Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Journée mondiale de sensibilistaion au passage à niveau

Quand les Chamois ont raté leur passage à niveau

Après une saison décevante, les joueurs de Niort devront se contenter une nouvelle fois de la Ligue 2, l'année prochaine. Sans oublier qu'il y a 27 ans, leurs aînés avaient offert au club sa seule et unique saison en première division. Mais, comme un train peut en cacher un autre, une promotion cache parfois une relégation immédiate.

Modififié
À l'image du RC Lens cette saison, nombreuses sont les équipes qui ont été reléguées la saison suivant leur promotion dans l'élite. Parfois pour revenir, plus fortes, parfois définitivement. C'est le cas du Chamois Niortais Football Club, qui n'a disputé qu'une saison en première division, avant de retomber en deuxième, puis en troisième division. Aujourd'hui, le club enchaîne les saisons en Ligue 2, sans oublier la petite ligne ajoutée à son palmarès il y a 27 ans. Oui, les Chamois ont évolué en première division. Un souvenir mémorable, que ne sont pas près d'oublier les acteurs de cette formidable aventure sportive et humaine. D'autant qu'à l'époque, Niort avait de quoi nourrir des regrets, tant son début de saison avait été satisfaisant. Mais comme souvent dans le monde du football, rien n'est jamais acquis, et les dénouements les plus malheureux font parfois les plus belles histoires.

Une promotion surprise


Promus en deuxième division à l'issue de la saison 1984-1985, les Chamois réalisent une saison 1985-1986 satisfaisante pour un promu. Leurs quatorze victoires, neuf matchs nuls et onze défaites les laissent terminer la saison à une honorable cinquième place, toutefois insuffisante pour monter en première division. À l'orée de la saison 1986-1987, tous les espoirs sont donc permis pour le club des Deux-Sèvres. Et les espoirs se concrétisent rapidement en excellents résultats. Éric Boucher, alors défenseur, se souvient de cette saison exemplaire en deuxième division. « C'était une grande saison, à la fois sur le plan sportif et sur le plan humain. Nous avions fait une saison exemplaire avec des résultats assez étonnants » , raconte-t-il. Cette saison-là, les Chamois n'avaient laissé que très peu d'espoir à leurs adversaires. Avec seulement trois défaites, 48 buts marqués et quinze buts encaissés, Éric Boucher et ses coéquipiers s'étaient rapidement ouvert les portes de la première division en très grand.

« Nous étions assurés de monter en première division à cinq ou six journées de la fin. De mémoire, on jouait à Valenciennes (pour la 31e journée, ndlr) le samedi. La veille au soir, notre concurrent direct, Mulhouse, avait perdu ou avait fait un match nul, ce qui nous assurait la promotion dans l'élite » se souvient Éric Boucher, dont la mémoire est irréprochable. C'est bien à l'issue de la 31e journée, et ce malgré leur défaite à Valenciennes, que les joueurs de Niort sont assurés de rejoindre la première division. Une promotion surprise, qui vient récompenser une belle équipe de copains, à laquelle repense l'ancien défenseur avec nostalgie. « Humainement, c'était une année formidable. J'étais avec des joueurs qui n'étaient pas en début de carrière, qui étaient conscients de leurs qualités, mais aussi de leurs limites, des gens simples, qui ne se prenaient pas au sérieux. Nous étions très contents d'être ensemble. »

Des souvenirs et des regrets


Premier objectif pour les Chamois : transformer une équipe hétérogène en un onze compétitif pour rester le plus longtemps parmi l'élite. « On passait d'une équipe dans laquelle ne jouaient que treize ou quatorze professionnels, avec beaucoup d'amateurs, des jeunes, sans centre de formation, à une équipe qui devait jouer en division 1. On savait que l'effectif allait être étoffé avec des renforts professionnels » , se souvient Éric Boucher qui, lui, est resté pour aller affronter les grosses écuries de l'élite. L'équipe remodelée réalise une première partie de saison exemplaire, s'offrant même l'exploit de battre Monaco, futur champion, à l'extérieur, et de faire tomber Saint-Étienne, à domicile. « À titre personnel, je me souviens du match contre l'ASSE, parce que j'avais marqué mon premier but en première division et aussi parce qu'on avait gagné. Saint-Étienne à l'époque, c'était un nom ronflant quand même ! » , explique monsieur Boucher, aujourd'hui maire de la commune de Cantenac, en Gironde.


Mais l'illusion ne dure qu'un temps, et les Chamois finissent par dégringoler. Deuxième après la douzième journée, Niort enchaîne les mauvais résultats jusqu'à devoir jouer un match décisif sur la pelouse du RC Lens lors de la dernière journée. Battus sur le score de trois buts à un, les coéquipiers de Boucher sont contraints de disputer deux matchs de barrage face à Caen. Défaits au retour, les Chamois ont de quoi nourrir des regrets. « On perd un match contre Laval à domicile, ou encore contre Nantes... À Lens, c'était un peu logique, vous savez. C'était un beau club avec une belle ambiance, un stade bien plein. Après, on descend aux barrages, hein » , rappelle le défenseur, qui met un terme à sa carrière après ce match. « Des regrets, j'en ai, puisque je pense que nous avions largement le potentiel pour rester en première division. »

Depuis son bureau de maire, Éric Boucher garde un œil attentif sur les résultats des Chamois, mais pas que. « J'ai toujours tendance à regarder ce que font mes anciens collègues, ceux avec qui j'ai partagé de bons moments. On a chacun nos occupations, mais j'ai toujours plaisir à regarder le football. Je m'intéresse aux résultats de Bordeaux, bien évidemment, de Lyon, où j'ai passé trois années, et de Niort. Ce sont mes clubs de cœur. » Cherchez l'intrus.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 40 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien