1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Leicester

Quand les Gunners d’Arsenal sont devenus les Invincibles

Il y a presque douze ans, Arsenal signait sans doute la plus belle saison de son histoire. Au terme d’un exercice 2003-2004 majuscule, les Gunners remportent la Premier League. Surtout, après un dernier match de championnat face à Leicester en mai, ils terminent invaincus. Ce jour-là, l’histoire s’est écrite. Et les Invincibles sont nés.

Modififié
Derrière son phrasé laconique, son flegme inébranlable, il y a toujours cette idée qui a germé dans son esprit. Une ambition presque insensée, un rêve même qui a longtemps animé Arsène Wenger. Celui de parvenir, un jour, à réaliser la saison parfaite. Finir champion sans perdre un seul match. Cette douce chimère, le manager français l’a assouvie au terme d’un exercice 2003-2004 majestueux, passé depuis à la postérité comme l’un des moments les plus mémorables dans l’histoire de la Premier League. « Je savais que j’avais une équipe spéciale en 2003-2004 à Arsenal. Mon rêve a toujours été d’arriver à finir une saison sans perdre un match, bien que ce ne soit pas une ambition normale, expliquait avec conviction l’actuel coach des Gunners en 2014. Ce qui fait que c’était une aspiration si spéciale, c’est parce que je m’efforçais d’atteindre la perfection. La saison précédant les "Invincibles", j’avais dit à mes joueurs que l’objectif idéal était de terminer une saison en étant invaincus. »

« Durant la pré-saison de 2003-2004, j’ai eu une réunion avec les joueurs et je leur ai dit : "Essayons d’analyser pourquoi nous avons perdu le championnat (Manchester United venait de le remporter, ndlr)", poursuivait-il. Parmi eux, comme Martin Keown, certains m’ont dit : "C’est votre faute." J’ai répondu : "Oui. Je suis prêt à en prendre la responsabilité, mais pourquoi ?" Il m’a dit : "Vous avez mis trop de pression sur nous. L’idée de gagner le championnat sans perdre un match représentait trop de pression à assumer. C’est impossible." Je lui ai rétorqué : "J’ai dit ça, car je pense que vous pouvez le faire. Mais vous devez réellement le vouloir. Ce serait un accomplissement incroyable d’être la première équipe à faire ça." » Le 15 mai 2004, après un après-midi ensoleillé et radieux dans l’écrin d’Highbury, le rêve devient réalité. 38 419 spectateurs exultent, transportés par le moment d’histoire qui s’écrit devant eux. Arsenal s’impose chez lui face à Leicester (2-1) et devient officiellement champion du Royaume sans s’être incliné une seule fois. L’émotion si souvent voilée ne peut être contenue, le sourire parfois contrarié par le poids incommensurable d’une perpétuelle exigence devient ostensible, Arsène Wenger savoure cet exploit. Son moment. Sa quête enfin accomplie.

Battle of Old Trafford, point de bascule de l’histoire


À l’aube de cette saison depuis devenue historique, le manager français ne bouleverse pas en profondeur son effectif. Limité financièrement par le projet de construction du nouveau stade, Arsenal ne procède qu’à quelques retouches. Lehmann, Reyes, puis les jeunes Clichy et Fàbregas débarquent à Londres, tandis que Vieira et Pirès prolongent leur contrat. En face, la concurrence fourbit ses armes. Chelsea claque 120 millions d’euros lors du mercato estival (Makelele, Verón, Duff, Crespo, Joe Cole ou encore Mutu), Manchester United peaufine son groupe avec l’intégration de jeunes (Ronaldo, Saha, Howard). Les débuts de l’exercice 2003-2004 se révèlent sans fausse note (4 victoires, 1 nul). Avant le match charnière. Le point de bascule de l’histoire pour les Gunners avec le déplacement à United, en septembre. Un match rebaptisé « Battle of Old Trafford » en raison de la tension exacerbée qui a régné sur la pelouse. Malmené par les Red Devils, Arsenal marche sur un fil toute la rencontre. Et le captain Vieira, excédé par l’attitude de Van Nistelrooy, explose à dix minutes de la fin en écopant d’un carton rouge pour un coup de pied asséné à son adversaire au sol. Dans le temps additionnel, le vicelard néerlandais obtient un penalty après une faute plutôt généreuse. Mais RvN envoie une praline sur la barre transversale. Dans un climat délétère, la troupe de Wenger obtient alors un match nul (0-0) bien plus significatif qu’il n’y paraît.

