1. // Euro 1984
  2. // Rétro
  3. //

Quand les Bleus fêtent la victoire à l'Euro 84

Encore traumatisés par leur défaite contre l'Allemagne en demi-finale du Mondial 82 à Séville, les joueurs de l'équipe de France tiennent leur revanche, deux ans plus tard, en remportant l'Euro 84, chez eux à Paris, au Parc des Princes. Un succès historique qui débouchera vite sur une fiesta bien méritée. Voici leur histoire.

Modififié
485 10
27 juin 1984. Presque deux ans jour pour jour après le drame de Séville, l'équipe de France vient de conjurer le sort. Lancé en profondeur par Jean Tigana, Bruno Bellone file seul au but et, d'un subtil ballon piqué, trompe Arconada et scelle, à la 91e minute de jeu, la victoire des tricolores contre la Roja, en finale du Championnat d'Europe des nations. Le Parc des Princes rugit, les Bleus exultent. Pour la première fois de son histoire, l'équipe de France monte sur la plus haute marche du podium. Et tandis que la bande à Platini brandit le trophée vers le ciel, à quelques kilomètres de là, avenue d'Iéna, dans les sous-sols de la Fédération française de football, des petites mains s'affairent à dresser la table qui accueillera bientôt les héros tricolores. Mais il faudra patienter encore un peu avant de passer au dîner, car, pour l'heure, les vainqueurs ne pensent qu'à savourer leur succès avec le public. « On a essayé de faire durer le plaisir au maximum sur la pelouse. On a couru autour du terrain avec la coupe, on a fait des photos, c'était un moment magique » , se souvient Bruno Bellone. «  Il y avait une communion parfaite entre nous et le public, embraye Alain Giresse. On en a pris plein les yeux, plein les poumons et plein la tête. »

La Coupe d'Europe fourrée dans le sac de sport


Pourtant, malgré l'exploit historique, la joie reste mesurée dans les vestiaires du Parc, et la célébration ne tourne pas à la folie furieuse. « C'était plus un sentiment de délivrance qui nous animait qu'une liesse véritable, confirme Maxime Bossis. On avait débuté la compétition en étant favori de l'épreuve, on jouait chez nous, et on venait d'être demi-finalistes de la Coupe du monde deux ans avant. Donc on avait le sentiment que si on ne gagnait pas cette compétition, ce serait un échec. Il régnait surtout le sentiment du devoir accompli. » En fin tacticien, Michel Hidalgo avance une explication. Pour celui qui tirera sa révérence du poste de sélectionneur ce même soir, le souvenir de Séville était encore bien présent dans la tête des joueurs : « En 82, on avait été éliminés en demi-finales et ça nous avait profondément marqués. Et comme on ne savait pas si on allait gagner ce truc-là (sic), on n'a pas fait les marioles, on ne s'est pas pavanés en disant "C'est nous les cracks", pas du tout. »


« C'était quand même un peu l'euphorie, corrige "Lucky Luke". Il y avait des joueurs dans la piscine en train de boire du champagne dans la coupe, d'autres chantaient, il y avait du monde partout, c'était pas si calme que ça ! » Si les ressentis diffèrent selon les témoins, Alain Giresse met tout le monde d'accord : « Dans l'air ne flotte que du bonheur. » Un bonheur qui tourne aussi à l'étourderie quand, au moment de rejoindre le bus censé emmener les Bleus jusqu'au siège de la Fédé, personne ne pense à embarquer la coupe. « Gigi » rembobine : « Je me suis retrouvé seul dans les vestiaires avec Bernard Lacombe et Patrick Battiston. Tout le monde était déjà parti et personne ne s'était préoccupé de récupérer le trophée ! C'était assez drôle de se retrouver tous les trois comme ça, entre Girondins, seuls face à la Coupe d'Europe. L'objet tant convoité n'intéressait déjà plus personne ! (rires) » C'est finalement Bernard Lacombe qui se chargera de glisser le précieux dans son sac de sport, enfoui entre les chaussettes sales et les godasses boueuses.

