En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 de finale retour
  3. // Monaco/Juventus

Quand Monaco éliminait le Real Madrid

Ce soir, l'AS Monaco aura fort à faire pour renverser la vapeur face à la Juventus. Une victoire en quart de finale retour qui s'annonce compliquée, mais pas forcément impossible pour les hommes de Leonardo Jardim. La preuve ? Il y a onze ans, l'équipe monégasque sortait le Real Madrid au même stade de la compétition.

Modififié
Un but. Un tout petit but. C'est ce qu'a concédé l'AS Monaco la semaine dernière lors de son déplacement au Juventus Stadium face à la Vieille Dame, en quarts de finale aller de Ligue des champions. Sur penalty, qui plus est. Une frustration d'une défaite sur le fil à laquelle s'ajoute le fait d'avancer vers son match retour avec la différence de buts la plus emmerdante qui soit : perdre 1-0 à l'aller, c'est presque tout le temps synonyme de victoire par deux buts d'écart obligatoire au retour. Mais des montagnes comme celles-ci, l'AS Monaco en a déjà retourné dans son passé européen. Face au Borussia Mönchengladbach, défaite 1-0 puis victorieuse 4-2 au second tour de la Coupe UEFA 1996-97, par exemple. Ou bien face au Real Madrid, battue 4-2 à Santiago-Bernabéu, mais vainqueur 3-1 au retour à Louis-II, lors de la Ligue des champions 2003-2004. Une prouesse qui avait alors définitivement lancé l'épopée européenne des Rouge et Blanc.

Un 4-2 pour un 7 contre 1 à Bernabéu


Certes, l'AS Monaco a déjà accompli un exploit cette saison en Ligue des champions. Au tour précédent, les hommes de Leonardo Jardim ont infligé un 3-1 à Arsenal dans son Emirates Stadium. Mais tout second de Premier League que soit le club de Londres, les Monégasques vont devoir puiser encore plus dans leurs ressources s'ils souhaitent s'imposer face à la Juventus, en particulier dans un stade Louis-II qui ne leur réussit pas forcément cette année. Après tout, on parle du futur champion d'Italie, capable d'écraser de quinze points ses concurrents en Serie A. Il y a onze ans de cela, le Real Madrid campe aussi en tête de la Liga. Mais avec sa tripotée de Galactiques (Zidane, Figo, Ronaldo, Beckham, Roberto Carlos, Raúl), le Real Madrid n'a qu'une seule idée en tête, qui vire presque à l'obsession : gagner sa Décima, sa dixième Ligue des champions. De son côté, l'AS Monaco a éliminé poussivement le Lokomotiv Moscou en huitièmes de finale, qualifiée grâce à une victoire 1-0 à domicile après avoir perdu 2-1 en Russie.

De fait, on se demande à quelle sauce vont être mangés les petits Princes de Monaco, dont la cote est fixée à 7 contre 1, face à l'ogre du roi Juan Carlos. À Santiago-Bernabéu, contre le cours du jeu et juste avant la pause, les Monégasques ouvrent le score grâce à Squillaci sur un cafouillage dans la surface, et Jean-Michel Larqué commence à pousser des « Oh ! Oh ! Oh ! » de vieux monsieur en extase. Même si Helguera égalise au retour des vestiaires sur corner, l'AS Monaco tient le match nul jusqu'à la 70e. En dix petites minutes, le Real plante trois banderilles par Zidane, Figo puis Ronaldo. Morientes réduira bien le score dans la foulée, mais les hommes de Didier Deschamps entrent sur le Rocher avec quatre buts dans la valise dont deux d'écart. Autant dire que le match retour s'annonce mission impossible.

Une Madjer pour disqualifier le Real


OK, Monaco, ce n'est pas la France, mais c'est tout comme, tout du moins en matière de football. Et impossible n'est pas français, comme le disait Napoléon en 1808 lorsqu'il s'avançait dans la Sierra Guadarrama pour prendre Madrid d'assaut. Malgré l'ouverture du score de Raúl à Louis-II, l'AS Monaco repart au combat et finit par égaliser d'une frappe croisée de Giuly à l'entrée de la surface. Un timing parfait pour faire douter les visiteurs. Le timing, Morientes sait ce que c'est mieux que quiconque, lui qui claque une tête, comme suspendu dans les airs, dans la lucarne de Casillas au tout début de la seconde mi-temps. Derrière, Giuly glisse une Madjer entre les jambes de Helguera, et l'AS Monaco est qualifiée par les demi-finales de la Ligue des champions.


Vidéo

Ce match du 6 avril 2004 fera l'effet d'un déclencheur pour l'AS Monaco. Si le club rouge et blanc s'effondre à la photo finish en championnat de France, il réussit une nouvelle prouesse : battre à plate couture le Chelsea fortuné de Roman Abramovitch (3-1 à l'aller, puis 2-2). Malheureusement pour les Monégasques, ils retrouveront en finale le Porto de José Mourinho, autre équipe sensation de la compétition. Défaite 3-0, l'AS Monaco sort néanmoins la tête haute en Ligue des champions, principalement parce que le club s'est offert le scalp du champion d'Espagne en titre en quarts de finale. Avant d'affronter la Juventus à Louis-II, les hommes de Leonardo Jardim savent donc ce qu'il leur reste à faire : réviser leurs classiques.

Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9