Vidéo

« Peut-être qu’on ne se doutait pas qu’après ce match nul, on allait être lancé sur une dynamique extraordinaire, mais arriver à faire match nul à United qui était notre rival numéro un dans la course au titre et alors qu’on avait été malmenés, ça a forcément eu de l’impact, assure Pascal Cygan, défenseur central des Canonniers à l’époque. C’est ce qui a permis d’entrer dans cette folle aventure par la suite. » La machine est lancée. Pour ne plus s’arrêter. À partir de janvier 2004 et un succès face à Middlesbrough (4-1), Arsenal ne quitte plus sa place de leader. « Cette dynamique nous a fait prendre confiance au fil des matchs et on avait le sentiment que plus rien ne pouvait nous arriver, poursuit Cygan. On ne pouvait pas perdre, on faisait au pire match nul. Tout tournait en notre faveur cette saison-là. On avait un groupe de très grande qualité avec des internationaux en poste. » Au XI type aligné la plupart du temps (Lehmann-Cole,Campbell, Touré, Lauren-Vieira, Gilberto-Pirès, Ljungberg- Bergkamp, Henry) s’ajoute un banc mêlant expérience et insouciance (Edu, Parlour, Cygan, Reyes, Wiltord, Clichy, Keown, Aliadière, Kanu). Contre United (1-1, mars) ou Liverpool (4-2, avril), les Gunners vacillent. Sans jamais rompre. Et le 25 avril 2004, à quatre journées de la fin et sur la pelouse du rival honni Tottenham, ils sont d’ores et déjà assurés de finir champions malgré le nul concédé (2-2). « C’était intense, se souvenait avec joie Lauren, il y a deux ans. C’était un bonheur de gagner le championnat contre votre plus grand rival, on était sur un petit nuage. »

Vidéo

« Écoutez, nous avons gagné le championnat, je veux désormais que vous deveniez immortels »


Éliminée de toutes autres compétitions domestiques (demi-finales de FA Cup et de League Cup) et de Ligue des champions en quarts de finale par le Chelsea de Claudio Ranieri, l’escouade londonienne est désormais tournée vers un seul objectif : terminer championne sans perdre un match. Une prouesse jamais accomplie depuis Preston North End en 1889. « C’était l’un des défis les plus compliqués, expliquait Wenger. Généralement, quand vous êtes champion, la concentration s’en va, tout le monde se relâche et vous perdez le prochain match. Après le titre gagné, j’étais plus stressé lors des derniers matchs. » Logiquement moins fringant, Arsenal enchaîne deux nuls contre Birmingham et Portsmouth avant de disposer de Fulham. Vient ensuite le jour fatidique, le 15 mai 2004, où les Gunners reçoivent Leicester pour le compte de la dernière journée de Premier League.

Déjà condamnée à la relégation, la formation de Micky Adams a tout du faire-valoir idéal pour clore une saison mirifique. « On était déjà en train de préparer la saison suivante. Certains joueurs n’allaient pas être conservés et n’avaient donc pas fait le voyage, raconte Lilian Nalis, milieu des Foxes présent sur la pelouse ce jour-là. La restructuration de l’effectif était déjà actée. Pour avoir discuté avec certains joueurs d’Arsenal avant la rencontre, on sentait chez eux une volonté d’écrire une page de l’histoire. Ils n’étaient pas habités d’un gros stress, car le match était largement à leur portée. »