« Jean Tigana a balancé sa cravate dans la foule »


Aussi bizarre que cela puisse paraître, sur le trajet qui les mène au siège de la 3F, les tricolores n'ont pas eu de mal à se faufiler à travers la circulation. « Il y avait quelques voitures qui nous suivaient en klaxonnant, mais c'est tout » , se remémore Hidalgo. Loin du tumulte provoqué dans Paris quatorze ans plus tard, après la victoire en finale de Coupe du monde contre le Brésil, ce succès n'a pas vraiment poussé les Parisiens hors de chez eux. « Il y avait du monde dans les rues, note Bossis, mais ce n'était rien comparé à ce qu'on a connu en 1998. » « On n'était pas dans la même dimension, explique pour sa part Luis Fernandez. Et puis à cette époque-là, en France, il n'y avait pas une vraie culture foot comme on pouvait le voir en Angleterre, en Italie ou en Espagne. » Cela n'a pourtant pas empêché quelques irréductibles de se masser aux portes de la Fédération pour saluer dignement leurs idoles en culottes courtes. Bruno Bellone n'a pas oublié. « C'était fabuleux de voir tous ces gens venus nous accueillir. Je me souviens que Jean Tigana a balancé sa cravate dans la foule ! Tout le monde était fou, c'était génial. »


Le repas organisé dans les sous-sols de la FFF s'est quant à lui déroulé dans une ambiance bon enfant, mais sans excès. Ici, point d'orgie romaine ; seulement de la joie et de la fraternité. « On a fêté ça en petit comité, en famille. On devait être une quarantaine autour de la table environ, estime "le grand Max". C'était sympa de partager un repas entre nous, avec nos proches et les gens de la Fédé, mais en définitive, c'était relativement calme. Bon, il y avait quand même un côté festif, mais personne n'est monté sur les tables pour chanter. Ce n'était pas trop notre genre à l'époque. » Alain Giresse, lui, se souvient d'une ripaille « sobre, certes, mais très forte en émotions » . Si les souvenirs sont toujours bien présents dans les esprits, les joueurs sont incapables de dire ce qu'ils ont mangé ce soir-là. « Le repas ? Franchement, c'était le dernier de mes soucis, se marre Bellone. En revanche, je sais qu'on a pas mal bu ! (rires) » Giresse balaye lui aussi la question d'un revers de la main : « On aurait pu manger de l'éléphant, ça aurait été pareil ! » Au terme de ce gueuleton mystère, chacun avait le choix d'occuper sa soirée comme bon lui semblait. Certains, comme Bossis ou Giresse, sont tranquillement rentrés à leur hôtel, quand d'autres, les oiseaux de nuit, ont choisi de poursuivre les festivités.

Boîte de nuit, Pelé et gros déhanché


Ce fut notamment le cas du duo Bellone-Fernandez. Fatigués mais heureux, les deux compères ont su puiser dans leurs ressources pour aller se déhancher sur le dancefloor. « Luis a voulu prendre sa voiture pour conduire jusqu'à la boîte de nuit, confie l'ancien attaquant monégasque, mais on est restés coincés sur les Champs-Élysées parce que les gens nous avait reconnus. Il a fallu qu'il accélère un peu pour ne pas qu'on reste bloqués pendant trois plombes ! » Tout ça sans craindre un contrôle de la maréchaussée ? « On était plutôt sobres à ce moment-là, se défend Bellone. Et puis si on s'était fait prendre, je pense que la police nous aurait pardonné ! » Arrivés à bon port dans l'un des clubs branchés de la capitale, le joyeux duo tombe nez à nez avec un certain Pelé. Fernandez ouvre la boîte à souvenirs : « Je m'en souviens comme si c'était hier. Pour moi, Pelé c'était le monstre sacré du foot, alors avoir un mot de félicitation venant de lui, c'était quelque chose de fort. Il était assis tranquille, pépère, en train de boire un verre. Nous, en revanche, on a pas mal dansé ! » En même temps, on n'est pas champions d'Europe tous les jours.

