1. // Coupe du monde rugby / Tampon! / Nouvelle-Zélande-France

Quand Philippe Saint-André était un bon coach

À 23 heures ce samedi, après une défaite prévisible contre la Nouvelle-Zélande en quarts de finale du Mondial, Philippe Saint-André sera officiellement le pire sélectionneur de l'histoire du XV de France. Pourtant, PSA n'a pas toujours été cet entraîneur sans idée, sans charisme et sans corde vocale.

Modififié
204 8
À moins de refaire le coup de 1999 et 2007, le XV de France va quitter l'Angleterre et la Coupe du monde, ce samedi en quarts de finale, après une défaite contre la Nouvelle-Zélande à laquelle les joueurs et le staff semblent déjà résignés. La conclusion de quatre années catastrophiques pour le rugby tricolore. Quatrième des Tournois des six nations 2012, 2013 et 2015, dernière du Tournoi 2014, la France a gagné moins d'un match sur deux depuis le Mondial 2011 (20 victoires en 44 rencontres, soit 45,5% de succès), quand elle tournait à 60% sous les ères Marc Lièvremont (60%), Bernard Laporte (63,3%), et le duo Jean-Claude Skrela – Pierre Villepreux (63,8%). Au-delà des statistiques, les Bleus jouent surtout très mal. Ou plutôt ils ne jouent plus. À tel point qu'une défaite de vingt points à Twickenham en mars dernier (55-35) devient le match référence d'une équipe sans repère qui a vu plus de 80 joueurs porter son maillot en quatre ans. À sa tête, Philippe Saint-André. Le sélectionneur n'a pas quitté le navire, mais n'a jamais su le conduire.

«  Le style de Saint-André, c'était de s'adapter à l'adversaire »


Les sceptiques des premières heures se frottent les mains, mais eux non plus n'imaginaient sans doute pas un tel désastre à l'annonce du remplacement de Marc Lièvremont par PSA en 2011. L'entraîneur restait sur une année décevante à Toulon (8e en Top 14, quart de finale en Hcup), mais sa première saison sur la Rade (demi-finaliste en Top 14, finaliste du Challenge européen), son passage à Bourgoin (2002-2004) et surtout ses années britanniques à Gloucester et Sale avaient plutôt bien rempli son CV. Et lui avaient donné la réputation d'un coach de haut niveau. « Quand il est arrivé à Sale en 2004, le club jouait le bas de tableau. Je me souviens qu'en début de saison, les pronostiqueurs nous annonçaient dixièmes sur douze. Au final, on est allés jusqu'en demi-finales, seulement battus chez les Wasps. Et on a aussi gagné le Challenge européen contre Pau  » , se souvient Sébastien Bruno qui a côtoyé Saint-André lorsqu'il était talonneur à Sale, puis à Toulon. Dès l'année suivante, en 2006, Le Goret remporte le titre de champion d'Angleterre et est élu entraîneur de l'année outre-Manche.

Et déjà à l'époque, il s'appuie sur la conquête pour construire ses équipes. « Nous, notre style de jeu, c'était clair, gros pack, grosse conquête, grosse défense, explique Olivier Milloud, ancien pilier à Bourgoin. On s'adaptait aussi à l'adversaire. Saint-André avait fait venir quelques joueurs, notamment un très gros centre, très physique, Norm Berryman, qui créait les points de fixation. » « Il ne voulait pas imposer un style de jeu. Son style, c'était de s'adapter à l'adversaire, de le contrer, ajoute Sébastien Bruno, désormais entraîneur des avants à Lyon. On avait des joueurs suffisamment forts pour le faire. Il avait recruté des Français devant, pour avoir une grosse conquête, de l'agressivité, de l'expérience.  » Comme avec le XV de France, en fait ? « Je ne répondrai pas à cette question » , sourit Milloud.

« C'était un meneur d'hommes  »


Pourtant, ceux qui le connaissent l'assurent, Philippe Saint-André aime faire jouer ses équipes. « Philippe était un joueur très offensif. C'était le garçon qui pouvait changer le cours d'un match par une action individuelle. Quand on a toujours été offensif dans sa carrière, on ne devient pas restrictif en passant de l'autre côté de la barrière  » , assure Laurent Seigne qui a été son coéquipier en équipe de France avant de devenir son adjoint à Gloucester et Bourgoin. Un argument qui se heurte au bilan du jeu français depuis son intronisation il y a quatre ans. « Je pense que Philippe est meilleur entraîneur que manager, lâche Seigne. Il aurait dû s'imposer plus tôt dans l'entraînement de XV de France. C'est là qu'il est le meilleur, proche du terrain, avec son groupe. Il est très pertinent dans les entraînements, il apporte une vraie plus-value. Il voit les choses avant les autres, c'était déjà le cas en tant que joueur où il était très opportuniste et transformait les ballons de merde en essai. La France serait meilleure aujourd'hui s'il avait eu la charge totale du sportif depuis le début. »

Ses anciens joueurs se souviennent en effet d'un coach très présent et très actif lors des séances d'entraînement. « Il arrivait d'Angleterre et il a immédiatement imposé un gros professionnalisme à l'entraînement, raconte Olivier Milloud. Il a fait évoluer pas mal de choses, notamment au niveau des installations. » « À Sale, il travaillait beaucoup avec les trois quarts, alors même qu'il y avait un entraîneur adjoint pour les lignes arrières, poursuit Sébastien Bruno. Il était assez directif, sans être agressif. Il ne poussait jamais de coup de gueule. Il était à l'écoute, il discutait beaucoup avec les cadres. C'était un meneur d'hommes. » « Bien sûr qu'il était capable de gueuler, évidemment, corrige Laurent Seigne. Mais c'est vrai qu'il n'a pas forcément une autorité naturelle comme d'autres.  » Une autorité qui a semble-t-il totalement disparu, puisqu'à en croire les dernières rumeurs en provenance du pays de Galles, le vestiaire des Bleus s'est mis en autogestion pour le quart de finale contre les Blacks.