Pourtant, les Gunners apparaissent méconnaissables dès l’entame. Léthargiques, presque tétanisés, alors que l’histoire leur tend les bras, ils sont surpris peu avant la demi-heure de jeu sur un coup de tête de Paul Dickov. Highbury a le souffle coupé, la peur s’invitant dans les esprits. « C’était un match assez étrange, se remémorait Gilberto Silva en 2014. C’était comme si chacun dans l’équipe avait perdu de sa force. On n’avait pas d’énergie. » À la mi-temps, Arsène Wenger refuse de voir le destin lui échapper et prend la parole : « Je leur ai dit : "Écoutez, nous avons gagné le championnat, je veux désormais que vous deveniez immortels." Ils ont dû penser : "Ce mec est complètement fou. Qu’est-ce qu’il veut de nous ? De quoi est-il en train de parler ?" Mais quelque part, ils ont commencé à y croire. »

Vidéo

Au retour des vestiaires, Arsenal est transfiguré. Remobilisé. Plein d’allant. « Il y avait une telle différence entre leur effectif composé de joueurs internationaux et le nôtre que, lorsqu’ils ont décidé d’enclencher la vitesse supérieure, ils n’ont eu aucun mal à s’y mettre, confesse Nalis. À force de subir des banderilles et des banderilles, ça a fini au fond. » À la 47e, Ashley Cole obtient un penalty après avoir été déséquilibré par Sinclair. Henry se charge d’exécuter la sentence et claque son trentième but en championnat (premier joueur d’Arsenal à atteindre ce chiffre depuis les 33 pions de Ronnie Rooke en 1947-1948). Vingt minutes plus tard, c’est Vieira qui, trouvé dans la surface après un service divin de Bergkamp, parachève le succès des siens.

Au coup de sifflet final, Highbury exulte. Vibre comme jamais. « Je me souviens surtout d’un stade en fête. C’était un beau Highbury, avec beaucoup de monde » , confie d’ailleurs Nalis. Avec un total de 90 points pour 26 victoires et 12 nuls, les « Invincibles » viennent de naître. « On a marqué l’histoire, conclut Pascal Cygan, encore fier de ce record. Parce qu’on se rend compte que plus de dix ans plus tard, on continue d’en parler. C’est le but de chaque footballeur professionnel, graver son nom dans la pierre et se construire un palmarès. » Quid d’Arsène Wenger, le grand chef d’orchestre de cette symphonie parfaite ? « C’est douloureux pour moi de regarder en arrière, car je suis toujours énormément focalisé sur le fait d’aller vers l’avant, s’épanchait-il, mélancolique, il y a deux ans. C’était l’un de mes rêves, finir champion en étant invaincu. Et je veux encore le faire. » Mais rares sont les hommes qui parviennent à réaliser deux fois leur rêve.

Par Romain Duchâteau Propos de Pascal Cygan et Lilian Nalis recueillis par RD, ceux d’Arsène Wenger, Lauren et Gilberto Silva extraits du livre Invincible d’Amy Lawrence
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Une attaque bergkamp-henry c'est quand même plus facile que giroud-walcott pour mener une équipe vers le titre.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Victoire d'Arsenal à l'issue d'une rencontre enlevée (3-2 ou 4-3).
Les résumés hebdomadaires sur tout le sport et les buts enfilés comme un métronome par Titi, sous les commentaires d'Henry Sannier... C'est bien de se souvenir parfois, ça donne aussi un peu à réfléchir sur les jugements péremptoires "Wenger est un loser", "il n'a jamais rien gagné".
Se souvenir, ça remets un peu de nuances dans les jugements...

Une équipe et un entraîneur quoi qu'il arrive dans la postérité de son sport.
Wenger? Rien gagné?
Il y a vraiment des gens qui pensent cela?
Parce qu'il a gagné partout ou il a été Wenger..Effectivement, il a pas de Coupe d'Europe. 3 finales cela dit, c'est pas donné à tout le monde
Hier à 21:45 Le 200e but en Premier League de Rooney 13
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:44 Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 Hier à 14:05 Le CSC gênant de Wycombe 12 Hier à 13:44 Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 38 Hier à 10:20 Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 12 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3
dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 21 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23
À lire ensuite
De l'amour d'une vie