En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Dortmund-Real

Quand Ramos tape du poing sur la table

Excédé par le début de saison compliqué du Real Madrid, Sergio Ramos s’était confié face aux médias après la défaite à domicile face au Betis la semaine dernière. Une manière de faire fi des déceptions et de repartir de l’avant.

Modififié

Mercredi 20 septembre. Sorti des vestiaires pour s’expliquer avec la presse après la défaite 0-1 face au Bétis, Sergio Ramos prend ses responsabilités de capitaine face aux caméras. Les questions des journalistes s’enchaînent, Ramos assume. « Nous n’avons toujours pas gagné un match à domicile en championnat, c’est un putain de mauvais départ, martèle le défenseur. C’est la réalité, personne ne peut le nier. Ça nous inquiète et c’est très alarmant, puisque nous avons joué des adversaires que l’on devrait normalement battre au Bernabéu. S’il y avait eu 4-0 ou 4-1 ce soir, ce serait normal et nous ne serions pas en train de parler de tout cela, mais ce n’est pas le cas. Il va falloir qu’on se bouge, mais nous sommes les mêmes joueurs que ceux qui remportaient des titres, donc nous devons garder notre calme, rester unis et croire en nos capacités. » Ou comment taper du poing sur la table pour remobiliser ses troupes.

« Un chapitre à terminer au plus vite »


Bien entendu, le Real Madrid n’est pas devenu nul du jour au lendemain. En réalité, les Merengues n’étaient sans doute plus habitués à connaître une période de turbulence aussi forte depuis deux saisons, comprendre depuis le départ de Benítez et l’arrivée de Zinédine Zidane. Alors, en capitaine qui a aussi connu de sacrés moments de galère par le passé (la manita 5-0 au Camp Nou en tête), Serge préfère minimiser la période moyenne du Real. « C’est un chapitre qu’il faut terminer au plus vite, mais le livre n’est pas encore terminé, il y a encore beaucoup de points en jeu. »


De fait, Ramos le sait. Ce qu'il manque actuellement à ce Real Madrid, ce n'est pas du talent, mais bien de la confiance. Une donnée quasiment incompréhensible quand on se rappelle qu’il y a un mois à peine, le Real Madrid écrasait le FC Barcelone lors d’une double confrontation en Supercoupe d’Espagne et faisait étalage de sa toute puissance, symbolisée par un Asensio en feu. Devait-on plutôt y voir l’apogée d’une équipe invincible ? Qui sait.

Deux points sur neuf à domicile


Car depuis, si le Real a réalisé un sans-faute à l'extérieur (trois matchs pour autant de victoires dont une dernière ce samedi à Alavés, 1-2), il patine sérieusement au Bernabéu. Son bilan ? Deux nuls contre Valence (2-2) et Levante (1-1) et, donc, la défaite contre le Bétis. Deux points sur neuf, un total inacceptable pour Ramos. « Nous devons satisfaire nos supporters qui viennent au stade, où notre objectif est de prendre le plus de points possibles. Se contenter d’un match nul, ce n’est pas dans notre mentalité. Ici, il faut se satisfaire avec la victoire et rien d’autre. » Ce sera donc l'objectif ce dimanche pour la réception de l'Espanyol. Un adversaire contre lequel le Real n'a plus perdu depuis 2007. C'était un 20 octobre, un revers 2-1. Et qui avait, ce jour-là, sauvé l'honneur pour le Real Madrid ? Un certain Sergio Ramos.



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88