Par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
Genial.
Lisez bien les portugais.
Ca va vous faire ca demain !
Et dire que j'ai vu la finale au Parc des Princes.
J'ai rien compris mais je peux faire le malin.
Premier trophée à tout jamais.
Platini,
le Dieu du Football français.
BALLONROND Niveau : DHR
La photo avec Platini choisie par Sofoot montre à quel point notre numéro 10 a changé !
Il faut arrêter la picole les gars !
Toon Eastman Niveau : National
Tient je viens d'y penser en voyant les photos, mais est ce que la finale de demain ne serait pas la première "victoire de Nike" dans un Euro ? Ca doit leur faire un sacré bonus quand même. Surtout vu les efforts employés pour nous pondre ces horreurs..
Charles K'est bourré Niveau : DHR
Suis-je le seul à avoir pensé à ça, avec le "voici leur histoire" dans l'intro ?

https://www.youtube.com/watch?v=h4n-p42je2s
Je ne veux pas paraître rabat -joie ni narcissique, mais j'avais prédit une victoire finale du Portugal avant L'Euro avec un CR7 décisif. Ce mec a une chatte énorme et une putain de bonne étoile qui veille sur lui et il ne peut décidément rien lui arriver. Chaque fois qu'il touche quelque chose il le transforme en or. Rendez-vous compte que gagner l'Euro avec ce Portugal vraiment dégueulasse (et considérer cela comme un euphémisme) c'est vraiment très fort. Il rejoindra après cela les légendes Pelé et Maradona au sommet du football mondial. Je pense qu'on ferait mieux de se taire car le Portugal est sans doute la pire équipe (plus dure à jouer que L'Allemagne) sur qui nous pouvions tomber et je crois sincèrement et avec de grands regrets qu'ils risquent de nous la mettre bien profonde ce soir. C'est bien triste car on la mérite plus qu'eux cette coupe mais ils ont dans leurs rangs le meilleur joueur de ces 30 dernières années et le plus chanceux de l'histoire. J'espérais que les journalistes français ne fassent pas les mêmes erreurs que leurs homologues allemands avec nous en rappelant les stats catastrophiques de la sélection portugaise contre Les Bleus car toute série prend fin un jour, et je crains, bien malheureusement, que celle-ci prenne fin ce soir.
Message posté par MaxJP
Je ne veux pas paraître rabat -joie ni narcissique, mais j'avais prédit une victoire finale du Portugal avant L'Euro avec un CR7 décisif. Ce mec a une chatte énorme et une putain de bonne étoile qui veille sur lui et il ne peut décidément rien lui arriver. Chaque fois qu'il touche quelque chose il le transforme en or. Rendez-vous compte que gagner l'Euro avec ce Portugal vraiment dégueulasse (et considérer cela comme un euphémisme) c'est vraiment très fort. Il rejoindra après cela les légendes Pelé et Maradona au sommet du football mondial. Je pense qu'on ferait mieux de se taire car le Portugal est sans doute la pire équipe (plus dure à jouer que L'Allemagne) sur qui nous pouvions tomber et je crois sincèrement et avec de grands regrets qu'ils risquent de nous la mettre bien profonde ce soir. C'est bien triste car on la mérite plus qu'eux cette coupe mais ils ont dans leurs rangs le meilleur joueur de ces 30 dernières années et le plus chanceux de l'histoire. J'espérais que les journalistes français ne fassent pas les mêmes erreurs que leurs homologues allemands avec nous en rappelant les stats catastrophiques de la sélection portugaise contre Les Bleus car toute série prend fin un jour, et je crains, bien malheureusement, que celle-ci prenne fin ce soir.


Ajoute à ça qu'il t'a comm un parfum d'euphorie, et de victoire avant l'heure, qui flotte depuis la victoire contre l'Allemagne. Et j'aime pas ça.
Ça me rappelle le fameux "c'est in the pocket, comme on dit à Manhattan" de Thierry Roland contre la Bulgarie en 93.
C'est sur que le Portugal va être chiant à jouer, leur stratégie consiste à faire déjouer l'adversaire, ce qui était galère contre les petites équipes du premier tour mais marche à merveille contre les favoris, ce qu'est l'équipe de France.
Message posté par MaxJP
Je ne veux pas paraître rabat -joie ni narcissique, mais j'avais prédit une victoire finale du Portugal avant L'Euro avec un CR7 décisif. Ce mec a une chatte énorme et une putain de bonne étoile qui veille sur lui et il ne peut décidément rien lui arriver. Chaque fois qu'il touche quelque chose il le transforme en or. Rendez-vous compte que gagner l'Euro avec ce Portugal vraiment dégueulasse (et considérer cela comme un euphémisme) c'est vraiment très fort. Il rejoindra après cela les légendes Pelé et Maradona au sommet du football mondial. Je pense qu'on ferait mieux de se taire car le Portugal est sans doute la pire équipe (plus dure à jouer que L'Allemagne) sur qui nous pouvions tomber et je crois sincèrement et avec de grands regrets qu'ils risquent de nous la mettre bien profonde ce soir. C'est bien triste car on la mérite plus qu'eux cette coupe mais ils ont dans leurs rangs le meilleur joueur de ces 30 dernières années et le plus chanceux de l'histoire. J'espérais que les journalistes français ne fassent pas les mêmes erreurs que leurs homologues allemands avec nous en rappelant les stats catastrophiques de la sélection portugaise contre Les Bleus car toute série prend fin un jour, et je crains, bien malheureusement, que celle-ci prenne fin ce soir.