Par Quentin Moynet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il manque pas un point d'interrogation à votre titre ? Parce que la dernière fois qu'il a réussi, c'était y a 10 piges en Angleterre. Même si c'et vrai qu'il a aidé Toulon a grandir un peu plus, c'était quand même pas folichon son passage là bas.

Enfin, on va croiser les doigts (et tout ce qu'on peut d'autre) pour le match.
Triste époque où on aura vu au foot un Brésil qui ne sait plus marquer de buts, et au rugby une équipe de France pas capable d'enchaîner trois passes.

Pour l'EDF de rugby, les maux sont facilement identifiables : un sélectionneur qui a 20 ans de retard, un top 14 où les jeunes ne jouent plus et où les entraîneurs sont d'une frilosité extrême (voir les finales de Toulon en coupe d'Europe), une formation axée sur le physique et non sur le talent, une fédé dirigée par des dinosaures. Noves a du boulot.
Note : 5
Ca ressemble vachement au constat qu'on faisait de l'EdF de foot sous Domenech après 2006 que tu nous sors là.
Note : 1
Hormis un entraineur à la ramasse, il faut également admettre que l'on a plus un seul joueur de classse mondiale en EDF, hormis peut être Picamoles et Dusautoir ( bien que ce dernier soit à des années lumieres de son niveau de 2011)

Ne parlons pas de la ligne de 3/4 qui est absolument immonde avec des centres incapables de passer le ballon et des ailiers qui ne gagnent jamais leur duel.Voir des Tales,Dulin, Guitoune ou Grosso en EDF ... Sacrée déchéance.
En temps normal, j'aime plutôt les huîtres. Mais là...
Le scénario parfait pour battre les Blacks.

Un gars qui n'y connaît rien en rugby.
HerbyCohen Niveau : CFA2
Haaaaaaaaa un article qui laisse la parole à Olivier Milloud, bordel, quel plaisir! Le passage de PSA au CSBJ n'était pas folichon non plus vu l'équipe qu'il avait... Il n'y a qu'une courte partie de son expérience anglaise qui fut fructueuse en réalité.

Comme dit plus haut, le jeu est basé sur l'impact, le physique, la masse, c'est assez affligeant. Aujourd'hui on voit une passe après contact dans un match et c'est l'orgasme... Et pourtant je suis supp' Berjalien, donc autant dire qu'un ailier qui touche un ballon à Rajon c'est beau, mais on était plus ou moins les seuls à être très "fort en conquête" et ne pas envoyer de jeu. Là, bé, c'est pour tout le monde comme cela.

AU delà du souci des jeunes qui ne jouent pas en Top 14, j'irais plus loin, ils ne jouent pas tout court. La Pro D2 ne fait pas vraiment non plus la part belle aux gars de centres de formations, à quelques exceptions près. Les gros qui luttent pour la montée, bé c'est beaucoup de mercenaires et de joueurs expérimentés.

Les maux du Rugby français sont profonds je pense, il n'y a qu'a voir le nombre de clubs qui l'ont porté mourir à petit feu dans cette Pro D2.

Sinon, pas d'exploit s'il vous plait, sinon, connaissant la France, tout le monde l'applaudira et ce mec partira la tête haute alors qu'il n'y a rien eu de bon sous son mandat.
Message posté par HerbyCohen
Haaaaaaaaa un article qui laisse la parole à Olivier Milloud, bordel, quel plaisir! Le passage de PSA au CSBJ n'était pas folichon non plus vu l'équipe qu'il avait... Il n'y a qu'une courte partie de son expérience anglaise qui fut fructueuse en réalité.

Comme dit plus haut, le jeu est basé sur l'impact, le physique, la masse, c'est assez affligeant. Aujourd'hui on voit une passe après contact dans un match et c'est l'orgasme... Et pourtant je suis supp' Berjalien, donc autant dire qu'un ailier qui touche un ballon à Rajon c'est beau, mais on était plus ou moins les seuls à être très "fort en conquête" et ne pas envoyer de jeu. Là, bé, c'est pour tout le monde comme cela.

AU delà du souci des jeunes qui ne jouent pas en Top 14, j'irais plus loin, ils ne jouent pas tout court. La Pro D2 ne fait pas vraiment non plus la part belle aux gars de centres de formations, à quelques exceptions près. Les gros qui luttent pour la montée, bé c'est beaucoup de mercenaires et de joueurs expérimentés.

Les maux du Rugby français sont profonds je pense, il n'y a qu'a voir le nombre de clubs qui l'ont porté mourir à petit feu dans cette Pro D2.

Sinon, pas d'exploit s'il vous plait, sinon, connaissant la France, tout le monde l'applaudira et ce mec partira la tête haute alors qu'il n'y a rien eu de bon sous son mandat.


Plaisir d'avoir un supporter berjalien sur sofoot!!!! :)
Y'avait quand même de sacrés joueurs à Bourgoin à l'époque Saint-André/Seigne!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
204 8