG...
gastongaudio Niveau : Loisir
match conservé précieusement et religieusement sur vhs,

moi prosterné devant ma télé, toutes les anciennes humiliations

phocéennes définitivement vengées.

jamais marseillé n'aura fait et ne fera autant la misère dans un

classico que notre Ronnie.

et encore, sans les vendanges d'ogbeche c'était la Manita au

vélodrôôôme !
joker7523 Niveau : CFA
C'était la première fois de ma vie que je voyais Paris gagner au Vélodrome.

Je m'en rappelle que j'était pas très optimiste avant la rencontre car inconsciemment la série noir au vélodrome me faisait d'une certaine façon assez peur et puis en plus de ça on faisait une belle saison de merde malgré le 3 à 0 à l'aller au Parc des Princes et la victoire 2 à 1 en coupe de France.

Et puis au final Ronnie a effectué l'une de ses plus belles performance, tu sentais vraiment que le gars avait besoin de ce genre d'atmosphère pour se sentir poussé des ailes.
Je pense que Leboeuf et Hemdani en font encore des cauchemars lol.

Globalement toute l'équipe avait été au niveau sauf Ogbeche qui rate de manière assez dégueulasse deux face à face avec Runje.

L'un des seules bons souvenirs qu'on peut gardé de cette saison 2002-2003 car pour le reste... ( on termine 11 ème et on perd à la dernière min en finale de coupe de France contre Auxerre ) et des départs de pas mal de joueurs que j'appréciais ( pochettino, Llacer , Cristobal ) et d'autres ou j'en garde pas de bons souvenirs ( Nyarko, Hugo Leal, Alioune Toure (je crois ), Cardetti, Aloisio etc... ).

Ce qu'on savait pas c'est que le Grand Pauleta arriverait chez nous durant l'été de cette année 2003 :).
joker7523 Niveau : CFA
Ha et aussi bien sur durant ces deux rencontres ( PSG-OM ET OM-PSG ) c'était Thierry Gilardi qui commentait... Pour le coup lui je l'adorais.

Putain maintenant c'est cette merde de Stéphane Guy et sa petite crotte de tallaron... Triste Canal.
Message posté par joker7523
C'était la première fois de ma vie que je voyais Paris gagner au Vélodrome.

Je m'en rappelle que j'était pas très optimiste avant la rencontre car inconsciemment la série noir au vélodrome me faisait d'une certaine façon assez peur et puis en plus de ça on faisait une belle saison de merde malgré le 3 à 0 à l'aller au Parc des Princes et la victoire 2 à 1 en coupe de France.

Et puis au final Ronnie a effectué l'une de ses plus belles performance, tu sentais vraiment que le gars avait besoin de ce genre d'atmosphère pour se sentir poussé des ailes.
Je pense que Leboeuf et Hemdani en font encore des cauchemars lol.

Globalement toute l'équipe avait été au niveau sauf Ogbeche qui rate de manière assez dégueulasse deux face à face avec Runje.

L'un des seules bons souvenirs qu'on peut gardé de cette saison 2002-2003 car pour le reste... ( on termine 11 ème et on perd à la dernière min en finale de coupe de France contre Auxerre ) et des départs de pas mal de joueurs que j'appréciais ( pochettino, Llacer , Cristobal ) et d'autres ou j'en garde pas de bons souvenirs ( Nyarko, Hugo Leal, Alioune Toure (je crois ), Cardetti, Aloisio etc... ).

Ce qu'on savait pas c'est que le Grand Pauleta arriverait chez nous durant l'été de cette année 2003 :).


Leal a joué 1 saison avec Vahid avant de signer à Porto. Et Touré 2 saisons. Alioune Touré, attaquant exceptionnel qui a atteint le chiffre hallucinant de 8 buts TCC dans toute sa carrière.
joker7523 Niveau : CFA
Message posté par cisco69
Leal a joué 1 saison avec Vahid avant de signer à Porto. Et Touré 2 saisons. Alioune Touré, attaquant exceptionnel qui a atteint le chiffre hallucinant de 8 buts TCC dans toute sa carrière.


C'est pour te dire à quel point Hugo Leal m'a marqué , j'avais carrément zappé son année sous Vahid .