Le contenu de ton post est tout de même bien étrange.
Christiano,une chatte énorme???
Ah bon;ce ne serait pas plutôt un très grand joueur l'un des meilleurs de sa génération,une machine à scorer ce qui n'a à peu près rien avoir avec la chance.
Et si tu fais référence à son palmarès en club,je te répondrai que prendre et garder le pouvoir au Real Madrid aussi longtemps n'a rien avoir avec la chance mais avec sa régularité au plus haut niveau et sa surface marketing!
Par contre prédire une victoire du Portugal est plutôt bien vu,surtout avant le tournoi.
Quant à le comparer Maradona et Pelé:non rien à voir;il aurait fallu une coupe du monde pour cela.Sa carrière en club est phénoménal mais pas suffisamment en sélection.
Par contre prédire une victoire du Portugal est plutôt bien vu,surtout avant le tournoi.
Tu n'auras pas été loin,à une défaite près,celle de ce soir.
Je te rejoins par contre sur le fait que le seul risque pour l'EDF est de se voir arriver trop tôt.
Mais heureusement,on a DD.
Allez,bon match.
Le jour de gloire est arrivé.
Message posté par MaxJP
Je ne veux pas paraître rabat -joie ni narcissique, mais j'avais prédit une victoire finale du Portugal avant L'Euro avec un CR7 décisif. Ce mec a une chatte énorme et une putain de bonne étoile qui veille sur lui et il ne peut décidément rien lui arriver. Chaque fois qu'il touche quelque chose il le transforme en or. Rendez-vous compte que gagner l'Euro avec ce Portugal vraiment dégueulasse (et considérer cela comme un euphémisme) c'est vraiment très fort. Il rejoindra après cela les légendes Pelé et Maradona au sommet du football mondial. Je pense qu'on ferait mieux de se taire car le Portugal est sans doute la pire équipe (plus dure à jouer que L'Allemagne) sur qui nous pouvions tomber et je crois sincèrement et avec de grands regrets qu'ils risquent de nous la mettre bien profonde ce soir. C'est bien triste car on la mérite plus qu'eux cette coupe mais ils ont dans leurs rangs le meilleur joueur de ces 30 dernières années et le plus chanceux de l'histoire. J'espérais que les journalistes français ne fassent pas les mêmes erreurs que leurs homologues allemands avec nous en rappelant les stats catastrophiques de la sélection portugaise contre Les Bleus car toute série prend fin un jour, et je crains, bien malheureusement, que celle-ci prenne fin ce soir.


Ben DD dira à ses gars, "faites pas les marioles" et ca passera !

Oui le Portugal sait faire déjouer ses adversaires et c'est là sa grande qualité. Oui ce soir ca sera un match bien plus difficile que ce que nous vendent certains, en meme temps ce sont souvent ceux qui regardent du foot une fois tous les deux ans ou qui s'en contrecarrent de l'EDF (un pote allemand, encore tout dégouté ha) qui disent ca. C'est pas ce que tu lis ici et ailleurs. Nous on le sait, c'est pour ca que y a de la tension, dans ma tete du moins.
Cristiano n'est pas un chatteux, par contre DD oui...et je pense que notre coach arrivera à faire en sorte que ses joueurs n'abordent pas ce match de la mauvaise manière, en se croyant déjà arrivé. Après, comme ca se terminera...j y crois, parce qu il le faut.
Sauf que la photo qui illustre l'article concerne la victoire en coupe intercontinentale contre l'Uruguay.
On voit même Giresse avec le maillot blanc de la Céleste !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
485 10