Alioune Touré il allait vite et puis voilà, un tout droit , son seul fait d'arme chez nous , c'est un beau but contre Nantes à la beaujoire mais c'est vraiment tout!
Message posté par joker7523
C'est pour te dire à quel point Hugo Leal m'a marqué , j'avais carrément zappé son année sous Vahid .

Alioune Touré il allait vite et puis voilà, un tout droit , son seul fait d'arme chez nous , c'est un beau but contre Nantes à la beaujoire mais c'est vraiment tout!


J'aimais bien Leal moi, un très beau toucher de balle, par contre il fait parti des joueurs maudits qui se blessent chaque 3 jours. Il a pas pu avoir la carrière qu'il méritait.
joker7523 Niveau : CFA
Message posté par cisco69
J'aimais bien Leal moi, un très beau toucher de balle, par contre il fait parti des joueurs maudits qui se blessent chaque 3 jours. Il a pas pu avoir la carrière qu'il méritait.


C'est pas que je l'aimais pas mais j'étais déçu par rapport à ce que j'avais lu sur lui lorsqu'il est arrivé ou il était présenté comme un espoir, par contre je m'en rappelle qu'il avait eu un bon moment à une période ( durant la saison 2001-2002 ) mais malheureusement stoppé par une blessure (contre lorient en coupe de France je crois ) et on l'a plus revu à ce niveau qui était pas mal c'est vrai.

Bon après il avait nyarko à coté lui ça aide pas non plus lol.
Message posté par joker7523
C'est pas que je l'aimais pas mais j'étais déçu par rapport à ce que j'avais lu sur lui lorsqu'il est arrivé ou il était présenté comme un espoir, par contre je m'en rappelle qu'il avait eu un bon moment à une période ( durant la saison 2001-2002 ) mais malheureusement stoppé par une blessure (contre lorient en coupe de France je crois ) et on l'a plus revu à ce niveau qui était pas mal c'est vrai.

Bon après il avait nyarko à coté lui ça aide pas non plus lol.


Nyarko le dépressif, un bon joueur aussi malheureusement miné par sa faiblesse mental.
Sinon les titulaires étaient Dehu-Arteta, sacré équipe avec des Heinze, Pochet, Cristobal, Benarbia, Leroy, Okocha et Anelka. Avec un vrai entraineur, avec tout le respect que j'ai pour Luis, ça aurait pu faire de sacré dégâts aussi.
joker7523 Niveau : CFA
Message posté par cisco69
Nyarko le dépressif, un bon joueur aussi malheureusement miné par sa faiblesse mental.
Sinon les titulaires étaient Dehu-Arteta, sacré équipe avec des Heinze, Pochet, Cristobal, Benarbia, Leroy, Okocha et Anelka. Avec un vrai entraineur, avec tout le respect que j'ai pour Luis, ça aurait pu faire de sacré dégâts aussi.


C'est clair, que de regrets, Luis à déconné pour le coup et je pense que lui même avec le recul sait qu'il aurait du au moins ramené un titre avec les effectifs qu'il avait sous la main. Malgré tout j'ai comme toi un respect pour Luis mais je reste persuadé qu'un autre aurait fait mieux et surtout je vois pas qui aurait mis Ronnie autant de fois en tant que remplaçant. Luis à voulu jouer le daron et à force il s'est mis le numéro 10 à dos notamment durant la deuxième saison et une partie du public.
Message posté par Skywalker Texas Ranger
Ronnie c'était cette femme dont tu seras toujours amoureux, une bombe, en plus d'être drôle et intelligente, mais au fond de toi tu savais qu'elle était trop bien pour toi et tu la laisses partir.

Après on a eu Pedro, là c'était TA femme, pas la plus belle, mais la mère de tes enfants, celle qui t'épaule et t'aide à surmonter les coups durs.

Et enfin, on a Ibra, c'est une top model, mais avec un comportement de diva, énervante au possible, mais avec tout le plaisir qu'elle te donne, tout ce qu'elle t'apporte (que les autres ont jamais pu approcher), tu l'aimes, même si elle t'énerve au plus haut point.

Merci à ces trois génies et allez Paris !


Ah man, you made my evening!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 13